Navigation – Plan du site

Walter Benn Michaels, La diversité contre l'égalité

Igor Martinache
La diversité contre l'égalité
Walter Benn Michaels, La diversité contre l'égalité, Raisons d'agir, 2009, 155 p., EAN : 9782912107459.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Que reflète l'augmentation brutale du coefficient de Gini - voir pour le cas étasunien le graphique (...)
  • 2 traduite en français par l'oxymore « discrimination positive »
  • 3 Documentée par les travaux de Camille Landais, voir p.37
  • 4 Cf Pierre Tévanian, Le voile médiatique un faux débat l'affaire du foulard islamique , Paris, Raiso (...)

1On devrait toujours se méfier des sujets consensuels. Ainsi, il est désormais un objectif politique qui semble désormais faire l'unanimité en France, de l'UMP et du MEDEF aux rangs de l'extrême-gauche : la « diversité ». L'homme d'affaires Yazid Sabeg, nommé le 16 décembre dernier Commissaire à la diversité et à l'égalité des chances, et la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) présidée par l'ancien PDG de Renault Louis Schweitzer (également président d'honneur du MEDEF International) semblent ainsi partager le combat du Mouvement des Indigènes de la République : « les discriminations voilà l'ennemi » ! Sauf qu'à l'instar des trains, une mobilisation peut en cacher une autre. En l'occurrence, la lutte contre les discriminations de toutes sortes et leurs conséquences sociales peut être un moyen d'éviter d'aborder une autre question : celle des inégalités économiques. Pire, « non contents de prétendre que notre vrai problème est la différence culturelle, et pas la différence économique, nous nous sommes mis en outre à traiter la différence économique comme si elle était elle-même une différence culturelle » (p.15). Pour le dire plus crûment, il est bien moins gênant de payer les travailleurs pauvres en « reconnaissance » qu'en espèces sonnantes et trébuchantes, comme l'ont réalisé les responsables économiques et politiques au tournant des années 1980. Si on remarque souvent que ce que l'on appelle parfois le « tournant néolibéral », incarné par l'arrivée de Margaret Thatcher et Ronald Reagan au pouvoir dans leurs états respectifs a coïncide le creusement des inégalités économiques 1, on oublie souvent qu'il s'est également accompagné outre-Atlantique, d'une promotion vigoureuse des mesures d'« Affirmative Action » 2 dans les administrations et les universités. Or en France, cette même évolution est observable avec vingt ans de décalage : une augmentation de l'indice de Gini 3 Ainsi, ce que Walter Benn Michaels qualifie de « faux débats », tels que celui du « foulard à l'école » 4, ne se contentent pas de masquer celui, plus fondamental, des inégalités de revenus et de patrimoine, ils contribuent à l'invalider en détournant l'attention sur ses véritables fondements : « « cela revient à analyser l'inégalité comme une conséquence de nos préjugés plutôt que de notre système social : on substitue ainsi au projet de créer une société plus égalitaire celui d'amener les individus (nous, et en particulier, les autres) à renoncer à leur racisme, à leur sexisme, à leur classisme et à leur homophobie » (p.16).

  • 5 The Trouble with Diversity: How We Learned to Love Identity and Ignore Inequality, New-York, Metrop (...)
  • 6 Il est même parfois difficile de réprimer ses rires, comme lorsque l'auteur explique qu'il est quel (...)
  • 7 Cf Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La Reproduction, Paris, Minuit, 1980

