Navigation – Plan du site

Anne Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert, l’empire de la bêtise

Denis Saint-Amand
Flaubert, l'empire de la bêtise
Anne Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert, l'empire de la bêtise, Nantes, Éditions Cécile Defaut, 2012, 390 p., ISBN : 978-2-350-18312-1.
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’un séminaire ayant réuni les membres de l’équipe Flaubert liés à l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes, à l’ENS et à l’Université Paris 8 autour de la question de la bêtise dans l’œuvre de Flaubert et d’auteurs contemporains héritant de cette dernière, le présent ouvrage correspond bien à la logique à l’œuvre dans certains récents collectifs publiés à l’enseigne de la maison Cécile Defaut autour de grandes figures littéraires et critiques. Comme dans les volumes dédiés respectivement au travail de Bourdieu sur la littérature (2010) et à la critique décalée de Pierre Bayard (2010), ce projet sur Flaubert articule au point de vue des meilleurs spécialistes du sujet (la maître d’œuvre, Anne Herschberg Pierrot, mais aussi Jacques Neefs et Pierre-Marc de Biasi) le témoignage original d’écrivains proposant un retour critique sur le rapport qu’ils entretiennent, qui avec la bêtise (insaisissable et difficile à surprendre, selon Pierre Pachet), qui — dans le cas de Pierre Senges — avec l’obsédant Bouvard et Pécuchet. L’ensemble, de cette façon, est la plupart du temps aussi élégant que plaisant à parcourir, qui déjoue habilement l’habituelle distance académique de l’édition universitaire sans pour autant verser dans une légèreté désinvolte.

2En balisant la problématique de « l’empire de la bêtise », Anne Herschberg Pierrot, dans l’avant-propos, souligne la polysémie délibérée d’une expression qui « s’entend au double sens du pouvoir, de l’emprise de la bêtise sur les esprits, et de l’extension infinie qu’elle prend dans la vie et dans l’œuvre de Flaubert » (p. 7). Si cette question fédératrice est bien connue des flaubertiens, elle trouve, au cœur de ce volume divisé en trois parties, une formulation originale et permet des éclairages nouveaux. Le premier volet de ce triptyque, le plus général, est dédié à l’idée même de la bêtise chez Flaubert ; le deuxième se penche plus spécifiquement sur le cas de Bouvard et Pécuchet, projet défini par son auteur comme une « encyclopédie critique en farce » et qui se trouve notamment éclairé au moyen d’une étude génétique menée par Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs ; le troisième, enfin, interroge la filiation potentielle du traitement de la bêtise par Flaubert à l’aune de productions plus tardives, comme chez Proust, Oudernik et Barthes — dernière partie qui laisse à songer qu’il y aurait sans doute un véritable arbre généalogique des figurations de la bêtise à établir, qui embrasserait depuis certains personnages de Monnier et Flaubert jusqu’à ceux de Beckett, en passant par le Maire de Champignac de Franquin et Dupond et Dupont d’Hergé.

3Polymorphe, la bêtise vue par l’œil flaubertien s’incarne autant dans l’orgueil imbécile du pharmacien Homais, voisin du couple Bovary à Yonville, que dans la sottise naïve de la brave Félicité, héroïne d’Un cœur simple ; tantôt évanescente et tantôt infinie, elle est avant tout affaire de discours, et c’est dans celui-ci qu’elle se manifeste, par la contamination des lieux communs, stéréotypes et idées reçues : ceux-ci, Flaubert a pris soin de les collecter en un fameux projet de Dictionnaire — « galerie personnelle d’un chasseur de papillons », selon le mot de Pierre-Marc de Biasi (p. 42) —, dont les entrées neutralisent la dimension menaçante d’assertions fréquemment reprises en situation par les personnages de ses romans, ainsi que le rappelle justement Françoise Gaillard (p. 71).

