Navigation – Plan du site

Georges Felouzis, Siegfried Hanhart (dir.), Gouverner l'éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses

Muriel Epstein
Gouverner l'éducation par les nombres ?
Georges Felouzis, Siegfried Hanhart (dir.), Gouverner l'éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses, De Boeck, coll. « Raisons éducatives », 2011, 231 p., ISBN : 9782804165956.
Haut de page

Texte intégral

1Passionnant, complexe, quoiqu’un peu inégal, l’ouvrage coordonné par Georges Felouzis et Siegfried Hanhart intéressera (ou devrait intéresser) tant les sociologues, que les chercheurs en sciences de l’éducation, les économistes de l’école, les acteurs du système scolaire (enseignants, élèves, directeurs, parents d’élèves…) et les évaluateurs privé ou public, qu’ils travaillent avec des méthodes qualitatives ou quantitatives.

2Parfois un peu redondants, parfois au contraire très singuliers, les dix articles réunis dans Gouverner l’éducation par les nombres ? offrent une succession de points de vue sur la place de l’évaluation dans l’éducation, et en particulier la place des indicateurs quantitatifs dans l’évaluation. Ils décrivent les effets positifs et négatifs de l’évaluation selon les aspects géographiques : différents niveaux (local, national,..) et dans différents pays francophones (Canada, Suisse, Belgique, France). L’ouvrage s’intéresse également à la forme des effets selon les publics : constitution d’un groupe, estime de soi des élèves, motivation ou démotivation des enseignants, utilisation de l’outil « évaluation » par les chefs d’établissement, ou insertion dans l’emploi selon les résultats aux évaluations par exemple.

3« Politiques éducatives et évaluation : nouvelles tendances et nouveaux acteurs », écrit par les directeurs de l’ouvrage, inaugure la série de dix articles. Avant de présenter les différentes contributions, la notion de l’évaluation et la place de l’évaluation quantitative est rappelée, en particulier, le fait que l’école soit un bien public pour lequel il faut « rendre des comptes ». Les conditions de validité et de légitimité de l’évaluation sont interrogées, ainsi que la définition même de l’efficacité en reprenant les notions d’efficacité interne, externe et de l’efficience. Les auteurs insistent sur le problème des effets non mesurables, c'est-à-dire les retombées positives de l’éducation sur l’ensemble de la société que l’on peut difficilement saisir et mesurer… Bien que le dernier article de l’ouvrage s’y essaie avec un certain succès. Parmi les conséquences de cette gouvernance éducative, les auteurs mentionnent les aspects « communication », les effets pervers d’études mal menées qui conduisent notamment à des politiques contre-productives (le cinquième article en est un bon exemple).

4Le second article de l’ouvrage, intitulé « réformes et ordres universitaires locaux » de Catherine Paradeise et Jean-Claude Thoenig trouvera un écho chez tous ceux qui travaillent ou étudient à l’université. Bien qu’il soit bien écrit, instructif, amusant et réaliste, il dénote par rapport aux autres contributions tant il en est éloigné à la fois par le sujet, puisqu’il concerne l’université quand les autres articles sont centrés sur le primaire ou le secondaire, et par la méthodologie, très qualitative. Les auteurs proposent une typologie des universités selon deux axes : le prestige et l’excellence. Ils distinguent ainsi les universités dites du « gratin » qui prêtent une attention forte tant à l’excellence qu’au prestige, des universités dites des « patriciens » qui bénéficient d’un fort prestige mais attachent peu d’importance à la réalité de l’excellence. Les « aspirants » sont attentifs à l’excellence de leur niveau mais pas tant au prestige et les « missionnaires » sans excellence ni prestige sont les plus « égalitaires ». Pour chaque type d’université, les auteurs expliquent ce qu’il en découle comme gouvernance, comme capital social, et comme jeux d’acteurs locaux. Certains parmi vous s’y retrouveront peut-être et comprendront mieux pourquoi les règles informelles sont à ce point fluctuantes d’une université à l’autre.

5« La construction des politiques d’évaluation et de pilotage du système scolaire en Belgique francophone : nouveau paradigme politique et médiation des experts » par Christian Maroy et Catherine Mangez est probablement un des articles les plus ardus de l’ouvrage bien qu’il ne croule pas sous les chiffres. Les auteurs proposent en effet de repenser l’école « non plus comme une institution mais avant tout comme un système de production scolaire ». Ce changement de point de vue est, selon eux, indispensable pour comprendre les effets de l’évaluation externe sur le système éducatif belge.

6Nathalie Mons et Marcel Crahay proposent une réflexion sur « l’évaluation des performances scolaire des élèves : un instrument d’évaluation des politiques publiques ? ». Ils rappellent la justification de l’évaluation dans les politiques publiques et les cadres théoriques avant de s’intéresser aux appareils statistiques nationaux dans l’OCDE, qui sont pauvres et permettent difficilement l’évaluation des politiques publiques. Ils s’interrogent ensuite sur l’usage fait des évaluations standardisées (PISA essentiellement) avant de discuter l’écart entre « d’un côté la banalisation de la rhétorique de la responsabilisation et de la culture de l’évaluation et, de l’autre, la faiblesse des dispositifs d’évaluation des politiques éducatives utilisant les résultats quantitatif de l’évaluation standardisée des élèves » (p91). Les auteurs détaillent les objectifs implicites des évaluations que sont la communication, la coordination face à la décentralisation et l’instrument de l’action publique pour des déports de responsabilités et reconfigurations locales.

