Navigation – Plan du site

Nathalie Heinich, Roberta Shapiro (dir.), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art

Gérard Creux
De l’artification
Nathalie Heinich, Roberta Shapiro (dir.), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure », 2012, 336 p., ISBN : 9782713223365.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, coordonné par deux sociologues spécialisées dans le champ de la sociologie de l’art et de la culture, propose de poser les bases théoriques du concept d’ « artification ». Il est composé de seize contributions qui font références à des études ou des notes de synthèse qui touchent tout aussi bien à la photographie, aux métiers d’art, au théâtre, au graffiti, au cinéma, à l’art brut, à la mode, à la bande dessinée, aux arts premiers ou encore à la danse.

2Dans ce compte rendu, nous tenterons de cerner plus particulièrement la notion d’« artification » définie par les coordinatrices de l’ouvrage notamment dans l’avant-propos et la postface, et nous reprendrons son application à travers deux des contributions.

3La question qui est posée est la suivante : « Comment l’art vient-il aux personnes, aux objets, aux façons de faire et de penser ? Et comment celui-ci, en retour, agit-il ? » Cette question est pensée à partir d’un cadre théorique : l’artification.

4Dans l’avant-propos rédigé par Roberta Shapiro, l’artification « désigne le processus de transformation du non-art en art, résultat d’un travail complexe qui engendre un changement de définition et de statut des personnes, des objets, et des activités » (p.20). Il entraîne un « déplacement durable de la frontière entre art et non-art ». Il s’agit d’une théorie de l’action selon l’auteure, « qui met l’accent sur ce que les gens font » (p.22). Assez rapidement, il est précisé qu’il s’agit de se démarquer des approches que l’on retrouve régulièrement en sociologie de l’art, et plus particulièrement de la problématique du classement et de la légitimation. Elle souhaite clairement faire la distinction entre la légitimité artistique qui reste, selon elle, une démarche classificatoire et l’artification qui veut comprendre d’une part, la genèse de l’art, et d’autre part ses conditions d’existence. À partir de là, il s’agit d’analyser ce « déplacement de frontières » et de faire apparaitre « l’émergence de nouvelles formes d’art ».

5Le concept d’artification est davantage précisé : « l’artification est la résultante de l’ensemble des opérations, pratiques et symboliques, organisationnelles et discursives, par lesquelles les acteurs s’accordent pour considérer un objet ou une activité comme de l’art » (p.21). Cette définition relativement intéressante ne semble cependant pas s’écarter d’une sociologie de l’art de laquelle elle semblerait vouloir se démarquer. Elle note que « C’est un processus qui institutionnalise l’objet comme œuvre, la pratique comme art, les pratiquants comme artistes, les observateurs comme publics, bref qui tend à faire advenir un monde de l’art » (p.21). Mais ne s’agit-il pas ici d’une description d’un processus de légitimation d’une pratique ? Et de poursuivre, « Néanmoins, ce développement ne se fait pas sans heurts, car il existe également toutes sortes d’obstacles à l’artification, de résistances, de pratiques de contournement » (p.21). Une nouvelle fois, nous retrouvons ce qui pourrait être spécifique à la logique d’un champ, au sens de Pierre Bourdieu, c’est-à-dire un espace de luttes pour un enjeu spécifique.

  • 1  Dans cette dernière catégorie est cité « l’art brut ». Nous nous permettons de douter de ce classe (...)
  • 2  On notera une nouvelle fois l’ambiguïté de quelques passages du livre. Réduit ici à une pratique l (...)

6Dans la postface de l’ouvrage qui propose un exercice de synthèse qui tente d’affiner davantage les bases théoriques du concept, Nathalie Heinich et Roberta Shapiro proposent de répondre à la question « Quand y a-t-il artification ? ». Elles vont ainsi définir les secteurs dans lesquels il peut se produire : elles citent l’ « artisanat » (« car c’est de l’artisanat traditionnel que ce sont (…) émancipés, en partie, les métiers d’art »),  l’industrie (référence est faite au cinéma ou à l’industrie des jeux vidéos) et enfin les loisirs1. Le domaine du « divertissement » y est également mentionné. À titre d’exemple s’y retrouvent le hip-hop et le graffiti « qui ont réussi à s’émanciper de leur pratique ludique et adolescente pour pénétrer les scènes du théâtre et d’exposition » (p.277)2.

7Sont ensuite définis des opérateurs de l’artification. Ils peuvent être d’ordre juridiques, cognitifs, temporels, spatiaux, institutionnels, marchands, sémiotique, médiatiques, corporels, organisationnels, hiérarchiques, pratiques, esthétiques, discursifs. S’inspirant des travaux d’Alan Bowness, les auteurs définissent ensuite les « artificateurs » qui peuvent être les producteurs eux-mêmes, les marchands et les galeristes, les amateurs éclairés, les critiques et les conservateurs les agents de l’État voire des travailleurs sociaux et enfin le public. Elles notent enfin que l’artification peut être durable, demi stabilisée, partielle, en voie d’accomplissement, en voie d’effectuation, ou impossible.

8Cependant, l’ouvrage comporte dans ses aspects théoriques quelques contradictions qui ne permettent pas de faire émerger un fil conducteur clair d’un point de vue sociologique. S’il est noté, par exemple, qu’il ne s’agit pas d’être dans des logiques de classements, les auteurs notent par exemple qu’« On peut supposer ainsi que la typographie, la gastronomie, l’œnologie, l’art des jardins, le parfum resteront dans le meilleur des cas des « arts » au sens métaphorique du terme (…) » (p.291). Le lecteur risque d’être quelque peu  interpellé par cette construction paradoxale au regard de ce qui défini.

