Navigation – Plan du site

Blanche Segrestin, Armand Hatchuel, Refonder l'entreprise

Alexis Pêpe
Refonder l'entreprise
Blanche Segrestin, Armand Hatchuel, Refonder l'entreprise, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 2012, 128 p., ISBN : 978-2-02-106428-5.
Haut de page

Texte intégral

1Les crises financières et économiques marquant ces dernières années sont l’occasion d’une importante réflexion sur les fondamentaux du capitalisme, et alimentent de nombreux travaux sur ces thèmes. Pour la plupart, ces études s’attachent aux aspects purement économico-financiers. Et si elles parviennent à en expliquer les tenants et les aboutissants, peu de solutions sont in fine mises en avant. Refonder l’entreprise ne s’inscrit pas dans une matière en particulier, son sujet central n’est ni spécifiquement l’économie, ni le droit. Ses auteurs, Blanche Segrestin et Armand Hatchuel -professeurs à Mines ParisTech- entendent interroger la notion même d’entreprise. Ils s’attellent à une définition de ce qu’est l’entreprise, de son essence, et de ce qu’elle devrait être au regard des défis socio-économiques actuels. Cette démarche s’inscrit bien dans celle de la République des Idées, collection dirigée par Pierre Rosanvallon : celle-ci a pour ambition de permettre de « poursuivre, organiser et amplifier […] une logique d’échange et de confrontations d’idées neuves »1.

2Les auteurs procèdent en deux temps. Les deux premiers chapitres sont dédiés à l’autonomisation de la notion d’entreprise comme réalité distincte de la science juridique comme de l’économie ; la suite de l’ouvrage est consacrée au développement de propositions concrètes.

  • 2  N. ALTER, Donner et prendre. La coopération en entreprise, La Découverte, 2009.

3Dans un premier temps, les auteurs proposent ainsi une histoire de l’entreprise depuis deux siècles. Ils expliquent son rôle dans la régulation du capitalisme, présentent ses acteurs : au début du XIXe siècle, ouvriers et employeurs étaient alors liés par une relation de fournisseur ou de prestataire de service - les contrats de louage. L’évolution technologique et l’accélération de l’innovation ont ensuite nécessité un engagement plus fort des ouvriers : l’innovation n’étant rendue possible que par une « création collective » qui s’inscrit dans la durée et implique la spécialisation des salariés. Blanche Segrestin et Armand Hatchuel insistent sur cette nécessité d’une implication croissante, faisant écho aux récents travaux de Norbert Alter2, lequel montre que la coopération vitale à l’entreprise réside toujours dans les mécanismes du don étudiés par Mauss.

4C’est donc une entreprise « création collective », chargée d’engagement et de participation des salariés aux décisions qui correspond à l’ideal-type des auteurs. Ceci posé, c’est la confusion entretenue entre l’idée d’entreprise avec celle de la société de capitaux (résumée dans l’ouvrage par souci de simplification, à une de ses formes, la société anonyme, SA) qui est dénoncée. Les origines de cette confusion sont retracées, pointant notamment l’extension de la doctrine de la corporate governance, qui induirait des incompatibilités entre le système de rémunération des actionnaires et les règles de nomination et de révocation du dirigeant d’une part, et les enjeux auxquels est censée répondre l’entreprise d’autre part.

5Dans un deuxième temps, à partir du troisième chapitre, le livre devient véritablement engagé : les auteurs n’identifient pas seulement les projets de réforme de l’entreprise existants, mais font leurs propres propositions. Parmi les alternatives déjà présentes dans le paysage théorique, les auteurs évoquent les coopératives ouvrières, mais aussi l’autogestion et la co-surveillance. Ils s’attardent enfin sur la Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) qui se caractérise par une prise en compte des intérêts des parties prenantes au sens large : salariés, actionnaires, fournisseurs, ONG, collectivités… Les auteurs ajoutent à cette liste quatre principes pour réinventer l’entreprise. Ces principes résultent de la définition évoquée plus haut. Deux d’entre eux sont particulièrement novateurs, l’habilitation du chef d’entreprise et la solidarité entre les actionnaires. Le « mandat » du chef d’entreprise serait remplacé par une « habilitation » donnée par les salariés lui permettant d’exercer un pouvoir de direction afin de piloter les opérations dans l’intérêt exclusif de l’entreprise, tandis que des principes de solidarité entre les actionnaires seraient mis en œuvre (inspirés par la règle des avaries communes du droit maritime).

6Afin de rendre possible la mise en pratique de ces principes, les auteurs proposent en dernier lieu une réforme du droit, qui se baserait sur la création de nouveaux statuts. Ils donnent notamment l’exemple d’une « Société à Objet Social Etendu » qui inclurait dans son objet social des objectifs autres que la création de valeur économique pour les actionnaires, et se rapprocherait des principes évoqués précédemment.

  • 3  Y. GUYON, « La fraternité dans le droit des sociétés », Revue des sociétés 1989, p. 439.

7Pour conclure, on peut laisser la parole à un grand juriste, qui aurait pu être cité dans Refonder l’entreprise. Car Yves Guyon écrivait en 1989 : « Dans le droit des sociétés, la fraternité est partout, ce qui peut aussi signifier qu’elle est nulle part. Surtout elle conduit à raisonner non pas en termes d’obligation et de sanction, comme le font habituellement les juristes, mais en termes de faculté. En effet la question […] n’est pas de savoir s’il existe une obligation à la fraternité, mais beaucoup plus de savoir si la fraternité est une faculté, compatible avec le droit des sociétés. La petite fraternité n’a par conséquent pas la même majesté que ses deux grandes sœurs, la liberté et l’égalité. Mais comme l’espérance, elle a l’avenir devant elle »3.

Haut de page

Notes

1  http://www.repid.com/-Qui-sommes-nous-.html

2  N. ALTER, Donner et prendre. La coopération en entreprise, La Découverte, 2009.

3  Y. GUYON, « La fraternité dans le droit des sociétés », Revue des sociétés 1989, p. 439.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Pêpe, « Blanche Segrestin, Armand Hatchuel, Refonder l'entreprise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 26 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/7965

Haut de page

Rédacteur

Alexis Pêpe

Consultant en Organisation et Systèmes d'Information

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page