7Un des articles les plus éblouissants de l’ouvrage est probablement celui de Pascal Bressoux et Laurent Lima (cinquième article du recueil) intitulé « la place de l’évaluation dans les politiques éducatives : le cas de la taille des classes à l’école primaire en France ». Il démonte très rigoureusement avec de nombreuses données à l’appui et un raisonnement très détaillé comment une étude qui prétendait démontrer que la taille des classes n’avait pas d’impacts sur les résultats scolaires a servi de prétexte à des économies et des suppressions de classe. Les auteurs montrent entre autre que l’aspect « âge des enseignants » a été complètement négligé alors que la cohorte de classes « à effectif réduit » était composée d’enseignants en moyenne dix ans plus jeunes que la cohorte de classe « à effectif normal » et que d’autres études montrent qu’une année d’ancienneté des enseignants a plus d’effet sur les résultats scolaires des élèves que la présence d’un élève en moins par classe.

8Les articles d’Anne Barrère d’une part et de Branka Cattonar et Claude Lessart d’autre part se font écho sur le lien entre l’évaluation et le positionnement du chef d’établissement. Respectivement intitulés « les contradictions organisationnelles de l’évaluation. L’expérience des chefs d’établissements français » et « Développement de l’évaluation externe et restructuration du métier de direction d’établissement scolaire au Canada », ils présentent le même sujet sur deux terrains différents, avec des méthodologies plus qualitatives pour le premier et quantitatives pour le second. Ce deuxième article s’appuie cependant beaucoup sur les travaux d’Anne Barrère. Cette dernière rappelle notamment à quel point l’évaluation peut dériver jusqu’à devenir le projet en lui-même et s’interroge sur le fait que « ce qui n’est pas chiffrable n’a pas de valeur ? ». Les trois auteurs explicitent en quoi l’évaluation est un enjeu et un outil pour un chef d’établissement et comment les évaluations externes notamment influencent les modes de direction et les métiers.

9Les deux avant-derniers articles ont un auteur commun, José V Ramirez, et traitent tous deux sous un angle très quantitatif des effets de l’évaluation à Genève. Le premier est intitulé « Evaluation, concertation, décision : quelle régulation pour le système éducatif ? Le cas de l’enseignement primaire genevois » et compte quatre co-auteurs tandis que le second est intitulé « l’évaluation des élèves : externalisation et hétérogénéité » et a été écrit par JV Ramirez seul. Les deux articles (le premier plus que le second) nécessitent d’apprivoiser le fonctionnement du système scolaire Suisse, son gymnasium, sa maturité (l’équivalent du baccalauréat) et son lot de sigles divers qui n’a rien à envier à l’Education Nationale, sa DEPP, ses IPR et autres jargons spécifiques. A cela, il faut ajouter quelques graphiques en noir et blanc peu lisibles, un positionnement d’économistes de l’éducation avec des concepts incluant une citation de Tolstoï ou des titres en allemand dans le texte… autant dire que sans une motivation forte (ou une habitude du système éducatif Suisse peut-être), l’accès aux conclusions de ces articles reste difficile. Pour autant, l’effort en vaut la peine. On peut en effet comprendre, dans le premier article, les difficultés du positionnement d’un évaluateur (qui se présente ici sous la forme d’un « observatoire »), son influence sur l’objet évalué, son rôle possiblement positif ou les blocages qu’il peut entrainer. Les effets de seuil sur l’allocation de ressources et l’efficacité des petits établissements en école primaire (par rapport aux grands établissements) sont également des résultats intéressants. Le second article, proche en cela de l’article de Nathalie Mons et Marcel Crahay, s’intéresse en particulier aux externalisations et aux effets de l’évaluation sur l’interaction enseignant-élève, qui peuvent être positives ou négatives selon les configurations spécifiques.

10Le dernier article de l’ouvrage, riche de recherches bibliographiques, fait le lien entre les évaluations européennes externes (PISA notamment), la poursuite d’études et l’insertion en emploi. Jean-Marc Falter montre « quelle est l’importance des compétences évaluées dans les avantages liés à la formation sur le marché du travail » (titre de son article). Il rappelle que les études valables en Suisse ne sont pas systématiquement transposables ailleurs mais démontre la pertinence (partielle mais réelle) de certains tests de lecture ou de mathématiques comme élément de mesure de l’insertion dans l’emploi ensuite. A ne pas réutiliser naïvement : Georges Felouzis et Siegfried Hanhard nous ont mis en garde, les effets de l’éducation sont loin d’être tous mesurables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Epstein, « Georges Felouzis, Siegfried Hanhart (dir.), Gouverner l'éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 mars 2012, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/7727

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page