Navigation – Plan du site

Pensée économique et système capitaliste. Usages contemporains de quelques grands auteurs en économie

Laure Célérier
Pensée économique et système capitaliste
« Pensée économique et système capitaliste. Usages contemporains de quelques grands auteurs en économie », Revue française de socio-économie, n° 3, 2009, 210 p., La Découverte, EAN : 9782707156914.
Haut de page

Texte intégral

1Alors même que les différents projets de réforme de l'enseignement secondaire laissent planer l'éventualité d'un démembrement de la discipline que constituent les SES, le dernier numéro de la Revue française de socio-économie n'est rien d'autre, par sa richesse et ses angles d'analyse, qu'un plaidoyer en faveur du maintien d'une unité des sciences économiques et sociales. Le dossier de ce numéro, intitulé « Pensée économique et système capitaliste - usages contemporains de quelques grands auteurs en économie », recourt en effet à des analyses plurielles, tant économiques que sociologiques ou anthropologiques, de grands penseurs, de courants économiques ou de réalités sociales. Comme l'écrivent, dans le premier article du dossier, Richard Sobel et Bruno Tinel, alors que l'analyse économique dominante tend à vouloir s'abstraire de ses racines historiques pour mieux revendiquer le caractère naturaliste et universalisant de ses préceptes, reprendre les grands auteurs ayant en commun de penser la spécificité du capitalisme, peut se révéler très enrichissant. Malthus, Smith et Hayek se verront donc dans cet ouvrage repris, réétudiés, pour le plus grand bénéfice du lecteur, qui peut souvent se sentir perdu en eaux troubles alors que sont répétées, dans divers manuels et ouvrages, trop d'approximations ou d'éléments tronqués des théories des classiques. Les autres articles de la revue, dont la lecture est également enrichissante, abordent cependant des problématiques diverses, sans grand lien avec les grands auteurs ni avec le titre de ce numéro.

2Qu'aurait pensé Malthus des politiques agricoles protectionnistes en vigueur en Europe, ou des exhortations à s'ouvrir aux échanges commerciaux maintes fois adressées aux pays les plus pauvres ? Que répondre à ceux qui font d'Adam Smith le père de l'homo oeconomicus, uniquement mû par la recherche de son intérêt et par la satisfaction de son égoïsme ? Enfin, comment clouer le bec à ceux qui prétendent, écrits d'Hayek à l'appui, que la justice sociale n'est qu'une chimère ? Loin de vouloir faire parler les morts, les différents articles du dossier de la revue proposent un éclairage intéressant et pertinent de l'actualité à la lumière de la pensée de grands auteurs et inversement, assurent un éclairage de la pensée des grands auteurs à la lumière de l'actualité. Dans « Le visiteur de Genève : Malthus, L'Organisation mondiale du commerce et l'agriculture », Thierry Pouch établit Malthus comme précurseur, non seulement des politiques agricoles actuelles, mais aussi de l'économie néo-institutionnaliste et contribue à la réhabilitation d'un penseur souvent présenté de manière caricaturalement pessimiste. Alors que la libéralisation des échanges agricoles, objectif des négociations échouées de Doha, devait amener un cercle vertueux de croissance sortant les pays du sous développement, le maintien des politiques de protectionnisme agricole dans le Nord est apparu tantôt comme l'expression de l'égoïsme des riches, tantôt comme la démonstration de l'efficacité de certains lobbys, au détriment de l'amélioration du bien-être de tous. Mais à la relecture de l'Essai sur le principe de population (1798) et des Principes d'Economie politique (1820), une autre interprétation de la situation actuelle des échanges internationaux de produits agricoles peut apparaître. Dès le XVIII° siècle, Malthus avait montré que l'ouverture au commerce extérieur est une condition nécessaire mais non suffisante de la croissance et du développement. Certes, l'échange de marchandises avec des pays plus avancés, constituant une demande éventuellement forte, permet d'élever les « nations arriérées ». Mais si Malthus s'est, en son temps farouchement opposé à l'abolition des Corn Laws protectionnistes, que réclamait Ricardo, c'est parce que, précurseur des néo-institutionnalistes, il montre avec pertinence l'importance des institutions économiques. Ainsi toute négociation sur la libéralisation du commerce mondial, ne devrait-elle intervenir qu'une fois l'accès à la terre réformé, une fois établie la garantie de prix stables et rémunérateurs. Dans le même temps, faut-il libéraliser entièrement le secteur agricole pour les nations développées ? Sur ce point, Malthus paraît hautement conscient de la spécificité de la production agricole : la sécurité alimentaire des nations se doit d'être préservée. L'absurdité des politiques agricoles du Nord reste donc encore à démontrer.

