Navigation – Plan du site

Loïse Bilat, Gianni Haver (dir.), Le héros était une femme...

Céline Morin
Le héros était une femme...
Loïse Bilat, Gianni Haver (dir.), Le héros était une femme..., Lausanne, Éditions Antipodes, 2011, 268 p., ISBN : 978-2-88901-050-9.
Haut de page

Texte intégral

1Le Héros était une femme… et c’était loin d’être évident. Cet ouvrage collectif à la méthode principalement sémionarrative montre à quel point la féminisation du héros dans les productions culturelles a provoqué, et provoque encore, subversions des normes et résistances hégémoniques. En plus de se battre contre des démons, aliens, machines et autres méchants classiques de la fiction, les héros féminins doivent affronter un redoutable ennemi : l’idéologie patriarcale et ses allants-de-soi. Il va ainsi de soi que Lara Croft a des courbes avantageuses ou que la détective V.I. Warshawski valorise la parole et la confession dans ses enquêtes, tout comme il va de soi que l’extrême majorité des femmes est hétérosexuelle.

2Loïse Bilat et Gianni Haver proposent tout d’abord une distinction entre héroïne et héros féminin qui illustre bien ces problématiques. Ils montrent que le terme « héros » renvoie aux attributs mélioratifs de la masculinité (la force et le courage parmi d’autres) et désigne la place principale du récit alors que « l’héroïne est beaucoup plus floue sémantiquement ». Elle traîne encore sa définition classique, celle d’un personnage secondaire qui accompagne le héros masculin sans nécessairement accomplir d’exploits. Plus concrètement, si nous avons des difficultés à considérer Donald Duck comme un héros, « nous avons bien moins de peine à caractériser Martine comme une héroïne ». Ce préambule n’est pas un accessoire stylistique : il annonce les résultats narratologiques des recherches.

3Le processus de féminisation n’apporte pas automatiquement l’équité ; le héros féminin n’est pas la simple substitution d’un homme par une femme. Ces remplacements sont en fait le signe de médiations sociales qui discutent les attributs que l’on peut envisager de donner au héros, selon son genre. Les auteur.e.s souhaitent ainsi « analyser ce qui se passe lorsqu’une femme est soumise à un processus d’héroïcisation » pour mieux « interroger les normes de genre et d’héroïsme véhiculées par des productions culturelles variées ». Les objets d’étude du livre sont en effet multiples et bigarrés, reliés entre eux par cette caractéristique elle-même labile qu’est le féminin. De Fifi Brindacier à Buffy, de Wonderman à Catwoman, d’Ellen Ripley à Beatrix Kiddo, cet éventail de héros féminins est le paradigme des thématiques que les médias de masse ont un jour abordé ou ignoré : force et indépendance, liberté et aliénation, maternité…

4De ce collectif, on retiendra que les industries culturelles évitent rarement deux écueils : les femmes sont belles et leur famille n’est jamais bien loin. La force n’est plus l’apanage du masculin (ce qui bouleverse les attendus « biologiques ») mais le féminin est réifié par sa beauté, qu’il utilise désormais comme une arme dans une perspective que nous pourrions qualifier de néoféministe. De plus, l’émancipation féminine reste individualiste et ne doit surtout pas bousculer les structures sociales, la famille en tête. L’hétérosexualité est difficilement négociable et lorsque les médias de masse, qui ne sont jamais monosémiques, laissent passer quelques figures androgynes comme Ellen Ripley (la tétralogie Alien) ou Beatrix Kiddo (Kill Bill, volumes I & II), elles sont aussitôt ramenées à leur état maternel. Beauté et famille sont des sables mouvants : on ne cesse de rappeler à nos héros qu’ils sont féminins.

5Si un James Bond ou un Rambo au féminin sont donc au rendez-vous absents, l’ouvrage souligne tout de même une complexification des héros féminins et de leurs aventures ; « le système de genre se trouve quelque peu troublé dans les productions analysées ». L’apparition de ces personnages signale la subjectivation du féminin à travers les topoï classiques de l’héroïsme que sont notamment les chemins initiatiques. Les femmes s’affirment comme sujet et subissent à cet effet des épreuves qui souvent tentent de les ramener à leur état naturel – nombreuses sont celles qui commencent leurs aventures pieds nus, signe d’un « état primitif qui leur permet de renaître ». Toutefois la résolution reste genrée. Alors que le masculin clôt ses aventures sur une « autosuffisance affective », le féminin se réalise dans ses relations à autrui : « la différenciation la plus prégnante entre héros masculins et héros féminins réside finalement dans leur accomplissement personnel ». Quand l’un acquiert une indépendance, l’autre bataille pour son autonomie.

6Il faut saluer l’initiative d’un tel ouvrage collectif, trop rare dans un domaine francophone encore frileux à l’idée d’associer une perspective issue des gender studies à des objets souvent illégitimes (télévision, jeux vidéo, bande dessinée…). L’ouvrage aurait probablement bénéficié d’une contribution empirique qui aurait permis de multiplier les niveaux d’interprétation – c’est là la faiblesse de l’approche sémionarrative – mais Le Héros était une femme… reste un outil précieux pour quiconque s’intéresse aux politiques de représentations des héros et du féminin. L’ancrage sociologique ne renie pas l’inspiration des autres disciplines comme la psychanalyse ou la littérature, une perspective pluridisciplinaire essentielle pour comprendre les enjeux genrés de ces nouveaux personnages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Morin, « Loïse Bilat, Gianni Haver (dir.), Le héros était une femme... », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 février 2012, consulté le 25 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/7623

Haut de page

Rédacteur

Céline Morin

Doctorante ATER à l'Institut de la Communication et des Médias de l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, membre du laboration Communication, Information, Médias (CIM)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page