Navigation – Plan du site

Mona Chollet, Beauté fatale, les nouveaux visages d’une aliénation féminine

Michèle Pagès
Beauté fatale
Mona Chollet, Beauté fatale. Les nouveaux visages d'une aliénation féminine, Paris, Zones, 2012, ISBN : 978-2355220395.
Haut de page

Texte intégral

1Incontestablement, l’essai de la journaliste Mona Chollet Beauté fatale, les nouveaux visages d’une aliénation féminine, peut être qualifié d’ouvrage militant même s’il se démarque à plusieurs reprises de la pensée féministe. Il s’agit, comme son titre l’indique, d’un pamphlet contre « la tyrannie de la beauté » déclinée au féminin. Dans ce cadre, l’argumentation de l’auteure, convoquant, au plan méthodologique, des illustrations issues de divers médias (séries télévisées, films, magazines féminins, etc.), construit le fil de la dénonciation tout en essayant de mettre en évidence les mécanismes de la production de l’aliénation féminine au culte de la beauté et à l’obsession des apparences. Composé de sept chapitres décrivant les formes de l’aliénation, cet ouvrage s’inscrit dans la tradition critique. Mobilisant de nombreux travaux des sciences Sociales, français et anglo-saxons, son principal mérite est de s’attacher à montrer que la question des traitements esthétiques du corps féminin constitue bien à la fois le moteur essentiel d’une aliénation,  mais en même temps l’enjeu d’une avancée des droits des femmes dans les autres sphères sociales. La thèse développée dans l’ouvrage interroge les « rapports de séduction à la française » (qui apparaissent comme des allants de soi non définis) et leur célébration dans le but d’établir que ceux-ci sont la traduction d’une contrainte de l’ordre social afin de « maintenir les femmes dans une position sociale et intellectuelle subalterne ».

2Le premier chapitre s’attache à mettre en évidence la manière dont les dichotomies traditionnelles - qui associaient le masculin à l’abstraction, la pensée, le regard, les affaires publiques, le monde extérieur et le féminin au corps, à la parure, au rôle d’objet de regard, à l’espace privé et à l’intimité – ayant vu leur légitimité mise en cause dans les années 70, se voient reformulées et à nouveau reconnues comme pertinentes. Il n’est dès lors pas étonnant de voir l’ensemble des injonctions à la beauté se focaliser sur le féminin, ce qui permet à ce secteur économique d’être un des plus dynamiques. Mais ce qui paraît être le plus important, c’est que la pression exercée sur les femmes les conduit à l’acceptation que leur valeur dépend essentiellement de leur apparence. Interrogeant l’éducation des petites filles, l’auteure voit également dans leur sexualisation précoce, l’indice de la diffusion sans résistance de ce modèle impérieux de recherche de la beauté séductrice qui leur permet d’intégrer, dès le plus jeune âge, que le traitement esthétique de leur corps doit être un souci constant et un travail légitime.  

  • 1  L’idée de l’existence de cette culture est reprise par l’auteure à la philosophe S. Auffret et à l (...)

3Le second chapitre offre une tentative d’approfondissement des raisons pour lesquelles la réduction des femmes à leur apparence se trouve être bien intégrée par elles. C’est ainsi qu’est développée l’hypothèse que l’univers de la beauté et de la mode, qui peut être à la fois incitateur et critique, est un des seuls à prendre au sérieux une « certaine culture féminine »1. Ici, l’auteure rend compte des risques et tensions que peut engendrer ce culturalisme notamment au sein du militantisme féministe dont elle dénonce la propension actuelle à masquer sous un certain activisme un individualisme consumériste. C’est là que se trouve développée l’idée que le souci féminin de l’apparence et de la beauté, pour aliénant qu’il soit, peut également fabriquer, pour les femmes, un rapport au monde plus riche que le modèle dominant parce qu’entretenant un rapport plus étroit au monde des objets, au monde des détails, au monde de la consommation. L’auteure affirme plus qu’elle ne le démontre que les dimensions de la « culture féminine » issues de la domination subie se « révèlent d’une grande valeur pour l’ensemble de la société ».

  • 2  Pour d’autres types de développement à ce sujet, voir C. Détrez et A. Simon, À leur corps défendan (...)

4Les cinq autres chapitres abordent les multiples facettes de l’aliénation. L’aspect le plus intéressant et novateur du troisième chapitre est la réflexion sur le rôle de l’Internet dans la production de ce que l’auteure nomme une « aliénation participative » qui donne à voir la transformation de l’aliénation en compétences ; elle est amenée à en dénoncer les dérives pour la culture de masse. Elle montre que, loin d’entretenir un rapport hédoniste à leur corps comme la culture de masse les y invite, les femmes cultivent un rapport inquiet à leur corps, fabriqué à partir des frustrations, des complexes que génèrent les injonctions à la beauté2. L’obsession de la minceur, le recours à la chirurgie esthétique et autres techniques d’embellissement font l’objet des quatrième et cinquième et sixième chapitres, d’une part avec l’examen des recettes (rapport à l’alimentation, à l’exercice sportif), d’autre part avec l’analyse du rejet de la perfection et enfin de celle des relents racistes de la suprématie blanche dans l’univers de la mode et des cosmétiques. L’ensemble des réflexions que contiennent ces chapitres indique à quel point les spécificités du corps féminin (que l’auteure ne décrit pas) sont plus ou moins bien tolérées selon les époques et permet au lecteur de questionner la concomitance d’une volonté contemporaine de masquer ces spécificités au plan du regard et d’une revendication de dé-naturaliser la corporéité au plan réflexif.

5En guise de conclusion, le dernier chapitre ouvre un questionnement sur l’imposition du modèle de la féminité consumériste et sur le sens de l’absence des diverses manières « d’être femme » dans l’univers culturel contemporain des sociétés. Il se penche sur les tensions et contradictions de la femme/objet/sujet. À travers l’opposition femme regardée-fantasmée/femme-qui-pense, la réflexion débouche sur l’idée de la définition actuellement et toujours dominante de la féminité comme forme de subordination.

6Au total un ouvrage stimulant et parfois agaçant (c’est probablement un effet recherché par l’auteure) jouant sur le double registre d’un discours sociologisant, avec multiples références à des travaux sociologiques, historiques et anthropologiques et d’un discours médiatique mêlant l’événementiel et le commentaire plus que l’analyse.

Haut de page

Notes

1  L’idée de l’existence de cette culture est reprise par l’auteure à la philosophe S. Auffret et à l’historienne C. Bard

2  Pour d’autres types de développement à ce sujet, voir C. Détrez et A. Simon, À leur corps défendant, les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral, Paris, Seuil, 2006 ; M. Pagès, « Corporéités sexuées : jeux et enjeux », in T. Blöss (sous la direction), La dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, PUF, Collection Sociologie d’aujourd’hui, 2001 ; M. Pagès, « La corporéité et ses enjeux sociaux : entre éthique et esthétique » in M. Pagès, N. Ramognino, F. Soldini (sous la direction), L’énigme de la valeur, les paradoxes de son observation sociologique, Aix-en-Provence, Publications Universitaires de Provence, 2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Pagès, « Mona Chollet, Beauté fatale, les nouveaux visages d’une aliénation féminine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/7782

Haut de page

Rédacteur

Michèle Pagès

Maître de Conférences de Sociologie à l'Université d'AIX-MARSEILLE, membre du LAMES (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie UMR CNRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page