Navigation – Plan du site

Patrick Lehingue, Le vote. Approches sociologiques de l’institution et des comportements électoraux

Benoit Ladouceur
Le vote
Patrick Lehingue, Le vote. Approche sociologique de l'institution et des comportements électoraux, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2011, 287 p., EAN : 9782707154491.
Haut de page

Texte intégral

1La démocratie est souvent une notion galvaudée que ses différents usages tendent à essentialiser et rendre aussi simple que naturelle. L’augmentation quantitative du nombre des électeurs et des élections conduit-il mécaniquement à une extension de la démocratie représentative ? On peut certes parler d’une « démocratisation » de la vie politique sur le long terme, que la « multiplication de l’exercice démocratique » en France, notamment, rend palpable. Entre 1958 et 2011, les citoyens français ont été appelé aux urnes en moyenne tous les neufs mois. Paradoxalement, ce domaine de recherche est de moins en moins investi par les chercheurs. Cette question et bien d’autres sont débattues dans le présent ouvrage.

2La première partie de l’ouvrage de Lehingue permet de mettre à distance et de déconstruire le vote. Pour ce faire, la perspective historique est adoptée. La démocratie athénienne est tout d’abord démystifiée. Elle n’est pas la seule expérience ancienne de démocratie. Ainsi, l’auteur s’attache-t-il à montrer l’existence de logiques électorales, notamment dans la conduite des institutions, et cela tout au long de l’histoire ancienne. C’est l’Eglise qui, au Moyen Age, a posé les bases des « techniques délibératives et électorales modernes ». Evidemment le cadre religieux dans lequel s’inscrivent les élections est fortement imprégné du dogme catholique. « L’élection, œuvre de Dieu » ne peut dès lors ne déboucher que sur un choix unanime des électeurs. L’élection sensée exprimer la volonté divine, ne peut être que pleine et entière. Le corollaire de cette exigence se trouve dans l’aspect collégial et non pas individuel du vote. Par ces détours historiques, Patrick Lehingue relativise l’évidence d’un vote dont la définition serait immuable et unanime d’une société à une autre.

3Les analyses du vote bénéficient de l’intérêt (et donc d’une certaine légitimité) de tous les acteurs qui gravitent autour de la politique prise au sens le plus large (médias, candidats et électeurs). Cet intérêt rarement désintéressé rend d’autant plus difficile toute analyse scientifique du vote. La neutralité du chercheur est mise à l’épreuve. La frontière entre le descriptif et le normatif de son travail est aisément franchissable. Un autre écueil de l’analyse du vote vient de la quantité de données obtenues par les résultats des élections, ou par les sondages dont le nombre n’a cessé d’augmenter depuis leur apparition dans les années 1940.

4Pour illustrer la difficulté qui réside dans l’explication du vote, l’auteur prend l’exemple du résultat des élections présidentielles de 1981. A l’époque un débat a eu lieu entre deux politologues (Goguel et Jaffré) représentants deux courants d’analyse opposés. La question était de savoir si l’alternance exprimait une réelle évolution de l’électorat français vers la gauche, ou bien si il ne s’agissait pas d’une division des votes de droites en raison des clivages créés par le pouvoir Giscardien à l’encontre des gaullistes. Il n’ y a pas de réponse définitive à cette question, mais elle montre que selon les lunettes théoriques portées, la perception de la réalité est modifiée et cela malgré l’existence de quantités de données quantitatives disponibles et de moyens techniques performants pour les traiter.

5Ce constat vaut également pour une autre question abordée dans l’ouvrage de Patrick Lehingue : le vote est-il de plus en plus mobile ? Là aussi la focale employée est déterminante. Qu’on retienne deux tendances possibles, gauche/droite ou l’éventail de tous les partis politiques et le même diagnostic sur l’évolution de l’appartenance politique en sera différent.

6Dans le dernier chapitre de son ouvrage, Patrick Lehingue revient sur « l’encastrement social du vote ». Il rappelle l’opposition essentielle qui traverse les études du vote. D’une part les tenants d’une approche individualiste qui repose notamment sur la psychologie cognitive et la théorie des choix rationnels. D’autre part, les approches cherchant à évaluer le poids des différents attributs sociaux dans l’explication du vote. A la lecture de l’ouvrage on constate l’importance du développement des théories proches du premier modèle explicatif. On comprendra rapidement que l’auteur n’est pas en accord avec ce courant d’analyse. Dans un petit encadré de la page 234 il « pastiche » un auteur, de langue anglaise, qui affirme dès 1966 dans The Responsable Electorate que chaque électeur serait libéré de la « camisole de force des déterminismes sociaux ». L’auteur de rappeler utilement que la frontière est mince entre de telles analyses et ce qui apparaît comme une nouvelle doxa normative extrêmement populaire.

  • 1  Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas », Questions de sociologie, Paris, Les Éditions (...)

7En conclusion l’auteur rappelle que la multiplication des sondages d’opinion est peut être susceptible de dire pour qui les gens votent, mais ne saurait éclairer véritablement les raisons de voter ou de ne pas le faire. La prise en compte de la position sociale, si elle reste révélatrice des orientations politiques, doit être complétée par l’analyse des contextes sociaux (les liens de voisinages, professionnels, familiaux, amicaux, etc.) qui performent tout autant l’expression de choix électoraux. Dans la même logique, Patrick Lehingue rappelle le biais « d’intellectualo-centrisme » qui joue pleinement dans les enquêtes sur le vote. Les questions et l’intérêt des chercheurs ne sont pas forcément partagés par les individus, le risque étant ici d’interroger les individus sur des questions qui ne font pas sens pour eux, comme le rappelait Bourdieu1. La signification et les ressorts du vote ne sont pas partagés et évidents, comme la médiatisation des élections semble vouloir l’insinuer.

8A nos yeux cet ouvrage est à conseiller en raison de la clarté des présentations des analyses fondatrices de la science politique. Mais toutefois ce travail ne se fait pas au détriment des débats plus contemporains, qui sont également remis en perspective, et dont le lecteur non aguerri pourra comprendre globalement les tenants et aboutissants.

Haut de page

Notes

1  Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas », Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984, pp. 222-235

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Ladouceur, « Patrick Lehingue, Le vote. Approches sociologiques de l’institution et des comportements électoraux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 04 janvier 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/7528

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page