Navigation – Plan du site

Denis Retaillé, Les lieux de la mondialisation

Dimitri della Faille
Les lieux de la mondialisation
Denis Retaillé, Les lieux de la mondialisation, Éditions Le Cavalier Bleu, coll. « Lieux de... », 2012, 200 p., ISBN : 978-2-84670-399-4.
Haut de page

Texte intégral

1Ces dernières années le terme « mondialisation » semble avoir quelque perdu la faveur des sciences sociales. Le terme de « mondialisation », qui aura marqué les sciences sociales de la fin des années 1990 et du début des années 2000, a perdu de sa primeur. Mais, ce qu’il tente de décrire n’en est pas pour autant moins d’actualité. L’analyse des systèmes techniques, politiques et de pensée qui sous-tendent, organisent et accompagnent les transformations sociales depuis la seconde moitié des années 1980 occupe une place prépondérante dans les travaux de recherche contemporains en sciences sociales. Dans son ouvrage Les lieux de la mondialisation le géographe de renom Denis Retaillé, professeur à l’Université de Bordeaux 3 en France, propose à cet effet une réflexion théorique à propos du caractère pluriel et complexe de la mondialisation à partir d’une analyse de l’espace et du mouvement. Le professeur Retaillé est réputé, entre autres, pour sa théorie de l’espace nomade qui décrit les différentes échelles de rapport social au territoire dans le nomadisme saharien et pour sa théorie de l’espace mobile qui tâche de dépasser l’analyse géographique traditionnelle des territoires en proposant une approche dynamique du mouvement. Son récent ouvrage Les lieux de la mondialisation est en continuité avec ses précédents travaux qui, depuis longtemps, thématisent la nature de la mondialisation.

2L’on peut définir la mondialisation comme une intégration complexe d’un système dans lequel le temps s’accélère et la perception de l’espace se réduit. Dans une telle intégration, l’on assisterait à une certaine unification de l’espace, de la culture et des modèles sociaux et politiques dans laquelle la logique de marché joue un rôle prépondérant. Afin de mieux saisir cette intégration du point de vue de l’analyse des phénomènes sociaux, les sciences sociales utilisent deux dimensions qui sont perçues comme des axes centraux de l’explication de l’action sociale. L’examen du temps et de l’espace éclaire notre compréhension des aspects individuels et collectifs de l’analyse en sciences sociales. Lorsqu’elles se penchent sur les transformations sociales, les sciences sociales utilisent le temps comme distance entre certains jalons. Plus que la simple construction d’une trame narrative, le temps sert d’élément de comparaison et de contraste. Il donne sens et direction à l’action. Lorsqu’elles s’intéressent au territoire et à l’allocation des ressources, les sciences sociales interpellent l’organisation de l’action et les luttes autour de l’espace. Cette problématisation de l’espace est au cœur de l’argumentation de celles et ceux qui se penchent sur la nature du politique et des inégalités. S’il est un peu question d’inégalités dans l’ouvrage de Denis Retaillé, il y est surtout question de problématiser l’espace à partir du mouvement. Le mouvement se trouve à l’intersection entre le temps et l’espace. Espace que l’auteur envisage à partir d’une approche de la fluidité et des échanges plutôt qu’à partir d’une théorie matérialiste. En effet, le livre Les lieux de la mondialisation s’appuie principalement sur une théorie idéelle ou culturaliste de l’espace, du territoire et des lieux. Si, dans son objet, le livre de Denis Retaillé peut sembler proche du travail de David Harvey, Saskia Sassen, Arjun Appadurai ou de Mike Davis (auquel l’auteur adresse de nombreuses critiques dont nous ne saisissons pas toujours le bien fondé), dans sa réalisation et dans son mandat, il s’en distingue sur plusieurs points.

