Navigation – Plan du site

Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient

Marc Lenglet
Au temps des catastrophes
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient, La Découverte, 2009, 204 p., EAN : 9782707156839.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Pignarre Philippe & Stengers Isabelle (2005), La sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoûte (...)
  • 2 . Lovelock James E. & Margulis Lynn (1974), « Atmospheric homeostasis by and for the biosphere: the (...)

1L'essai proposé par Isabelle Stengers reprend et approfondit certaines des idées exposées quelques années auparavant aux côtés de Philippe Pignarre, dans La sorcellerie capitaliste1. L'ouvrage se veut une critique en règle contre la surdité contemporaine manifestée à l'égard de ce qui nous environne, et qui s'impose désormais dans nos quotidiens d'êtres humains et de citoyens sous les traits de « l'intrusion Gaïa » (p. 48), ainsi nommée en référence aux travaux de James Lovelock et Lynn Margulis2. Il s'agit pour l'auteur de souligner combien la rhétorique dominante, placée sous le signe de la nécessité (« mais que feriez-vous à notre place ? », p. 29) par les responsables en charge de la navigation de nos sociétés, se referme formellement sur les possibles en un discours tout à la fois stérile et démuni face à ce qui fait événement. Penser l'intrusion Gaïa, cette forme de transcendance longtemps niée qui néanmoins se donne dans le moment de son déploiement et finit par nous mettre à la question de façon impérieuse, cela consiste alors à prendre acte une bonne fois pour toute de sa brutalité, en remettant en cause l'idée d'une appartenance de tous à un commun exploitable sur le mode de l'acquis : un rapport nouveau à cette transcendance niée doit ainsi être (ré)instauré.

2Plus spécifiquement, l'intrusion Gaïa correspond pour Stengers à la manifestation violente de l'ensemble des relations intriquées et mouvantes entre le support matériel de l'existence et ces obligés fragiles que nous sommes : il ne faut attendre aucune assurance ou garantie de la part de Gaïa, cette forme de transcendance « dépourvue des hautes qualités qui permettraient de l'invoquer comme arbitre ou comme garant ou comme ressource ». Gaïa est en effet cet « agencement chatouilleux de forces indifférentes à nos raisons et à nos projets » (p. 55) qui mérite une attention, un soin trop rapidement biffé de nos consciences dans le cours de nos actes. Il s'agit alors de se battre non pas contre ce qui a provoqué Gaïa, mais bien davantage contre ce qui a rendu possible cette inattention, cette inconscience autodestructrice typique des sociétés dites capitalistes développées : la structure argumentative dans laquelle ce mode d'organisation nous a enfermé. C'est contre ce mode plein qui ne laisserait d'autre choix que d'exploiter des « ressources naturelles » par et pour l'homme, consacrant de fait la domination irresponsable de ce dernier sur son environnement vivant que Stengers écrit. Une fois de plus, la dialectique du responsable qui sciemment s'ignore en tant que tel se manifeste : face aux destructions et aux provocations infligées à Gaïa, « que feriez-vous à notre place ? ».

3Une série de constats sont ensuite alignés : « détricotage du politique » (p. 128) au profit de gouvernances enracinées dans des intérêts privés, faisant intervenir divers protagonistes (l'Etat, la Science, l'Entreprise privée) tous trois retranchés derrière un positivisme de bon aloi, arc-bouté sur un impératif d'objectivité supposée des preuves. Ce mouvement, transformant les usagers en utilisateurs égoïstes et les praticiens en professionnels soumis, contribue à l'amnésie puis à la perte du commun : il faut donc « (ré)apprendre l'art de faire attention » (p. 112), un art mis à mal lorsqu'il est opposé à la nécessité du développement et de l'innovation, brandis au nom d'une liberté souvent mal comprise. C'est jusque dans l'économie de la connaissance que la place pour l'instabilité constitutive d'un pharmakon oublié se trouve aujourd'hui refusée ; un pharmakon qui pourtant devrait obliger, lui aussi, à se soumettre à la question des limites de nos pratiques avant que de les mettre en œuvre. Ce mouvement, que l'on associera à un véritable effort de désenvoûtement, requiert un exercice de sensibilisation quant à la forme de l'adresse à adopter face à Gaïa : parce que « la Terre [n'est] pas nôtre » (p. 198), nous dérapons lentement en oubliant que « le temps des garanties est clos » (p. 134).

4Pour qui n'est pas familier des ouvrages de Stengers, certaines charges paraîtront simplistes dans leur formulation - stigmatisation des « responsables », critique du capitalisme et réactivation de topoï parfois convenus (un capitalisme dont l'écriture donne parfois le sentiment qu'il est ici pensé avec un « K » pour reprendre la formule de Michel Callon). Il n'en reste pas moins que le fonds essentiel de l'ouvrage se révèle en définitive fort convaincant : au-delà de ces effets d'écriture, Stengers propose rien moins que d'opérer une véritable translation, un déplacement de nos modes de questionnement et un décentrement de nos engagements égoïstes. L'auteur en appelle au renouvellement des modes de critique, afin de sortir des discours conformistes le plus souvent imposés aux détracteurs du capitalisme - ceux-ci, dans leurs propositions d'un monde autre, ne cherchant pas nécessairement à s'en défaire par ailleurs - en direction d'un discours qui agence, arrange et fait tenir en un construit le tout qui dispose du pouvoir d'une cause, « qui fait penser, agir et sentir ceux qui l'ont fabriquée » (p. 148). Prendre conscience de cette construction qui appelle à la prise de responsabilité en nom propre, pourrait-on dire, voilà ce qui fait la grande valeur des pensées exposées par l'auteur. Ce n'est qu'en faisant ressortir une forme de dissonance mettant à l'épreuve nos perspectives assumées, en suscitant non pas l'adhésion à un projet fini (et prêt-à-brouter pour les ovidés que nous sommes devenus), mais bien la mise en pensée qui « honore les divergences » dans l'intelligence des situations (p. 187), que nous parviendrons peut-être à nous guérir de notre dangereuse et diffuse incurie.

Haut de page

Notes

1 . Pignarre Philippe & Stengers Isabelle (2005), La sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoûtement, Paris, La Découverte, 228 p.

2 . Lovelock James E. & Margulis Lynn (1974), « Atmospheric homeostasis by and for the biosphere: the Gaia hypothesis », in Tellus, n° 26, pp. 1-10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Lenglet, « Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/786

Haut de page

Rédacteur

Marc Lenglet

Professeur de Management, titulaire de la Chaire CPSR European Business School, Paris.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page