Navigation – Plan du site

Antonio Gramsci, Guerre de mouvement et guerre de position

Patrice Moundounga Mouity
Guerre de mouvement et guerre de position
Antonio Gramsci, Guerre de mouvement et guerre de position, La Fabrique, 2012, 338 p., ISBN : 978-2-358-72030-4.
Haut de page

Texte intégral

1Gramsci, en tant que militant révolutionnaire, a voulu à travers son œuvre, apporter des réponses à la question du pouvoir des travailleurs, autant durant la Première Guerre mondiale et la révolution russe que pendant l’Italie industrielle des années 1920. Accusé de conspiration en 1926, il est condamné à la prison par le régime fasciste qui déclara, qu’il faut empêcher ce cerveau de fonctionner pour les 20 ans à venir.

  • 1  Il était rédacteur en chef de l’organe de presse du PC d’I créé en 1924 à l’issue d’une bataille p (...)
  • 2  Ces écrits sont notamment regroupés dans Les cahiers de prison, publiés en français en 5 volumes e (...)

2En emprisonnant Gramsci, Mussolini voulait paralyser l’activité politique des communistes qu’il avait déjà rendue illégale quelques mois auparavant. Membre des exécutifs du PC italien, Gramsci était un organisateur essentiel de l’activité politique1 et des débats de l’IC. Avant d’être un penseur, Gramsci est d’abord un militant façonné par les mouvements de son temps. C’est avec cette approche qu’il faut aborder les milliers pages qu’il rédige en prison2 et qui sont bien présentés à travers ce livre dont l’objectif est d’adresser à un lectorat plus vaste (non spécialiste) la pensée gramscienne.

3La contribution originale de Gramsci à la compréhension des cultures populaires est fondamentale à double titre avec les concepts de guerre de mouvement et de position, mais aussi sur le type de rapport qu’ils préconisent sur le fond que sur la forme. À travers ces concepts Gramsci vise en réalité, celui d’hégémonie, avec la domination que la bourgeoisie exerce sur les classes populaires par son emprise sur les façons de penser, parler, voir, écouter, sentir, etc. Cette emprise les éloigne de toute entreprise révolutionnaire. Par conséquent, Gramsci cherche à promouvoir une nouvelle culture populaire, qui ne serait pas bourgeoise, et qui œuvrerait à contrer son hégémonie en transformant culturellement les classes populaires, mieux, en les mettant en disposition pour la révolution : une manière de mener la célèbre guerre de position, nécessaire avant de passer à une guerre de mouvement.

4Comme l’a déjà montré Sarah Benichou3, l’hégémonie chez Gramsci fut un concept formulé pour penser la révolution au présent. Marxiste contemporain de la révolution russe, Gramsci est profondément marqué par cette expérience. Pour lui, elle a « marqué un tournant décisif dans l’histoire de l’art et de la science politiques »4 : c’est un repère politique fondamental. Cependant, il poursuit également que « les événements de 1917 constituent le dernier fait du genre dans l’histoire de la politique ». Cette prise de position, a priori polémique, est à l’origine de ses réflexions sur le concept d’hégémonie. C’est dire que 1917 aura été alors une exception, pointant le fait que le dynamisme et la massivité des mouvements européens étaient largement comparables à ceux qui ont animé la Russie de 1917. Pour Gramsci, cette exception est cependant exemplaire car elle montre que les travailleurs sont capables de se saisir du pouvoir.

5L’ère industrielle a marqué la construction de l’État bourgeois. En construisant sa domination économique, la bourgeoisie a également remodelé les structures et les relations sociales et politiques de l’ensemble de la société.

6La structure massive des démocraties modernes, considérée comme organisation d’État ou en tant qu’ensemble d’associations opérant dans la vie civile, constitue dans le domaine de l’art politique, les tranchéeset les fortifications permanentes du front dans la guerre de position. C’est à partir de ce constat que Gramsci propose un saut qualitatif, sur les plans théorique et pratique. Celui-ci est, selon lui, incontournable pour comprendre le présent afin de pouvoir y construire la révolution. C’est cette avancée qui est synthétisée par le concept d’hégémonie : la formule de la révolution permanente proposée par Marx5 et qui « appartient en propre à une période historique » est soumise à l’élaboration et dépassée dans le domaine de la science politique par la formule de l’hégémonie civile6.

