Navigation – Plan du site

Les entreprises responsables de la société ?

Fabrice Hourlier
Les entreprises responsables de la société ?
« Les entreprises responsables de la société ? », Revue française de socio-économie, n° 4, 2009, La Découverte, EAN : 9782707158802.
Haut de page

Texte intégral

1La responsabilité sociale (et environnementale) des entreprises -ou RSE en abrégé- est au premier abord considérée comme un faire-valoir au service du marketing des entreprises : changer l'habillage pour que rien ne change... Elle a été définie par la Commission Européenne comme l'engagement volontaire des entreprises à faire plus et mieux que la loi dans les domaines sociaux et environnementaux. L'entreprise « responsable » n'aurait plus alors comme objectif unique la maximisation du profit dans les limites de la loi.

2Les différents contributeurs de ce quatrième numéro de la RFSE ont décidé de prendre le concept au sérieux. La démarche est simple : voir dans quels domaines et pour quelles entreprises cette responsabilité existe. A l'heure où le compromis fordiste a volé en éclat, n'aurait-on pas à travers cette responsabilité sociale (et environnementale) des entreprises l'amorce d'une nouvelle régulation ? Quelles sont les forces sociales et économiques qui peuvent peser sur la conversion des entreprises à la RSE ? En introduction, Nicolas Postel remet en perspective historique l'émergence de la RSE : les Etats nationaux ont capitulé dans leur régulation du capitalisme et la RSE a comme arrière-fond l'idée d'une auto-régulation du capitalisme par des conventions passées librement entre les acteurs.

3L'article de Michel Renault cherche à montrer comment les entreprises qui adoptent une conduite conforme à la RSE ont plusieurs modalités de mise œuvre mais qui les engagent à chaque fois dans des transactions avec d'autres. Dans la grande distribution, les supermarchés ont besoin des produits du commerce équitable pour attirer à eux certains clients « éthiques », cela constitue un levier d'action pour passer des accords en position de force pour les producteurs. Une firme s'étant dotée d'une charte éthique peut contractualiser avec ses sous-traitants de manière à ce qu'ils adoptent certains aspects de cette charte; elle peut même déléguer le contrôle à une agence ou association indépendante. Toutes ces transactions et ces procédures autour de la RSE sont susceptibles de produire des agents moraux et redonner une légitimité au droit et à l'État comme moyens de résoudre des situations problématiques.

4L'article d'Anne Salmon est extrêmement stimulant. Elle rappelle tout d'abord que, depuis la disparition de la régulation fordiste, ont été introduites des logiques très fortes de concurrence et de compétition entre les salariés, faisant voler en éclat les collectifs de travail et la coopération qui pouvait exister en leur sein. Les chartes éthiques interviennent à leur suite pour faire en sorte que les actions des salariés et leur coordination soient moins guidées par la seule logique de l'intérêt ou du calcul égoïste. Certaines firmes multinationales se rêvent même être les « entreprises providence » mondialisées (quand, dans le même temps, les Etats-Providence nationaux sont en crise). Mais, avec la RSE, ce retour de prescriptions normatives intervient alors même que l'esprit public est devenu un bien extrêmement rare sur lequel on peut difficilement compter chez les salariés. Peut-on alors, comme palliatif, amener les individus à avoir un comportement éthique en s'appuyant sur des motivations et des intérêts qui n'ont rien à voir avec elle ? La question est malicieusement posée...

5L'article de Dupuis et Le Bas cherche à identifier théoriquement comment se construit et s'institue la responsabilité sociale au sein d'une entreprise. Ils reprennent notamment l'approche de l'économie des Conventions pour montrer que la RSE peut s'instituer à partir du moment où s'est mis en place une discussion sur les règles de fonctionnement de l'entreprise : plus la réflexivité s'y développe, plus les chances d'adopter une voie « responsable » augmentent et cela aussi bien dans la relation salariale que dans la finance.

6Chaskiel et Suraud montrent comment la responsabilité environnementale des entreprises s'est construite en réaction aux mobilisations des populations qui vivent à proximité des sites industriels. Les entreprises doivent désormais communiquer et se justifier sur leurs choix en matière environnementale et notamment sur la sécurité de leurs sites industriels. L'État joue un rôle important de médiation des revendications des habitants, cela amène les entreprises à systématiser certaines normes et à développer en réponse cette responsabilité environnementale.

7Antoine Rémond redonne à voir que la RSE est une réponse de l'entreprise à des objectifs différents des siens que veulent lui imposer actionnaires et consommateurs qui auraient des motivations « responsables ». Mais ces pressions ont-elles vraiment un impact ? La technostructure décrite par Galbraith n'aurait-elle pas retrouvé du pouvoir dans la période contemporaine ? En effet, du côté actionnaires, cette reprise en main du pouvoir dans les entreprises au nom de la RSE est à relativiser. Ils se fient pour une part aux agences de notation qui ne certifient bien souvent que les pratiques vertueuses que l'entreprise elle-même a demandé d'évaluer et pas l'ensemble de l'activité de la firme. La bonne note révèle alors plus un bon communicant qu'une pratique responsable. De plus, les détenteurs d'action cherchent plus à maximiser le rendement de leur portefeuille que d'intervenir dans l'entreprise. Il se développe alors une méconnaissance du fonctionnement pratique de l'entreprise qui rend les actionnaires bien plus timides et moins légitimes dans leur intervention en conseil d'administration. Enfin, les exigences contemporaines de rentabilité qu'ont les actionnaires empêchent bien souvent des stratégies de long terme qui seraient conformes à une RSE. A l'inverse, les dirigeants se succèdent, privilégient les actions de court terme pour conserver leur poste et se développe un « capitalisme sans projet ». La technostructure aurait été bien plus convertie au 15 % de rentabilité qu'aux canons de la RSE. Du côté du consommateur, les moyens de pression sont faibles également. Le boycott est possible, mais plus ou moins facile selon que le bien ou le service boycotté est nécessaire ou non : la pression envisagée peut se révéler limitée. De même, il est impossible de frapper exactement l'entreprise visée : en n'achetant pas un produit ou au contraire en insistant sur l'achat d'un produit, on sanctionne ou valorise à la fois, des producteurs de matières premières, un fabricant, des salariés, un distributeur et une marque. Il devient par ailleurs plus difficile de soutenir les produits éthiques quand dans le même temps la condition salariale se dégrade avec la mise en concurrence des travailleurs à l'échelon national. Le ton est plutôt fataliste, mais très stimulant.

8La plupart des articles vont rapidement à l'essentiel, sont clairs et font souvent discuter plusieurs théories. Ils révèlent un souci du lecteur qui, je l'espère, sera confirmé dans les numéros suivants. L'introduction quasi-systématique de l'histoire et du contexte dans les contributions est un « plus » indéniable : elle permet de bien mieux rendre compte de l'émergence du phénomène que si l'on s'était appuyé seulement sur la seule logique interne des organisations avec les outils économiques standards. Les auteurs montrent indéniablement

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Hourlier, « Les entreprises responsables de la société ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 26 novembre 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/833

Haut de page

Rédacteur

Fabrice Hourlier

Professeur de sciences économiques et sociales au lycée français de Varsovie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page