Navigation – Plan du site

Mathieu Guidère, Atlas des pays arabes. Des révolutions à la démocratie ?

Bénédicte Tratnjek
Atlas des pays arabes
Atlas des pays arabes. Des révolutions à la démocratie ?, Éditions Autrement, coll. « Atlas/Monde », 2012, 95 p., ISBN : 978-2-7467-3206-3.
Haut de page

Texte intégral

1Ecrire et publier un ouvrage de synthèse sur les « printemps arabes », alors même que les révolutions sont en cours est un pari audacieux : proposant un atlas, dans la célèbre collection des éditions Autrement, Mathieu Guidère remporte ce pari, en proposant aux lecteurs à la fois un « outil » pour comprendre les événements actuels, et une synthèse efficace sur les conflictualités, les rivalités de pouvoir, les peuples, le développement et les (r)évolutions. Les cartes, les textes et les encadrés sont au service d’une approche pédagogique veillant, dans l’atlas, à préciser les grands enjeux du monde arabe, d’en donner les grandes caractéristiques politiques, mais aussi économiques et sociales.

2La première partie, « Les pays arabes : passé et présent », revient sur l’histoire de cette partie du monde, avec une sélection de temporalités qui « formatent » le monde arabe actuellement, mais aussi les représentations intérieures et extérieures de cette région. Il ne s’agit pas, pour l’auteur, de conduire le lecteur dans une histoire exhaustive, mais d’en donner des éléments-clefs, tout particulièrement autour des événements, des acteurs et des termes qui conditionnent notre regard sur le monde arabe (depuis les conquêtes arabes jusqu’aux mouvements d’indépendance). L’auteur montre à la fois l’unité du monde arabe (autour d’une histoire commune et de l’arabité) et ses fragmentations internes (Machrek, Maghreb, Golfe). Illustrée de cartes et de chronologies, cette partie montre le poids de l’islam dans la construction de l’arabité.

3La seconde partie, « Pouvoir et politique », propose une typologie des régimes en place, tout en donnant des clefs de lecture majeures pour comprendre les révolutions arabes : « il existe au sein du monde arabe une différence majeure entre LA politique, c’est-à-dire les institutions et les activités qui s’articulent autour du pouvoir, et LE politique, c’est-à-dire les liens symboliques et idéologiques qui assurent la cohésion de la société » (p. 29). Pour chaque type de régime (monarchies, républiques, émirats), Mathieu Guidère propose des sous-types, notamment autour de la question des ressources et de l’économie (distinguant ainsi les monarchies pétrolières des monarchies non-pétrolières) ou du respect de l’Etat de droit (démocratie de façade, régimes « laïcs », « démocratie confessionnelle »). Par la question des nationalismes, l’auteur fait des allers-retours entre l’échelle nationale (baathisme, nassérisme) et l’échelle transnationale (islamisme, panarabisme). Cette approche multiscalaire est une réelle plus-value dans cet atlas, particulièrement au moment où les médias nous présentent des « effets de domino » provoqués par les printemps arabes qui échappent parfois à la compréhension du non-spécialiste.

  • 1  À noter que la collection « Atlas/Monde » des éditions Autrement dans laquelle est publié cet atla (...)

4La troisième partie, « Guerre et paix », donne des éclairages sur les conflictualités du monde arabe. Le choix d’accompagner les cartes de chronologies est particulièrement pédagogique, et aide le non-spécialiste à comprendre des éléments peu connus du grand public. Les disputes territoriales sont présentées à la fois à l’échelle nationale et à l’échelle transnationale, ce qui permet de saisir l’hétérogénéité des pays arabes, derrière les éléments d’unité de l’arabité. Cette partie présente une typologie des conflits dans le monde arabe, construite à partir de l’élément-clef de la conflictualité : les disputes territoriales autour des espaces frontaliers et de l’appropriation des terres (guerre du Golfe, frontière Irak/Koweït, Sahara occidental), les conflits interethniques (question kabyle en Algérie, question kurde, Soudan du Sud et Darfour) et les conflits interconfessionnels (Liban, Egypte, Irak) montrent non seulement la diversité des conflictualités, mais aussi l’entremêlas des enjeux crisogènes. Les deux dernières « fiches » s’attardent sur les différentes échelles des conflits israélo-arabes, à la fois à l’échelle du Proche-Orient et dans les Territoires palestiniens1, avec notamment une carte de la bande de Gaza appuyant le texte sur la réalité de la colonisation et les multiples moyens déployés pour fragmenter la nation palestinienne.

5La quatrième partie, « Peuples et sociétés », amène le lecteur à envisager, bien loin des clichés souvent répandus, les populations du monde arabe dans leur organisation sociale (avec un questionnement sur le peuple, la nation, la citoyenneté, mais aussi le clan, la tribu et la famille) et culturelle (autour de l’appartenance ethnique et de l’appartenance religieuse) comme dans leurs (im)mobilités (à l’échelle locale avec la question des réfugiés et des déplacés, comme à l’échelle internationale avec le rôle des diasporas et des immigrés). Cette partie entremêle sociologie, géographie et histoire pour donner des clefs de lecture des crises actuelles. À l’échelle régionale, cette partie montre le peuplement minoritaire, tout particulièrement dans le cas des « communautés non arabes mais largement arabisées, qui continuent à revendiquer leur spécificité et leur identité » (p. 60). Mathieu Guidère aborde ainsi des questions épineuses : les minorités ethniques (Berbères, Kurdes, Arméniens) et religieuses (Chrétiens, Juifs, Musulmans non sunnites –  majoritaires dans les pays arabes – tels que les Chiites, les Ibadites). Le choix des couleurs dans la cartographie est intéressant, puisqu’il témoigne d’une volonté constante de neutralité de la part de l’auteur et de la cartographe Claire Levasseur, mais aussi d’une volonté de donner au lecteur un discours cartographique ne stigmatisant pas l’une ou l’autre des populations. La question des déplacements forcés/choisis conclut cette partie, et montre bien que les mobilités nées de la conflictualité impactent non seulement l’échelle locale, mais aussi l’échelle internationale.