3Dans son article intitulé « Adam Smith problem ou problème des sciences sociales ? Détour par l'anthropologie d'Adam Smith », Jean-Daniel Boyer propose ensuite de revenir à la dichotomie apparente des écrits d'Adam Smith. Ce dernier est en effet accusé de professer dans ses textes économiques, que l'intérêt est le moteur de l'action individuelle et d'affirmer que la sympathie seule explique les actions humaines, dans les textes de philosophie morale. Jean-Daniel Boyer réhabilite alors l'idée selon laquelle, Smith aurait bel et bien réussi à fonder un système cohérent d'analyse des sociétés : selon Smith, les individus sont bel et bien mus par des passions à dominante égoïste, mais leurs esprits sont structurés par l'imagination, la raison et la mémoire, d'où découle la sympathie, ou capacité à se mettre à la place d'autrui pour parvenir à se figurer ses sentiments ainsi que ses motifs d'action. Or, selon Smith, la quête individuelle de biens matériels ne s'explique pas par les passions égoïstes ni par l'utilité, mais par notre volonté d'imiter les plus riches pour jouir de leur sympathie. De même, l'intérêt n'est pas le seul moteur de l'échange : par ce dernier, l'individu recherche la reconnaissance d'autrui. Sans sympathie, l'échange marchand ne saurait avoir lieu, car il faut au préalable qu'autrui soit reconnu. C'est ensuite la conscience des individus qui doit permettre de faire émerger un échange équitable. Accuser Adam Smith de dichotomie et d'incohérence, relève donc d'une lecture erronée de ses écrits, comme ce fut le cas à la fin du XIXe siècle, et avec les conséquences que l'on connaît : économie et sociologie n'en sont plus parues que clivées et opposées. Enfin, et à propos de cohérence, que dire de la logique interne de la pensée hayékienne ? L'article intitulé « le mirage du libéralisme hayékien », de Philippe LEGE, tente de répondre à cette question. L'œuvre de Hayek se présente comme un plaidoyer pour la liberté, situation dans laquelle la coercition est minimale. Cette liberté est le fruit de « l'ordre spontané », ensemble de règles universelles de juste conduite et d'institutions, ou nomos, comme la monnaie et le marché, non délibérément créés, produits d'une réelle évolution et par là-même supérieures à toutes les autres règles et institutions. Or, Hayek ajoute que dans les sociétés humaines, les Constitutions doivent garantir le respect du nomos. Affirmant cela, Hayek se contredit lui-même : pourquoi mettre en place des constitutions alors que l'ordre spontané est le plus efficace ? Hayek reconnaît en fait le caractère construit de l'ordre de marché, l'apparition de règles construites visant à préserver les règles spontanées les plus efficaces et le travail des juges pouvant appartenant pour partie à l'ordre spontané : l'ordre spontané a tout d'un ordre construit. La doctrine de Hayek devient alors incohérente, son libéralisme est un mirage, qui paraît vide de sens.

