Navigation – Plan du site

Nicolas Oblin, Sport et capitalisme de l'esprit. Sociologie politique de l'institution sportive

Igor Martinache
Sport et capitalisme de l'esprit
Nicolas Oblin, Sport et capitalisme de l'esprit. Sociologie politique de l'institution sportive, Éditions du Croquant, coll. « Altérations », 2009, 233 p., EAN : 9782914968539.
Haut de page

Texte intégral

1« L'important, c'est de ne pas participer ». Tel pourrait être le mot d'ordre des tenants de la « théorie critique du sport » dont fait partie l'auteur, docteur en sociologie et co-directeur de la rédaction de la revue Illusio, fer de lance de ce courant. Car à rebours des discours enchantés sur les activités physiques et sportives, ces derniers développent au contraire une analyse de ces dernières comme étant intrinsèquement aliénantes et destructrices de civilisation. C'est cette dernière que Nicolas Oblin présente dans cet ouvrage, qui, à défaut de renouveler réellement l'approche en propose quelques illustrations nouvelles.

  • 1 Voir notamment Jacques Defrance, « La politique de l'apolitisme. Sur l'autonomisation du champ spor (...)
  • 2 Voir Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1975, (...)
  • 3 Voir notamment la manière dont Norbert Elias l'intègre dans sa théorie du « processus de civilisati (...)

2Objet tantôt de mépris, tantôt de fascination de la part des intellectuels, le sport est en tous les cas perçu comme une activité annexe, à l'écart du reste de la vie sociale et en particulier de la politique 1. Rien de plus trompeur pour Nicolas Oblin et les partisans de la théorie critique du sport qui placent au contraire l'institution sportive au cœur du système social, entendu comme caractérisé par la centralité de la logique d'accumulation sans fin du capital. Encore s'agit-il de s'entendre sur ce que l'on désigne comme « sport », question qu'évitent soigneusement la plupart des auteurs qui s'aventurent sur ce terrain selon Oblin. Celui-ci reprend ainsi la définition forgée par Jean-Marie Brohm - chef de file de ce courant -, selon lequel « le sport est [...] un système de compétitions physiques généralisées, universelles, ouvertes à tous, qui s'étend dans l'espace (toutes nations, tous les groupes sociaux, tous les individus peuvent y participer) ou dans le temps (comparaison des recors entre diverses générations successives) et dont l'objectif est de mesurer, de comparer les performances du corps humain conçu comme puissance sans cesse perfectible » 2 (p.34). Il ne faut donc pas confondre le sport avec les différents jeux et activités physiques, le sport tel que nous le connaissons étant né en Angleterre au XIXe siècle et indissociable de la modernité occidentale 3. La critique du sport est de ce fait radicale au sens où elle se penche sur les racines de ce phénomène, son essence supposée qui se déploierait progressivement à mesure que s'étend le système capitaliste.

  • 4 Un mythe maintes fois démenti par les recherches empiriques, mais qui a la peau dure comme l'illust (...)
  • 5 Voir aussi la manière romanesque édifiante dont George Perec a illustré cette même idée cette logiq (...)
  • 6 Voir Christophe Brissoneau, Olivier Aubel et Fabien Ohl, L'épreuve du dopage, Paris, PUF, 2008 dont (...)
  • 7 Ce qui est bien loin de constituer un cas isolé si l'on songe au Chili de Pinochet ou tout simpleme (...)

3C'est justement cette dernière extension que l'auteur s'applique à présenter en premier lieu, en affirmant aussitôt son affinité étroite avec le sport dans la mesure où tous deux seraient animés par une même logique de compétition prédatrice. Plus encore, la valorisation de cette dernière dans le sport, dans la mesure où elle permettrait la réalisation de l'idéal d'égalité des chances, 4, apporte une caution décisive à son existence dans d'autres sphères de la vie sociale 5. Le sport est profondément habité par la violence, explique ensuite l'auteur, non seulement contre les autres dont il s'agit de triompher, mais contre soi-même. Nicolas Oblin égrène pour l'illustrer une partie de la longue liste des victimes sacrifiées sur l'autel de la compétition, à laquelle il convient d'ajouter les multiples blessures et traumatismes qu'engendre quasi-nécessairement la pratique d'une activité intensive, sans oublier un dopage, qui loin d'être une déviance exceptionnelle s'intègre dans la « carrière » normale de sportif 6. Mais plus profondément, explique-t-il dans la veine des analyses de l'école de Francfort, la logique du sport conduit à une « réification » des individus, ne les réduisant plus qu'à une seule dimension, celle de la performance, qui permet leur hiérarchisation. Le corps y est ainsi « décorporéisé », vidé de son désir, de sa culture subjectivée, et in fine de la vie. De la même manière, l'institution sportive est porteuse d'une esthétisation du politique, entendue comme un « processus de voilement de la réalité concrète par une autre réalité se faisant passer pour la première tout en la niant dans l'abstraction de représentations erronées » (p.53) comme il l'illustre à partir de l'exemple des Jeux Olympiques de Berlin de 1936, de ceux de Sydney en 2000 vis-à-vis des populations aborigènes, et surtout de ceux de Pékin en 2008, ainsi que de la candidature « ratée » de Paris à l'organisation de l'olympiade de 2012. Ces deux derniers cas sont longuement développés, et l'auteur montre bien les mystifications qui entourent dans un cas comme dans l'autre l' « événementialité sportive ». Il rappelle ainsi notamment fort à propos qu'en Chine, le libéralisme économique s'accommode bien - et en fait se nourrit même - de l'autoritarisme politique 7, ou encore les collusions édifiantes entre dirigeants économiques et politiques à l'occasion de la véritable propagande qu'a représentée la campagne « Paris 2012 ».

