Navegación – Mapa del sitio

Louis Pinto, Le commerce des idées philosophiques

Tam-Kien Duong
Le commerce des idées philosophiques
Louis Pinto (dir.), Le commerce des idées philosophiques, Éditions du Croquant, col. « Champ social », 2009, 188 p., @ean : 9782914968546.
Inicio de página

Texto completo

1Le commerce des idées philosophiques est un ouvrage issu des travaux du groupe ESSE (« Pour un Espace des Sciences Sociales Européen ») animé par Louis Pinto. Autour de ce dernier, sept chercheurs en philosophie et sciences sociales (Dominique Bourel, Aloïs Hahn, Xavier Landrin, Stefania Maffeis, José Luis Moreno Pestaña et Romain Pudal) ont prêté leur plume pour établir un cadre commun d'études sociale de la philosophie dont cet ouvrage fait le recueil. Prévoyant d'adopter l'angle d'une lecture de la philosophie comme une sociologie des biens culturels, le ton adopté est principalement historique et sociologique plus que purement philosophique. Il s'agit d'un point de vue original et rare dans la littérature scientifique sur la philosophie contemporaine.

2Chaque texte suit le parcours d'un auteur ou d'un groupe d'auteurs, en conjonction d'une époque : Kant et son utilisation française pour Domnique Bourel, L'éclectisme de Victor Cousin pour Xavier Landrin, Nietzsche et l'Allemagne d'Après-Guerre pour Stefania Maffeis, Wittgenstein et ses usages en France pour Romain Pudal, Jesus Ibanez pour José Luis Moreno Pestaña, Simmel et Tarde, en tant qu'outsiders du corpus de la sociologie française, pour Louis Pinto, et Arnold Gehlen pour Aloïs Hahn. Les objets et les époques font donc tous partie de l'époque contemporaine et de celle qui la précède.

3Le texte de Xavier Landrin est relativement représentatif de l'angle adopté et manifesté par l'ouvrage. L'étude retrace l'histoire sociale de la philosophie éclectique mise en place par Victor Cousin au cours des différentes époques qu'elle a traversées. Si le texte est d'une rigueur historique notable, il est également un bon modèle pour comprendre certains enjeux contemporains de la mondialisation et de la traduction des biens culturels. La sociologie de la philosophie ne peut éviter de prendre en compte la dimension sociolinguistique conditionnant les utilisations locales des contenus philosophiques. Aussi bien comme enjeu sociologique qu'épistémologique, l'ambition de Victor Cousin et sa stratégie sont ici décrites dans des détails jusque là encore peu visibles aux personnes qui ne seraient pas expertes. La description minutieuse permet de comprendre le couplage entre le système sociologique global et le système intellectuel à travers les transformations imposées par le contexte socio-politique.

4La lecture de ce type de textes (et de l'ouvrage en général) fournira à toutes les personnes concernées une somme synthétique de références. Le travail de documentation et d'appui sur des faits, des citations, des preuves et des œuvres est l'atout majeur de cet ensemble de textes et en font une ressource bibliographique inestimable. Cela étant dit, de façon générale, nous regretterons une tendance dominante à l'internalisme du champ et un manque d'extension du rapport entre la sociologie de la philosophie et les différents environnements contenant les champs philosophiques associés. Sans demander une incorporation à des conceptions actuelles comme le régionalisme critique, le reproche que nous pourrions effectuer à l'encontre de ce regroupement est le manque d'intégration globale et réciproque des différents textes en jeu. Hormis l'intention commune, il est difficile d'imaginer ce qui les rapproche théoriquement et créerait une intelligence sociale de la philosophie. Une seconde faiblesse est le revers de la précision de certains textes. La compréhension des textes n'est pas immédiate, les intéressés ne disposant pas du bagage nécessaire devront se renseigner sur les biographies, les grandes lignes contextuelles et des détails importants pour la lisibilité de l'argumentation. La connaissance des particularités de l'histoire française ou de la philosophie analytique requiert une culture qui peut faire obstacle par son manque d'évidence.

5Cet ouvrage n'est certainement pas la meilleure introduction à la sociologie de la philosophie. Il n'en a pas l'intention. Il pêche par un manque de didactisme, ou au moins de vulgarisation, et d'une portée critique justifiant la réunion de ces textes. Chaque texte fait cependant preuve d'une scientificité peu ordinaire parmi les différents discours existant portant sur la philosophie. Il reste cependant une source d'inspiration et un exemple important des travaux qui sont actuellement réalisés autour de Louis Pinto et de son précédent ouvrage : La vocation et le métier de philosophe. Pour une sociologie de la philosophie dans la France contemporaine. Certainement plus limité par les particularités locales du système français, le livre précédent de Louis Pinto est plus exhaustif et instructif sur les possibilités d'une étude sociale du champ philosophique. Il peut également être recommandé, du moins aux personnes voulant participer au débat concernant l'enjeu social de la philosophie, de prendre en compte cet ouvrage afin de se renseigner sur la vitalité et la nécessité des réflexions sur la place qu'occupent auteurs, œuvres et courants dans l'évolution des courants intellectuels de l'époque, ainsi que l'étude sociale et historique telle qu'elle est pratiquée dans les règles de l'art des sciences sociales européennes.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Tam-Kien Duong, « Louis Pinto, Le commerce des idées philosophiques », Lectures [En línea], Reseñas, 2009, Publicado el 30 noviembre 2009, consultado el 21 agosto 2017. URL : http://lectures.revues.org/835

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página