Navigation – Plan du site

John Gagnon, Les scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir

Virginie Blum
Les scripts de la sexualité
John Gagnon, Les scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir, Payot, 2008, 202 p., EAN : 9782228902977.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Editions Payot-Rivages

Texte intégral

1Cette réédition 2008 de la théorie des « scripts de la sexualité » réactualise les travaux de John Gagnon. Cet ouvrage nous présente un recueil de trois articles qui permettent de saisir l'entreprise du sociologue américain. Bien avant Michel Foucault, comme nous pourrions le croire à défaut, John Gagnon fut, pour les sciences sociales, un précurseur dans l'étude de la sexualité en contribuant à déconstruire son emprunte naturaliste.

2D'emblée, on peut souligner l'intérêt certain qu'offre la préface, signée d'Alain Giami (qui est aussi le co-traducteur de cette version française). D'une part, le portrait qu'il nous confie de John Gagnon permet tout d'abord « de comprendre combien les réflexions théoriques sont ancrées dans la biographie des chercheurs » (p.10), nous révélant par ailleurs l'entente entre les deux hommes. D'autre part, Alain Giami commente les « origines intellectuelles de la perspective des scripts », qualifiant ainsi l'œuvre de Gagnon de « projet novateur » (p.28) eu égard à la rupture qu'il initia « avec les approches psychophysiologiques ». Et il finit par évoquer succinctement la thèse de son homologue, un avant-goût incontestablement profitable de la thèse qui suit (p.23-36). Toute la saveur intellectuelle de ce préambule se retrouve dans le fait que le préfacier nous expose une perspective souvent occultée dans un essai, à savoir l'opportunité pour les lecteurs et lectrices d'être convié-e-s au parcours personnel de l'auteur (qui fait bien souvent défaut au profit du seul parcours théorique de la thèse présentée).

3C'est en collaboration avec William Simon que Gagnon s'engagea dans un processus de désubstantialisation et de désacralisation de la sexualité, dépassant alors l'existentialisme dont faisaient preuve les traditions freudienne et kinseyienne en la matière. Ainsi, le chapitre premier, intitulé « Les origines sociales du développement sexuel » (initialement écrit en 1973 et titré Sexual Conduct. The Social Sources of Human Sexuality) s'emploie à déconstruire les approches précédemment citées, mettant à mal leurs conceptions naturalistes : « C'est la mise en relation entre la réalité du corps et les dimensions sociales et culturelles de sa signification qui fait défaut chez les deux plus grands savants modernes de la sexualité en Occident. » (p.42) En s'appliquant à remettre en cause « l'idée bien ancrée selon laquelle les dimensions sexuelles du comportement humain constituent une pulsion interne dérivant d'un substrat biologique qui contraint l'individu à chercher directement ou indirectement des satisfactions sexuelles » (p.56), Gagnon et Simon ouvrent une brèche permettant ainsi l'élaboration du « script ». De cette manière, nous est présenté un premier écueil de ce que signifie un « comportement scripté » (p.64).

4Clairement expliquée dans le second volet de cet ouvrage, la « théorie des scripts » consiste en l'articulation de trois niveaux : l'intrapsychique, l'interpersonnel et le scénario culturel. Le point nodal de cette nouvelle démarche scientifique, comme se prête à le dire John Gagnon, est que la sexualité est un apprentissage socio-culturel que nous devons contextualiser de façon spatio-temporelle. A partir de là, l'idée est bien de mettre l'accent sur l'imbrication des facteurs institutionnels, interactionnels et mentaux. Autrement dit, John Gagnon s'efforce d'interroger les différentes variables à prendre en compte dans la compréhension des pratiques, réfutant ainsi l'idée d'une variable exclusive. Son approche s'avère être un outil d'analyse porteur pour tenter de dépasser l'antagonisme entre ‘individu et société', proposant alors un cadre théorique qui tend à combiner les relations entre les interfaces sociales, culturelles et psychiques. Suite à cet exercice de définition, l'auteur nous éclaire sur la valeur heuristique de la « théorie des scripts », illustrant ainsi son application à différentes thématiques. Pour exemple : « Les changements dans les scripts du sexe oral chez les couples de ‘sexe différent' » (p.99), « L'évolution du sexe anal dans les relations entre les gays » (p.103), « Les scripts de la violence sexuelle contre les femmes » (p.112).

5Le troisième et dernier chapitre de l'ouvrage, « Les théories de la sexualité à risque », présente une remarquable réflexion épistémologique, prolongeant les questionnements entrepris dans le premier article à un phénomène contemporain : l'apparition du sida. Se livrant à un exercice ‘socratique' (en référence à son usage du questionnement), Gagnon parvient à fournir une analyse critique du travail scientifique et arrive à cette première conclusion : « Le premier pas dans le processus de théorisation ou de résolution d'un problème consiste-t-il donc à faire un pas en arrière, à se défaire de la définition du problème telle qu'elle est donnée de prime abord. » (p.147) Dès lors, l'anamnèse sur les raisons qui définissent une sexualité à risque ou non, à laquelle l'auteur se livre, permet de discerner le « contexte de bataille politique incessante sur la signification et les valeurs de la sexualité en soi » (p.151). Pour conclure cet essai, John Gagnon nous propose un résumé des arguments qui y sont avancés ; le bénéfice de ce travail d'écriture se trouve dans le fait qu'il permet de prendre la mesure des « biais » pouvant s'insinuer dans la compréhension de la sexualité. Celle-ci est affectée par « la culture et la technologie propres à [une] discipline » (p. 171). Qui plus est, une rupture épistémologique n'est pas forcément mise en œuvre « entre les théories scientifiques de la sexualité, les théories populaires véhiculées par les ‘gens' d'une société et les théories sexuelles représentées dans la culture collective des sociétés modernes (les médias de masse) » car « les experts officiels de la sexualité partagent à un degré plus ou moins grand les croyances populaires de leur culture d'appartenance et ne sont pas totalement libérés de ses jugements culturels a priori. » (p.173)

6L'utilisation de l'outil « script » au-delà du champ des études sur la sexualité mérite d'être soulignée. Citons la « théorie des scripts criminels » de Lacoste (1998), ou encore la « théorie des schémas cognitifs » qui est illustrée avec l'exemple du « script du restaurant » . En effet, ce ‘débordement' nous éclaire sur la véracité et l'efficacité des travaux de John Gagnon. Néanmoins, l'on peut être tenté de formuler une critique : on retrouve peu d'empirie dans ce recueil ; des descriptions ethnographiques manquent dans cet ouvrage pour venir étayer la théorie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Blum, « John Gagnon, Les scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 23 novembre 2009, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/826

Haut de page

Rédacteur

Virginie Blum

Etudiante en master de sociologie à l'Université Lyon 2

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page