  • 8 Dont la « bible » serait l'ouvrage dirigé par Alain Loret, Sport et management. De l'éthique à la p (...)

4Le sixième et dernier chapitre est certainement celui qui intéressera le plus les lecteurs déjà rodés à la théorie critique du sport - ainsi que ceux préoccupés par le devenir de l'université-, dans la mesure où Nicolas Oblin y décrit l'irruption croissante du management du sport dans la filière des Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), et montre au-delà comment elle participe pleinement de la « destruction entamée de l'éthique universitaire par la production et la transmission de savoirs-partiels, en miettes- intimement liés avec le développement de la praxis sociale [de la compétition prédatrice] » (p.177), évacuant toute fonction critique et réflexion sur les finalités et les valeurs de l'activité humaine, sous couvert de l'impératif de « professionnalisation ». Nicolas Oblin y dévoile ainsi les « impostures silencieuses » de cette pseudo-discipline en se livrant à l'analyse de certains fragments de discours émanant d' « entrepreneurs » de celle-ci 8.

  • 9 Voir notamment Jean-Marie Brohm, Pierre de Coubertin, le seigneur des anneaux. Aux fondements de l' (...)
  • 10 Voir notamment la critique (...) que Luc Boltanski adresse à la sociologie critique développée dans (...)
  • 11 Celle de l'inégalité face à l'accès et l'utilisation du temps libre, le rapport entre sport et "int (...)
  • 12 Voir Pascal Duret, Sociologie de la compétition, Paris, Armand Colin, 2009, pp.105-109
  • 13 Pour une application à la politique européenne de la recherche, voir Isabelle Bruno, A vos marques, (...)
  • 14 Pierre-Michel Menger remarque par exemple combien la flexibilité et l'inégalité qui caractérisent à (...)
  • 15 Voir Theodor Adorno et Max Horkheimer, La dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 2008 (1ère éd (...)
  • 16 Voir Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970
  • 17 Il serait à ce titre certainement utile de dresser la sociologie des tenants de la critique radical (...)
  • 18 Pour reprendre la distinction que font Sophie Béroud et Paul Bouffartigue au sujet du rapport des s (...)

5Les mythes qui entourent le sport sont ainsi très puissants. Il est ainsi aussi déconcertant que révélateur de voir la figure du baron Pierre de Coubertin encore porté au pinacle, alors que l'élitisme raciste qui l'animait a été bien renseigné 9 et l'auteur en rappelle un certain nombre : le sport facteur d'éducation, d'intégration, de santé ou encore de rapprochement entre les peuples. La place sociale et politique accordée au sport dans nos sociétés ne peut cesser d'étonner tant elle est éminemment paradoxale : à la fois relégué au second plan pour sa supposé trivialité, il est en même temps paré de bien des vertus et chargé ce faisant de résoudre certaines tensions sociales particulièrement épineuses. Mais on peut se demander si finalement la théorie critique du sport comme les discours qui l'enchantent n'accordent pas au fond un rôle trop important au sport, et en particulier une influence qu'il n'a pas. Si elle a le mérite de reposer la question trop souvent évacuée de la définition même du sport, et des formes de violence qu'il peut effectivement générer au-delà de la partie émergée de l'iceberg que représente le hooliganisme, l'analyse plus philosophique que sociologique que propose Nicolas Oblin, elle-même peu distincte de celle que Jean-Marie Brohm avance depuis près de quarante ans, manque cependant d'ancrage empirique et systématise un ensemble de phénomènes disparates en faisant peu de cas du sens que les acteurs concernés investissent dans leurs pratiques 10. Avec le risque d'en occulter certaines tensions qui posent des enjeux politiques majeures 11. Sans retomber pour autant dans les discours enchantés lénifiants qui parent le sport de toutes les vertus, l'observation de rencontres sportives incitent par exemple à y déceler une certaine tension entre compétition et solidarité 12. Ensuite, si la logique des performances et de la compétition semble effectivement se diffuser à l'ensemble des sphères de la vie sociale avec l'idéologie postmoderniste, et "oublieuse" des inégalités sociales, du management, qu'il s'agisse de l'individualisation des résultats en entreprise, de la diffusion des classements et palmarès appliqués à toutes sortes d'objet, et plus intrinsèquement de la logique de l'émulation par la comparaison sans autre fin que de faire mieux que le voisin, que recouvre la vogue du benchmarking 13, sans doute est-il un peu hâtif d'en imputer la responsabilité première aux valeurs intrinsèques que seraient censé véhiculer le sport 14. Les hypothèses ainsi présentées sont stimulantes - et troublantes, surtout pour un pratiquant sportif-, mais difficiles à opérationnaliser. Ce faisant, elles manquent une part essentielle de la vie sociale, à la manière dont les auteurs de l'école de Francfort 15 ne pouvaient percevoir des phénomènes aussi importants que l'adhésion à éclipse et l'« attention oblique » dans la réception des productions culturelles massifiées par les classes populaires 16, ces petites formes de résistance qui démentaient leur postulat d'un consentement des masses. Car tel est un des défauts majeurs des théories de l'aliénation, au-delà de la position de surplomb qu'adoptent leurs tenants 17 : confondre le consentement pratique avec l'adhésion 18.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Jacques Defrance, « La politique de l'apolitisme. Sur l'autonomisation du champ sportif » , Politix, n° 50, vol. 13, 2000, pp. 13-27

