Navigation – Plan du site

Bernard Traimond, Penser la servitude volontaire. Un anthropologue de notre présent, Gérard Althabe

Jonathan Chibois
Penser la servitude volontaire
Bernard Traimond, Penser la servitude volontaire. Un anthropologue de notre présent, Gérard Althabe, Le Bord de l'eau, coll. « Des Mondes ordinaires », 2012, 235 p., ISBN : 978-2-356-87155-8.
Haut de page

Texte intégral

1Bernard Traimond se donne ici comme objectif d'« installer à la place qui lui est due un des plus créatifs anthropologues français contemporains en soulignant, autant que faire se peut, la richesse, la subtilité et la nouveauté de son œuvre ». Il est vrai que les travaux de Gérard Althabe (1932-2004) dépassent largement les quelques spécialités qu'il est aujourd'hui fréquent de lui attribuer, en particulier l'anthropologie urbaine et l'étude des mouvements politico-religieux.Pour ce faire, tout en s'attachant à souligner les paradoxes de la pensée du chercheur et à marquer ses propres désaccords, il entreprend non pas de rédiger une biographie, qui aurait comme travers de laisser inexplorées les modalités d'élaboration de l'œuvre d'Althabe, mais au contraire de proposer une « anthropologie d'un anthropologue », c'est-à-dire de présenter les éléments qui ont permis au chercheur d'adhérer à certaines convictions et d'écrire certains textes.

  • 1 Augé, Marc, Gérard Althabe. Un « révolutionnaire » de l'anthropologie, Le Monde, 15 juin 2004.

2La première et seconde partie de l'ouvrage s'attachent à présenter la démarche « originale et unique » qui fut celle de Gérard Althabe – qualifié de « révolutionnaire » par Marc Augé1 – caractérisée par un souci de décrire le présent en s'attachant aux détails, tout en refusant la généralité dans l'analyse. Utilisateur frénétique du magnétophone, il fait paradoxalement preuve d'une profonde méfiance vis-à-vis de ces paroles rapportées, hautement susceptibles d'être sujettes à la sur-interprétation. En guise de garde-fou, Althabe, qui assume la supériorité du discours de l'étranger érudit sur le discours de l'indigène profane concernant la compréhension des phénomènes sociaux, défend ardemment le principe de l'observation directe et approfondie, reléguant alors la parole enregistrée au second plan dans l'analyse. Ce régime de vérité où le chercheur dispose d'une position privilégiée va de pair avec une conception définitivement holistique, quoique non positiviste, des pratiques et discours humains.

3La troisième partie s'arrête sur les divers objets de recherche qui furent ceux d'Althabe, retraçant un parcours non conventionnel mais malgré tout cohérent qui l'a mené du Nord Congo à Madagascar, puis aux HLM de Nantes. On y découvre un militant assumé, aussi convaincu que contenu, dont les revendications et les espoirs politiques ont présidé au choix des terrains d'enquête et à l'élaboration des méthodes de recherche. Déterminé à déconstruire et à révéler toutes formes de domination, par des dénonciations précises et argumentées, ce chercheur encourage l'appropriation politique de ses écrits. Délaisser les thèmes canonique de l'anthropologie (parenté, religion, culture...) devient alors une priorité pour se consacrer à l'étude du vécu, c'est-à-dire des personnes qui font l'histoire au présent. De fait, il se fait défenseur d'une anthropologie appliquée allant de pair avec l'ouverture de la discipline aux nouveaux objets et nouveaux terrains. Ici apparaît en filigrane les raisons pour lesquelles l'œuvre d'Althabe, tout en traçant une voie novatrice, souffrira d'un manque de reconnaissance académique.

4La quatrième partie s'attache à explorer l'écriture d'Althabe. En se penchant successivement sur ses sources, sur la place accordée à la parole de l'indigène, puis à sa poétique, on voit émerger plusieurs contradictions. On s'interrogera en particulier sur la dissimulation dans son œuvre des étapes successives d'élaboration de la pensée, choisissant de ne donner à lire que ses conclusions, conception qui pose aujourd'hui un évident problème d'autorité. C'est finalement une forme de « positivisme » de l'écriture qui apparaît curieusement chez cet auteur qui a pourtant sur de multiples plans œuvré pour le réfuter. La cinquième et dernière partie est l'occasion de revenir sur la personnalité d'Althabe, dont la modestie éclaire le refus d'adhérer à une norme d'écriture qui privilégierais le « je » méthodologique, dont l'anticonformisme participe à expliquer son inaudibilité et son isolement, et dont le refus des confrontations lui a permis néanmoins de suivre une carrière universitaire normale.

5S'il ne tient qu'à chacun d'évaluer la pertinence des arguments avancés par Traimond, le lecteur non-initié trouvera à tout le moins une introduction engageante, quoique nécessairement non exhaustive, à cette œuvre originale. Le ton de cet ouvrage, teinté d'un fervent enthousiasme pourra parfois surprendre, même si on ne pourra nier une démonstration honnête et rigoureuse. Peut-être pourrait-on surtout regretter que le thème de la servitude volontaire, qui donne à l'ouvrage son titre, ne soit pas plus explicitement traité.

Haut de page

Notes

1 Augé, Marc, Gérard Althabe. Un « révolutionnaire » de l'anthropologie, Le Monde, 15 juin 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Chibois, « Bernard Traimond, Penser la servitude volontaire. Un anthropologue de notre présent, Gérard Althabe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/7668

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page