Navigation – Plan du site

Olivier Azam, Grandpuits & petites victoires

Anne Bory
Grandpuits & petites victoires
Olivier Azam, Grandpuits & petites victoires, Les Mutins de Pangée, 2011.
Haut de page

Texte intégral

1Retracer jour après jour le déroulement d’une grève, filmer au plus cette histoire locale en marche pour incarner un mouvement social plus large : c’est ce que parvient à faire Olivier Azam à travers ce film. La grève des ouvriers de la raffinerie de Grandpuits est emblématique du mouvement de lutte contre la réforme des retraites de l’automne 2010 : d’une importance inégalée – un ouvrier raconte ainsi que nul n’a vu une grève de 15 jours – , suscitant un élan militant remarquable, mais s’achevant sans grande victoire. Des petites victoires, le film en montre : la caisse de grève alimentée depuis la France entière, un collectif qui se crée, la résistance qui s’éprouve. Mais si le film s’attarde autant qu’il le peut sur ces petites victoires, il souligne aussi le mépris de la direction, les discours présidentiels sur la « prise en otage » des automobilistes, la couverture médiatique irrégulière et parfois mensongère.

  • 1  Sophie Béroud et Karel Yon, « Anatomie d’un grand mouvement social », Contretemps, http://www.cont (...)

2La mobilisation de l’automne 2010 contre la réforme des retraites a ainsi constitué un « moment aigu des luttes de classe en France »1, et la grève de 15 jours dans cette raffinerie de Seine-et-Marne incarne elle aussi localement une mobilisation d’une particulière intensité. Elle suscite un intérêt médiatique important dans ses premiers jours, et l’espoir de voir les routes bloquées faute de carburant fait converger les regards vers Grandpuits. Un secteur d'activité détenu par de grosses entreprises privées, et non tout ou partie du service public, devient la tête de pont d'un mouvement interprofessionnel. Mais derrière cette face visible de la grève, et les images de manifestations, l’attente devant l’usine, la violence physique des charges de CRS et celle symbolique des réquisitions de salariés crèvent l’écran. Olivier Azam souligne à quel point ces réquisitions et cette intervention de la force publique pour le compte d’une entreprise privée frappent les esprits, et il dresse, souvent de façon convaincante, des parallèles historiques afin de replacer cette grève dans l’histoire plus large des luttes du monde du travail. Des incises sont ainsi faites sur le droit de grève et la réquisition de salariés par la puissance publique, ainsi que sur les caisses de grève.

3On pense à plusieurs moments à un autre film, tourné un peu avant, sur la lutte des salariés de Molex. Autre région, autre activité, autre temporalité de la mobilisation, autre contexte, mais tant le quotidien de la grève, l’ambiance du piquet devant le lieu de travail que l’attente et la difficulté à mettre fin au mouvement à Grandpuits font écho à ce que montre José Alcala de l’usine de Villemur-sur-Tarn2. L’unité intersyndicale, le refus de négocier sur autre chose que le mot d’ordre du début (la non-fermeture de l’usine pour Molex, l’abandon de la réforme des retraites pour Total), le recours à une grève longue donnent à voir une action syndicale ouvrière qui force le respect. Le suivi caméra à l'épaule du jeu du chat et de la souris qui s'engage entre gardes mobiles et grévistes pour bloquer les accès de l'usine sans aller à la confrontation physique violente est un épisode saisissant : on a le sentiment d'assister en direct aux arbitrages qui se font entre se battre aussi loin que possible, et ne pas provoquer les coups. Les dialogues entre grévistes et camionneurs venus approvisionner leurs citernes sont une illustration très utile des effets des discours politiques en termes de résignation3, et soulignent le contraste entre le discours des grévistes et le contexte au sein duquel et contre lequel celui-ci s'élève. Ceux que le réalisateur appelle les « mutins de Grandpuits » tentent ainsi par tous les moyens de contourner la réquisition censée casser la grève. C'est par exemple le cas lorsque l'un d'entre eux refuse une interview à un journaliste au motif que la chaîne de celui-ci a déclaré la reprise du travail dans la raffinerie.

4Le film est également remarquable dans l'opposition qu'il dresse entre d'un côté des discours médiatiques et politiques qui martèlent des arguments démographiques destinés à légitimer la réforme des retraites, et de l'autre les récits des raffineurs sur ce que signifie une vie au travail. Problèmes de santé multiples et extrêmement graves, notamment pour ceux qui travaillent de nuit, et rappel des inégalités sociales devant l'espérance de vie confrontent le discours dominant à une réalité sociale qui dépasse largement d'éventuels accommodements sur la notion de pénibilité. Parmi les grévistes, ce sont d'ailleurs les 180 raffineurs qui travaillent en 3*8 qui sont les plus nombreux.

5Mais le contexte ne se résume pas aux forces de police et aux discours gouvernementaux et à leurs conséquences. La solidarité de militants syndicaux, de salariés, de retraités autour de la grève semble au moins autant étonner et impressionner les raffineurs que le cinéaste, qui filme en totale empathie avec ces derniers : lettres de soutien, chèques, denrées alimentaires, père venu montrer à ses enfants une lutte en marche… ces manifestations de solidarité permettent de tenir au quotidien, tant moralement que matériellement. Forme de contre-don, les raffineurs reverseront d’ailleurs une partie des sommes destinées au paiement des jours de grève au Secours Populaire. Ce mode de soutien de la grève est d'ailleurs à mettre en regard avec le mode de production de ce film: les Mutins de Pangée ont ainsi récolté par souscription les fonds nécessaires à son édition.

  • 4  Filmées par Marcel Trillat et Hubert Knapp, Le premier mai à Saint-Nazaire, 1968. http://www.cinec (...)

6La fin du film laisse un goût bien amer : les images des syndicalistes repassant le portique de la raffinerie après que la reprise du travail a été votée rappellent comme le retour à l'usine est différent selon que la grève a été victorieuse ou non. Mais on n'est pas si loin ici des images de Saint Nazaire en 19674: la grève n'a pas obtenu gain de cause, mais le sentiment de s'être battus bien plus longtemps que ce que la direction de Total avait prévu et d'avoir incarné nationalement une poche de résistance est bel et bien une victoire pour les raffineurs.

Haut de page

Notes

1  Sophie Béroud et Karel Yon, « Anatomie d’un grand mouvement social », Contretemps, http://www.contretemps.eu/interventions/automne-2010-anatomie-dun-grand-mouvement-social

2  http://lectures.revues.org/8089

3  On pense ici aux scènes du court-métrage Un blocage sinon rien, tourné à la même période par Christine Gabory, Ivora Cusack, Agathe Dreyfus, du collectif 360 et même plus. http://www.360etmemeplus.org/PAGES/un_blocage_sinon_rien.html

4  Filmées par Marcel Trillat et Hubert Knapp, Le premier mai à Saint-Nazaire, 1968. http://www.cineclubdecaen.com/realisat/trillat/premiermaiasaintnazaire.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Bory, « Olivier Azam, Grandpuits & petites victoires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 avril 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/8177

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page