Navigation – Plan du site

Habib Souaïdia, La sale guerre. Le témoignage d'un ancien officier des forces spéciales de l'armée algérienne

Christophe Lafaye
La sale guerre
Habib Souaïdia, La sale guerre. Le témoignage d'un ancien officier des forces spéciales de l'armée algérienne, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2012, 231 p., 1ère éd., 2001, ISBN : 978-2-7071-7150-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Human Rights Watch, Algérie : événements de 2009, Site Internet consulté le 1er juin 2012, adresse (...)

1L’ouvrage d’Habib Souaïda, ancien parachutiste intégré aux forces spéciales algériennes mérite de retenir l’attention des lecteurs. Tout d’abord, ce livre – réédition de celui de 2001 augmenté d’une préface et postface de l’auteur - est le premier témoignage, à visage découvert, d’un officier ayant participé à la « sale guerre » qui a déchiré l’Algérie durant les années 1990 à partir de l’annulation des élections législatives, remportées par les islamistes du FIS (Front Islamique du Salut). Selon l’ONG Human Rights Watch, 100 000 Algériens auraient trouvé la mort durant ces années sanglantes.1

  • 2  Voir à ce sujet : Amnesty International, Fédération Internationale des droits de l’homme, Human Ri (...)

2Pour la plupart des personnes ayant suivi de l’étranger le drame se déroulant en Algérie, les massacres quotidiens de civils et de populations entières désarmées étaient uniquement l’œuvre de terroristes islamistes fanatisés. Ce témoignage précis remet en cause la lecture linéaire (simpliste ?) donnée par les médias occidentaux de cette époque. Au fil des pages qui nous conduisent de la formation initiale du jeune officier, à la guerre civile jusqu’à sa condamnation pour vol, son incarcération puis son départ en exil vers la France, les constats dressés sont accablants. Tortures, exécutions sommaires, manipulation, politique de la terreur… Ce témoignage laisse apparaître une mainmise de l’armée sur l’ensemble des rouages de la société. Ainsi, le récit de cette page terrible de l’histoire de l’Algérie contemporaine constitue un matériau brut à partir duquel les scientifiques doivent pouvoir tirer des faits, après recoupement et vérification, et lever le voile posé sur ces années sanglantes. Plusieurs éléments permettent, toutefois, de le considérer comme plausible : les faits rapportés sont extrêmement précis et recoupent des observations réalisées par des associations indépendantes de défense des droits de l’homme2. La thèse de l’auteur est claire : « Le terrorisme apparaît à la fois comme le moyen de lutte des groupes armés islamistes contre « le système » et comme instrument utilisé par un pouvoir invisible, non pour défendre la démocratie, mais pour rester en place» (p 16). Cette stratégie a été un instrument aux mains de la hiérarchie militaire et d’une élite de privilégiés pour conserver le pouvoir en créant une psychose collective engendrée par l’insécurité généralisée, pour empêcher tout changement et détourner l’attention des Algériens de problèmes sociaux profonds. Pour l’auteur, la montée islamiste dans l’opinion publique a été aussi le révélateur d’une crise politique, éthique et morale au cœur de la société algérienne. Un instrument juridique a été mis en place pour accompagner la répression : l’âge de la responsabilité pénale a été abaissé de 18 à 16 ans, les simples faits d’être soupçonné d’avoir des liens avec les islamistes ou de ne pas avoir dénoncé un acte terroriste deviennent des crimes, criminalisant de fait le simple soupçon. C’est une porte ouverte aux abus de pouvoir. Pour l’auteur, ce corpus législatif a simplement contribué à criminaliser l’opposition islamique, soit plus de trois millions de citoyens qui avaient voté pour le FIS en 1992 ou à forger les instruments légaux qui allaient mener à leur radicalisation.

  • 3  Front Islamique du Salut.
  • 4  Habib Souaïdi parle de la « Société nationale de formation des terroristes » à propos de l’action (...)
  • 5  L’auteur évoque les refus d’obéissances répétés et même la consommation de drogue tolérée par la h (...)

