Navigation – Plan du site

Hartmut Rosa, Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive

Sébastien Broca
Aliénation et accélération
Hartmut Rosa, Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, La Découverte, coll. « Théorie critique », 2012, 154 p., ISBN : 978-2-7071-7138-2.
Haut de page

Texte intégral

1Penseur de l’accélération sociale, Hartmut Rosa propose dans ce court ouvrage une synthèse des arguments avancés dans son livre précédent (Accélération, 2010), ainsi que les prolégomènes à une réintroduction de la notion d’aliénation dans le champ de la Théorie critique.

2Selon le sociologue allemand, les structures temporelles de la « modernité tardive » peuvent être décrites sous l’angle d’une triple accélération. L’accélération technique, tout d’abord, renvoie au rythme croissant de l’innovation dans les domaines des transports, de la communication et de la production. L’accélération du changement social désigne quant à elle l’augmentation de la vitesse à laquelle les pratiques en cours dans la société se modifient. Cette deuxième catégorie englobe ainsi les mutations touchant les institutions sociales, notamment la famille et le travail, dont la stabilité apparaît de plus en plus menacée. Enfin, l’accélération du rythme de vie touche à l’expérience existentielle des individus contemporains, qui ressentent de plus en plus vivement que le temps leur manque ou leur est compté, dans la mesure où ils doivent « faire plus de choses en moins de temps ».

3Hartmut Rosa fait suivre cette description synthétique d’une analyse dynamique, visant à mettre en évidence les « moteurs » de cette triple accélération. Le premier et principal facteur retenu est l’organisation des sociétés contemporaines autour d’une logique de compétition (ou de concurrence). Celle-ci rend les positions sociales occupées par les individus précaires et sujettes à une « négociation concurrentielle permanente », qui pousse chacun à une débauche d’énergie de plus en plus importante ne serait-ce que pour maintenir son rang. La deuxième force motrice de l’accélération est « culturelle ». Il s’agit de l’idée selon laquelle une vie accomplie passe par la réalisation du plus grand nombre possible d’expériences et par le déploiement des capacités individuelles les plus étendues. Enfin, le troisième et dernier « moteur » renvoie à ce qu’Hartmut Rosa nomme le « cycle de l’accélération ». Il faut entendre par là que les trois formes d’accélération analytiquement distinguées (accélérations technique, sociale et du rythme de vie) forment un « système de feedback ». Chacune d’entre-elles entretient les autres, si bien qu’elles en viennent à constituer une « boucle auto-alimentée ».

4L’analyse proposée est puissante, dans la mesure où elle vise à rendre compte de manière systématique et articulée d’un ensemble de phénomènes touchant à tous les domaines de la vie sociale. À cet égard, la discussion portant sur le lien entre les accélérations 1 et 3 (accélération technique et accélération du rythme de vie) est particulièrement intéressante. Hartmut Rosa remarque que celles-ci paraissent contradictoires, dans la mesure où l’accélération technique, en permettant d’accomplir certaines tâches plus rapidement, devrait en principe libérer du temps. Or, force est de constater qu’il n’en est rien. La quantité de tâches que les individus doivent effectuer dans une journée a souvent tant augmenté, que les gains de temps liés à l’innovation technique se trouvent annulés. L’envoi d’e-mails a beau être plus rapide que l’envoi de courriers par la poste, comme chacun doit entretenir une correspondance bien plus importante que par le passé, l’impression d’être submergé tend même à s’accentuer. Hartmut Rosa en conclut que le rythme de vie augmente « en dépit de taux d’accélération technique impressionnants ».

5Une telle formulation – et l’analyse qui la sous-tend – ne paraît toutefois pas pleinement satisfaisante. Elle a certes un grand mérite, qui est de congédier tout déterminisme technologique, c’est-à-dire l’idée que les changements techniques seraient la principale cause des changements sociaux. On peut toutefois se demander si l’innovation technologique ne devrait pas également être considérée comme un des « moteurs » (parmi d’autres) de l’accélération, et non simplement comme un des symptômes de celle-ci. En effet, loin d’être « neutre », la technique incorpore des valeurs et oriente les pratiques sociales dans un certain sens (tout en étant à son tour modifiée par celles-ci). On peut ainsi penser que l’innovation technologique est à la source d’une sorte d’ « effet rebond » en matière temporelle, analogue à celui mis en évidence par les écologistes s’agissant de la consommation de biens et de services. Des technologies plus efficaces semblent avoir pour effet induit d’augmenter les exigences pesant sur les individus, et de transformer les normes temporelles caractéristiques de nos sociétés. Ce point n’est peut-être pas assez pris en compte dans le modèle explicatif d’Hartmut Rosa.

6La deuxième ambition de l’ouvrage est de réhabiliter un concept abandonné par les versions contemporaines de la Théorie critique (Jürgen Habermas et Axel Honneth) : celui d’aliénation. Inspiré notamment par le philosophe « communautarien » Charles Taylor, Hartmut Rosa s’efforce pour ce faire de renoncer à tout essentialisme : ce par rapport à quoi nous sommes aliénés n’est pas une hypothétique nature humaine immuable, mais nos diverses conceptions de la vie bonne que les conditions sociales existantes nous empêchent de réaliser. Autrement dit, l’aliénation apparaît lorsque nous agissons d’une manière qui ne correspond pas à ce que nous considérons être une vie bonne, bien que nous ne soyons pas absolument contraints à ce renoncement. Nous sommes aliénés « à chaque fois que nous faisons "volontairement" ce que nous ne voulons pas vraiment faire ».

7L’aliénation naît selon Rosa des diverses formes d’accélération. Dans la mesure où notre environnement physique et matériel se modifie sans cesse, les lieux que nous occupons et les objets que nous utilisons nous deviennent de plus en plus étrangers et impropres à témoigner de notre identité ; plongés dans un océan de « choses à faire », nous repoussons sans cesse le moment où nous pourrons accomplir ce qui nous semble véritablement utile et important, au profit d’activités qui ne nous procurent qu’une satisfaction faible, etc. Hartmut Rosa finit par reprendre à son compte l’idée avancée voilà près d’un siècle par Walter Benjamin : « nous devenons de plus en plus riches d’épisodes d’expérience, mais de plus en plus pauvres en expériences vécues (Erfahrungen) ». Nous vivons à un rythme effréné et accumulons les expériences, mais rares sont celles qui laissent une trace en nous et pourraient nous permettre de construire une narration à partir de nos vies individuelles.

8L’ouvrage met ainsi des mots sur le sentiment diffus de malaise, d’inquiétude et d’insatisfaction, que l’individu contemporain semble devoir expérimenter au cours de son existence. Il conceptualise cet « état d’immobilité hyperaccélérée », qui caractérise des sociétés dans lesquelles la frénésie de l’innovation peine à masquer que l’histoire ne semble plus « aller nulle part ». De telles analyses, aussi peu réjouissantes soient-elles, ouvrent certainement des perspectives pour la Théorie critique, qui a vocation à dire lucidement ce que le présent a d’intolérable, sans pour autant renoncer à imaginer ce que pourrait être une vie non aliénée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Broca, « Hartmut Rosa, Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/8447

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Broca

Docteur en sociologie de l’Université Paris 1

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page