Navigation – Plan du site

Jérôme Pélisse, Caroline Protais, Keltoume Larchet, Emmanuel Charrier (dir.), Des chiffres, des maux et des lettres. Les experts judiciaires en économie, en psychiatrie et en traduction

Marion Grosini
Des chiffres, des maux et des lettres
Jérôme Pélisse, Caroline Protais, Keltoume Larchet, Emmanuel Charrier (dir.), Des chiffres, des maux et des lettres. Les experts judiciaires en économie, en psychiatrie et en traduction, Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », 2012, 285 p., ISBN : 978-2-200-27481-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Définition de Fritsch, P (1985) : « situation d’expertise et système expert » in CRESAL, Situation (...)
  • 2  Traités respectivement par Caroline Protais, Keltoume Larchet et Emmanuel Charrier dans les chapit (...)

1Pour reprendre une expression présente dans l’ouvrage, « l’expertise est à la mode ». Définie comme « la rencontre d’une conjoncture problématique et d’un savoir spécialisé 1», l’expertise et en l’occurrence son développement actuel posent deux questions principales : celle du rapport entre savoir et politique tout d’abord et celle de la pratique de l’expertise elle-même. Pensée comme exemple parfait du modèle décisionniste à la française qui distingue expert technicien et juge décideur, l’expertise judiciaire questionne en fait la légitimité des savoirs institués dans la pratique quotidienne du droit. Dans cet ouvrage, Pelisse et al. se proposent d’interroger ce phénomène au travers de l’éventualité d’un processus de professionnalisation des experts de justice en psychiatrie, traduction et économie2 – le tout dans une perspective de sociologie des professions. Cette perspective est d’autant plus intéressante que le modèle d’expertise français se pose d’emblée contre toute professionnalisation des experts (les taux de rémunération sont d’ailleurs très bas) et que le sujet de l’expertise judiciaire reste peu étudié en sociologie. En ce sens, l’apport majeur des auteurs réside dans la diversité des terrains étudiés - psychiatrie, économie et traduction – et l’attention portée aux pratiques et activités concrètes des experts.  

2Dans les faits, Pélisse et al. font plutôt état de résultats nuancés et inégaux concernant le processus de professionnalisation des experts judiciaires. Les experts traducteurs et interprètent sont par exemple beaucoup moins reconnus en tant qu’experts que les psychiatres et les économistes. Composés pour une moitié de non professionnels de la traduction, les experts traducteurs sont jugés dans leur travail par les magistrats selon leur disponibilité. Cette nécessité en même temps que l’absence de reconnaissance de l’expertise mobilisée, amène les magistrats à créer des listes secondaires, qui ne dépendent que de cette disponibilité au détriment de la « qualité » censée être sanctionnée par l’inscription sur la liste officielle. Au final, les intérêts contradictoires affichés par les experts traducteurs-interprètes selon qu’ils sont professionnels ou non, l’atomisation des instances représentatives que sont les compagnies, l’inscription de l’expertise en temps réel mais aussi la dépendance vis-à-vis des magistrats sont autant d’obstacles à la professionnalisation des experts en traduction.

3La légitimité du savoir n’est pas la même pour les psychiatres. Composés exclusivement de professionnels – travaillant majoritairement comme psychiatres des hôpitaux – et reconnus (plus que les psychologues par exemple), les experts psychiatres ne sont pas regroupés en compagnies. C’est toutefois leur revendication d’indépendance qui va freiner leur professionnalisation de façon plus importante : individuellement dans leurs rapports aux magistrats mais aussi collectivement au sein de la psychiatrie en général – porté par le mouvement d’antipsychiatrie dans les années 70 ou encore l’orientation théorique psychanalytique.

4Les économistes présentent quant à eux le niveau d’institutionnalisation le plus abouti. La compagnie nationale des experts comptables de justice (CNEJ) regroupe 75 % des experts comptables judiciaires. Son rôle s’est par ailleurs accru car depuis la réforme de 2004, les compagnies sont maintenant associées aux divers textes et à la construction des listes. Bien que le titre d’expert soit réputé, le fait que les tâches de l’expertise judiciaire diffèrent des missions classiques des experts comptables, ainsi que les profondes inégalités entre experts en termes de volume de mission (au profit des experts parisiens inscrits sur la liste nationale) tendent à limiter ce processus de professionnalisation.

