Navigation – Plan du site

Jean-Michel Saussois, Les organisations. Etat des savoirs

Fanny Thomas
Les organisations
Jean-Michel Saussois (dir.), Les organisations. Etat des savoirs, Paris, Éditions Sciences Humaines, coll. « Ouvrages de synthèse », 2012, 447 p., ISBN : 978-2-361-06017-6.
Haut de page

Texte intégral

1Difficile d’échapper à l’emprise des organisations. publiques ou privées, lieux de travail et/ou de prise en charge de la vie quotidienne, nul ne peut se passer de réflexions sur ces entités, rationnelles et rationalisatrices, au sein desquelles tout un chacun rencontre, apprivoise et subit la course à « l’efficience » et « l’efficacité ».

  • 1  Professeur émérite à ESCP Europe.
  • 2  Ouvrage jusqu’alors dirigé par Philippe Cabin, publié en 1999 et qui a connu de nombreuses rééditi (...)

2Cet ouvrage collectif dirigé par Jean-Michel Saussois1 – et auquel une quarantaine d’auteurs ont contribué – propose une approche actualisée des pensées sur les organisations2. Il invite les lecteurs novices ou initiés à un dialogue entre les disciplines et les objets de recherche à l’intersection de l’économie et de la sociologie ; il précise un horizon de savoirs à la fois fondamentaux, pratiques et mobilisables.

3La référence systématique aux questionnements classiques sur les organisations permet une première lecture de ceux-ci : des relations à l’environnement aux logiques micros et macros décisionnelles, de la coordination des acteurs à l’informalité des échanges, de l’adhérence aux règles et types de rationalités aux stratégies, divisions, mécanismes de l’action collective ; à la fois conditions d’évolutions et indices des dynamiques organisationnelles. La structure de l’ouvrage invite par ailleurs à une réflexion sur l’inflexion des représentations du chercheur face aux transformations des cadres et du contexte économique (immatérialité des flux financiers, réseaux et politiques à grandes échelles) mais aussi des logiques et injonctions performatives (performance, responsabilisation des acteurs, innovation etc.). La concentration en un même ouvrage de propositions de « nouvelles » lectures des organisations autour des stratégies de transformations (gouvernance, restructuration, fusion), du développement des savoirs (connaissances, management, expertises, outils managériaux, impératifs d’innovation), de la position des dirigeants, des managers et des consultants au travers de ces mouvements, éclaire le lecteur sur ces construits sociaux entre processus de formation de l’action collective et analyse de l’action sociale.

  • 3  Frédéric Fréry, p. 37.

4Cette vue d’ensemble pratique des théories des organisations s’agence autour de six parties. La première partie définie l’objet « organisation ». Face à la diversité des structures, de leurs tailles et de leurs modes de régulation, les auteurs invitent d’entrée de jeu à dépasser l’image traditionnelle de l’analyse des entreprises ou des administrations en proposant des « portraits » contemporains d’organisations, terrains actuels aux types de productions immatériels et symboliques : notamment, des réflexions sur les effets, sur le travail universitaire, du nouveau management public aux idéologies de la régulation de l’action par les salariés dans une coopérative ouvrière ; de la question d’un encadrement par les pouvoirs publics d’internet aux organisations mondiales telles que l’Europe, l’organisation mondiale du commerce ou les entreprises qui externalisent leur activité pour ne plus gérer qu’un ensemble de sous-traitants et des opérations commerciales « virtuelles »3. Ces illustrations visent à préciser les échelles d’analyses, les types de hiérarchies, la multiplicité des vues d’observation relevant de l’action organisée.

5Ce n’est pas d’une théorie dont l’ouvrage souhaite rendre compte, il s’agit de mettre en évidence le caractère non universel des actions organisées. La seconde partie présente un ensemble de concepts à disposition des praticiens. Les modalités de la coordination des acteurs trouvent matière à réflexion dans l’analyse des logiques de marchés et des régulations internes aux entreprises ; le concept de consensus d’intérêts contradictoires, fruit de représentations sociales différenciées fait écho à l’émergence de la mise en réseau de l’action collective (contractualisation, management par projet, concurrence). Le travail de J. March et le concept classique de rationalité limité de l’action des acteurs (dirigeants ou autres) font écho à une approche clinique des modalités de la prise de décision par ses processus de légitimation. Enfin, la partie ne délaisse pas les conceptions critiques des organisations, le travail de déconstruction des idéologies et des discours entrepreneuriaux, des formes de domination qu’exerce « le progrès » sur les pratiques et comportements des individus. Si la gestion, tout au long du XIXsiècle, par un retour épistémologique sur elle-même, s’autonomise progressivement de toutes ses inspirations intellectuelles, qu’en est-il du management ?

