Navigation – Plan du site

Alain Caillé, L'idée même de richesse

Emmanuel Galland
L'idée même de richesse
Alain Caillé, L'idée même de richesse, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012, 140 p., ISBN : 9782707171344.
Haut de page

Texte intégral

1Des réflexions sur la monnaie archaïque en passant par celles de Marcel Mauss sur le don et le contre-don, la notion de richesse est au cœur des travaux de sociologie ou d'anthropologie économique. Ceux-ci ont bien documenté les variations spatio-temporelles que la notion recouvre, et certains s'interrogent aujourd'hui sur son sens dans un monde contemporain en crise de ses idéologies de la croissance et de la marchandisation. C'est dans cette lignée que s'inscrit explicitement ce dernier petit ouvrage d'Alain Caillé, fondateur du MAUSS (Mouvement Anti-Utilitariste dans les Sciences Sociales) et de la revue éponyme. Partant du constat que depuis une trentaine d'années la croissance économique ne s'est pas accompagnée, dans les pays occidentaux, d'une hausse de la perception subjective du bien-être, il faut mettre à la question nos conceptions de la richesse et plus particulièrement les indicateurs à travers lesquels nous la mesurons.

2S'il s'agit là de l'intention théorique, ce livre est surtout issu d'une demande faite à l'auteur par la cellule de recherche commune à trois mutuelles d'assurance qui s'interrogent sur les formes de richesse « sociale » qu'elles génèrent au delà de leur activité principale. La réponse et la réflexion autour de cette question ne concernent en fait véritablement que la première partie de l'ouvrage (70 pages sur 140, soit la moitié environ). La seconde partie est un assemblage plus hétéroclite d'articles, écrits en diverses occasions et sur des sujets variés : la place du don au sein du marché du travail, la responsabilité sociale et environnementale (RSE) des entreprises, ou encore, en dialogue avec François Vatin, la critique de la mesure et de l'évaluation dans les organisations. Plutôt que la richesse, le fil rouge de la seconde partie semble plutôt être celui qui est cher à Alain Caillé et à l'ensemble des travaux du MAUSS, à savoir les rapports entre don et utilitarisme.

3Un premier constat s'impose. Si l'ouvrage n'est en rien dénué d'intérêt, il porte cependant très mal son titre. Ne pourra être qu'un peu déçu celui qui y cherche une réflexion ou des débats centrés exclusivement autour de la notion même de richesse dans les sciences sociales, comme semble l'annoncer le titre. En effet, le sujet transversal à tout l'ouvrage semble plutôt porter sur une critique de la mesure de la richesse et de ses indicateurs qui s'assimile à une critique de la quantification et de la mesure en général, et qui donne corps à une conception particulière (et autoproclamée subversive) de la richesse, fondée sur la gratuité, la grâce et le gracieux. Bref, pour qui connaît les travaux d'Alain Caillé ou du MAUSS, rien de bien surprenant ; mais il faut être averti que le cœur de l'ouvrage ne porte pas sur la richesse en tant que telle.

4Pourtant, c'est l'impératif qui est établi par l'auteur dès l'introduction. Il observe que nos sociétés se retrouvent aujourd'hui dans une situation hautement paradoxale de double bind : l'injonction à l'enrichissement est devenue obsessionnelle tandis que nous approchons du point de rupture des équilibres écologiques. Nous devons « appuyer à la fois sur le frein et l'accélérateur ». Face à cette crise il apparaît nécessaire de repenser l'idée même de richesse, en la sortant de son carcan matérialiste. La richesse ne se réduit pas à la richesse monétaire, et il faut prendre en compte à travers sa mesure, ses dimensions multiples et qualitatives plutôt que quantitatives. Pour appuyer son propos, l'auteur retrace (chapitre I) la généalogie de la mesure de la richesse. Depuis Malthus en passant par la tradition marxiste qui inspire les concepteurs de la Comptabilité Nationale d'après guerre, la richesse se fonde sur le critère objectif de la valeur d'échange et du travail incorporé. C'est le renversement, inspiré par l'économie marginaliste, qui va donner toute sa place à l'utilité subjective du consommateur, pour faire de la richesse le bonheur d'avoir ce que l'on désire, et aboutir ainsi à l'idée que la production nationale d'un pays reflète la satisfaction de ses habitants (PNB = BNB). C'est cette identité qui est l'objet de fortes critiques depuis une dizaine d'années, et que les indicateurs alternatifs de la richesse s'efforcent de contourner, préciser, ou affiner. Qu'ils se focalisent sur le bien-être, l'environnement, la justice sociale ou qu'ils synthétisent sur la base de pondérations toutes ces dimensions (tel le fameux IDH), l'ensemble de ces indicateurs est soumis à la critique par Alain Caillé. Une critique générique. Non seulement les indicateurs alternatifs ne s'affranchissent pas de la quantification ou de la quantophrénie, cette logique réductrice, partielle et partiale, mais il n'est pas sûr que la « vraie » richesse se laisse saisir par l'addition et la complémentarité de ses multiples formes, aussi pertinentes soient-elles les unes par rapport aux autres. L'impensé de ces indicateurs alternatifs reste la richesse : qu'est ce que la richesse ?