  • 3  Les auteurs font entre autres référence à l’ouvrage : Dumoulin, L (2007) : L’expert dans la justic (...)
  • 4  Notre point de vue résulte d’un travail de thèse en cours sur la gestion des risques dans le systè (...)

5Le processus de professionnalisation est loin d’être abouti pour les trois spécialités étudiées malgré la structuration par les compagnies (et l’importance croissante de celles-ci) et l’utilisation des listes d’experts. Dans chaque cas, les experts restent dans une position de dépendance vis-à-vis des magistrats qui les nomment ; des magistrats qui participent à la construction des listes, qui au sein de ces listes choisissent de nommer tel ou tel expert, et qui au final peuvent même nommer un expert n’y figurant pas. Cette dépendance interroge aussi le rôle de l’expert et ce qui est attendu de l’expertise. L’éthique valorisée par les compagnies et qui apparaît aussi dans la figure du « bon expert » analysée par Dumoulin3, porte autour du principe de neutralité. Pour chacune des spécialités, des débordements sont possibles (par le haut ou le bas pour les traducteurs, par rapport aux compétences et capacités de prévision pour les psychiatres…). Notre postulat4 est qu’il est certaines situations où de tels débordements vont être valorisés par les magistrats (même si cela dépend des magistrats) quand les enjeux sont importants ou encore pour assurer le bon fonctionnement quotidien de la justice. Notre terrain nous montre une telle réalité pour les experts psychiatres autour de la question de l’évaluation de la dangerosité. Dans cette perspective, certains magistrats sont en effet ravis d’avoir un spectre large d’informations (qui peuvent dépasser les connaissances dites légitimes des experts psychiatres) et aussi de partager les responsabilités. Il reste maintenant à s’interroger sur les éventuels effets en termes de professionnalisation.

  • 5  Les auteurs ont recueilli environ 2 700 questionnaires ; Voir l’annexe méthodologique, p. 269 et s (...)

6Un des intérêts majeurs de cet ouvrage est son aspect méthodologique. Les auteurs ont eu recours à une analyse quantitative de questionnaires envoyés aux experts5 complétée et mise en valeur par des méthodes qualitatives (entretiens) pour « proposer une sociographie inédite » (p. 269). Leur ambition, qui était d’analyser « ce que font et qui sont vraiment les experts de trois spécialités singulières » (p. 14), est pleinement réalisée même si l’étude peine parfois à dépasser un état des lieux sociodémographique des experts. Notre regret réside cependant dans l’absence de prise en compte dans l’analyse, des questions liées aux enjeux des différentes expertises ainsi que de la diversité des positionnements des magistrats ; questions qui selon nous affectent toutes deux le processus de professionnalisation. De même, le matériel empirique ne permet pas d’appréhender les conséquences du processus de modernisation de la justice sur les pratiques des experts, ni selon les propos des auteurs « la manière dont les savoirs scientifiques pénètrent le droit » (p. 12).

Haut de page

Notes

1  Définition de Fritsch, P (1985) : « situation d’expertise et système expert » in CRESAL, Situations d’expertise et socialisation des savoirs, actes de la table ronde, colloque de Clermont Ferrand, cité par les auteurs, p.6

2  Traités respectivement par Caroline Protais, Keltoume Larchet et Emmanuel Charrier dans les chapitres 2, 3 et 4.

3  Les auteurs font entre autres référence à l’ouvrage : Dumoulin, L (2007) : L’expert dans la justice – de la genèse d’une figure à ses usages, Paris, Éd. Economica

4  Notre point de vue résulte d’un travail de thèse en cours sur la gestion des risques dans le système judiciaire.

5  Les auteurs ont recueilli environ 2 700 questionnaires ; Voir l’annexe méthodologique, p. 269 et suivantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Grosini, « Jérôme Pélisse, Caroline Protais, Keltoume Larchet, Emmanuel Charrier (dir.), Des chiffres, des maux et des lettres. Les experts judiciaires en économie, en psychiatrie et en traduction », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 13 avril 2012, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/8121

Haut de page

Rédacteur

Marion Grosini

Doctorante en sociologie, laboratoire DYSOLA, Université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page