Navigation – Plan du site

Joseph Gusfield, La culture des problèmes publics. L'alcool au volant : la production d'un ordre symbolique

Marianne Woollven
La culture des problèmes publics
Joseph Gusfield, La culture des problèmes publics. L'alcool au volant : la production d'un ordre symbolique, Économica, coll. « Etudes Sociologiques », 2009, 354 p., EAN : 9782717856101.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gusfield, Joseph (1981) The culture of public problems : Drinking-driving and the symbolic order, T (...)

1La prévention de l'alcool au volant en France est une thématique récurrente de la Sécurité Routière. Et pourtant, elle n'a fait l'objet que de relativement peu de travaux en sciences sociales. L'ouvrage de Joseph Gusfield propose de comprendre « pourquoi la conduite d'une automobile sous l'influence de l'alcool est-elle après tout un problème public ? » (p.8). Publié en 1981 en anglais1, il est basé sur une recherche menée à partir de 1971, à la demande de l'Observatoire de la Ville du comté de San Diego. Il traite en même temps de l'histoire de l'alcool au volant comme problème public aux Etats-Unis et de la question de l'ordre symbolique. Le propos de l'auteur est de saisir comment le fait de conduire sous l'emprise de l'alcool est un acte condamné en public et pourtant observé en privé. Pour cela, il va rendre compte des opérations de construction des accidents d'automobile comme un problème de société en étudiant la chronologie des événements, les débats et de controverses mais en faisant la différence entre la dimension morale et la dimension cognitive du problème. Il choisit donc d'étudier l'action sociale et le discours sur l'action sociale, les actions instrumentales et symboliques, pour rendre compte du sens porté par l'action publique. Il étudie essentiellement la science et le droit, grâce à des méthodes empruntées à la rhétorique et à la dramaturgie.

  • 2 Waller J. (1967) « Identification of Problem-Drinking Among Drunken Drivers », Journal of the Ameri (...)

2La première partie du livre est consacrée à la science, et à sa rhétorique propre, et à l'ordre cognitif qu'elle contribue à créer. Gusfield s'intéresse d'abord aux catégories de perception de la question de l'alcool au volant et à leurs effets de l'expérience de la réalité. Ainsi, aux Etats-Unis, le conducteur est perçu comme la principale cause des accidents de la route, alors que d'autres causes pourraient être envisagées (l'état des véhicules, l'heure de la journée ...). Il considère ensuite que pour qu'un fait soit public, il faut qu'une multiplicité d'événements individuels soient agrégés et étudie donc la production des connaissances sur le sujet et la construction des chiffres sur l'alcoolisme. Il montre comment ces chiffres sont le produit d'une série de fictions et d'un décalage entre le jeu décontextualisé du chercheur qui produit le savoir, et le jeu de celui qui se sert du savoir pour persuader à l'action. Dans les travaux sur les accidents de la route, la recherche d'une cause, plutôt que l'analyse multivariée, a permis de convaincre les gens de la nécessité d'une action spécifique. L'invention de l'éthylotest, qui substitué la mesure des effets de l'alcool à celle de l'alcoolémie, a renforcé la place de l'alcool comme facteur causal des accidents de la route. Ainsi, le « conducteur-buveur » est devenu le « chauffeur saoul ». Pour clore cette première partie, Gusfield donne un exemple concret d'étude rhétorique de la science. Il propose une analyse littéraire d'un article scientifique de J. Waller2 sur les conducteurs-buveurs. Sa démarche consiste à mettre en évidence le contexte, l'action, l'agence, l'agencement, l'intention, le point de vue. Il met ainsi en évidence deux métaphores et le passage de l'une à l'autre. « Ce qui se passe dans cet article, peut être reconstruit comme une dramatique recatégorisation du conducteur-buveur : de buveur en société, il devient buveur à problèmes. » (p.108). Le « buveur à problème » est aussi stigmatisé pour des raisons morales, mais le travail scientifique contribue à dissimuler les conflits de sentiments présents dans l'affirmation : « Si vous conduisez, ne buvez pas ! Si vous buvez, ne conduisez pas ! » Cette affirmation est aussi conforme à des valeurs morales, que Gusfield s'efforce de mettre en évidence dans la suite du livre.

3La seconde partie de l'ouvrage est consacrée à l'étude du droit à la création d'un ordre moral. Tout d'abord, Gusfield analyse le droit sur le « conducteur-buveur » comme un système de communication, un mécanisme de définition et de solution aux problèmes sociaux. Tandis que l'ensemble des infractions au Code de la route constituent des délits mineurs, la prise d'alcool au volant est la seule circonstance où le conducteur est déclaré commettre un délit d'un point de vue juridique. La punition prescrite est plus forte que pour les autres infractions. La conduite sous l'influence de l'alcool ne fait pas de victime spécifique, c'est le comportement en tant que tel qui est singularisé. On est donc entre une offense morale et un délit pénal. Pourtant, dans la pratique, l'application du droit en la matière fait l'objet d'une négociation. « Comme objet du Droit, l'alcool au volant est un délit criminel ; comme objet de droit, il n'est rien de plus qu'une infraction au Code de la route. » (p.151) Gusfield montre que ce qui est en jeu ici, c'est la condition du conducteur (et non ses actions) et la définition d'un ordre public, qui est considéré comme bon si les automobilistes sont sobres.

4L'auteur étudie ensuite la portée symbolique des lois. Tous les acteurs du champ juridique participent à « la création d'un ordre normatif qui assigne un statut de déviance au conducteur-buveur » (p.172). Dans le droit anglo-saxon, l'individu est considéré comme responsable de ses actions. L'alcool au volant est non seulement un comportement anti-social et déviant mais aussi un drame moral, puisque la défaillance morale est responsable de dommages matériels et corporels. « L'impact de la loi comme dramatisation morale d'idéaux culturels et publics réside dans la condensation et l'amplification des contrastes entre ordre et désordre. » (p.179) Gusfield montre ainsi que la loi est un système d'autorité qui organise un schéma normatif, mais aussi un ordre social négocié.

5En conclusion, Gusfield met une fois encore l'accent sur l'élément symbolique dans son analyse. Les actions publiques, envisagées comme des représentations (au sens dramatique) portent une description de ce qu'est l'ordre public. Le problème public de l'alcool au volant renvoie ainsi à la place accordée à l'individu dans la société américaine et à une définition morale de l'ordre social. Le sociologue a ainsi fait apparaître un monde qui est politique, plutôt que seulement de nécessité technique.

6La traduction de l'ouvrage de Gusfield est accompagnée d'une longue postface de Daniel Cefaï, dont l'objectif est de resituer le travail de Gusfield dans son univers intellectuel. Ces éléments de contexte et d'histoire de la pensée (sociologie des problèmes sociaux, question du constructivisme, influence des travaux de Garfinkel et de Burke etc.), ainsi que certaines limites de l'analyse de Gusfield soulignées par D. Cefaï, permettent de comprendre la portée de La culture des problèmes publics et de mobiliser cette référence dans un autre contexte intellectuel et national.

Haut de page

Notes

1 Gusfield, Joseph (1981) The culture of public problems : Drinking-driving and the symbolic order, The University of Chicago Press, Chicago.

2 Waller J. (1967) « Identification of Problem-Drinking Among Drunken Drivers », Journal of the American Medical Association, 200, 1967.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Woollven, « Joseph Gusfield, La culture des problèmes publics. L'alcool au volant : la production d'un ordre symbolique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/763

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page