9Par ailleurs, ce travail s’inscrit dans une sociologie « pragmatique » au sens où il s’agit de s’intéresser davantage aux « actions observées », en « situation réelle » avec la nécessité de passer par « les discours des acteurs pour accéder à leurs actions » tout en précisant qu’elles ne s’intéressent pas aux trajectoires individuelles. En se démarquant délibérément des « grandes hypothèses explicatives » qui mettent en avant les origines sociales des individus pour comprendre le sens qu’ils peuvent donner à leur action, et de « l’approche normative consistant à instrumentaliser la recherche au service de la dénonciation des hiérarchies injustes ou des effets de dominations illégitimes » (p.275), on peut s’interroger si l’ouvrage fait œuvre de sociologie. En effet, la compréhension de l’action d’un individu dès lors qu’elle serait expliquée en dehors de cette grille de lecture risque bien d’être réduite à une explication de surface.

10D’un point de vue méthodologique cette fois, l’analyse du processus d’artification « repose sur des méthodes qui décrivent avec précision les actions des personnes, la forme et l’agencement des objets, et le sens qu’on leur donne, sans perdre de vue des cadres généraux de la société » (p.21). Aucun détail complémentaire n’est donné, si ce n’est à travers les contributions de l’ouvrage dès lors que celle-ci est précisée.

  • 3  Marisa Liebaut, doctorante à l’EHESS

11Cependant, mis à l’épreuve du « graffiti », on note un certain décalage entre la définition théorique et l’usage pratique du concept d’artification. L’auteur3 de l’article tente de démontrer le passage de cette pratique ludique à la pratique artistique. Après être revenue sur le caractère illégal et la notion même de graffiti, ce qui permet de poser clairement le travail de recherche, elle note qu’à l’origine les auteurs des grafittis « cherchaient une rencontre immédiate avec le public sans passer par les intermédiaires » (p.159), et ce dans une logique d’anonymat. Cependant, la chercheuse précise que la montée en « artification » l’a brisé (notamment par le biais des expositions), et que les « intermédiaires spécialisés » (les galeristes) ont pleinement participé au processus d’artification, tout comme les éditeurs et des amateurs. Elle note que « La montée en artification s’est opérée par l’accès d’un certain nombre de créations aux circuits de l’art contemporain, par la mise en avant de leur caractère artistique dans les médias, par l’essor d’un secteur éditorial spécialisé et par le soutien d’amateurs » (p.169). Bien que l’article soit particulièrement intéressant, l’auteur n’a fait que décrire, selon nous, un processus de légitimation par le champ artistique lui-même d’une pratique subversive. L’usage du concept d’artification n’apporte pas d’élément explicatif complémentaire au fait qu’une pratique puisse devenir artistique.

  • 4  Roberta Shapiro, sociologue et Véronique Moulinié, chargée de recherche au CNRS

12Il en est de même pour ce qui est de l’ « art brut » décrit dans l’un des articles et qui est considéré comme un « cas d’école » pour la théorie de l’artification. Les deux auteurs4 vont décrire le parcours historique de ce courant à travers trois périodes : confidentiel, la révélation au grand public et le « travail des continuateurs ». Elles soulignent le rôle déterminant de Jean Dubuffet à l’avènement de ce genre artistique qui a empêché son entré dans le marché, et notent que son « coup de génie » aura été de rassembler des œuvres, de les nommer et de les promouvoir, mais aussi de s’ « être appuyé sur un réseau d’intellectuels et d’artistes dont le rôle fut déterminant tant par l’aide matérielle que part la légitimité qu’ils ont apportées » (p.238). Une nouvelle fois, les auteurs ne font que décrire un processus de légitimation artistique dont les éléments théoriques du processus d’artification tentent de se dégager.

  • 5  Yves Michaud, L’art à l’état gazeux : essai sur le triomphe del’esthétique, Paris, Éditions Stock, (...)

13Pour conclure, quand bien même les articles restent particulièrement intéressants ils laissent cependant un sentiment d’un emploi quelquefois « forcé » du concept d’artification qui ne constitue pas, à notre sens, un outil de compréhension complémentaire au processus du passage à l’art. Ceci est d’autant plus dommage que l’art semble être rentré dans une phase d’« état gazeux », pour reprendre les termes d’Yves Michaud5, et que cette volatilité nécessite une réflexion théorique qui puisse cerner au mieux ce phénomène.

Haut de page

Notes

1  Dans cette dernière catégorie est cité « l’art brut ». Nous nous permettons de douter de ce classement dans le champ des « loisirs » qui n’est par ailleurs pas défini dans l’ouvrage. Cependant, la contribution portant sur l’ « art brut » ne semble pas l’attribuer à cette catégorie.

2  On notera une nouvelle fois l’ambiguïté de quelques passages du livre. Réduit ici à une pratique ludique et adolescente, Marisa Liebaut, dans ce même ouvrage, précise dans son article que les praticiens du graffiti peuvent se retrouver aussi bien en prison (du fait d’une pratique illégale) qu’au musée. Cette activité dépasse donc la simple pratique ludique.

3  Marisa Liebaut, doctorante à l’EHESS

4  Roberta Shapiro, sociologue et Véronique Moulinié, chargée de recherche au CNRS

5  Yves Michaud, L’art à l’état gazeux : essai sur le triomphe del’esthétique, Paris, Éditions Stock, 2003

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Creux, « Nathalie Heinich, Roberta Shapiro (dir.), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 20 avril 2012, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/8155

Haut de page

Rédacteur

Gérard Creux

Docteur en sociologie et Attaché de recherche à l'IRTS de Franche-Comté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page