Navigation – Plan du site

Michel Bozon, Sociologie de la sexualité

Frédérique Giraud
Sociologie de la sexualité
Michel Bozon, Sociologie de la sexualité, Armand Colin, coll. « 128 », 2009, 126 p., EAN : 9782200355609.
Haut de page

Texte intégral

1Indéniablement il s'est produit, dans les dernières décennies, une transformation profonde des comportements sexuels, parallèlement à d'autres transformations dans le domaine de la famille et du couple. L'accroissement des recherches en sciences sociales sur la sexualité est justement lié à une interrogation sur la portée et le sens de ces transformations. L'ouvrage de Michel Bozon, Sociologie de la sexualité, qui connaît aujourd'hui sa seconde édition, est le fruit de ce regard porté sur la sexualité, celle-ci étant définie comme une « sphère spécifique mais non autonome du comportement humain, qui comprend des actes, des relations et des significations », où le « non-sexuel donne sa signification au sexuel » (p7).

2Faire une sociologie de la sexualité, c'est d'abord rappeler qu'il n'existe de sexualité que socialement construite. Tout contact sexuel n'existe qu'à l'intérieur de cadres mentaux, de cadres historiques et culturels qui produisent sa possibilité et sa signification, ce qui implique que « les limites même du sexuel sont culturellement et socialement mouvantes » (p8). Michel Bozon notait d'ailleurs dans l'article « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité » « Reconnaître la diversité des expériences en matière de sexualité n'est nullement célébrer une prétendue efflorescence et libération des identités sexuelles, hors de tout cadre, contexte ou « dispositif », qui atténuerait le poids de la construction sociale. Même les formes apparemment les plus idiosyncratiques et les plus nouvelles des comportements sexuels résultent d'une élaboration sociale, qui les inscrit inévitablement dans des univers socio-culturels et dans des classes de trajectoires biographique ».

3Ainsi les expériences sexuelles dépendent fortement des caractéristiques sociales des personnes. Si l'âge au premier rapport sexuel des femmes et des hommes varie peu selon l'origine sociale, la prise en compte du diplôme montre que les rapports sont plus précoces chez les non-diplômés. Le milieu social d'appartenance détermine l'éventail des pratiques sexuelles : par exemple, les femmes de milieu populaire déclarent une moindre pratique de la masturbation ou de la sexualité orale, pratiques qui semblent entrées dans le répertoire des pratiques conjugales des femmes de milieu aisé.

4Si les transformations de la sphère de la sexualité dans les dernières décennies du XXe siècle ont rapproché les sexualités des hommes et des femmes, notamment par la plus grande similitude des trajectoires d'entrée dans la sexualité des hommes et des femmes (entrée plus précoce des femmes dans la vie sexuelle, 4 ans plus tôt dans les années 2000 que dans les années 1940), les rapports de genre et de domination n'ont pas été modifiés radicalement. Les représentations de la sexualité continuent d'opposer une sexualité féminine pensée dans le registre de l'affectif, de la conjugalité et une sexualité masculine pensée sur le mode du désir individuel et du besoin naturel. Les enquêtes sur les comportements sexuels font apparaître des différences systématiques dans les déclarations des hommes et des femmes (notamment en ce qui concerne la déclaration du nombre de partenaires qui diffère entre les hommes et les femmes, alors qu'elle devrait être identique), qui sont liés à des attentes sociales genrées. Les hommes semblent se caractériser par des attentes plus grandes en matière de fréquence d'activité sexuelle, par une tendance à prendre l'initiative des rapports, et par le désir d'expérimenter des scénarios nouveaux, sans que le ou la partenaire ne les partage toujours.

5Plusieurs transformations ont ébranlé ou ébranlent les « cadres sociaux » traditionnels de la sexualité . Le premier processus que l'on peut identifier est le déclin de l'identification classique de la sexualité à la reproduction. Si avant la « seconde révolution contraceptive » des années 60, la sexualité était indissociable de la reproduction, à l'inverse aujourd'hui, « le propre de la sexualité ordinaire est d'être inféconde » (p30).

6Autre fait notable, un nouveau régime normatif émerge en matière de sexualité: les institutions qui transmettaient les principes de la bonne sexualité (religion, communautés locales, famille) déclinent au profit d'une prolifération de discours en provenance des médias, d'internet ...qui sont aujourd'hui de nouvelles sources d'informations et de normes diffuses. Mais au contraire des normes traditionnelles, les normes nouvelles ne sont pas associées à un appareil de sanctions et de contrôle. Michel Bozon décrit le passage d'une sexualité construite par des contrôles externes aux individus à une sexualité reposant sur des disciplines internes . « Le nouveau régime normatif se caractérise [...] par une obligation de réflexivité » (p38), qui résulte des contraintes multiples et contradictoires émanant du nouveau système normatif. On voit là s'amorcer ce que Michel Bozon appelle la « sexualité d'individus » (p 36).

7Le déclin des formes institutionnelles de la vie privée (déclin du mariage et fin de la sexualité conçue exclusivement à l'intérieur du mariage, cohabitation hors mariage, nomadisme conjugal) , l'autonomie sociale des femmes, et la seconde révolution contraceptive transforment de concert les conditions d'exercice de la sexualité. L'une des nouvelles normes diffuses qui règne dans la société est celle de la continuité de l'activité sexuelle, encore appelée par Michel Bozon, « l'obligation au sexe » (p37). Cette obligation découle du renforcement de la place de la sexualité dans la sphère conjugale. La sexualité étant devenue l'élément central dans la construction du couple - le mariage institutionnel ne jouant plus ce rôle - un rythme d'activité sexuelle soutenu, voulu par les deux partenaires, est devenu la norme. Des changements dans l'éventail des pratiques sexuelles accompagnent ces mutations : extension de la fellation ou du cunnilingus, de la sodomie, de la diffusion de la pornographie et de la représentation de la sexualité dans l'espace public à travers les médias.

8Autre pan de la redéfinition sociale de l'activité sexuelle, d'autres « âges de la sexualité » apparaissent. La sexualité adolescente et juvénile a acquis un statut à part entière. Mais le changement le plus profond est la prolongation de la vie sexuelle active aux âges avancés. Si en 1970, seule une femme mariée de plus de 50 ans sur deux, avait une activité sexuelle, aujourd'hui, plus de 90 % des femmes en couple, de plus de 50 ans, sont sexuellement actives.

9L'ouvrage de Michel Bozon est un ouvrage complet (malgré son format resserré de 128 pages) et rondement mené. Complet parce qu'il fait le point tant sur les représentations culturelles de la sexualité, que sur les transformations contemporaines de la sexualité et rattache les comportements sexuels à l'organisation sociale. Complet aussi, parce que cet ouvrage mêle des éléments anthropologiques et historiques essentiels à la compréhension de la sexualité moderne, aux résultats des enquêtes menées sur la sexualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Michel Bozon, Sociologie de la sexualité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/797

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page