Navigation – Plan du site

Alain Chenu, Laurent Lesnard (dir.), La France dans les comparaisons internationales

Pierre Mercklé
La France dans les comparaisons internationales
Alain Chenu, Laurent Lesnard (dir.), La France dans les comparaisons internationales. Guide d'accès aux grandes enquêtes statistiques en sciences sociales, Paris, Presses de Sciences Po, 2011, 221 p., ISBN : 9782724612189.
Haut de page

Texte intégral

1Les Editions de la Découverte auraient-elles oublié cette année de publier leur traditionnel Etat de la France, comme elles le font sans faillir depuis deux décennies ? Non, et Lectures n’a d’ailleurs pas manqué de rendre compte, par la plume de Jean-François Blanchard, de l’édition 2011-2012 de cette institution éditoriale. Pourtant, le titre de ce livre-ci, dirigé par Alain Chenu et Laurent Lesnard, pourrait laisser penser le contraire : La France dans les comparaisons internationales… Si l’on s’y fie aveuglément, on croira en effet y trouver un nouvel avatar de cet exercice éditorial classique, qui consiste, thème après thème, à prendre la mesure de la situation nationale en la confrontant à son environnement international.

2Mais ici, il ne s’agit pas de cela, et pour le comprendre il suffit de feuilleter l’ouvrage quelques secondes : il ne comporte pratiquement aucun tableau ni aucun graphique. C’est qu’en réalité, il ne s’agit pas, dans chacune des contributions thématiques rassemblées ici, de dresser l’état des connaissances dans un domaine donné, mais bien plutôt… de donner toutes les clés permettant de le faire soi-même ! Autrement dit, question après question, des comportements électoraux aux pratiques culturelles en passant par les appartenances religieuses et les modes de vie, l’objectif est tout à la fois de dresser un inventaire aussi systématique et raisonné que possible des grandes enquêtes statistiques disponibles en France et à l’étranger, de retracer l’histoire de leurs développement, d’indiquer les façons dont elles peuvent être mobilisées pour faire effectuer des comparaisons internationales, et ce faisant de pointer les défis méthodologiques auxquelles elles soumettent leurs utilisateurs. L’ensemble de l’ouvrage restitue bien l’effort constant fait, depuis plus d’un demi-siècle, pour développer les enquêtes internationales, et harmoniser les définitions et les méthodes de mesure mises en œuvre dans les enquêtes nationales, depuis l’homogénéisation déjà ancienne des conceptions du chômage et de l’activité par le BIT jusqu’aux propositions plus récentes d’uniformisation des nomenclatures socioprofessionnelles européennes.

3La première partie de l’ouvrage, intitulée « Thèmes de recherche », est consacrée à la documentation des grandes enquêtes internationales en sciences sociales. Cette partie suffirait à elle seule à justifier pleinement l’ambition, affichée dès l’introduction, de proposer avec cet ouvrage un véritable « manuel d’initiation aux enquêtes comparatives ». Un court premier chapitre, rédigé par Dominique Joye, est consacré à une présentation panoramique des principaux programmes internationaux à vocation généraliste : l’European Value Survey (EVS), l’International Social Survey Programme (ISSP), les Eurobaromètres, l’European Social Survey (ESS). Les suivants permettent, thème après thème, de situer les enquêtes françaises dans les comparaisons internationales. Nonna Mayer et Nicolas Sauger présentent les enquêtes sur les comportements politiques ; Pierre Bréchon aborde les programmes portant sur les systèmes de valeurs et les croyances religieuses ; Laurent Lesnard et Anne Cornilleau consacrent leur chapitre aux enquêtes sur les modes de vie, et en particulier aux enquêtes sur les emplois du temps ; Philippe Coulangeon dresse le panorama des programmes internationaux de recherche sur les pratiques culturelles ; Louis-André Vallet passe en revue les enquêtes internationales sur la formation, l’emploi, les carrières professionnelles et la mobilité sociale ; Aline Désesquelles et OIivier Thévenon examinent de leur côté les principales sources internationales de données démographiques…

  • 1  Les « métadonnées » des enquêtes correspondent aux différents documents permettant de les décrire (...)

4La structure de chacun de ces chapitres de la première partie est relativement identique : il s’y agit d’abord de faire l’inventaire historique des grandes enquêtes internationales, et d’indiquer dans quelle mesure et de quelles façons les données et les « métadonnées »1 de ces enquêtes sont accessibles ; il s’agit ensuite d’indiquer comment les éventuels volets français (quand ils existent) de ces enquêtes, et les enquêtes spécifiques à la France, se situent dans cet inventaire ; il s’agit enfin d’évoquer les difficultés méthodologiques posées par la comparaison des résultats de ces différentes enquêtes.

