Navigation – Plan du site

José Alcala, Les Molex. Des gens debout

Xavier Vigna
Les Molex. Des gens debout
José Alcala, Les Molex. Des gens debout, Blaq Out, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1C’est l’histoire d’une voyoucratie ordinaire : une entreprise américaine décide en octobre 2008 de licencier les 283 employés d’une usine, pourtant bénéficiaire, et la firme parvient à ses fins en une année. C’est aussi l’histoire d’une lâcheté ordinaire : celle des pouvoirs publics qui laissent procéder à cette vilénie, malgré quelques rodomontades télévisuelles ; avec, à la fin, la perfidie scélérate du ministre Woerth autorisant le licenciement des délégués syndicaux, contre l’avis de l’inspection du travail. C’est enfin l’histoire d’un courage ordinaire et tenace des salariés, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, qui refusent ces licenciements, et pourtant.

2Le film retrace une tragédie contemporaine, dans ses unités de temps : une année de lutte avec l’échec final, et de lieu : l’entrée de l’usine, le plus souvent, où se massent les salariés menacés, où ils discutent, décident, mangent, plaisantent, et pleurent aussi quand le combat cesse et que le chômage survient. La caméra colle aux ouvriers en lutte, suit leur visage et leurs gestes. Plantée dans le camp ouvrier, elle accompagne littéralement les démarches des responsables syndicaux aux négociations interminables. Par elle, se lisent progressivement la fatigue, et plus encore, l’inquiétude, l’angoisse, la lassitude et, bientôt, la rage vaincue, la douleur.

3Film politique donc, inscrit dans cette tradition du cinéma militant qui filmait les luttes, sur des salariés d’une grosse bourgade de 5.000 habitants, au nord de Toulouse. Qui signale ainsi la réalité contemporaine de l’assise rurale d’un monde ouvrier dispersé : avec des ouvriers qui ont l’accent méridional, et des patronymes d’origine espagnole et italienne encore, vivant dans des pavillons. Des hommes et des femmes qui, souvent, ont passé toute leur carrière dans l’entreprise, 35 ans parfois !, quand on entrait dans la boîte « à la sortie de l’école », à 18 ans. Ouvriers discrets sans doute, invisibles à coup sûr, jusqu’au scandale.

4Car il s’agit d’un scandale : la firme délocalise la production de connectique en Chine et aux Etats-Unis, vide l’usine, chasse les salariés, recourt à des vigiles pour garder l’entreprise, bafoue le droit du travail, en toute impunité ou presque. En face, des salariés divisés en cinq sections syndicales : CGT qui domine, FO à peine présente, CFTC, CGC et CFDT évanescentes. Le film s’attache – aux deux sens du terme – aux délégués cégétistes, Guy Pavan et Denis Parise, qui mènent la lutte : deux militants acharnés à sauver les emplois, désireux d’éviter tout basculement dans la violence, soucieux de conserver un caractère collectif à la lutte ; simples militants presque, qui déjouent tout charisme, refusant la pose des grands discours.

5L’intérêt du film est dans sa lenteur. Car, comme les salariés, le spectateur attend : devant l’entrée de l’usine, du ministère, de la préfecture, etc., le résultat des négociations auxquelles participent les délégués. Attendre les rebondissements successifs, écouter les réactions des uns et des autres. Toute la difficulté de ces luttes pour sauver l’emploi, depuis 40 ans déjà, est leur étirement dans un temps qui ronge les énergies. Elles se prêtent difficilement aux mobilisations fortes, sinon le temps des manifestations traditionnelles. Dès lors, évidemment, certains font défection et le combat ne mobilise jamais qu’une fraction – ici majoritaire – des salariés : deux tiers participent au vote qui « accepte » le plan social en septembre 2009.

6L’étonnant, finalement, est la violence ouvrière résiduelle ripostant à cette violence patronale : une séquestration, quelques horions et des œufs jetés sur des cadres français et américain d’une morgue odieuse. C’est somme toute assez peu. Soit que l’accablement des salariés bride l’explosion, soit qu’elle soit devenue rage muette ou indicible. Ce qui frappe encore, et dit tout le sordide du présent, est l’anticipation de la défaite, jusque chez le spectateur qui a l’impression de soutenir un combat perdu d’avance. Les salariés apparaissent alors bien dérisoires quand ils se griment en Gaulois résistant à une firme yankee. Cette crise de presque quarante ans a décidément tout saccagé, parvenant à détruire jusqu’à l’inventivité ouvrière dans les luttes. Dans une scène poignante, Guy Pavan retrace l’annonce de la fermeture de l’usine, et pleure. Ces pleurs n’appartiennent pas seulement à ce militant licencié : ils disent la douleur de l’impuissance contemporaine face à la voyoucratie patronale. Le film la signifie, espère la conjurer, vainement hélas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Vigna, « José Alcala, Les Molex. Des gens debout », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 09 avril 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/8089

Haut de page

Rédacteur

Xavier Vigna

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Bourgogne / Institut universitaire de France

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page