Navigation – Plan du site

Wilfried Lignier, La petite noblesse de l'intelligence. Une sociologie des enfants surdoués

Gérard Creux
La petite noblesse de l'intelligence
Wilfried Lignier, La petite noblesse de l'intelligence. Une sociologie des enfants surdoués, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences », 2012, 356 p., ISBN : 9782707173072.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Par convention, précise l’auteur, il s’agit d’enfants ayant un Quotient Intellectuel global supéri (...)

1Wilfried Lignier présente dans son ouvrage une recherche portant sur les enfants qualifiés de « surdoués »1, « précoces intellectuellement » ou encore à « haut potentiel ». Il propose d’en faire une sociologie, cet objet de recherche n’ayant pour ainsi dire pas été exploité par les sciences sociales. Son objectif est de déconstruire cette catégorie et finalement de s’interroger sur comment un enfant devient socialement « surdoué ». Il écarte de fait les hypothèses liées à une forme de « don » ou à une socialisation particulière. Et c’est en cela que sa proposition est particulièrement intéressante.

2Cette étude, qui s’inscrit dans une perspective critique et compréhensive, repose sur une démarche empirique qualitative et quantitative, basée sur l’analyse de documents variés (notamment ceux d’associations françaises défendant la cause des enfants surdoués, de textes de lois, etc.), d’un questionnaire diffusé auprès de 500 parents d’enfants précoces ainsi que d’entretiens réalisés auprès de personnes concernées directement par les « enfants surdoués » (acteurs historiques, psychologues et parents).

3Dans la première partie de l’ouvrage, l’auteur interroge la manière dont la catégorie des enfants dotés d’ « une intelligence hors norme » a été construite. Il s’intéresse plus spécifiquement à la légitimation de cette catégorie d’un point de vue historique, « parce que l’histoire n’est pas qu’une affaire de chronologie, mais également un enjeu de légitimation ». Il fait remarquer que la notion d’enfant surdoué est d’abord liée à une cause militante plus qu’à un genre scientifique. Il distingue ainsi plusieurs temps de la construction de cette catégorie. Ainsi, le champ associatif va jouer un rôle important dans le processus de légitimation usant de stratégies pour défendre la cause des enfants surdoués ainsi que la notion même de « surdoué ». Par le biais d’individus légitimes (en particulier des scientifiques), cette cause va devenir une cause psychologique qui va reposer sur la « souffrance » supposée de ces enfants. Ce registre sera en effet susceptible de favoriser une réception publique qui passera par une médiatisation de plus en plus importante de ce phénomène (notamment par le biais des émissions de télévision). Cette exposition va permettre également d’accélérer la réception politique, et faire l’objet d’une attention particulière de la part de l’État dans la mesure où des textes de loi (loi 2005) relatifs à la situation de ces enfants vont être produits. Autrement dit, la catégorie « enfant surdoué » va être reconnue et légitimée par l’État. Par ailleurs, les associations qui promeuvent cette catégorie vont en quelque sorte se comporter en lobbyiste et se rapprocher du monde scientifique, ce qui va renforcer le processus de légitimation. Il note, à partir des années 2000, une recrudescence des publications liées à l’enfant surdoué y compris dans des revues scientifiques de premier plan. Il ne s’agit pas forcément d’une appropriation du thème de la précocité intellectuelle pour lui-même, mais davantage le résultat d’une entreprise militante.

  • 2  L’auteur fait référence aux travaux de Xavier Briffault et Béatrice Lamboy, « les psychothérapies (...)

4La seconde partie de l’ouvrage renvoie « à la restitution détaillée des positions, des dispositions et des intérêts pratiques des parents d’enfants surdoués ». Wilfried Lignier, à partir de son travail quantitatif, met en avant le fait que la précocité intellectuelle se retrouve davantage dans les milieux sociaux favorisés économiquement et culturellement. Ce « recrutement » n’est pas qu’anecdotique. En effet, pour qu’un enfant soit diagnostiqué intellectuellement précoce, encore faut-il qu’il ait accès aux tests qui puissent tester cette caractéristique. Il note que « pour devenir précoce, il faut qu’un enfant donné ait accès au test, accès à un psychologue psychométriquement compétent. De manière générale, on sait que le recours aux soins psychologiques dépend de la position sociale »2. Les milieux sociaux favorisés économiquement et culturellement conditionnent aussi le rapport que ces parents peuvent avoir avec le savoir. L’auteur remarque cependant qu’au sein même des classes sociales les plus favorisées peut s’opérer une distinction : certaines sont davantage attirées par « l’anoblissement psychologique des enfants », et plus particulièrement les professions libérales du fait d’un rapport au corps médico-psychologique différent. En effet, le test doit avoir un sens pour les parents, « ce qui arrive sans doute plus souvent dans les familles objectivement proches du monde médico-psychologique, et dans celles où, non sans lien avec des représentations professionnelles de l’excellence, la légitimité à évaluer les capacités intellectuelles n’est pas tout entière laissée à l’institution scolaire ».