2Telle est donc la thèse développée dans ce petit ouvrage par Walter Benn Michaels, professeur de lettres à l'Université de Chicago, initialement publié en 2006 5. Un ouvrage assez jubilatoire, tant pour son fond que par son style vivant et clair 6, et en même temps assez dérangeant. Dérangeant tout d'abord pour tous les militants de l'anti-racisme ou de l'anti-sexisme, qui verront sans doute leurs positions quelque peu caricaturées, mais aussi pour les riches, dont font d'ailleurs partie nombre d'universitaires - à commencer par l'auteur lui-même comme il ne s'en cache pas dans une conclusion en forme d'auto-analyse. Il ne s'agit cependant pas pour autant de verser dans une indifférence aux discriminations et à leurs conséquence sociales, mais à ne pas voiler le conflit d'intérêts économiques qui le sous-tend. Dans le premier chapitre, Walter Benn Michaels revient ainsi sur la genèse du « problème », c'est-à-dire le nouveau visage de la lutte contre les discriminations. De la lutte pour une société aveugle aux différences (notamment de couleur de peau), on est ainsi passé, explique-t-il, à une injonction à promouvoir la diversité culturelle, sans hiérarchie - ce que l'on dénonce parfois comme le « politiquement correct ». « On ne cherche plus à faire disparaître la différence, on doit au contraire l'apprécier » (p.27). Mais cet activisme pose surtout problème en ce qu'il va de pair avec une certaine indifférence vis-à-vis inégalités économiques, pourtant en pleine « croissance », dans la mesure où elle incite à considérer les classes sociales comme des groupes culturels. L'auteur blâme ici en particulier les partis et intellectuels se réclamant de la gauche « de gouvernement » qui ont enfourché le cheval de bataille que leur ont fort logiquement proposé leurs homologues de droite. Walter Benn Michaels reprend cependant au passage l'analyse du système scolaire comme un outil de légitimation des inégalités sociales 7, non sans remarquer que les mesures contribuant à y rendre la compétition moins « truquée », telles que la suppression des écoles privées, apparaitraît contraire à la liberté (entendue en fait comme celle des plus riches...) et à « l'idée qu'on se fait de l'Amérique » (p.32).

3Walter Benn Michaels analyse ensuite la question de la « race » aux Etats-Unis, en remarquant qu'invalidée du point de vue biologique, celle-ci a cependant été réinvestie immédiatement du point de vue culturel. Il s'attaque ainsi à l'essentialisation de ces cultures, très fréquemment invoquées pour expliquer divers types d'actes dans le langage courant, et qui tient selon lui au fait que « nous préférons l'idée d'égalité culturelle à celle d'égalité économique » (p.49). Or, s'il apparaît évidemment plus pertinent de considérer les « races » comme un fait social plutôt que génétique, dans la mesure où la croyance en leur existence produit des effets sociaux ainsi que l'avaient bien montré Jean-Paul Sartre ou W.E.B. Du Bois, il n'en reste pas moins que cela « équivaut à reconnaître que nous avions tort de la croire qu'elle était un fait biologique puis à continuer à commettre cette erreur » (p.59). Et il dénonce de ce fait l'établissement de statistiques ethniques, qui voilent l'examen des inégalités économiques, et en particulier la situation des « Blancs pauvres », dont le problème n'est pas la discrimination.

  • 8 Cf L'école des chances : qu'est-ce qu'une école juste ?, Seuil, coll. « La République des Idées », (...)

4Walter Benn Michaels s'applique à montrer comment le respect à l'égard des pauvres se substitue à la redistribution économique, ce qui n'empêche pas cependant aux riches de pratiquer un séparatisme social dans tous les compartiments de leur existence, du logement à l'école en passant par les activités de loisir ou le supermarché. Partout, le même mécanisme d'exclusion est à l'œuvre et il est bien de nature économique. Dans les universités, les pratiques de « discrimination positive » servent donc surtout à alimenter la croyance dans le caractère méritocratique de l'institution scolaire, du point de vue collectif, mais aussi individuel, ce qui explique l'engouement dont elle fait l'objet. Les polémiques qu'elles alimentent paraissent ainsi manquer le véritable enjeu. En effet, écrit-il, « le problème de la discrimination positive, ce n'est pas qu'elle viole (comme on le dit souvent) les principes de la méritocratie ; le problème c'est qu'elle génère l'illusion qu'il existe vraiment une méritocratie » (p.85). Or, comme l'a notamment montré François Dubet, la croyance en l'égalité des chances génère aussi beaucoup de frustrations dans des systèmes éducatifs peu attentifs au sort des « perdants » de la compétition scolaire 8

  • 9 Très grande chaîne de distribution également réputée pour sa politique sociale peu généreuse et son (...)
  • 10 Grande banque d'investissement, dont l'activité consiste donc principalement à organiser les rachat (...)
  • 11 Dans le même ordre d'idées, on pourra également lire l'article d'Eric Charmes, « Pour une approche (...)
  • 12 Cf Pierre-Yves Cusset, "La discrimination et les statistiques "ethniques", éléments de débat", Info (...)

