Navigation – Plan du site

Christophe Apprill, Tango. Le couple, le bal et la scène

Laure Célérier
Tango
Christophe Apprill, Tango. Le couple, le bal et la scène, Éditions Autrement, coll. « mutations », 2007, 154 p., EAN : 9782746709874.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre les termes de l'ouvrage de SINGLY François de, Libres ensembles. L'individualisme da (...)

1« On chuchote qu'il se danse les yeux dans les yeux, qu'il est né dans les bas-fonds et les bordels de Buenos Aires, » on murmure que « le tango est une danse de macho, qu'il est un désir horizontal exprimé à la verticale », écrit Christophe Apprill, sociologue autant que danseur, dans l'introduction de son ouvrage Tango - le couple, le bal et la scène, paru aux Editions Autrement en 2008. L'aura mystérieuse entourant la danse argentine du tango suscite d'innombrables légendes et mythologies. Ces dernières font du tango une danse à la réputation sulfureuse, au caractère sexué : le tango occupe une place particulière dans l'univers des danses de couple, du fait de sa connotation érotique et sexuée, allégorie du couple désengagé, du « libres ensemble »1, dans une « recherche intense d'engagement corporel ». Ce sont justement cette connotation sexuée ainsi que l'analyse des prénotions relatives au tango qui constituent l'objet de cet ouvrage. Nous sommes invités à mieux les comprendre à travers l'histoire du tango, ses pratiques et les questionnements contemporains qui l'entourent.

2Le tango doit sa particularité au fait de désigner à la fois une musique, une danse et l'union d'une danse et d'une musique particulière. Il est, dans l'Argentine du milieu du XIX° siècle, une pratique culturelle illégitime des noires, des créoles et des immigrés européens, et a gardé aujourd'hui cette « empreinte mythologique » de bas-fonds ou de lupanars. La naissance du tango, entre 1890 et 1920, est suivie d'une période de réelle osmose entre danse et musique, durant laquelle le tango devient l'emblème de la culture argentine. Mais le tango connaît une fragile légitimité : soutenu certes par le péronisme, jouant en outre un rôle social important, puisque permettant des rencontres matrimoniales sur lesquelles un contrôle social fort peut s'exercer, le tango contrevient en effet à l'austère morale de l'Eglise. Dès 1955, avec la fin du péronisme, le tango décline, et danse et musique divergent : la danse du tango devient associée à des valeurs réactionnaires, la musique tango prend son indépendance et de nombreuses compositions, notamment celles de Piazzolla, démontrent que le tango peut se passer de danse. Avec la résurgence du tango à la fin de la dictature argentine, en 1982, c'est la danse qui entraîne la musique dans son sillage. Néanmoins, le monde des amateurs et professionnels de tango se scinde aujourd'hui en deux, avec d'un côté un univers de danseurs, de l'autre, un univers de musiciens. La redécouverte de la danse ne se fait pas sans difficulté pour les musiciens, qui souffrent généralement du manque d'écoute et de connaissance musicale des danseurs. Ces derniers seraient trop peu soucieux de la qualité artistique d'une musique jouée qui ne servirait que de fond sonore à leur amusement et que l'on pourrait éventuellement remplacer par de la musique enregistrée. En reprenant l'analyse développée par Maurice Halbwachs dans son ouvrage intitulé La mémoire collective, paru en 1997, on peut également expliquer cette perception des musiciens par l'opposition entre la perception des danseurs, pour lesquels le son n'est que le support d'une danse, et celle, d'autre part, des musiciens, supposant un espace purifié et uniquement sonore. En France, on observe en outre que la musique tango souffre d'un rapport de force qui lui est défavorable, la danse ayant affirmé sa prééminence sur la musique, dans l'objectif de se distinguer d'anciennes pratiques, telles les danses de salon ou de musette. Toutefois, la volonté d'affirmer une proximité avec les traditions argentines, tout comme l'abondance d'innovations autour du tango, ont permis au DJ d'acquérir récemment une importance grandissante. Ainsi, l'électro-tango, notamment représenté par l'album La Revancha del Tango, de Gotan Project, permet-il au tango de prendre une revanche sur l'idée d'une pratique et d'une musique désuètes. Enfin, si le tango connaît une résurgence grâce à la danse, c'est sans doute à cause de cette dernière qu'il ne parvient à s'affirmer comme musique légitime : la danse souffrant, dans l'univers culturel, d'une légitimité généralement inférieure à celle de la musique, et la danse sociale étant toujours inférieure aux danses de scène, il est possible que la musique tango reste cantonnée à la position de musique à danser et se voit longtemps dénier le rang de culture savante.