5C'est indéniablement le chapitre II qui discute au plus près des « mystères, impasses et sortilèges » de cette notion et qui mériterait plutôt le titre de l'ouvrage. L'auteur présente de manière claire et assez concise les problématiques en démêlant à l'aide d'exemples les écueils habituels de la réflexion sur la richesse. Celle-ci bute soit sur sa réduction à la sphère marchande, soit sur l'impossible définition de son essence. Les clarifications conceptuelles proposées apparaissent comme bienvenues. La richesse ne peut se comprendre d'abord que dans un espace-temps donné. La vieille distinction entre valeur d'usage et valeur d'échange doit être complétée par une valeur de lien et une valeur de renommée. Et il faut distinguer enfin, à la suite d'Amartya Sen, la richesse d'une prospérité composée de l'opulence, de l'utilité et de capabilities.

6Prenant le contre-pied de la science économique pour qui la richesse est toujours la contrepartie d'un coût ou d'un effort, il propose sa propre définition – ou selon ses propres mots, un « pari » – : « ne faudrait-il pas dire au contraire, qu'il n'est de véritable richesse que de la gratuité, de la grâce ou du gracieux ? ( ) Il n'est donc de richesse que ce qui émerge au-delà de la peine, ou qui lui préexistait » (48).

7Le chapitre III pose la question du rapport de la subjectivation avec les différentes formes de richesse. L'auteur y propose une typologie des différentes dimensions du sujet (individu, personne, citoyen, humain) associé à des richesses particulières (privée, commune, publique, de l'humanité) et des types d'acteurs spécifiques (entreprise, association, État, ONG). Et c'est à partir de là qu'il défend l'associationnisme : étant des organismes privés-publics, en vertu de leurs modes de fonctionnement et d'engagement et comme pourvoyeuses de gratuités, les associations apparaissent comme des producteurs majeurs de richesses. Et c'est la seule recommandation adressée aux mutuelles d'assurance (soi-disant la commande de ce livre) : recentrer leurs actions sur l'échelle du territoire et se faire les gardiennes de biens communs pour toucher « les bénéfices de la gratuité » (65).

8À partir de là, l'ouvrage ne fait plus que défendre et re-présenter les mêmes thèses autour de la gratuité et de l'importance des capacités à agir, à donner, à s'adonner et à recevoir. À chaque fois il est fait une critique de la quantification, rapportée aux thèses du néomanagement, inapte par essence à saisir la gratuité et l'inestimable. En « chaussant les lunettes du don » il propose (chapitre IV) des remarques anti-utilitaristes sur la « boîte noire » des organisations, notamment au sein du marché du travail. Il réfléchit ensuite (chapitre V) aux rôles des entreprises en tant que producteurs de richesses : sensées produire, selon sa typologie, une richesse privée, la RSE les propulse aujourd'hui comme producteurs de biens communs. Il en appelle à « l'évolution de l'opinion publique mondiale » sur ce point. Les deux chapitres suivants (6 et 7) font place à une discussion à deux, directement centrée sur la mesure en tant que telle, que François Vatin commence par défendre mais de manière critique : il y a certes beaucoup de bonnes raisons de rejeter la mesure, mais celle-ci n'est pas toujours une arme de domination, elle est performative, produit des contre-mesures et s'inscrit in fine dans l'horizon du changement social. Un plaidoyer auquel Alain Caillé s'oppose en rappelant les dérives possibles de la quantification dans un monde « terrifiant » et « invivable ». En s'appuyant sur Aristote et Platon, il recentre le débat sur l'évaluation bibliométrique au sein des métiers de la recherche.