6La cinquième partie, « Economie et développement », aborde la question des inégalités sociales et de l’injustice spatiale par le prisme des écarts de niveaux de vie, de l’accès aux ressources (énergétiques, alimentaires, hydriques) et du poids des échanges économiques. Cette partie est importante, tant les problèmes de développement pèsent sur les conflictualités actuelles. On regrettera cependant, le choix éditorial imposant un format court à l’atlas, que cette question ne soit pas abordée à l’échelle locale (par exemple, les écarts de niveaux de vie entre les Cairotes des « beaux quartiers » ou des villes nouvelles à l’extérieur de l’agglomération, et ceux des quartiers populaires où s’entassent les vulnérabilités urbaines). Néanmoins, l’atlas aborde des sujets « classiques », tels que l’eau et le désert, de manière très originale : par exemple, au lieu de dresser un bilan du stress hydrique (présent dans de nombreuses publications), Mathieu Guidère déplace le regard du lecteur en confrontant cette vulnérabilité au tourisme attiré par ce sur-plein de soleil, qui s’est imposé « comme un complément de ressources et comme une alternative aux autres secteurs de l’économie en difficulté. Mais cette activité économique pose des problèmes spécifiques aux solutions discutables, notamment du point de vue du développement durable » (p. 74), le touriste étant lui-même très fortement consommateur en eau.

7La sixième partie, « Evolution et révolution », et la conclusion abordent les (r)évolutions actuelles. L’auteur fait preuve d’honnêteté intellectuelle et de prudence, et ne prétend pas donner un bilan des printemps arabes, alors même que ceux-ci ne sont pas terminés. Il en propose des éléments-clefs : les « modèles » (iranien et turc) sur lesquels s’appuient ces révolutions, la question des armées et des services de sécurité, et le problème du développement humain. Cette partie, plus courte que les autres, questionne à la fois le régime politique, du poids de la mouvance islamiste, du rôle des différents acteurs en armes, de la question du terrorisme, du problème de trafics criminels, de celui du respect des droits de l’homme… Si la partie présente les difficultés du monde arabe aujourd’hui, Mathieu Guidère la conclut par les « raisons d’espérer » (p. 87) nées des mouvements révolutionnaires. Son propos n’est ni dramatisant, ni optimiste, mais dans cet atlas, il pose un regard éclairé sur les pays arabes face à leurs évolutions, et appelle à la vigilance.

8En cette période de révolutions où les cartes se diffusent sur Internet pour « illustrer » les mouvements de contestation, il semble nécessaire de rappeler qu’une carte n’est pas une présentation de la réalité, mais une représentation de celle-ci, un discours sur le monde avec des choix cartographiques dus à son auteur ou son commanditaire. Si les cartes semblent aujourd’hui facilement accessible, recourir à un tel atlas est loin d’être superflu, puisqu’il propose une rigueur cartographique où chaque carte met en perspective un travail de terrain nécessaire pour comprendre les conflits frontaliers, les tensions internes, le poids des réfugiés dans leur pays d’arrivée… L’approche multiscalaire est d’autant plus éclairante qu’elle est desservie par cette continuité dans le langage cartographique – il manque peut-être à l’atlas (faute de plus de place sans doute) quelques cartes et paragraphes sur l’échelle locale, à laquelle les injustices sociales et spatiales décrites comme des enjeux crisogènes s’expriment avec brutalité. La continuité graphique dans les cartes, le choix très pertinent de les accompagner de chronologies et les encadrés permettant de faire le point sur le vocabulaire permettent aux lecteurs d’appréhender la progression que propose Mathieu Guidère dans cet atlas : la construction dans le temps et dans l’espace de ce qu’est aujourd’hui le monde arabe comme clef de lecture des événements actuels.

Haut de page

Notes

1  À noter que la collection « Atlas/Monde » des éditions Autrement dans laquelle est publié cet atlas a déjà proposé deux atlas consacrés à ce conflit : Frédéric Encel, Atlas géopolitique d’Israël. Aspects d’une démocratie en guerre, 2012 (1ère édition : 2008) (voir le compte-rendu d’Eric Keslassy pour Lectures) et Jean-Paul Chagnollaud et Sid-Ahmed Souiah, Atlas des Palestiniens, Un peuple en quête d’un Etat, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Tratnjek, « Mathieu Guidère, Atlas des pays arabes. Des révolutions à la démocratie ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 juin 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/8625

Haut de page

Rédacteur

Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie, Jeune chercheur de l'Institut de recherche stratégique de l'Ecole (IRSEM), chargée de cours à l'ISFEC-Rennes (géographie des conflits), formatrice pour Forum Réfugiés (géopolitique des Balkans / géopolitique du Kosovo), membre du Comité de rédaction et du Bureau des Cafés géographiques, membre du Comité d'organisation des Cafés géographiques de Lyon et de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page