  • 2 SINGLY François de, Libres ensembles. L'individualisme dans la vie commune, Paris, Nathan, 2000.

3Et si la connotation sexuée du tango expliquait également cette relégation au rang de culture et de pratique culturelle non légitime ? Cette danse de couple est en effet désignée comme un « prélude à l'acte sexuel » et comme une danse machiste, dans laquelle «  l'homme guide et la femme suit ». Comment analyser et déconstruire les idées reçues relatives à cette connotation sexuée ? Alors que la danse du tango vise à la formation d'un couple fictif, il apparaît, selon l'auteur, que la perspective de former un couple réel est dans toutes les têtes. Mais, surtout pour les débutants, le désir n'est pas omniprésent dans la pratique du tango, notamment du fait de la volonté des hommes de briller sur la piste ou de la peur des femmes de « faire tapisserie ». Concernant la pratique de la danse et de ses codes, le tango apparaît souvent comme une dictature de la norme hétérosexuelle : la division sexuelle du travail est stricte. L'invitation est ainsi une prérogative de l'homme, et la modernité contrevient peu à ces normes du bal. La danseuse idéale de tango doit avant tout être jeune et jolie, et un trop grand savoir-faire la rend effrayante - ou castratrice - aux yeux de partenaires potentiels. Les hommes, toutefois, sont confrontés à la peur de ne se voir refuser une danse, ou de se « faire planter » au milieu d'une danse, ce qui arrive plus rarement aux femmes. Concernant la danse, l'homme est appelé à être macho dans ses comportements, révélant sa virilité et sa domination, tandis que la femme met en exergue sa sensualité. Les deux types d'étreinte du tango confirment en outre la domination de l'homme : l'étreinte fermée renvoie à l'intimité d'une relation, dans laquelle l'homme apparaît comme protecteur, tandis que l'étreinte ouverte révèle davantage une sensualité féminine dont l'homme reste l'instigateur. Cependant, dans la réalité, l'homme apparaît souvent décontenancé par l'ampleur des tâches et opérations à assimiler et à produire simultanément, tandis que la femme est rarement parfaitement passive, venant en aide au partenaire masculin. En outre, depuis le début des années 1980, les femmes jouent un rôle grandissant dans la transmission aux femmes, des techniques de tango. Ainsi, les stages de tango réalisés par des femmes et pour des femmes se multiplient-ils, mettant en avant les qualités dites féminines d'apprentissage, pour mieux dévaloriser la domination de l'homme. Concernant le couple formé par les deux partenaires de danse, il paraît tout d'abord que la pratique du tango ne remplit plus, aujourd'hui, la même fonction sociale de rencontre entre les sexes qu'elle remplissait dans les années 1960. Toutefois, est très présente, dans la pratique du tango, une métaphore de l'amour physique, comme si l'agilité sur la piste ne faisait que refléter une virtuosité dans l'acte d'amour. Enfin, le développement actuel d'une pratique homosexuelle du tango, avec l'organisation de festivals, montre bien que le tango n'est pas seulement une danse, mais aussi la mise en scène d'une intimité, dans laquelle les rôles sont clairement sexués et pour laquelle les registres d'engagement corporels sont les mêmes que dans l'acte sexuel. Le tango comme possibilité de rencontre a cédé la place à un tango comme possibilité d'exploration d'une intimité avec un nombre non limité de partenaires, correspondant parfaitement au « libres ensemble » de nombreux couples actuels2. Justement, que permet, en termes de construction de soi, cette danse avec un partenaire changeant ? Le partenaire de danse peut-il jouer le rôle d'un pygmalion nous révélant à nous-mêmes ? Il apparaît en réalité que le tango est le lieu d'un échange corporel, de l'expression sensorielle, où l'autre permet la prise de conscience de soi-même et le regard sur soi-même. Finalement, le tango apparaît comme un loisir permettant le travail sur soi.

