Navigation – Plan du site

Marie-Emmanuelle Chessel, Consommateurs engagés à la Belle Époque. La Ligue sociale des acheteurs

Frédérique Giraud
Consommateurs engagés à la Belle Époque
Marie-Emmanuelle Chessel, Consommateurs engagés à la Belle Époque. La Ligue sociale des acheteurs, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, ISBN : 978-2-7246-1256-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  À Paris en 1902 elle ne compte que 250 personnes, 600 en 1908. Devenant une organisation nationale (...)

1Loin d’être une nouvelle forme d’engagement sociale et politique, à l’instar des labels « commerce équitable », les mouvements de « consomm’acteurs » datent du début du XXe siècle. L’histoire de la Ligue sociale d’acheteurs (LSA) que Marie-Emmanuelle Chessel retrace dans l’ouvrage Consommateurs engagés à la Belle Époque en atteste. Les mouvements anti-consommation trouvent en partie leurs origines dans une petite1 association née en 1902 à Paris (partie I). Celle-ci, la Ligue sociale d’acheteurs est promue par des catholiques qui souhaitent « développer le sentiment et la responsabilité de tout acheteur vis-à-vis des conditions faites aux travailleurs ». Prônant une réforme des modes de consommation, la Ligue sociale d’acheteurs, consumer’s league à la française, est une initiative militante de femmes de la bourgeoisie qui cherchent à éduquer les consommateurs bourgeois pour transformer les conditions de travail des ouvriers et des employés.

  • 2  Le comité de la LSA et un grand nombre de ses adhérents appartiennent à cet entourage catholique s (...)

2La LSA est fortement inspirée des consumers’leagues américaines nées à New York en 1891 dans le milieu philanthropique. L’importation des ligues de consommateurs en France doit beaucoup à quelques hommes catholiques français qui dans les années 1890 s’intéressent au catholicisme américain libéral (chapitre 3) : parmi eux, Jean Brunhes et Georges Goyau, tous deux anciens élèves de l’Ecole Normale Supérieure, catholiques affichés et partisans de Léon XIII, mais aussi Bernard Bruhnes (frère du premier) et Max Turmann. Ces quatre jeunes gens, qui se disent républicains et sont soutenus par Ferdinand Brunetière, favorisent la diffusion des idées des évêques américains libéraux en France2.

  • 3  Le mariage d’Henriette Hoskier avec Jean Bruhnes est déterminant dans son engagement dans la LSA. (...)
  • 4  Marie-Emmanuelle Chessel rappele qu’il est impensable en 1900 de se dire catholique et féministe ( (...)

3La LSA est née du regroupement de ces volontés masculines d’une part, mais aussi de l’engagement d’« actives dames bourgeoises » éduquées et riches (Henriette Jean Brunhes3, Marie-Thérèse Brincard, Emilie Klobb, Mme Ludovic de Contenson), que leur vie bourgeoise a sensibilisées aux conditions de travail des ouvrières et des employées, qu’elles emploient à leur service. Avec la LSA, elles souhaitent rompre avec la tradition catholique de la charité pour s’attaquer directement aux causes des injustices sociales. La LSA, qui se défend d’être une association politique est autonome vis-à-vis de l’Eglise, se situe en marge des organisations catholiques dont elle ne reprend pas l’antisémitisme, et en marge des mouvements féministes4. Ses membres peuvent être qualifiés de catholiques « atypiques » en raison de leur ouverture au monde, de leur tolérance vis-à-vis des autres religions, et de leur ralliement à la République.

4Comment s’organise le travail militant de cette association d’acheteurs (partie II) ? La LSA est une ligue qui se veut féminine. Ceci est notable à travers l’attention portée dans les statuts de la ligue aux places respectives en son sein des hommes et des femmes (en 1903-1905, elle est composée de 70% de femmes), et par la mise en avant pendant toute son existence des femmes. Cette nature féminine s’appuie sur deux arguments : le consommateur irresponsable est une femme (ce sont elles qui emploient des couturières) et la volonté de protéger le travail féminin, à travers le droit des ouvrières notamment. Si hommes et femmes s’engagent dans la ligue, parfois en couple (comme les Brunhes), le partage des rôles y est cependant marqué. Les hommes apportent à la ligue leur caution intellectuelle, faisant sa promotion par des écrits et des conférences, alors que les femmes mènent les enquêtes de terrain sur le travail des femmes (rôle valorisé et reconnu par les hommes). Ces enquêtes sociales sont au cœur de la démarche de la LSA (chapitre 5) : il s’agit pour les membres de la ligue de s’informer sur les modes de production des biens qu’ils achètent. Les sources d’inspiration de ces enquêtes sont nombreuses, là encore américaines, mais aussi en provenance des milieux réformateurs (Le Play notamment). Henriette Jean Brunhes organise au sein de la LSA les enquêtes, qui ont pour volonté de dévoiler les conditions de production des biens achetés par ses membres : au magasin rutilant et lumineux fait écho le sous-sol où travaillent les ouvrières.

  • 5  Plusieurs enquêtes sont conduites sur les « marmitons-pâtissiers », sur les blanchisseries ou sur (...)
  • 6  La LSA propose que chaque ligueuse possède une valise d’« objets fabriqués à domicile dans de mauv (...)

