Navigation – Plan du site

François Geerolf, Gabriel Zucman, Repenser l'économie

Philippe Lorenzo
Repenser l'économie
François Geerolf, Gabriel Zucman (dir.), Repenser l'économie, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012, 200 p., ISBN : 9782707170057.
Haut de page

Texte intégral

1Repenser l’économie. Voilà s’il en est un titre dans l’air du temps ! Mais qu’on ne s’y trompe pas. Repenser l’économie n’est pas plus une diatribe définitive contre la science économique que l’énoncé théorique d’une nouvelle pensée économique. Une élection présidentielle en point de mire, un dixième numéro et un cinquième anniversaire, il n’en fallait pas moins aux rédacteurs de la revue Regards croisés sur l’économie pour demander aux jeunes économistes couronnés du prix Le Monde/cercle des économistes de faire le point sur leurs travaux actuels, dans une langue accessible à tous. Ce livre s’articule ainsi autour de quatorze courts textes des lauréats, sous forme d’article ou d’entretien, entrecoupés de six autres entretiens réalisés auprès de candidats malchanceux au prix.

2Dès l’introduction, Benjamin Vignoles et Gabriel Zucman posent les règles du jeu : « offrir une lecture éclairée de la société pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie. » Tout en affirmant que « l’économie est encore une vaste terra incognita et que ce n’est pas de moins d’économistes dont la société a besoin, mais de davantage de recherches pour renouveler les connaissances ». Dans leurs articles en fin de volume, Thomas Philippon, Comment maîtriser la finance, se réjouit d’ailleurs que les « économistes ont renoncé depuis longtemps à la prévision » tandis que David Thesmar dans Une autopsie de la crise financière, revendique pour l’économie le statut de discipline appliquée « qui parle de la vie de tous les jours » en « s’inspirant des questions que se posent les gens "normaux" ».

3Pour ce qui est des recherches, les jeunes économistes semblent faire feu de tout bois. Leur regard se porte tout autant sur la croissance (Yann Algan), que sur la lutte contre le chômage (Pierre Cahuc), la pauvreté (Esther Duflo), les crises politiques (Bruno Amable), qu’encore sur des analyses macroscopiques comme un nouveau système monétaire international (Pierre-Olivier Gourinchas), la mondialisation (Philippe Martin), les investisseurs (Elyès Jouini), les crises financières (Pierre-Cyrille Hautcœur, David Thesmar), les politiques régionales (Thierry Mayer)… L’idée générale est tant d’avoir un aperçu des voies dans lesquelles s’engagent les chercheurs que des applications directes de leurs travaux dans la vie quotidienne. Et le pari semble bien être réussi.

4Cependant, faire le résumé d’un tel ouvrage est une gageure, tant par la richesse des propos que par leur diversité. La mise en exergue de quelques idées semble préférable, si l’on admet la subjectivité de leur choix.

5Dans son entretien Comprendre l’irrationalité et les événements extrêmes, Xavier Gabaix, professeur à la Stern School de l’université de New York, citant un article qu’il a écrit en 2003, évoque le fait que « les sociétés humaines produisent des crises dont la probabilité suit des lois physiques ». Il cite alors la fréquence des baisses boursières, des pics extrêmes d’activité boursière, qui suivent, comme celle des guerres, une loi mathématique semblable à la fréquence des séismes. Autre analogie : la loi physique de Zipf basée sur la fréquence d’occurrence des mots dans un texte qui, pour Gabaix, s’applique aussi au capitalisme dont la tendance naturelle serait l’émergence « de grosses banques, de grosses villes ou de grosses entreprises » ; ce qu’il s’agirait de réguler.

6Autre analyse tout à fait singulière que celle de Philippe Martin, professeur à Science Po Paris, qui pose la question des coûts et avantages des mondialisations. Mondialisation au pluriel puisqu’il distingue une mondialisation financière, commercial et des idées, à l’ampleur, aux causes et aux conséquences différentes. L’un des angles d’attaque les plus originaux de son propos est la relation entre « le commerce et relations politiques entre les pays ». Il montre ainsi que « le développement des échanges a un impact ambigu sur l’occurrence des conflits militaires» et, qu’après 1950, « un conflit entre deux pays réduit le commerce bilatéral de 35 % relativement à son niveau normal, et qu’un effet négatif peut être détecté pendant environ dix-sept ans ». Enfin, conclut-il, « la mondialisation change la nature des conflits locaux en réduisant la probabilité des conflits les plus graves, mais en augmentant celle des conflits pus mineurs ».

7Dans un tout autre registre, Étienne Wasmer (Sciences Po Paris) Peut-on évaluer les politiques publiques par la recherche ? estime « qu’une part significative du taux de chômage en Europe et aux Etats-Unis au cours de la décennie 1990 et au début des années 2000 peut ainsi s’expliquer par des problèmes liés à la mobilité et aux coûts de transport entre domicile et lieu de travail ».

8Nous terminerons par l’entretien donné par Thomas Piketty (École d’économie de Paris ; EHESS) et Emmanuel Saëz (Berkeley), Penser la fiscalité du XXIsiècle. Les deux auteurs militent pour la retenue à la source et l’individualisation de l’impôt sur le revenu. La première parce qu’elle « simplifie énormément le paiement de l’impôt », la seconde parce qu’elle serait le moyen de faire du système fiscal un système « neutre, équitable», le système actuel, faisant que « les salaires des femmes mariées (ou Pacsées) sont de fait considérés comme un revenu d’appoint, et surtaxé ». Enfin, pour parachever leurs propositions, les auteurs estiment qu’un taux de 60 % d’imposition serait réaliste, voire 70 %. Ils proposent d’ailleurs aux lecteurs intéressés de faire leur propre révolution fiscale sur leur simulateur en ligne (www.revolution-fiscale.fr).

9On le voit, c’est un livre tout à fait captivant que la revue Regards croisés que l’économie nous donne ici à lire, à mille lieux des discours ressassés par les médias. Succombons finalement au plaisir de reprendre ce que notent les deux directeurs de publication en introduction : « Cela fait bien longtemps que le dogme de l’infaillibilité des marchés a été abandonné : l’essentiel de la recherche théorique depuis trente ans consiste comment à montrer concrètement comment les marchés peuvent échouer et comment leur fonctionnement peut – être amélioré, par exemple par l’intervention publique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lorenzo, « François Geerolf, Gabriel Zucman, Repenser l'économie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 13 mars 2012, consulté le 28 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/7824

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page