4Aujourd'hui, de nombreuses questions restent ouvertes quant à la pratique culturelle du tango. En tant que danse de couple, le tango est considéré comme une danse non savante, et s'il s'est introduit sur la scène des théâtres, notamment à l'occasion du spectacle Tango Argentino, présenté au Châtelet en 1983 et 1984, le statut de danse artistique ne lui est pas reconnu. Le tango n'est pas enseigné dans les conservatoires de musique et de danse, réservant la plupart des cours à des danses de représentation ou danses de scène, qui font ainsi figure d'un horizon idéalisé pour les danseurs de tango. Les quelques spectacles permettant la représentation du tango ont été, lorsqu'ils ne s'adressaient pas à un public de non spécialistes, très contestés. Ainsi, l'accueil fait aux réalisations de la chorégraphe Catherine Berbessou est-il très mitigé. Cette dernière, dans ses mises en scène, respecte les formes du tango mais en excède le registre expressif, ce qui rend perplexe les passionnés de danse. Aujourd'hui, c'est également autour du caractère mondial du tango que des questions persistent. Comment, tout d'abord, définir le tango, sans cesse recomposé du fait de sa circulation mondiale ? Selon Christophe Apprill, le tango se caractérise par cinq éléments : d'une part, l'enlacement, propre aux danses européennes comme la valse, et le répertoire de figures et de pas, d'autre part, les trois genres musicaux sur lesquels le tango se danse et que sont tango, valse argentine et milonga, et d'autre part enfin, la sociabilité que constitue le tango et son statut de danse latine aux influences diverses. Mais ces caractéristiques ne tiennent pas compte des mutations contemporaines du tango. Ainsi, peut-on dire que le nuevo tango, dans lequel l'enlacement traditionnel disparaît est un tango ? Polémiques et rivalités fleurissent aujourd'hui, autour des limites et de la définition du tango. Ces débats sont d'autant plus vigoureux qu'en France, la nature largement associative du milieu du tango peut expliquer un manque de réflexivité au sujet de la définition même de cette pratique. Une autre question peut se poser autour du rôle social du tango, alors que, depuis les premières émeutes urbaines des années 1980, l'artiste a été pensé par les sociologues, comme par les urbanistes et les politiques, en France, comme ayant un rôle prééminent à jouer dans la restauration de la cohésion sociale. Ainsi, à Marseille, depuis 2005, l'association La Rue du Tango organise-t-elle des bals publics, dans les quartiers à la réputation peu sûre. Cependant, l'inscription du bal dans la rue est souvent décevante : faire entrer l'intime dans l'espace public ne peut être aisé. Enfin, on peut se poser la question du rapport des pratiquants aux origines du tango. Il apparaît nettement, au fil d'entretiens, que le plus grand nombre des amateurs pratiquant régulièrement le tango envisagent un voyage à Buenos Aires, berceau historique du tango. Le plus souvent, le séjour est presqu'exclusivement consacré à la danse. Cependant, vu d'Argentine, le tango occupe une présence discrète sur les sites officiels de la ville de Buenos Aires. Cela révèle que si la culture tango reste largement partagée par les Argentins, le tango n'est réellement connu et bien dansé que par une minorité.

5L'ouvrage de Christophe Apprill, qui apparaît ici autant danseur que sociologue, est tout d'abord un beau livre, dont le texte est composé notamment de poésies, dont certaines pages sont illustrées par des silhouettes à l'encre de Chine, réalisées par Delphine Grenier. Le Tango est aussi un livre qui donne l'envie d'apprendre cette danse qui apparaît certes exigeante, mais surtout enrichissante. Deux regrets apparaissent toutefois : à certains passages, on aimerait que des entretiens viennent étayer les propos de l'auteur, et ce, d'autant plus que ce dernier peut sembler à certains endroits manquer d'objectivation par rapport à l'objet analysé. Ainsi, lorsque l'auteur évoque le rôle joué par la perspective de rencontrer quelqu'un dans la motivation de l'apprentissage du tango, il ne livre aucun chiffre, et semble exprimer simplement une idée qu'il semble ressentir chez les autres à travers sa pratique du tango. Ce manque de distance, qui s'explique sans doute par l'implication de l'auteur dans la pratique qu'il analyse, se traduit toutefois par une écriture tantôt sociologique, tantôt romancée et tantôt lyrique, qui contribue incontestablement au charme de l'ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre les termes de l'ouvrage de SINGLY François de, Libres ensembles. L'individualisme dans la vie commune, Paris, Nathan, 2000

2 SINGLY François de, Libres ensembles. L'individualisme dans la vie commune, Paris, Nathan, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Christophe Apprill, Tango. Le couple, le bal et la scène », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 13 août 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/777

Haut de page

Rédacteur

Laure Célérier

Professeure agrégée de sciences économiques et sociales - Université Paris Est-Créteil - IUT de Fontainebleau.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page