  • 1  Caillé A. & al., De la convivialité. Dialogues sur la société conviviale à venir, Paris, La Découv (...)

9L'ouvrage se termine sur une conclusion d'inspiration messianique (revendiquée) et aux accents lyriques, qui se veut valeur de programme politique. Il s'agit d'élaborer un projet de société autour de ce qu'il appelle le convivialisme, qui rassemble l'ensemble des acteurs de l'économie sociale, solidaire ou alternative autour de l'idée de convivialité. Cette conclusion n'est en fait que la synthèse de ses derniers ouvrages1 consacrés à ce projet politique.

10Au final, il s'agit d'un ouvrage qui relève plus d'un essai de philosophie politique que de sciences sociales à proprement parler. Les sciences sociales n'y sont pas absentes dans la mesure où les réflexions d'Alain Caillé s'appuient sur elles et que les références – comme dans l'ensemble de son œuvre – sont largement interdisciplinaires, mais l'ouvrage n'apporte par exemple aucun fait empirique propre ou nouveau. C'est la dimension normative assumée et fortement revendiquée qui fait pencher l'ouvrage véritablement du côté de l'essai ou du manifeste. On y trouve bien des réflexions sur l'idée même de richesse, mais articulées autour d'un projet politique et social à visée réformatrice : le convivialisme.

11Libre au lecteur de s'en faire son idée. On regrettera cependant à titre personnel une vision assez enchantée de la richesse, assimilée à la beauté (page 55, est-ce toujours du singulier qu'émergent le sens, le charme et le plaisir ?), et à des valeurs à fortes connotations positives : gratuité, grâce, charme, gracieux, etc. Peut-être manque-t-il un regard sur les aspects asservissants de la richesse dont l'importance reste fondamentale dans les processus de hiérarchisation sociale. Selon lui, la richesse s'appuie sur des choses dont l'usage possède une capacité à rendre libre, à agir et à donner. Certes, mais les capabilities permettent aussi d'asseoir sa domination sur les autres, de renforcer des compétences sociales, de fuir des vulnérabilités en les reportant sur d'autres catégories, etc. Il ne s'agit pas toujours de la capacité à s'adonner dans la convivialité.

12Enfin, sur la forme, on peut regretter une certaine dispersion pour un ouvrage de cette taille. Annoncé sur l'idée même de richesse, l'ouvrage nous parle de plein de choses à la fois. Si la diversité peut être une « richesse » de l'ouvrage, on aurait souhaité que l'auteur fasse correspondre cette richesse à sa conception : la singularité. De nombreuses répétitions émaillent en effet le texte : pp. 60-61 puis 85-86 pour les motivations intrinsèques extrinsèques ; pp. 56-57 puis 92-93 pour la typologie subjectivité-richesse-acteur ; p. 82 puis p. 94 sur l'efficacité des entreprises qui mobilisent les réseaux de don et contre-don (avec les mêmes références à Akerlof et à Alter) ; pp. 70 et 131, avec les mêmes chiffres et les mêmes informations, la croissance ne fait pas le bonheur ; la fin du chapitre VII répète exactement la même opposition aux risques de la quantophrénie que dans l'introduction. La lecture de certains passages s'en trouve parfois dénuée d'intérêt voir ennuyeuse quand le lecteur se voit – aux pages 117-118 par exemple – résumer le chapitre précédent, qu'il vient de lire, en le re-citant abondamment. On comprend bien qu'il s'agit d'articles rédigés séparément et que l'ouvrage est fait d'un assemblage. Il aurait été bienvenu de retoucher a minima les textes pour éviter ce genre de désagréments.

Haut de page

Notes

1  Caillé A. & al., De la convivialité. Dialogues sur la société conviviale à venir, Paris, La Découverte, 2011 et Caillé A., Pour un manifeste du convivialisme, Le Bord de l'eau, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Galland, « Alain Caillé, L'idée même de richesse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 27 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/7711

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page