4Les autres articles de la revue, qu'ils appartiennent ou non au dossier, traitent d'éléments fort intéressants mais sans lien avec le titre de la revue. Ainsi, Marc Lavoie revient-il sur les perceptions postkeynésiennes de l'intervention de l'Etat dans l'économie. L'article permet alors de se rafraîchir les idées sur ce courant de pensée, affirmant notamment que le chômage est avant tout un problème de demande effective, sur le court terme comme sur le long terme, face auquel les politiques budgétaires de l'Etat peuvent être d'un grand secours. Le coût des interventions de l'Etat ne doit pas être rédhibitoire : dettes et déficits n'ont pas d'influence sur les taux d'intérêt, ces derniers étant le seul résultat de la politique monétaire. Concernant les interventions étatiques elles-mêmes, les postkeynésiens affirment que l'Etat devrait agir comme un employeur de dernier recours, ce qui serait l'expression ultime de l'Etat providence : tous ceux prêts à travailler au salaire minimum doivent avoir l'assurance d'obtenir un emploi. Une telle politique permettrait de cibler les dépenses du gouvernement dans les régions les plus touchées par un désordre économique, d'agir sur les détenteurs des revenus faibles, avec une propension élevée à consommer, et de conserver les qualifications donc l'employabilité des travailleurs au chômage. A ceux qui rapprochent postkeynésiens et économie sociale et solidaire, les premiers répondent notamment que l'économie sociale, acceptant de fait le retrait de l'Etat-Providence, ne serait que l'acceptation inavouée de la pensée dominante. La réflexion est intéressante, mais le rôle de l'employeur en dernier recours se heurte à des critiques faciles (à quelle extension bureaucratique devrait-on aboutir ? ne risque-t-on pas de faire gonfler les taux de chômage, et donc la taille d'un secteur public débauchant les travailleurs du privé ?), tandis que la critique de l'économie sociale et solidaire, qui vise à faire face à l'urgence de l'exclusion sociale sans prise de partie officielle sur le retrait de l'Etat ne paraît pas pertinente. Dans un autre article du dossier, Emmanuel Lazega revient sur la spécificité des tribunaux de commerce, et sur les conséquences, en termes d'impartialité de leur pragmatisme juridique lié à la spécificité de leurs juges, anciens cadres ou entrepreneurs. Lazega montre l'émergence d'une forme de néo-corporatisme sous-tendant les prises de décision du juge, sous l'influence nécessaire des syndicats patronaux qui les parrainent. Le risque est grand de voir une forme de justice fondant les prises de décisions non plus sur le droit, mais sur des critères économiques. Les articles hors dossiers sont des articles de sociologie économique. Le premier, d'Emmanuelle Marchal et de Christian Bessy, porte sur le rôle des réseaux dans les recrutements, dans la lignée des travaux de Granovetter. Sa lecture est enrichissante, les auteurs montrant bien que le type de procédure de recrutement choisi dépend à la fois des caractéristiques des entreprises, des types d'emploi à pourvoir et des caractéristiques des candidats. Ainsi, plus l'entreprise est petite, plus la part du recrutement par réseau est importante par rapport au recrutement par le marché. On y apprend aussi que les CDD sont davantage recrutés par réseau que les CDI. Alors que les théories du chômage, comme celle du job search, mettent trop en avant les démarches individuelles des candidats à un poste, l'enquête montre bien la nécessaire prise en compte des initiatives des entreprises. Un article de Roland Canu se penche ensuite sur le rôle des documents publicitaires dans les interactions marchandes. Il apparaît, à partir de l'exemple des boutiques d'opérateurs de télécommunication, que les messages publicitaires, aussi fixés et figés soient-ils, sont mobiles et personnalisables par les vendeurs dans leurs stratégies de communication, mais aussi par les clients désireux de faire comprendre leurs besoins et attentes. Enfin, Gérard Krauss, dans un dernier article, traite de la construction sociale de l'échec des jeunes entreprises. Il y montre notamment que le capital social des entrepreneurs joue un rôle déterminant dans l'échec ou la réussite des entreprises nouvellement créées. Un défi se pose alors aux créateurs, puisque le coût d'entretien du capital social est important.

5Pour tout enseignant de SES, lire les principaux articles du dossier de ce numéro de la Revue Française de Socio-économie ne peut qu'être utile dans l'optique de transmettre aux élèves un savoir non réduit aux versions simplistes des auteurs classiques. Ces articles profiteront de manière générale à tous ceux désireux de reprendre et d'approfondir leurs connaissances des trois grands auteurs repris ici, que sont Malthus, Smith et Hayek. Mais on peut regretter quelques éléments. Tout d'abord, si le dossier s'intitule notamment « usages contemporains de quelques grands auteurs en économie », seuls trois grands auteurs sont effectivement étudiés. L'article d'Emmanuel Lazega consacré au pragmatisme juridique des tribunaux de commerce ainsi que celui de Marc Lavoie, sur la perception postkeynésienne de l'intervention de l'Etat dans l'économie sont fort intéressants, rigoureux et pertinents, mais laissent un lecteur, s'attendant à l'étude des auteurs classiques, réellement sur sa faim. Disposer de plus d'articles en lien avec l'objet affiché de l'ouvrage aurait été souhaitable, le titre de la revue paraissant finalement quelque peu trompeur par rapport au contenu. Enfin, les approches des différents auteurs sont diverses. Les présentations de différentes théories postkeynésiennes sont légèrement mathématisées, tranchant avec les expressions très littéraires des articles sur Smith, Malthus ou Hayek. Certains articles peuvent donc paraître moins accessibles que d'autres... mais la diversité des approches d'auteurs d'horizons variés constitue également une des richesses de l'ouvrage et l'occasion d'une stimulation intellectuelle indéniable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Pensée économique et système capitaliste. Usages contemporains de quelques grands auteurs en économie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 28 octobre 2009, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/818

Haut de page

Rédacteur

Laure Célérier

Professeure agrégée de sciences économiques et sociales - Université Paris Est-Créteil - IUT de Fontainebleau.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page