2 Voir Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1975, p.89

3 Voir notamment la manière dont Norbert Elias l'intègre dans sa théorie du « processus de civilisation » et de l'intériorisation des contraintes : Norbert Elias et Erich Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994 (éd.originale : 1986)

4 Un mythe maintes fois démenti par les recherches empiriques, mais qui a la peau dure comme l'illustrent les discours de responsables politiques comme de certains sociologues... Voir Michel Jamet, « Le sport contemporain. Entre l'égalité sociale et l'égalité des chances », Cahiers internationaux de sociologie, 2002/2, n°113, pp.233-260

5 Voir aussi la manière romanesque édifiante dont George Perec a illustré cette même idée cette logique en entrecroisant la description d'une société insulaire imaginaire où la logique de la compétition sportive est poussée à l'extrême, et ses propres souvenirs de famille en lien avec la déportation de ses parents par les Nazis, W ou le Souvenir d'enfance, Paris, Gallimard, 1993 (1ère éd. : 1975)

6 Voir Christophe Brissoneau, Olivier Aubel et Fabien Ohl, L'épreuve du dopage, Paris, PUF, 2008 dont deux comptes-rendus sont disponibles : ici et

7 Ce qui est bien loin de constituer un cas isolé si l'on songe au Chili de Pinochet ou tout simplement à l'évolution des libertés individuelles aux Etats-Unis ou en Europe - voir par exemple le dossier « Royaume-Uni, les libertés malmenées » dans Courrier International, n°993, 12 novembre 2009, pp.16-18

8 Dont la « bible » serait l'ouvrage dirigé par Alain Loret, Sport et management. De l'éthique à la pratique, Paris, Dunod, 1993. Nicolas Oblin propose en particulier une analyse assez édifiante de la contribution de Gary Tribou à cet ouvrage, intitulée « Ethique sportive et culture d'entreprise », pp.55-70

9 Voir notamment Jean-Marie Brohm, Pierre de Coubertin, le seigneur des anneaux. Aux fondements de l'olympisme, Paris, éditions Homnisphère, 2008, p.35 et suiv.

10 Voir notamment la critique (...) que Luc Boltanski adresse à la sociologie critique développée dans le sillage de Pierre Bourdieu dans son dernier ouvrage, De la critique, Paris, Gallimard, 2009

11 Celle de l'inégalité face à l'accès et l'utilisation du temps libre, le rapport entre sport et "intégration", entre sport et santé, les questions d'équipement sportif, ou encore, plus globalement, celles des menaces qui pèsent sur le service public du sport : voir à ce sujet l'initiative "Le sport est un droit" qu'ont récemment initié plusieurs organisations et acteurs individuels investis dans ce domaine etc.

12 Voir Pascal Duret, Sociologie de la compétition, Paris, Armand Colin, 2009, pp.105-109

13 Pour une application à la politique européenne de la recherche, voir Isabelle Bruno, A vos marques, prêts... cherchez !, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2008

14 Pierre-Michel Menger remarque par exemple combien la flexibilité et l'inégalité qui caractérisent à l'extrême la condition du travail artistique semble préfigurer celle du salariat en général. Voir Portrait de l'artiste en travailleur, Paris, Seuil, 2006 - et ce même si les travailleurs sportifs ne sont pas en reste, du fait notamment de la prégnance d'une idéologie du désintéressement, voir Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté, Sportifs en danger, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2008

15 Voir Theodor Adorno et Max Horkheimer, La dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 2008 (1ère éd. : 1944)

16 Voir Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970

17 Il serait à ce titre certainement utile de dresser la sociologie des tenants de la critique radicale du sport - comme ceux de tout autre courant- pour mieux comprendre la genèse des positions qu'ils défendent

18 Pour reprendre la distinction que font Sophie Béroud et Paul Bouffartigue au sujet du rapport des salariés précaires à l'organisation du travail cf.« Introduction » in Sophie Béroud et Paul Bouffartigue (dir.), Quand le travail se précarise. Quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, p.16

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Nicolas Oblin, Sport et capitalisme de l'esprit. Sociologie politique de l'institution sportive », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 18 décembre 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/869

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page