3Dans son ouvrage, Denis Retaillé examine neuf lieux de la mondialisation. Ces lieux sont, dans cet ordre, l’Antarctique, le Nunavut (Canada), Jérusalem (Israël), Internet, le centre des affaires de la ville de Londres (Grande Bretagne), Dubaï (Émirats arabes unis), Dharavi (Inde), Porte Alegre (Brésil) et l’Organisation des Nations Unies. L’auteur définit le lieu comme un contenant de l’ensemble des échelles (locales et globales) et des interprétations (p. 9). L’auteur distingue « lieu » et « site ». Pour Denis Retaillé, le lieu est signe et conjugaison. Il est le trajet d’une idée (p. 163). Le lieu soutient des identités (p. 183) et est circonstance (p. 191). Le lieu peut avoir une matérialité limitée qui s’exprime au-delà de l’espace et du site. C’est le cas d’internet et de l’Organisation des Nations Unies. Mais si le lieu est une interprétation ou une appropriation sociale, il peut être pratiquement inhabité comme dans le cas de l’Antarctique. Contrairement à d’autres ouvrages, ce livre n’a pas la prétention de fournir une liste détaillée de faits à propos des lieux dont il est question. Il prend ces différents lieux comme autant d’exemples de configuration spécifique de l’articulation entre l’identité, la puissance géopolitique, la richesse économique et le fait d’être lié au monde et à ses systèmes. Ces lieux ou configurations articulent ce que Denis Retaillé appelle les espaces de la guerre, du contrat et de l’ordre (p. 16). Dans les chapitres consacrés aux lieux de la mondialisation, ces trois espaces (guerre, contrat et ordre) servent à distinguer chaque configuration.

4Afin de bien saisir ce que sont ces trois espaces de la guerre, du contrat et de l’ordre qui, dans leur agencement spécifique, caractérisent chaque lieu, il est fortement recommandé d’accorder l’attention nécessaire à l’intéressante introduction théorique. Comme l’ouvrage propose des innovations théoriques, la lecture de l’introduction éclaire les outils utilisés par la suite dans l’analyse des différents lieux qui occupent le reste du livre. Entre autres originalités, dans cet ouvrage Denis Retaillé envisage internet comme un lieu au même titre que le centre des affaires de la ville de Londres ou Porto Alegre. Le chapitre qu’il consacre aux Nations Unies envisagé également comme un lieu est particulièrement innovant. L’on comprendra que cette proposition théorique originale avec les innovations et le néologisme qui en découlent limite la lecture de cet ouvrage par celles et ceux qui chercheraient dans les chapitres consacrés aux lieux des entrées d’encyclopédie ou des entités en soi.

5Dans Les lieux de la mondialisation, nous avons noté quelques problèmes conceptuels. Entre autres, lorsqu’il est question de la toile dont Denis Retaillé parle, il semble en fait être question d’internet. En effet, le terme « toile » est tombé quelque peu en désuétude tant l’usage des technologies d’information et de communication en réseau a montré qu’il était question bien plus d’interconnexions par des modes variés (tels les échanges de fichiers, la messagerie instantanée et la géolocalisation) que d’une utilisation de pages web.

6Nous regretterons que, dans ses innovations et dans l’originalité de ses propositions, l’ouvrage de Denis Retaillé ne soit jamais véritablement en dialogue avec la littérature contemporaine en sciences sociales et plus spécifiquement en géographie, en politologie, en sociologie et en philosophie de la mondialisation. Denis Retaillé nous propose une analyse quelque peu isolée. Ainsi, par exemple, lorsque Denis Retaillé mobilise la notion d’ « autochtonité » qui occupe le chapitre portant sur le Nunavut et que l’on retrouve ensuite dans d’autres chapitres, tel celui sur Jérusalem, il le fait au-delà de son acception dans les débats et la littérature sur les peuples premiers. L’isolement de l’analyse de Denis Retaillé, son manque d’ancrage dans la littérature, l’utilisation de néologismes ou de concepts dans des sens spécifiques à l’auteur sont susceptibles de créer de la confusion.

7Dans son traitement de ces neuf lieux de la mondialisation, l’auteur aura choisi la forme d’un essai. Il ne laisse peu de chance au lecteur de vérifier par lui-même les données chiffrées et les informations qui appuient l’exposé. Nous noterons quand même le soin apporté par l’auteur à renseigner quelques ouvrages spécifiques à chaque chapitre qui permettent d’aller plus loin. On le comprendra, cet ouvrage ne s’adresse pas à un public généraliste. Il n’a pas non plus comme objectif de vulgariser l’étude de la mondialisation et de ses lieux. Plutôt, Les lieux de la mondialisation s’adresse aux spécialistes des sciences sociales et à celles et ceux qui ont comme objectif de le devenir. L’ouvrage contient plusieurs innovations et saura probablement participer aux réflexions théoriques en géographie sociale et culturelle de la mondialisation et de la globalisation économique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitri della Faille, « Denis Retaillé, Les lieux de la mondialisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/8499

Haut de page

Rédacteur

Dimitri della Faille

Professeur régulier en développement international. Université du Québec en Outaouais

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page