Navigation – Plan du site

Serge Audier, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle

Laure Célérier
Néo-libéralisme(s)
Serge Audier, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, coll. « Mondes vécus », 2012, 628 p., ISBN : 978-2-246-73661-5.
Haut de page

Texte intégral

1Privatiser, déréglementer, déréguler, couper dans les dépenses sociales, financiariser l'économie, tels semblent être les maîtres mots de politiques mises en œuvre dans de nombreux pays du monde, et paradoxalement plus encore depuis le bouleversement financier de 2007 : la crise dite des subprimes semble être le résultat de politiques néolibérales qu'elle aurait finalement renforcées, comme une forme de confirmation des prévisions de Naomi Klein1. Richard Brouillette, réalisateur du documentaire intitulé « L'encerclement – La démocratie dans les rets du néolibéralisme », paru en 2008, explique le succès de ces politiques par un long travail de propagande opérée par des think tanks financés par des grandes fortunes et des transnationales, qui sert « la cause des puissants »2. L'ouvrage de Naomi Klein, comme le documentaire de Richard Brouillette, constituent des exemples parmi d'autres des critiques du néolibéralisme qui ont fleuri ces dernières années, dans les sphères notamment académiques, militantes et artistiques. Le terme de néo-libéralisme semble principalement désigner une idéologie défendant le recul de l'intervention étatique dans la sphère sociale, accompagné d'une financiarisation des économies, entraînant un creusement des inégalités. Les différentes définitions proposées ne concordent pas toujours entre elles, et les différentes composantes théoriques et idéologiques rattachées à ce concept sont assez peu rappelées, mises en rapport et étudiées. Quelles sont les différentes théories rassemblées sous le concept de néo-libéralisme ? Comment convergent-elles ? Comment s'opposent-elles ? Serge Audier tente, dans l'ouvrage Néo-libéralisme(s) – Une archéologie intellectuelle, paru en 2012, de relever le défi de répondre à ces questions.

2Serge Audier est philosophe et historien des idées, maître de conférences en philosophie politique à l'Université Paris-Sorbonne, et membre de l'Institut Universitaire de France. En 2008, il avait publié un ouvrage également sur le thème du néo-libéralisme et de son histoire, intitulé Le Colloque Walter Lippmann. Aux origines du néo-libéralisme. Dans son Archéologie intellectuelle du néo-libéralisme, Audier revient minutieusement sur les évènements considérés comme fondateur du néo-libéralisme. L'auteur étudie notamment le Colloque Lippmann et la Société du Mont Pélerin, l'Institute of Economic Affairs, think tank qui a inspiré Thatcher, analyse les écoles autrichienne et de Chicago ainsi que les figures majeures de ces écoles, mouvements et évènements, telles Hayek, Friedman, Lippmann ou Rougier. Ce travail permet de montrer les limites des approches critiques du néolibéralisme habituellement retenues et montre la diversité idéologique et théorique des figures associées au néo-libéralisme.

3Les approches sociologiques et philosophiques habituellement retenues et utilisées dans la critique du néolibéralisme se heurtent chacune à des écueils, se caractérisent par des inexactitudes qui impliquent de les repenser. Audier retient quatre de ces approches, qui sont les analyses néo-marxistes, foucaldiennes, bourdieusiennes et anti-mai 68. L'approche néo-marxiste, incarnée notamment par la journaliste Naomi Klein, assimilant impérialisme et néo-libéralisme, échoue entre autres, selon Audier, à rendre compte du néo-libéralisme européen, assez peu guerrier. D'ailleurs, Friedman, présenté comme une figure de proue du néo-libéralisme américain, n'était pas selon Audier favorable à la guerre en Irak. Quant aux foucaldiens, leur approche ne permet pas de comprendre l'association entre politiques néo-libérales, dérégulation financière et creusement des inégalités, pourtant largement observable, ni l'importance du consumérisme et de la société de consommation dans l'acceptation des logiques de marché. Avec les bourdieusiens, la tentation complotiste est grande mais peu convaincante, tant est forte l'hétérogénéité des composantes du néo-libéralisme. En outre, l'opprobre jeté sur les économistes dans leur ensemble, en tant que champ, peut manquer de pertinence. Enfin, l'approche assimilant le libéralisme de mai 1968 au néo-libéralisme échoue à expliquer que les gouvernements les moins interventionnistes au plan économique ont souvent été parmi les plus conservateurs, tandis que les mieux d'affaire n'ont  pas tellement considéré avec bienveillance les mouvements libertaires des années 1960. L'exposé des limites de ces quatre approches, qui constitue l'essentiel de l'introduction de l'ouvrage, est très instructif.