5Par la suite, à partir d’un travail qualitatif auprès des parents, l’auteur s’intéresse à leurs pratiques éducatives à l’égard de leur enfant qui « se révèle vraiment (ou au contraire pas vraiment) noble psychologiquement ». Il met en avant une certaine corrélation entre la propre trajectoire des parents (au regard de leur parcours scolaire) et des pratiques associées. Il met en avant le fait qu’il ne suffit pas que la « noblesse psychologique » de l’enfant résonne uniquement au regard des représentations des parents en matière éducative par exemple. Il faut également qu’elle s’incarne et surtout qu’elle soit perçue par eux, et puisse être utilisée. Au contraire d’un discours scientifique qui tenterait ou non de démontrer l’existence d’un « don », les parents vont s’assurer que leur enfant est doté d’une intelligence « hors norme ». Le diagnostic va ainsi permettre d’officialiser qu’il est précoce intellectuellement. Ce qui aura pour conséquence de faire valoir un droit à la différence qui plus est reconnu par la loi.

6Cet « anoblissement psychologique » va fonctionner comme un « titre » qui peut conduire les parents à réclamer quelques privilèges pour leurs enfants au sein même de l’école. Son analyse montre à travers les pratiques des parents, au regard de l’école une forme complémentaire de leur rapport au champ éducatif qui s’écarte de l’adéquation entre la culture scolaire et celle des parents (rappelons que les parents d’enfants précoces appartiennent majoritairement aux classes sociales favorisées). Ce qu’ils peuvent imposer comme changement à l’école est certes minime, mais marque une forme de distinction vis-à-vis de celle-ci.

7Sa recherche permet ainsi à Wilfried Lignier d’avancer, entre autres, que la reconnaissance de l’ « enfant surdoué » s’articule autour de la présence d’un outil d’évaluation de l’intelligence, d’une légitimation de cette catégorie par l’Etat, et surtout que les parents présentent et soumettent leur enfant à un psychologue en vue de mesurer son intellect.

  • 3  Sa démarche est d’autant plus intéressante que les parents sur lesquels il s’est penché représente (...)

8L’ouvrage de Wilfried Lignier est particulièrement clair tant théoriquement que méthodologiquement. En dehors d’une déconstruction de la notion d’enfant surdoué particulièrement pertinente, l’auteur n’hésite pas, par exemple, à donner des détails sur le déroulement des entretiens, mais surtout sur la manière dont ils ont été analysés (au regard des postures discursives des parents), ce qui donne de la hauteur aux propos tenus3. L’ouvrage est rigoureux, en plus d’être agréable à lire, et surtout apporte un éclairage inédit sur la construction sociale de cette catégorie que sont les enfants précoces intellectuellement. On regrettera cependant l’absence d’une bibliographie récapitulative à la fin de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1  Par convention, précise l’auteur, il s’agit d’enfants ayant un Quotient Intellectuel global supérieur à 130.

2  L’auteur fait référence aux travaux de Xavier Briffault et Béatrice Lamboy, « les psychothérapies en France : données quantitatives », in Françoise Champion (dir.), Psychothérapies et société, Armand Colin, Paris, 2008.

3  Sa démarche est d’autant plus intéressante que les parents sur lesquels il s’est penché représentent, à notre sens, un cas pratique de la catégorie du « sens commun savant » défini par Patrick Champagne, Initiation à la pratique sociologique, Paris, Editions Dunod, 1999

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Creux, « Wilfried Lignier, La petite noblesse de l'intelligence. Une sociologie des enfants surdoués », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 25 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/8647

Haut de page

Rédacteur

Gérard Creux

Docteur en sociologie et Attaché de recherche à l'IRTS de Franche-Comté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page