3Ainsi, à côté des actions sanguinaires des islamistes (embuscades, massacres de villages, attentats aveugles...) nombre d’actes terroristes qui leur ont été attribués ont été le fait de ce pouvoir invisible dans le but, selon l’auteur, d’éliminer les adversaires politiques. Dès 1992, une répression gouvernementale se met en place face à la vague d’attentats qui déferle sur le pays. Selon l’ancien officier, ces actions brutales ont moins visé les groupes armés que la population, cible de l’essentielle des actions de la sécurité militaire, des forces spéciales, de la gendarmerie et de la police. Ainsi, beaucoup de sympathisants du FIS3, qui n’avaient alors aucune responsabilité dans la lutte armée ont été arrêtés, torturés, liquidés ou internés dans des camps. Cette criminalisation de l’opposition a agi comme une véritable « usine à terroriste »4, touchant même certains cadres de l’armée qui n’avaient rien à voir avec les islamistes mais qui « avaient subi trop d’injustices, trop de sanctions injustifiées, trop d’humiliations» (p132). Cette radicalisation a accentué la spirale de violence. L’armée, en pleine déliquescence morale5, s’est trouvée ainsi au cœur de crimes dont l’ancien parachutiste livre le témoignage précis. Nous pouvons citer, par exemple, le massacre du village de Zaatria en mars 1993 où un commando du 25e RR se serait livré à un massacre de civils. Ou encore ce jour de février 1994 à Lakhdaria où l’ancien maire aurait été enlevé par des agents des forces de sécurité avant d’être torturé pendant quinze jours puis supprimé. « Lors des vingt-sept mois que j’ai passés à Lakhdaria, j’ai été le témoin direct d’assassinats de ce type au moins une quinzaine de fois. Ceux qui pratiquaient ces exécutions étaient aussi bien des hommes de notre garnison que des officiers venus d’Alger» (P113). L’auteur lève le voile sur le fonctionnement des services de renseignements, de l’armée en général et leurs rôles dans la répression ainsi que leurs « méthodes » dans la « lutte antisubversive » contre les terroristes. À l’image de la guerre d’indépendance menée contre la France, les Algériens redécouvrent alors les arrestations sommaires, la torture, les disparitions mais aussi les coups tordus et la manipulation de l’opinion (p 128 « Comme les Français »). Le contrôle de la population devient l’enjeu majeur de la lutte mais elle en est aussi la principale victime. Ainsi, l’auteur évoque les viols commis par certains officiers de la sécurité militaire sur les jeunes femmes par abus de pouvoir mais aussi dans le but d’en faire des informatrices (p 89). Au fil des pages se déroule sous les yeux du lecteur, le tableau précis de la lente descente aux enfers d’un pays pris dans une spirale de violence aveugle mais non dénuée d’une forme de logique. Ce passé lourd pèse encore sur le quotidien de l’Algérie et la vérité sera difficile à mettre à jour. Depuis la loi de 2006 dite Charte pour la paix et la réconciliation nationale, une amnistie est accordée aux membres des forces de sécurité pour les actions qu'ils ont menées au nom de la lutte contre le terrorisme, et aux membres de groupes armés non impliqués dans les actes les plus odieux. La postface de cette réédition laisse aussi entrevoir que la majorité des généraux impliqués dans les actions contre la population occupent toujours des fonctions importantes au sein de l’appareil d’Etat algérien en 2012 (p 209 « Que sont devenus les officiers assassins de la sale guerre ? »). Ce témoignage contribuera le moment venu, peut être, à faire toute la lumière sur ces années de plomb.