6La troisième partie traite du management comme conception pratique des organisations autour d’une mise en garde des lecteurs contre l’illusion du « tout pouvoir » au manager. Ce leader légitime à diriger, guider une action, n’agit pas seul et est soumis à de multiples contingents politiques, juridiques et environnementaux susceptibles de bouleverser les modalités de la coordination des individus au sein d’une organisation, comme leurs formes de coopérations et d’adhésions susceptibles d’enrayer la course à la performance. La distinction entre management et travaux universitaires relevant de l’analyse des organisations apparaît centrale à ce moment de l’ouvrage : le manager met en place les outils de gestion en fonction d’une finalité ciblée, il s’appuie sur des expertises d’universitaire ; ces derniers, après avoir répondu à une demande particulière, réorientent l’analyse des matériaux collectés au service d’une production savante.

  • 4  David Courpasson. P. 295.

7Au carrefour d’une quatrième partie sur les logiques de la prise de décision dans les organisations, les restructurations (concentration d’activité, externalisation, refonte organisationnelle) apparaissent comme un mode de gestion où le rôle du manager se veut central en tant que coordinateur des stratégies et intérêts des décideurs. Les auteurs proposent d’aller au-delà des discours de légitimation d’une décision pour en retracer le processus concret à plusieurs échelles : celle des dirigeants mais aussi celle des employés. Les auteurs s’intéressent aux multiples décisions prises à ces deux niveaux quotidiennement. Cela est d’autant plus important que le contrôle par les pairs et la mise en concurrence des individus au sein d’une même organisation – comme modèle de management qui s’étend du privé aux domaines de productions publics – participe à la redéfinition des dirigeants et des modalités d’exercice du pouvoir, tel que l’illustre le concept de « domination douce »4 (intériorisation de contraintes, d’injonctions contradictoires et de frein potentiel d’évolution au sein de l’organisation).

8Enfin, les cinquième et sixième parties s’intéressent aux conditions du changement dans les organisations. Les conséquences des processus d’innovations encouragés par les politiques publiques s’analysent à plusieurs niveaux : fléchissement des buts principaux et adaptations environnementales autant que structurelles. L’innovation suppose une forme de remise en cause des règles et des normes (une forme de « déviance »). Ainsi ce sont aux cadres et régulations informelles que l’analyste doit s’intéresser entre capacité de remise en cause (collective ou individuelle) et perception sociale de l’action par les individus. Fautes, accidents, illusions, erreurs d’appréciation ; mouvements protestataires multiples contre les nouvelles formes de gouvernance des services publics, remise en cause des dirigeants, crise de la reconnaissance au travail ; autant d’éléments qui illustrent l’importance des représentations de l’agir ensemble, de l’appartenance des individus à un même organisme social.

9Cet ouvrage est rendu particulièrement abordable par ses modes d’écritures, de l’article au compte rendu d’entretien au sein duquel un auteur revient clairement sur sa pensée, son travail et ses concepts ; c’est un ouvrage initiatique dont l’objet est de guider et structurer les recherches bibliographiques de ses lecteurs autour de thèmes et enjeux actuels. Le mérite de l’ouvrage réside dans son approche des organisations comme un ensemble d’objets de recherches, au-delà des partis pris théoriques et/ou méthodologiques.

Haut de page

Notes

1  Professeur émérite à ESCP Europe.

2  Ouvrage jusqu’alors dirigé par Philippe Cabin, publié en 1999 et qui a connu de nombreuses rééditions.

3  Frédéric Fréry, p. 37.

4  David Courpasson. P. 295.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Thomas, « Jean-Michel Saussois, Les organisations. Etat des savoirs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/7983

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page