  • 7  Idem.
  • 8  Ibid.
  • 9  Ibidem.

7Pour comprendre l’hégémonie bourgeoise Gramsci affirme que la guerre de position « c’est l’hégémonie »7, il utilise là, plus qu’une métaphore. Pour lui, la guerre de position est une stratégie militaire née pendant la première Guerre mondiale et qui doit son nom à sa dimension très statique (tranchées, infrastructures militaires lourdes et peu maniables). Cette guerre de position correspondait aux nouvelles capacités et aux nouveaux besoins du capitalisme industriel pour son expansion et sa consolidation politique ou économique. Pour Gramsci, il en est de même en ce qui concerne la lutte des classes : « il se passe dans l’art politique ce qui se passe dans l’art militaire : la guerre de mouvement devient toujours davantage une guerre de position »8, celle-ci est « imposée par les rapports généraux des forces qui s’affrontent »9.

8Cet ouvrage consacré à Gramsci est une véritable anthologie de textes choisis compliqués à lire et toujours plus élitistes de Cahiers de prison écrits entre 1891 et 1937. C’est dire que l’ouvrage est d’une haute portée heuristique intellectuellement stimulante tant la pensée gramscienne volumineuse et complexe a largement porté sur les cultures populaires, notamment sur la vie ordinaire et la manière dont la culture permet de changer nos comportements.

9Par ailleurs, ce livre, dont l’approche est comparable à celle de Rosanvallon dans La société des égaux, montre que la révolution suggérée par Gramsci concernant la lutte des classes, est la conséquence des inégalités. Pour faire vivre l’égalité de façon permanente, la guerre de mouvement et de position deviennent des actes majeurs de la liberté des individus. En manifestant l’exigence révolutionnaire, face à la crise de l’égalité, Gramsci dans un contexte précapitaliste, comme d’autres révolutionnaires, se réfère surtout à une conception de l’égalité comme substance même de la relation sociale. C’est l’égalité comme lien social qui définissait une société démocratique. La grande entreprise de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique a précisément visé à comprendre ce projet d’une société des égaux comme société de semblables. De plus, si on adopte un raisonnement de type la roue de l’ascenseur social ne peut pas tourner du même côté et si l’on rappelle la sociologie d’un Norbert Elias, par exemple, on prend conscience que la révolution gramscienne est comme l’interaction entre les individus (bourgeoisie et classe ouvrière) et entre les individus et la société qui produit le lien social.

10Au total, les textes de Gramsci qui vont de l’économie à la politique en passant par la culture, la sexualité et les intellectuels offrent une contribution appréciable à la compréhension de la tradition sociologique d’inspiration marxiste sur l’usage des rapports entre les classes. Ces textes sélectionnés de Gramsci atteignent leurs objectifs en montrant qu’un certain nombre d’idées qu’il a défendues s’inscrivent dans une dynamique durable. La cohérence de l’ensemble, qualité difficilement respectée dans ce type d’ouvrage et dont le respect mérite d’attirer l’attention, est ici remarquable et confirme la valeur de l’hommage que je rends à son auteur.

Haut de page

Notes

1  Il était rédacteur en chef de l’organe de presse du PC d’I créé en 1924 à l’issue d’une bataille politique au sein du PC d’I pour consacrer les faibles moyens du parti a se doter d’un journal.

2  Ces écrits sont notamment regroupés dans Les cahiers de prison, publiés en français en 5 volumes et édités chez Gallimard.

3  S. Benichou, Antonio Gramsci, penser la révolution au présent, Que Faire ? LCR, n° 8, mai/juillet 2008

4  A. Gramsci, Cahiers de prison 10, 11, 12, 13, Paris, Gallimard, 1978, p. 411. Egalement in Gramsci dans le texte.

5  S. Benichou, Antonio Gramsci, penser la révolution au présent, Que Faire ? LCR, n° 8, mai/juillet 2008.

6  Op. cit., Cahiers de prison, p. 410-412. Egalement in Gramsci dans le texte.

7  Idem.

8  Ibid.

9  Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Moundounga Mouity, « Antonio Gramsci, Guerre de mouvement et guerre de position », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 29 février 2012, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/7700

Haut de page

Rédacteur

Patrice Moundounga Mouity

Politologue, essayiste et chercheur, diplômé de CEAN/IEP de Bordeaux, membre de l'AFSP (Association française de science politique)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page