Navigation – Plan du site

Isabelle Backouche, Vincent Duclert, « Maison de l’histoire de France ». Enquête critique

Igor Moullier
« Maison de l’histoire de France »
Isabelle Backouche, Vincent Duclert, « Maison de l’histoire de France ». Enquête critique, Fondation Jean Jaurès, 2012, ISBN : 9782362440458.
Haut de page

Texte intégral

1« Maison de l’histoire de France ». Enquête critique est un objet hybride. Note de la fondation Jean-Jaurès, think tank proche du Parti socialiste, consultable sur le site de cette fondation, et résultant d’une mobilisation d’une importante partie de la communauté historienne contre le projet de Maison pour l’histoire de France, l’ouvrage se revendique aussi comme une enquête de sciences sociales, un travail d’enquête immédiate utilisant les méthodes critiques de l’historien. La meilleure preuve de cette démarche réside sans doute dans les annexes, disponibles en ligne uniquement : bibliographie, chronologie du développement du projet, et corpus des rapports, interviews, textes et tribunes parus dans les médias, et qui forment un dossier extrêmement utile et complet qui pourra servir par exemple à de nombreux étudiants de master.

2Le projet d’un « musée de l’histoire de France » apparaît dans un discours de Nicolas Sarkozy en janvier 2009. Il s’appuie sur un rapport commandé en novembre 2007 et remis en avril 2008 par Hervé Lemoine. Une mission présidée par l’historien Jean-Pierre Rioux est chargée d’examiner les sites susceptibles d’accueillir le futur musée. En septembre 2009, Jean-François Hébert est nommé à la tête de la mission de préfiguration du nouvel établissement. Il remet son rapport en avril 2010 et Nicolas Sarkozy annonce en septembre 2010 l’installation de la « Maison de l’histoire de France » sur le site des Archives Nationales à Paris. La Maison de l’histoire de France est officiellement créée par décret le 22 décembre 2011, avec un budget fixé à 3.8 millions d’euros pour 2012.

3L’annonce du projet suscite d’emblée beaucoup de débats. La première réaction est une tribune publiée dans Le Monde du 8 février 2009 par Christophe Charle et Daniel Roche. Les voix critiques n’ont depuis pas cessé, sans toutefois avoir beaucoup d’effet sur le projet. Trois grands points sont apparus problématiques : la notion même d’un musée de l’histoire de France, correspondant à une vision « officielle » de la mémoire nationale, la modalité d’exécution ensuite, le lieu même choisi enfin.

4Le point de vue des auteurs, deux historiens reconnus, est qu’il faut prononcer un moratoire sur le projet de Maison de l’histoire de France. Tout en reconnaissant que l’idée d’un musée pour l’histoire de France est louable, ils insistent sur l’absence de concertation, notamment avec le monde universitaire, et sur les dangers qu’elle entraîne : une histoire-vitrine, spectacle, non réflexive. Des musées d’histoire existent et sont même nombreux sur le territoire français, mais aucun n’offre une vision d’ensemble. En ce sens, l’hésitation de l’appellation officielle, entre musée puis maison, témoigne d’un état de fait : il existe des manières de faire de l’histoire, et de faire l’histoire de la France, et celles-ci sont difficiles à synthétiser, sauf à tomber dans une vision essentialiste, reproche que les auteurs ne manquent pas de faire à la vision de N. Sarkozy. Le site internet actuel confirme plutôt ces craintes : éphéméride des dates clés, patrimoine incarné par des bâtiments, c’est plutôt une histoire traditionnelle qui est mise en avant, basée sur la chronologie, les grandes dates, les grands hommes et les monuments.

5C’est bien une certaine conception de l’histoire, ou de l’instrumentalisation de l’histoire, que les deux auteurs entendent dénoncer. La thématique du lieu est à ce titre révélatrice. La Maison de l’histoire de France envisage en effet de s’établir sur le site des Archives Nationales à Paris, au cœur du quadrilatère formé par les hôtels de Rohan et de Soubise, et c’est du personnel des Archives qu’est venue une partie de la contestation, ceux-ci étant soumis au même moment à une délocalisation en Seine-Saint-Denis, accompagné d’une réorganisation interne. La décision pouvait se lire comme une relégation symbolique. Elle explique une partie de la forte mobilisation des historiens, pour qui les Archives Nationales sont un lieu de travail au quotidien. Le soutien aux personnels des Archives Nationales, qui ont mené une longue grève contre les conséquences du projet, était aussi une manière de rappeler que les Archives sont un lieu vivant où se fait l’histoire, non un lieu de conservation figée : pas seulement parce que de nouvelles archives sont à traiter chaque jour, mais aussi parce que le personnel des Archives nationales accomplit un travail scientifique constant d’inventaire et de valorisation. En ce sens, les Archives nationales sont déjà une maison de l’histoire, un lieu où se fait l’histoire. Couper ce lien, c’était méconnaître une partie fondamentale du travail de l’historien.

6L’enquête de Backouche et Duclert apporte un complément à un dossier bien fourni, celui des usages officiels de l’histoire lors de la présidence de N. Sarkozy. Son principal apport est de mêler à l’analyse du contenu du projet celle de son cadre institutionnel, de montrer comment il fut porté, au cœur de l’État, par un nombre restreint de personnes, d’abord auteurs de rapports de préfiguration, puis se retrouvant à la tête des organismes dont ils avaient préconisé la création. Un deuxième apport réside dans l’étude des modes de légitimation du projet, et notamment le recours à des experts et des comités scientifiques où quelques grands noms (Jean-Pierre Rioux, Etienne François) font oublier l’absence massive des universitaires de profession et actifs sur les questions de mémoire, d’identité et d’historiographie, ainsi que celle des spécialistes de la muséographie.

  • 1  Puisque le dossier est toujours resté, de manière significative, dans le périmètre du ministère de (...)

7Le débat sur la Maison de l’histoire de France est-il rendu caduc par l’alternance politique ? Pas complètement. L’institution est créée et budgétée, et une décision devra être prise à son égard. On se reportera à la tribune récemment publiée dans le Monde du 13 juin 2012, et cosignée par les deux auteurs du livre : « Une autre voie est possible », qui appelle à une refondation totale du projet, et à la réponse de deux membres du comité d’orientation scientifique qui affirment que « la Maison de l'Histoire de France n'est plus un projet mais une réalité institutionnelle ». Si le flou du projet scientifique demeure, l’héritage institutionnel fait partie des chantiers de la nouvelle ministre de la Culture1.

Haut de page

Notes

1  Puisque le dossier est toujours resté, de manière significative, dans le périmètre du ministère de la Culture, et jamais dans celui de la Recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Moullier, « Isabelle Backouche, Vincent Duclert, « Maison de l’histoire de France ». Enquête critique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 juin 2012, consulté le 27 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/8760

Haut de page

Rédacteur

Igor Moullier

Maître de conférences en histoire moderne- ENS Lyon - UMR 5190 LARHRA

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page