5Walter Benn Michaels égratigne au passage plusieurs discours que l'on étiquette d'ordinaire comme « progressistes ». Sont ainsi critiqués certains discours féministes, du moins ceux qui placent le genre avant la classe. « Se représenter les femmes de Wal-Mart 9 comme marchant coude à coude avec leurs camarades de chez Morgan Stanley 10 ou de Harvard pour défendre leurs droits est donc parfaitement grotesque, de même qu'il est parfaitement grotesque de considérer leur problème comme un problème de discrimination sexuelle. Les hommes de Wal-Mart non plus ne peuvent pas vivre décemment de leur salaire ! » (p.117). Les luttes mémorielles subissent le même sort sous sa plume, lorsqu'il écrit notamment que « la repentance est bonne pour les affaires » (p.17) et que « le respect de la diversité est un outil marketing très efficace » (p.43), de même que les zélateurs de la mixité sociale qui vantent l'enrichissement des expériences qu'elle apporterait. Car « la mixité socio-économique n'a de véritable intérêt que si elle contribue à rendre moins pauvres les pauvres qui cohabitent avec les riches, c'est-à-dire si elle réduit la diversité économique » (p.122) 11. Enfin, il n'est pas très compliqué de deviner quel serait sa position dans le débat sur les "statistiques ethniques" qui bat actuellement son plein dans notre pays 12...

  • 13 Et en particulier le rôle des capitaux culturel et social dans les trajectoires scolaires et profes (...)
  • 14 Dans une perspective analogue, voir sur la question environnementale l'ouvrage stimulant de Bertran (...)

6Finalement, le discours de Walter Benn Michaels apparaît aussi provocateur que radical. On pourra lui reprocher d'amalgamer des discours plus hétérogènes qu'il n'y paraît ou encore de balayer d'un revers de la main la dimension symbolique de la domination 13 - même si celle-ci ne doit pas conduire à relativiser pour autant les différences de revenus ou de patrimoine. On pourra cependant lui reconnaître le grand mérite de mettre en évidence l'hypocrisie consistant à affirmer que toutes les cultures se valent quand elles produisent des effets sociaux très différents, et surtout à replacer le débat sur les inégalités économiques au coeur du débat. En n'oubliant pas que leur réduction implique pour les plus riches de renconcer à certains gains et propriétés. Autrement dit, Walter Benn Michaels rappelle que derrière les apparences de consensus se cachent toujours des conflits d'intérêts irréductibles, et donc des choix à assumer clairement. En cela il lutte contre la dépolitisation qui semble affecter de manière croissante les discours publics 14. Une entreprise on ne peut plus salutaire.

Haut de page

Notes

1 Que reflète l'augmentation brutale du coefficient de Gini - voir pour le cas étasunien le graphique élaboré par l'Economic Policy Institute sur le très utile site The State of Working America

2 traduite en français par l'oxymore « discrimination positive »

3 Documentée par les travaux de Camille Landais, voir p.37

4 Cf Pierre Tévanian, Le voile médiatique un faux débat l'affaire du foulard islamique , Paris, Raisons d'Agir, 2005

5 The Trouble with Diversity: How We Learned to Love Identity and Ignore Inequality, New-York, Metropolitan Books, 2006

6 Il est même parfois difficile de réprimer ses rires, comme lorsque l'auteur explique qu'il est quelque part aussi absurde de louer les pauvres que de blâmer leur hypothétique responsabilité. La première position reviendrait quelque part à affirmer : « oh ! J'aime beaucoup la manière dont vous avez aménagé votre taudis ! » (p.106)

7 Cf Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La Reproduction, Paris, Minuit, 1980

8 Cf L'école des chances : qu'est-ce qu'une école juste ?, Seuil, coll. « La République des Idées », 2004

9 Très grande chaîne de distribution également réputée pour sa politique sociale peu généreuse et son anti-syndicalisme virulent. Pour en savoir plus

10 Grande banque d'investissement, dont l'activité consiste donc principalement à organiser les rachats ou fusions de sociétés

11 Dans le même ordre d'idées, on pourra également lire l'article d'Eric Charmes, « Pour une approche critique de la mixité sociale », La Vie des Idées, 10 mars 2009

12 Cf Pierre-Yves Cusset, "La discrimination et les statistiques "ethniques", éléments de débat", Informations sociales, N°148, 2008, pp.108-116

13 Et en particulier le rôle des capitaux culturel et social dans les trajectoires scolaires et professionnelles

14 Dans une perspective analogue, voir sur la question environnementale l'ouvrage stimulant de Bertrand Méheust, La politique de l'oxymore, Paris, La Découverte, 2009

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Walter Benn Michaels, La diversité contre l'égalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/749

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page