5S’agissant du domaine thématique que je connais le mieux, celui des pratiques culturelles, c’est bien de cette façon que procède Philippe Coulangeon dans le chapitre 5, quoique dans un ordre un peu différent. Il commence en effet par indiquer que la statistique publique française, pionnière en la matière, s’est dotée il y a longtemps de grands instruments de mesure des loisirs et des comportements culturels : il s’agit bien sûr des fameuses enquêtes sur les pratiques culturelles des Français pilotées par le Ministère de la Culture, d’abord dans les années 1960 sous l’impulsion d’Augustin Girard et de l’équipe coordonnée par Pierre Bourdieu et Alain Darbel, et ensuite, à partir de 1973, grâce à la persévérance d’Olivier Donnat. Mais Philippe Coulangeon rappelle aussitôt que ces enquêtes, profondément marquées par les ambitions de démocratisation culturelle de leur commanditaire, ont longtemps été empreintes de « légitimisme » (c’est beaucoup moins vrai aujourd’hui), dans la mesure où elles ont longtemps privilégié la mesure des pratiques culturelles dites « savantes » (la lecture, les sorties culturelles au théâtre, au musée…), au détriment des loisirs populaires. Après avoir décrit dans le détail les principes de construction de ces enquêtes françaises, Philippe Coulangeon explique ensuite que si la France a effectivement été pionnière dans ce domaine, de nombreux autres pays se sont dotés depuis plus ou moins longtemps de dispositifs similaires, plus ou moins réguliers et plus ou moins stables dans le temps, au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis… Ces deux derniers pays se distinguent d’ailleurs par la qualité et la régularités de leurs enquêtes sur les pratiques culturelles, réalisées tous les 5 ans depuis 1979 sur un échantillon de 10.000 personnes pour les enquêtes dites AVO aux Pays-Bas, et depuis 1982 sur un échantillon de 17.000 personnes pour les Surveys of Public Participation in the Arts (SPPA) aux Etats-Unis. Ces enquêtes sont particulièrement précieuses pour les comparaisons internationales, dans un contexte de relative rareté des dispositifs internationaux de mesure des pratiques culturelles, à l’exception notable des volets culturels des Eurobaromètres et de l’International Social Survey Programme (ISSP).

6La seconde partie du livre est quant à elle intitulée « Questions méthodologiques ». En cinq chapitres, elle s’efforce de passer en revue les différents registres de difficultés soulevées par la comparaison de données issues de différentes traditions nationales d’enquête : Dominique Joye évoque ainsi les problèmes posés par les différences entre techniques d’échantillonnage (chapitre 9), avant de consacrer un chapitre plus général (co-écrit avec Ekkehard Mochmann) à l’internationalisation des enquêtes en sciences sociales ; Mirna Safi examine ensuite le développement international des dispositifs d’enquêtes longitudinales (chapitre 10) ; les deux derniers chapitres sont enfin consacrés d’une part aux conditions, en particulier en termes d’archivage et de documentation des données d’enquêtes, propices au développement de l’analyse secondaire des données (chapitre 11), et d’autre part aux problèmes de protection des données individuelles (chapitre 12).

7Ce panorama méthodologique proposé par la seconde partie de l’ouvrage montre les progrès faits en faveur de la comparabilité internationale des données enquêtes, à la fois en termes d’homogénéisation des modes de production des données, et d’homogénéisation des normes d’archivage, de documentation et de diffusion des données. Il montre aussi, ne serait-ce qu’en creux, certaines faiblesses de la France dans ce domaine : la France reste sous-représentée dans les comparaisons internationales, et sa politique de diffusion des données reste insuffisamment développée, surtout quand on la compare à ce qui se passe dans les autres pays à forte tradition de statistique publique. Au total, en mettant bout à bout ces deux constats – celui des progrès internationaux, et celui du retard de la France – l’ouvrage constitue donc un plaidoyer convaincant pour le développement en France de grandes infrastructures d’archivage et de diffusion des données d’enquêtes. On serait tenté de faire remarquer pour finir que cela ne manque pas de cohérence : ce n’est pas probablement pas une coïncidence si la publication de cet ouvrage, dont Laurent Lesnard est un des deux coordinateurs, coïncide presque exactement avec l’inauguration de DIME-SHS, l’équipement d’excellence du CNRS, dirigé par le même Laurent Lesnard, et qui a vocation à devenir le grand centre de recherches français au service de la réalisation, de l’archivage et de la diffusion des enquêtes en sciences sociales. Qui veut l’amélioration de la place de « la France dans les comparaisons internationales », pour reprendre le titre de l’ouvrage, ne peut que souhaiter le plus grand succès à la fois au livre et à cette nouvelle institution.

Haut de page

Notes

1  Les « métadonnées » des enquêtes correspondent aux différents documents permettant de les décrire précisément, et de guider leurs utilisateurs : description des conditions et des modalités de réalisation des enquêtes, fac-similés des questionnaires, dictionnaires des variables, descriptions des procédures de redressement, scripts de formatage et d’étiquetage des variables dans le meilleur des cas…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Mercklé, « Alain Chenu, Laurent Lesnard (dir.), La France dans les comparaisons internationales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 février 2012, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/7646

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page