4Audier explore ensuite minutieusement l'apparition du concept de néo-libéralisme, ses utilisations, ainsi que les travaux des auteurs se revendiquant du, ou assimilés au, néo-libéralisme. L'ouvrage permet de mieux connaître l'évolution historique du concept de néo-libéralisme. Ce dernier a pu autant servir à désigner les keynésiens, que des ordo-libéraux ou des libéraux radicaux. Audier rappelle d'ailleurs que, jusqu'à la fin des années 1970, il était courant d'associer John K Galbraith au néo-libéralisme. Les institutions perçues comme étant fondatrices du néo-libéralisme, comme le Colloque Lippmann, n'ont pas toutes été les lieux de fervente défense d'une radicalité libérale, contrairement à ce que l'on pourrait croire. Audier présente ainsi le contexte historique de l'organisation du Colloque Lippmann, lequel propose notamment de refonder le libéralisme, dans une Europe en proie à la montée des extrêmes, et gardant un souvenir vif d'un libéralisme dévastateur, associé au paupérisme. Il porte à notre connaissance que de nombreux néo-libéraux du Colloque Lippmann et de la Société du Mont Pélerin, étaient largement interventionnistes, et voulaient refondre le libéralisme en évitant le double écueil d'un libéralisme paupérisant et d'un dirigisme nuisible aux libertés individuelles. Différents auteurs associés au néo-libéralisme, tels Rougier, Lippmann, Hayek, Aron et Friedman, ont des philosophies peu similaires, voire  opposées sur certains points. Le libéralisme radical de certains, comme Hayek durant une partie de sa carrière, récusant toute pertinence à l'intervention de l'Etat dans l'économie, contraste avec les prises de position interventionnistes d'autres chercheurs, comme Lippmann. La radicalité libérale anti-interventionniste est finalement l'apanage de bien peu de figures du colloque Lippmann et de la Société du Mont Pélerin, mais ce sont ces figures qui finalement, deviendront associées au néo-libéralisme d'aujourd'hui.

5L'archéologie intellectuelle d'Audier entreprend avec succès de « déshomogénéiser » la nébuleuse néo-libérale, en amenant à notre connaissance, ou en nous rappelant, la grande diversité de ses composantes. Audier met en rapport les différentes figures et personnes de la nébuleuse néo-libérale, nous présente les réseaux qui les rassemblent et les éléments qui les opposent. Ce livre nous rend plus vigilant face aux possibles raccourcis entre néo-libéralisme d'aujourd'hui et Colloque Lippmann. Il nous présente avec précision la pensée et le cheminement de Friedman et Hayek qui ont exercé une forte influence dans le triomphe des politiques de dérégulation. Audier nous livre finalement un travail dense, riche d'informations et de références.

6Pourtant, l'ouvrage une impression d'inachevé. Parfois, on aimerait davantage d'approfondissements ou d'explications. Les critiques peuvent être hâtives et leur argumentation peu étayée, comme si Audier mélangeait les démarches essayistes et scientifiques. Il arrive également à l'auteur de manier des concepts au sujet desquels quelques éclaircissements ne seraient pas superflus. Audier regroupe ainsi les militants dénonçant le néo-libéralisme au sein d'une « ultra-gauche » qu'il ne définit pas. Peut-on se satisfaire du concept d'ultra-gauche pour décrire et rassembler les opposants au néo-libéralisme qui positionnent àe gauche, à savoir par exemple, l'ensemble des militants d'ATTAC, les sympathisants du Front de Gauche, d'Europe-Ecologie les Verts ou de l'aile gauche du PS, qui critiquent le néolibéralisme ? Cela ne convainc guère. L'emploi du terme d'ultra-gauche laisse l'impression qu'Audier souhaite décrédibiliser la gauche alter mondialiste et anti-néolibérale, peut-être pour mieux valoriser un social-libéralisme qu'il appelle de ses vœux. D'ailleurs, on relève bien une inexactitude concernant ATTAC page 35 : l'auteur écrit que le « grand mouvement de grèves de 1995 » appartient à « l'époque (…) où ATTAC, dans sa critique de la « dictature des marchés », parle de plus en plus de l'idéologie néolibérale ». L'association ayant été fondée en 1998, on comprend mal cette phrase.

  • 3 Patrick Fridenson, « Compte rendu de Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Aux origines du néo-libé (...)

7Si la lecture de Néo-libéralisme(s) est instructive à de nombreux égard, si elle nous apporte de  nombreuses références historiques et des réflexions pertinentes, il n'en reste pas moins que le lecteur peut se sentir débordé par l'abondance de références historiques et biographiques. On tend à perdre de vue, au fil des pages, l'objectif de l'auteur, alors que les sources et éléments historiques portés à notre connaissance sont utilisés de manière assez descriptive et trop peu problématisée. Patrick Fridenson3, dans la revue Mouvement Social, avait dressé une critique assez sévère de l'ouvrage d'Audier intitulé Le Colloque Lippmann. Aux origines du néo-libéralisme. La critique me semble assez pertinente, au moins en partie, pour Néo-libéralisme(s) – Une archéologie intellectuelle, publié quatre ans plus tard.

Haut de page

Notes

1 Naomi Klein, La stratégie du choc, 2007

2 « L'encerclement - Synopsis », 2009, disponible sur http://encerclement.info/synopsis.html, consulté le 21/06/2012

3 Patrick Fridenson, « Compte rendu de Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Aux origines du néo-libéralisme, 2008 », Le Mouvement Social, et en ligne : http://mouvement-social.univ-paris1.fr/document.php?id=1189, consulté le 19/06/2012

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Serge Audier, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 25 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/8793

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page