4Il n’en demeure pas moins que cette bêtise qui traverse l’œuvre du romancier reste quelquefois difficile à objectiver, dans ses formes et dans ses effets : si les rodomontades d’Homais semblent prêter à rire, dont l’accumulation fonctionne comme une manière de physiologie du bourgeois (celui-là qui explique à des artificiers comment faire leur travail, se pique d’être chimiste, manie la terminologie pour jouer les distingués avant d’utiliser l’argot parisien pour affirmer sa modernité et se vante à qui veut l’entendre de son œuvre majeure — « un fort opuscule, un mémoire de plus de soixante et douze pages, intitulé : Du cidre, de sa fabrication et de ses effets, suivi de quelques réflexions nouvelles à ce sujet »), elles sont aussi celles par qui le malheur arrive, puisque c’est sur les conseils du pharmacien que Charles Bovary tentera (et ratera lamentablement) l’opération expérimentale d’un pied bot. De même, comme le montre Françoise Gaillard à l’aune des entrées du Dictionnaire des idées reçues (pp. 74-75), la définition de la bêtise sur la base de seuls contenus propositionnels reste délicate, qui pose problème tant sur le plan de la recension (comment limiter un travail de repérage de marqueurs de la bêtise, si celle-ci semble infinie ?) que sur le plan logique (un énoncé ne peut logiquement pas être défini comme bête, il peut simplement être présenté comme vrai ou faux), et implique la définition de critères bien particuliers (ce qui participe aujourd’hui d’une doxa qui prête à rire peut procéder d’une forme de sagesse antique).

5Le franchissement de ces écueils, pour autant, n’est pas inenvisageable : il serait permis par un travail de reconstruction en contexte des logiques flaubertiennes, touchant aussi bien à la socialisation particulière de l’individu (c’est, au fond, ce qu’avait esquissé Sartre dans une bonne part de L’Idiot de la famille et que Pierre Bergounioux s’essaie ici à prolonger) et à sa façon d’occuper une position marginale dans un champ donné (comme l’avait montré Pierre Bourdieu dans Les Règles de l’art) qu’aux étapes successives de son travail d’écriture (que le travail génétique de Jacques Neefs et Anne Herschberg Pierrot, déjà précieux dans l’excellente revue Flaubert, contribue à éclairer dans le présent volume).

  • 1  Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art [1992], Paris, Seuil, « Points essais», 1998, pp. 101-102.

6L’essai d’histoire culturelle proposé à ce sujet par Pierre Bergounioux, qui inscrit Flaubert dans un large mouvement d’émergence d’une figure paradoxale de l’intellectuel bourgeois en Europe, ne manque pas d’allure, mais doit être ramené aux conditions fondamentales qui font que cette situation est particulièrement délicate en France, à plus forte raison encore dans le cas du romancier rouennais. L’œuvre de Flaubert est avant tout le produit d’une société française qui voit paradoxalement le bourgeois s’imposer comme une manière d’épouvantail des littéraires et, dans le même temps, être le premier consommateur des caricatures qui le visent. Cette ambiguïté perceptible au sein de la sphère de grande production et dans la presse s’observe du reste tout autant parmi les tenants d’une littérature motivée par des principes esthétiques « purs », comme Pierre Bourdieu l’a bien montré avec le cas de Flaubert méprisant Napoléon iii mais paradant aux réceptions de la princesse Mathilde1. Indépendante des rapports délicats entretenus avec le marché, cette instabilité positionnelle est plus profondément ancrée chez le romancier qui, s’il ne cesse de clamer sa haine de la bourgeoisie et de la bêtise essentielle de cette classe, n’en est pas moins, par héritage, l’un de ses représentants : c’est avant tout cette contradiction qui porte son œuvre, qui le force à entreprendre un « combat de chaque instant contre [l’] hégémonie [de la bêtise] », ainsi que l’écrit Pierre-Marc de Biasi, « une lutte permanente de l’esprit pour s’arracher à sa tutelle, une rébellion des meilleurs contre sa toute-puissance, une force de sédition qui cherche à libérer le territoire, ou au moins, à consolider quelques poches de résistance pour ne pas laisser à l’ineptie le pouvoir d’y occuper tout le terrain » (p. 36).

Haut de page

Notes

1  Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art [1992], Paris, Seuil, « Points essais», 1998, pp. 101-102.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Anne Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert, l’empire de la bêtise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/7562

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page