Navigation – Plan du site

Romy Sauvayre, Croire à l'incroyable. Anciens et nouveaux adeptes

Bruno Michon
Croire à l'incroyable
Romy Sauvayre, Croire à l'incroyable. Anciens et nouveaux adeptes, Paris, Presses universitaires de France, 2012, 406 p., ISBN : 978-2-13-059444-4.
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’une thèse récemment soutenue à l’Université de Strasbourg, l’ouvrage de Romy Sauvayre nous emmène dans le monde fascinant des croyances « défiant le sens commun ». Être issu d’une longue lignée d’extraterrestres ou guérir du cancer par l’imposition des mains sont en effet autant de ces croyances que l’individu contemporain qualifierait volontiers d’irrationnelles voire de sectaires. C’est bien là le point de départ de l’approche sociologique de Romy Sauvayre qui cherche tout au long de cette étude exigeante à comprendre les mécanismes d’adhésion et de désadhésion à des mouvements marginaux, appelés « sectes » ou « nouveaux mouvements religieux » selon les chercheurs. Pour mener à bien cette enquête, l’auteure s’appuie sur un matériau empirique remarquable constitué d’entretiens semi-directifs réalisés auprès de 129 personnes dont 49 anciens adeptes. Ce matériau est l’un des plus riches jamais réuni sur la question traitée. A cette qualité s’ajoute une innovation méthodologique tout à fait passionnante que l’auteure nomme « entretien d’évaluation du doute » qui lui permet d’envisager l’adhésion et la désadhésion du point de vue de sa temporalité et de son intensité. On regrettera simplement que Romy Sauvayre ne nous donne pas plus d’informations sur cette méthode. Afin de synthétiser ce dont il est question dans cet ouvrage, nous suivrons chacun des trois grands chapitres qui composent cet ouvrage.

2Le premier chapitre est théorique, il constitue certainement à l’heure actuelle, dans la littérature française, l’un des « manuels » les plus clairs sur les questions d’adhésion et de désadhésion aux croyances hors-normes. Si l’on peut reprocher à l’auteure de trop s’étendre sur ce chapitre, ce qui l’empêche de traiter plus systématiquement son matériau empirique dans les deux derniers chapitres, il faut lui reconnaître un souci d’exposition pédagogique tout à fait appréciable. Elle synthétise en effet les acquis d’un grand nombre d’écoles sociologiques qui s’ignorent souvent mutuellement. Quant aux dynamiques des changements de croyance par exemple, elle reprend et critique la théorie psychosociologique de l’incontournable Leon Festinger et de Jean-Claude Abric, mais aussi du logicien Willard Quine et de l’historien des sciences Thomas Kühn. Sur le sujet des « sectes », l’auteure se positionne courageusement entre le paradigme de « la manipulation mentale », propre aux associations de lutte contre les sectes et à certains chercheurs (principalement anglo-saxons) et le paradigme des « nouveaux mouvements religieux », défendu par de nombreux sociologues. Les outils théoriques des uns et des autres sont comparés et critiqués ce qui est encore une fois relativement rare dans la littérature française. Romy Sauvayre s’appuie de manière générale sur une approche boudonienne des croyances, elle recherche les bonnes raisons qu’un individu a d’adhérer à des croyances. Il faut en sus lui reconnaître le mérite de s’intéresser à un vaste panel de théories, qui permettent au lecteur de comprendre le choix théorique effectué.

3Dans le second chapitre, l’auteure utilise donc le riche matériel empirique rassemblé pour créer un modèle théorique expliquant les éléments déterminants de l’adhésion à ces mouvements marginaux. Elle en distingue trois : la confiance, la preuve et la croyance. Ils influencent la plus ou moins grande intensité dans l’adhésion, celle-ci peut ainsi varier graduellement entre la non-adhésion, la non-adhésion partielle, l’adhésion aporétique (forme d’agnosticisme), l’adhésion partielle et l’adhésion inconditionnelle. Le parcours du croyant débute par la non-adhésion et Romy Sauvayre décrit les différentes étapes qui le conduiront à adhérer inconditionnellement. La première étape passe par le « coapteur » qui, familier ou étranger, est l’individu de « confiance » qui permet à l’individu de faire ses premiers pas dans le mouvement. L’auteure décrit précisément les techniques cognitives (tels que l’argumentation) et affectives (tel le love Bombing) qui amèneront le croyant à réduire ses doutes face aux diverses croyances véhiculées par le mouvement. C’est finalement régulièrement, item de croyance après item de croyance, que l’on adhère inconditionnellement à ces mouvements, il n’y a pas de conversion totale et immédiate, de « lavage de cerveau ». Quatre objets d’adhésion nourrissent les liens d’une intensité variable entre l’individu et sa croyance : les condisciples, le mouvement, la doctrine et le fondateur. C’est l’atténuation du doute sur ces divers items qui amènera à l’adhésion inconditionnelle. Plus encore, l’auteure démontre que cette adhésion ne se jouera pas sur les mêmes critères selon les raisons qui amènent l’individu dans le mouvement. Elle distingue ainsi l’adepte socio-affectif (surtout des femmes) qui cherche avant tout réconfort et sociabilité, l’adepte utilitariste (surtout des hommes) qui cherche la réalisation de soi et l’adepte flexible qui se situe entre les deux. Elle rappelle en outre que, contre des idées reçues, les individus qui adhèrent à ces mouvements sont majoritairement issus de classes sociales favorisées et moyennes et qu’ils ont un niveau d’étude supérieure à la moyenne nationale.

4Dans le dernier chapitre, il s’agit pour Romy Sauvayre de comprendre l’individu qui en vient à quitter ces mouvements. Elle rappelle dans un premier temps que l’étanchéité des croyances entre elles explique qu’une simple contradiction ne suffit pas à « contaminer » l’ensemble du système de croyances. Il faudra donc, et l’auteure l’illustre grâce à de nombreux extraits d’entretien, qu’un grand nombre de doutes apparaissent (six en moyenne) pour que l’adepte cesse d’adhérer aux mouvements. Deux types de contradictions sont distingués, la contradiction factuelle (on annonce la fin du monde et elle ne vient pas) et la contradiction axiologique (on me demande de faire du mal à quelqu’un, ce qui contredit une partie de mes valeurs). Elle montre en outre que les croyances dans le mouvement, le fondateur, la doctrine ou aux condisciples ne connaissent pas la même évolution. On peut ainsi considérer que les autres adeptes sont dans l’erreur et maintenir une croyance forte dans la doctrine du mouvement. Finalement, Romy Sauvayre montre que les anciens adeptes interrogés sont passés par quatre phases : la phase d’adhésion partielle, d’adhésion inconditionnelle, d’effritement partiel et la phase finale, généralement déclenchée suite à un doute axiologique, « d’ouverture épistémique ».

5Pour conclure, on ne peut que se réjouir de la publication de cette excellente enquête. Le seul reproche que l’on peut adresser à ce travail vient du lien entre les données empiriques et la théorie qui en émerge. Le désir de Romy Sauvayre d’établir un modèle prédictif de la désadhésion l’oblige parfois à des sauts en généralité qui aurait mérité plus d’explications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Michon, « Romy Sauvayre, Croire à l'incroyable. Anciens et nouveaux adeptes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 14 mai 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/8391

Haut de page

Rédacteur

Bruno Michon

Docteur en sociologie, Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe (Université de Strasbourg. Institut für Soziologie (Technische Universität Berlin)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page