Navigation – Plan du site

Samir Amghar, Le salafisme d'aujourd'hui. Mouvements sectaires en Occident

Eric Keslassy
Le salafisme d'aujourd'hui
Samir Amghar, Le salafisme d'aujourd'hui. Mouvements sectaires en Occident, Michalon, 2011, 283 p., ISBN : 978-2-84186-563-5.
Haut de page

Texte intégral

1Les tragiques tueries de Montauban et de Toulouse ont (re)placé au centre du débat public la question de l’intégrisme islamiste et de son influence dans les quartiers populaires. Comme sur de nombreuses autres thématiques, l’islam radical génère des prises de position peu informées, formulées sous le coup d’une émotion totalement légitime mais qui peut alimenter des fantasmes d’autant plus dangereux que l’on se trouve en période électorale. Dans ce contexte, il faut se féliciter de l’enquête sociologique d’un jeune chercheur de l’EHESS, Samir Amghar, qui se donne pour objectif de reconstituer l’univers sociologique et idéologique des groupes salafistes en France mais aussi en Belgique, en Suisse, en Angleterre, aux Etats-Unis et au Canada. L’objectif est donc de comprendre comment se comporte le salafisme en occident. Dès lors, l’auteur nous plonge en quelque sorte à l’intérieur de cette branche de l’islam intégriste pour mieux saisir ses différents modes de socialisations qui, néanmoins, paraissent tous converger vers une approche sectaire – dans la mesure où ils associent un repli particulièrement fermé sur le groupe à une séparation et une dépréciation du réel.

2Suivant les « règles de la méthode sociologique », Samir Amghar commence par définir le concept central : qu’est-ce que le salafisme ? Il s’agit d’abord d’une quête, celle d’un islam primitif fondé sur la défense de la croyance des ancêtres (« salaf »). Cela suppose donc de se débarrasser des particularités locales qui peuvent éloigner d’une approche pure et d’occulter les évolutions que l’islam a pu connaître au cours du temps. En revenir à l’islam original en quelque sorte. Là où cela se complique, c’est qu’il existe une véritable galaxie salafiste. On peut notamment distinguer trois sensibilités : les quiétistes qui refusent tout engagement autre que religieux – la politique est pour eux source de division (« fitna »), aussi se concentrent-ils sur un prosélytisme purement religieux ; les politiques qui défendent une vision militante – dans cette perspective, la politique est alors considérée comme un moyen de diffuser le message salafiste ; les révolutionnaires qui, au départ, ont rompu avec les Frères musulmans, et qui préconisent la lutte armée – qui prend généralement la forme terroriste – pour mener à bien le « jihâd » qui devient une obligation religieuse. Le discours dominant qui a fortement tendance à enfermer sous une même appellation ces différentes visions, faisant notamment de tous les salafistes des terroristes, est donc très largement erroné.  Il paraît important d’en prendre conscience pour mieux ajuster les politiques de lutte contre les différentes formes d’intégrisme islamiste.

3L’auteur montre ensuite qu’au-delà des discours et des programmes politiques, ou encore des actions, qui peuvent se révéler différents, le salafisme se réfère toujours à trois grands mythes qui fournissent une culture commune : l’Âge d’or passé de l’islam – ce qui implique mécaniquement que la situation de l’islam est aujourd’hui décadente –, la possibilité de (re)créer l’unité de l’islam autour d’une communauté mondiale (« umma ») et la conspiration de l’Occident qui chercherait à empêcher son projet hégémonique de l’islam.

4Le sociologue a pu confronter ses hypothèses en menant de nombreux entretiens (87), entre 2002 et 2011, auprès de personnes appartenant à la mouvance salafiste. Les réponses qu’il apporte sont donc précieuses. Particulièrement celle qui donne à une question fondamentale et tellement : comment devient-on « salafi » ? Là encore, l’enquête démontre que la croyance populaire d’un endoctrinement est largement fausse : en Occident, les « salafis » se regroupent d’abord volontairement – et ce quelque soit leur tendance. En effet, il semblerait bien que le fait de rallier le salafisme relève d’un choix conscient ; par ailleurs, à l’opposé de l’idée de la volonté de recruter le plus possible, il est important de préciser qu’un candidat peut tout à fait être refusé par le groupe – notamment s’il n’est pas considéré comme religieusement qualifié.

5Le salafisme d’aujourd’hui démontre ensuite combien les salafistes se vivent comme appartenant à une élite religieuse. Ils se perçoivent comme les dépositaires du véritable islam et se considèrent comme les seuls groupes religieux destinés au paradis. Il faut donc perpétuellement en maintenir la pureté en exigeant de chacun de ses membres un travail de purification et de sanctification.

6Enfin, l’auteur nous propose une grille d’interprétation de la fonction du salafisme auprès de ses adeptes. Il façonne une vision du monde qui conduit à délégitimer toutes formes d’autorité, en proclamant théologiquement hors-la-loi les autres systèmes de croyances (les autres religions et les autres musulmans), comme celles relevant plus globalement de l’ordre social.

7Un livre particulièrement clair, qui permet de démêler le vrai du faux… Au fond, une étude sociologique qui remplit parfaitement son office.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Samir Amghar, Le salafisme d'aujourd'hui. Mouvements sectaires en Occident », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 avril 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/8024

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page