Navigation – Plan du site

Jacques Donzelot (dir.), A quoi sert la rénovation urbaine ?

Candice Martinez
A quoi sert la rénovation urbaine ?
Jacques Donzelot (dir.), A quoi sert la rénovation urbaine ?, Paris, Presses universitaires de France, coll. « La ville en débat », 2012, 237 p., ISBN : 978-2-13-058148-2.
Haut de page

Texte intégral

1À quoi sert la rénovation urbaine? Voici la question que posent les auteurs de cet ouvrage collectif –Jean-Claude Driant, Noémie Houard, Renaud Epstein, Jean-Patrick Fortin, Frédéric Meynard, Thierry Oblet, Agnès Villechaise, Barbara Allen, Hervé Durel, Christine Lelévrier, Christophe Noyé – dirigé par Jacques Donzelot. Prenant pour point de départ les objectifs affichés par le programme national de rénovation urbaine (PNRU) lancé en 2003, à savoir « résoudre le problème des banlieues par une transformation de leurs structures spatiales qui permette d’y instaurer une mixité sociale, celle-ci étant considérée comme la condition requise pour que tous les problèmes dont elles pâtissent – insécurité, échec scolaire, chômage – puissent trouver une solution », les auteurs s’attachent à montrer que, si les opérations de rénovation ont transformé le paysage physique des quartiers concernés, elles n’ont pas permis d’en transformer la composition sociale ou de les faire sortir de la relégation. Néanmoins, si les effets attendus ne sont pas au rendez-vous, la rénovation urbaine n'a pas été sans impact, bien au contraire. C'est pourquoi les auteurs nous invitent à ne pas nous « attacher aux intentions proclamées [pour nous] intéresser à ce que produit une politique plutôt qu’à ce qu’elle ne produit pas ».

2L’ouvrage s’organise en trois parties. La première revient sur la genèse de la rénovation urbaine. La deuxième – qui fait suivre l’analyse des chercheurs d’un commentaire de professionnels intervenant dans des opérations de rénovation urbaine – décrit son fonctionnement, lequel explique à la fois le succès apparent de cette politique et son incapacité à produire les résultats recherchés. Enfin, la troisième partie analyse ses effets, en contrastant les objectifs affichés par les promoteurs de la rénovation avec ceux effectivement observés par les chercheurs à partir d’enquêtes réalisées dans plusieurs quartiers et auprès de leurs habitants.

3Les deux textes qui composent la première partie de l’ouvrage reviennent sur la genèse du programme national de rénovation urbaine issu de la Loi Borloo votée en 2003. Ils la situent au sein d’une histoire longue qui commence dans les années 1970, c’est-à-dire à peine dix années après la construction des premiers grands ensembles. Jean-Claude Driant montre que les organismes HLM sont, encore aujourd’hui, associés aux grands ensembles et à leur mauvaise réputation, alors même que leur construction a été abandonnée dès 1971. À partir des années 1980, avec le départ des ménages les plus favorisés et l’arrivée de populations en grande difficulté, l’idée de démolir les grands ensembles commence à être évoquée. Mais ces quartiers restent rentables pour les bailleurs, lesquels vont préférer modifier leur peuplement. Noémie Houard montre ainsi comment l’idée de mixité sociale, mise en avant par les bailleurs, réussit à s’imposer comme « remède idéal » au problème des cités. Mais il existe différentes manières de créer de la mixité. L’option retenue par la droite comme par la gauche consiste à démolir les tours des grands ensembles les plus emblématiques pour reconstruire au même endroit des logements sociaux « à taille humaine ». Élus et bailleurs sont convaincus qu’en diversifiant l’offre de logement social ils pourront modifier la composition sociale des quartiers. En ce sens, le programme de « rénovation urbaine » adopté par la droite en 2003 s’inscrit dans la continuité vis-à-vis de la politique de « renouvellement urbain » mise en place par la gauche dès 1997.

4Derrière le changement d’appellation, c’est bien la même politique qui est menée, mais avec plus d’ambition, comme le montre la contribution de Renaud Epstein, laquelle s’attache, en deuxième partie de l’ouvrage, à décrire le fonctionnement du PNRU. Celui-ci se distingue par son ampleur et transforme la manière dont est gérée la politique urbaine: le Comité interministériel mis en place dans le cadre de la politique de la ville est remplacé par l’Agence nationale de rénovation urbaine; on passe d’une action transversale à un management vertical ou « top-down », qui part de l’agence et s’impose aux acteurs locaux – les communes – lesquelles sont mises en concurrence pour accéder aux financements; enfin, la participation des habitants n’est plus recherchée. Cette analyse met en lumière l’échec de la rénovation urbaine. En effet, malgré un succès politique massif qui tient à sa visibilité, cette politique marque un retour en arrière: l'accent est mis sur l’urbain au détriment des autres composantes de la politique de la ville tandis que les inégalités entre les territoires sont renforcées. La discussion avec deux professionnels, invités à répondre point par point à ces critiques, ne remet pas en question ce bilan négatif mais permet de prendre la mesure descontraintes qui s’imposent aux acteurs de terrain.

5Les trois contributions qui composent la dernière partie de l’ouvrage s’intéressent aux effets de cette politique à partir de plusieurs études menées dans des quartiers rénovés ou en rénovation. Les auteurs soulignent que, si le PNRU n’a pas eu les effets escomptés – qu’il s’agisse des conséquences négatives annoncées par ses détracteurs ou de l’impact positif souhaité par ses défenseurs – il a changé la donne: à l’intérieur des quartiers qui en ont bénéficié, entre ceux-ci et les quartiers qui n’en n’ont pas bénéficié, ainsi qu’entre les quartiers d’habitat social et le reste de la ville. Surtout, les auteurs montrent que, au final, la situation des ménages les plus défavorisés a peu changé: dans l’ensemble, on ne peut pas dire qu’ils sortent « perdants » de cette politique, mais ils ne comptent pas non plus parmi les « gagnants ». L’impact principal aura été de favoriser la promotion, sur place, des habitants les mieux lotis de ces quartiers. Un peu moins de dix années après le lancement des premières opérations, l’incertitude demeure quant à savoir si cela aura un effet d’entraînement permettant d’améliorer les services et les conditions de vie dans ces quartiers, ou si cela accroîtra au contraire la fragmentation urbaine et sociale. En définitive, cet ouvrage montre les limites d'une approche qui vise à régler les problèmes sociaux par une action exclusivement urbaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Candice Martinez, « Jacques Donzelot (dir.), A quoi sert la rénovation urbaine ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 février 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/7615

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page