5À travers l’analyse de la lutte de la LSA pour la réforme du travail des ouvrières (chapitre 6), et celles, plus tardives et moins « féminines » (au sens où elles ne visent pas à réformer le travail des femmes) pour le repos hebdomadaire autour d’une loi votée en 1906 (chapitre 7), et contre le travail de nuit des boulangers (chapitre 8), Marie-Emmanuelle Chessel exemplifie les registres d’action de la ligue. À la suite des enquêtes, l’activité principale de la LSA consiste ainsi à informer et à donner des conseils à tous les consommateurs. La LSA édite des cartes postales (certaines sont proposées en annexe p.313-316) pour dénoncer le logement des domestiques, la cuisine des marmitons5…, organise des expositions d’objets produits dans des conditions présentées comme sordides6… Au bout, les ligueuses visent la culpabilisation et la responsabilisation du consommateur. La LSA fournit des listes blanches de fournisseurs sélectionnés pour leurs pratiques sociales (chapitre 6). Les fournisseurs signent une feuille d’engagement à respecter un certain nombre de conditions de production : durée de travail et des pauses, salaire, repos, conditions physiques de travail… L’engagement est présenté comme un contrat entre les membres de la Ligue, les consommateurs et les fournisseurs.

6La Ligue d’acheteurs qui a vu le jour à Paris en 1902, s’éteint en 1914 (chapitre 9). À partir de 1910, elle est concurrencée par d’autres organisations de consommateurs (La ligue des consommateurs français, Ligue de l’aliment pur, Ligue nationale contre l’alcoolisme…) qui sont rendues plus légitimes que la LSA par le contexte de crise économique : alors que la LSA lutte contre les produits bon marché, les autres associations défendent les consommateurs contre la vie chère. L’imminence de la première guerre mondiale explique également le recul d’un militantisme en faveur des conditions de vie et de consommation, alors qu’elles sont totalement bouleversées de fait.

  • 7  La Ligue sociale d’acheteurs participe de l’essor des associations féminines catholiques au début (...)
  • 8  Bruno Dumons, « Mobilisation politique et ligues féminines dans la France catholique du début du s (...)
  • 9  En particulier, la naissance d’une culture politique démocrate-chrétienne ambivalente, où le coura (...)

7L’étude de Marie-Emmanuelle Chessel ne se réduit pas à une analyse socio-historique de la ligue sociale d’acheteurs. Celle-ci est prise comme prétexte à une analyse plus globale des ligues féminines7, mais permet également d’illustrer les liens entre l’histoire de la consommation, du travail (des femmes), du catholicisme social. La Ligue sociale des acheteurs illustre la façon dont la consommation peut être mobilisée comme un outil politique8 : ce travail s’inscrit ainsi le renouvellement des approches des frontières du politique et de la politisation. Le maniement de la consommation comme un mode d’action par les femmes catholiques de la LSA favorise une évolution des catégories politiques9, religieuses et de genre au sein du monde catholique : dans une société qui ne donne pas le droit de vote aux femmes, la LSA valorise les actions fondées sur l’éducation et sur la réforme quotidienne des modes de consommation et de vie.

Haut de page

Notes

1  À Paris en 1902 elle ne compte que 250 personnes, 600 en 1908. Devenant une organisation nationale en 1909, elle rassemble 4500 adhérents (à comparer aux 300000 adhérents que revendique par exemple la Ligue patriotique des Françaises)

2  Le comité de la LSA et un grand nombre de ses adhérents appartiennent à cet entourage catholique social, notamment universitaire

3  Le mariage d’Henriette Hoskier avec Jean Bruhnes est déterminant dans son engagement dans la LSA. Avec ce mariage, Henriette rompt avec un mode de vie ostentatoire, fondé sur un capital économique, entrant dans un univers où le capital culturel et religieux sont prédominants.

4  Marie-Emmanuelle Chessel rappele qu’il est impensable en 1900 de se dire catholique et féministe (p.80-81)

5  Plusieurs enquêtes sont conduites sur les « marmitons-pâtissiers », sur les blanchisseries ou sur le logement des domestiques.

6  La LSA propose que chaque ligueuse possède une valise d’« objets fabriqués à domicile dans de mauvaises conditions, en ayant soin d’épingler, sur chacun d’eux, une note indiquant la durée du travail et le salaire ».

7  La Ligue sociale d’acheteurs participe de l’essor des associations féminines catholiques au début du XXe siècle, dans la mouvance de l’encyclique papale Rerum Novarum.

8  Bruno Dumons, « Mobilisation politique et ligues féminines dans la France catholique du début du siècle. La Ligue des femmes françaises et la Ligue patriotique des Françaises (1901-1914) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 73, janvier-mars 2002, p. 39-50

9  En particulier, la naissance d’une culture politique démocrate-chrétienne ambivalente, où le courant réformiste du catholicisme social jouxte une conception traditionnelle de la famille, des femmes et de la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Marie-Emmanuelle Chessel, Consommateurs engagés à la Belle Époque. La Ligue sociale des acheteurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 10 juin 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/8649

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page