4En outre, l’intérêt de ce livre est aussi de nous laisser découvrir la trajectoire de vie d’un jeune algérien, patriote, désireux de servir son pays, de l’enthousiasme des premières années de formation jusqu’au bout de sa lente descente en enfer. Né en 1969 dans le département de Tébessa, Habib SouaÏda a intégré l’armée populaire nationale (ANP) en 1989. Après une formation à l’école des officiers de Cherchell (ancien camp militaire français où étaient formés les officiers de réserve avant l’indépendance), il a rejoint l’école des parachutistes de Biskra, point de départ vers une lente désillusion accélérée par les conséquences de la guerre civile. Le 16 avril 1996, devenant gênant pour une partie de la hiérarchie militaire, il écope de quatre années de prison pour une accusation de vol non étayée par aucune preuve tangible. Après avoir quitté l’ANP, il gagne la France le 7 avril 2000 et obtient le statut de réfugié politique. Ainsi au cours de ces dix années, la faible démocratie émergente en Algérie est balayée et soumise à un pouvoir autoritaire, sans états d’âmes (« La société est gangrenée, il faut procéder à des amputations » (p 51), soucieux de conserver son pouvoir, quitte à pratiquer une politique de terreur à grande échelle. Ce récit laisse entendre que tous les principes démocratiques furent bafoués afin de sauver le pays de l’islamisme, avec le soutien des pays occidentaux, prompts à fermer les yeux et même à livrer des armes (p 129 « Des équipements militaires français »). Deux questions morales se posent alors : la fin (en l’occurrence sauver l’Algérie de l’islamisme) justifie-t-elle tous les moyens ? La lutte contre la terreur ne permet-elle pas justement de conserver un peuple sous domination totale par l’instrumentalisation de ses peurs ? Le drame de l’Algérie d’alors ne se trouve-t-il pas dans la faiblesse de la démocratie, qui réduit le choix du peuple entre le pire des maux (dictature des religieux ou des militaires) ? Ces questions, qui trouvent d’ailleurs des échos à d’autres moments de l’histoire de ce pays, préfigurent celles qui se poseront plus largement lorsque les Etats-Unis se lancent à partir de 2001, dans la lutte contre le terrorisme international (comment une démocratie pour lutter contre la terreur sans disparaître). L’Algérie, théâtre prémonitoire des affres qui allaient alors secouer le monde ? La question peut être posée à la lecture de ce témoignage.

5Enfin, une dernière dimension de ce récit mérite de retenir l’attention du lecteur attentif à l’histoire et à l’évolution de la pensée contre-insurrectionnelle dans le domaine de la stratégie militaire. Les techniques mises en lumière par ce récit laissent apparaître une réactualisation des théories de la guerre anti-subversive, conceptualisées dans les années cinquante et soixante par le colonel Roger Trinquier pour la guerre en Algérie puis reprises et adaptées par la suite, par diverses dictatures sud américaines pour asservir leurs populations. Chasser les rebelles des villes, puis des campagnes, instaurer un quadrillage avec des troupes chargées de l’occupation de zones, la quête du renseignement, l’usage de la torture… autant de similitudes qui s’accompagnent parfois aussi d’une remise en activité d’infrastructures utilisées par le passé par l’armée française. Ce mimétisme, qu’il convient toutefois de nuancer - car dans ce cas précis l’éradication de la rébellion n’est pas l’effet majeur recherché, puisque sa présence permet de légitimer des mesures d’exception -, est parfois troublant. Encore une fois, ce retour de la coercition en contre-insurrection fut aussi perceptible en occident après 2001, lors du débat sur « les pressions physiques acceptables » auxquelles furent soumis les prisonniers de Guantanamo. Les questions qui traversent l’Algérie en proie avec ses démons, ne sont donc pas si éloignées celles posées aux sociétés occidentales depuis 2001. À ce titre aussi, cet ouvrage mérité que l’on s’y attarde.

Haut de page

Notes

1  Human Rights Watch, Algérie : événements de 2009, Site Internet consulté le 1er juin 2012, adresse : http://www.hrw.org/fr/world-report-2010/alg-rie

2  Voir à ce sujet : Amnesty International, Fédération Internationale des droits de l’homme, Human Right Watch, Reporters sans frontières, Algérie, le livre noir, la Découverte, Paris, 1997.

3  Front Islamique du Salut.

4  Habib Souaïdi parle de la « Société nationale de formation des terroristes » à propos de l’action des militaires (p 92).

5  L’auteur évoque les refus d’obéissances répétés et même la consommation de drogue tolérée par la hiérarchie car donnant de la force pour exécuter les basses besognes (p 151 « La drogue dans les casernes »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Lafaye, « Habib Souaïdia, La sale guerre. Le témoignage d'un ancien officier des forces spéciales de l'armée algérienne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 11 juin 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/8657

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page