Navigation – Plan du site

Fabrice Clément, Laurence Kaufmann, La sociologie cognitive

Benjamin Ducol
La sociologie cognitive
Fabrice Clément, Laurence Kaufmann, La sociologie cognitive, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Cogniprisme », 2011, 371 p., ISBN : 9782735113279.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  C’est au sociologue américain Aaron V. Cicourel que l’on doit la paternité du terme de « sociologi (...)
  • 2  Mark Turner, Cognitive Dimensions of Social Science, Oxford, Oxford University Press, 2001.
  • 3  Jean-Hugues Déchaux, « Un tournant cognitiviste en sociologie? Contributions et débats », Revue f (...)
  • 4  Bernard Lahire et Claude Rosenthal, La Cognition au prisme des Sciences sociales, Paris, PUF, 2008 (...)

1Tout à la fois, tentative de synthèse et espace de dialogue scientifique, le livre de Fabrice Clément et Laurence Kaufmann nous offre une série de réflexions stimulantes autour du fonctionnement de l’esprit humain en société et de ce qu’il est aujourd’hui convenu de regrouper sous l’étiquette de « sociologie cognitive »1. Alors que les problématiques de « cognition » et de « cognitivisme » ont pris une place grandissante dans le champ des sciences sociales au cours des dernières années2, cet ouvrage collectif permet d’entrevoir toute la richesse et les voies d’exploration théorique existantes dans le cadre plus restreint de la sociologie. Si la discipline sociologique semble s’être maintenue durablement à l’écart des développements émanant des sciences cognitives et des neurosciences, force est de constater qu’elle ne peut cependant faire l’impasse sur les contributions récentes et les questionnements inédits que font émerger ces domaines de recherche. Alors que certains auteurs vont même jusqu’à s’interroger sur l’existence d’un « tournant cognitiviste » en sociologie3, l’ouvrage de Clément et Kaufmann s’inscrit dans une lignée de publications récentes qui illustrent l’intérêt croissant des sociologues francophones pour les échanges théoriques et les débats empiriques entre sciences cognitives et sociologie4.

2Dès leur introduction, Clément et Kaufmann synthétisent parfaitement les tensions ontologiques et épistémologiques qui animent ce dialogue entre sociologie et sciences cognitives autour du fonctionnement de l’esprit humain et de ses dispositifs explicatifs. Alors que les sciences sociales, en premier lieu desquelles la sociologie, tentent avant tout de contextualiser et d’historiciser ce qu’elles envisagent comme une construction sociale de la cognition, les sciences cognitives cherchent inversement à naturaliser et universaliser les attributs constitutifs de la cognition humaine. Là où les sciences cognitives plaident pour une ontologie naturaliste, les sciences sociales s’inscrivent dans une perspective constructiviste dans laquelle les « catégories de l’entendement » dérivent de systèmes culturels historiques et contingents. Loin de vouloir trancher entre l’une ou l’autre de ces perspectives ontologiques, les deux auteurs nourrissent au contraire l’ambition de faire de leur ouvrage, un espace de dialogue fructueux entre sciences cognitives et sociologie, permettant au passage « aux sciences sociales d’ouvrir la “boite noire” de la socialisation et de spécifier les processus cognitifs par lesquels la société et la culture viennent à l’esprit » et « aux sciences cognitives [de] remettre en question les postulats individualistes et réductionnistes qui sont généralement les siens ». Si cette opposition entre deux visions antagonistes de l’esprit s’avère quelque peu caricaturale — comme le démontrent judicieusement les deux auteurs dans une série de paragraphes consacrés à la place du « cognitif » dans les sciences sociales et à celle du « social » dans les sciences cognitives — elle traduit cependant bien l’existence dans le champ des sciences sociales d’une vaste palette de conceptions autour de l’esprit et des phénomènes cognitifs, penchants tantôt vers une ontologie de type naturaliste, tantôt vers une ontologie de type constructiviste. « Espace de recherche un peu flou » comme le qualifie Gérald Bronner dans son chapitre, la sociologie cognitive est en effet loin de constituer un objet de recherche homogène et unifié. Elle apparaît au contraire comme un programme de recherche extrêmement divers tant du point de vue des ontologies que des pistes théoriques mises en avant par les auteurs réunis dans cet ouvrage. Divisé en trois grandes parties, l’opus de Clément et Kaufmann explore en définitive la multiplicité des conceptions théoriques de l’esprit en sociologie.

  • 5  Raymond Boudon, Essais sur la théorie générale de la rationalité, Paris, PUF, 2007.

3La première partie de l’ouvrage fait la part belle aux tenants des « approches cognitives du social », perspectives théoriques qui tentent de concevoir « jusqu’où le social peut être cognitif ». Parmi les auteurs réunis sous cette appellation, on retrouve évidemment en chef de fil Raymond Boudon et son individualisme méthodologique d’inspiration wéberienne. Pour les connaisseurs de l’oeuvre de Boudon, le chapitre présent dans l’ouvrage ne possède pas un intérêt majeur puisqu’il constitue en réalité une rapide synthèse de sa théorie générale de la rationalité5. Il permettra toutefois aux personnes peu familières de son oeuvre de découvrir l’originalité d’une pensée sociologique centrée sur la rationalité au sens large et les « raisons d’agir » des individus. Autre perspective, celle de Gérald Bronner qui aborde sous un regard plus critique les « approches cognitives du sociales » mettant en garde contre une forme de réductionnisme qui viserait à rendre soluble « l’acteur social » dans les trames cognitivistes. Enfin, Fabrice Clément propose de son côté, une excellente relecture des postulats cognitifs sous-tendant les grandes théories sociologiques des pères fondateurs (Weber, Durkheim, Tarde et Pareto) et des penseurs contemporains (Boudon, Bourdieu, Sperber et Descombes). Clément s’engage au final dans une conception intégrative de ces différentes conceptions de l’esprit humain qui structurent en arrière-plan les grandes théories sociologiques, en tentant de les réconcilier dans une « vision stratifiée » des processus cognitifs guidant l’action des individus. À notre sens, ce chapitre mérite à lui seul la lecture de l’ouvrage, car il propose plusieurs pistes de réflexion extrêmement fructueuses sur le caractère polyforme et intercontextuel des mécanismes cognitifs.

4La seconde perspective théorique présentée dans l’ouvrage est celle des « approches sociales de l’esprit ». Elles tendent à faire une place plus élargie au social dans la compréhension de la cognition. Dans une démarche symétriquement inversée à celle des approches présentées dans la première partie, il s’agit ici pour les tenants de cette perspective théorique de comprendre « jusqu’où la cognition peut être sociale ». C’est bien les dimensions sociales et collectives de la cognition humaine qui sont ici mises au centre des préoccupations chez les auteurs concernés. Pour ces derniers, les perceptions, dispositions ou encore habitus qui guident l’action des individus doivent être envisagés comme le fruit d’un long processus de construction sociale. Il s’avère dès lors très difficile pour les tenants de ces « approches sociales de l’esprit » de trouver un terrain de dialogue avec des sciences cognitives qui tendent à fortement naturaliser en dehors du monde social les mécanismes de fonctionnement de l’esprit humain. Dans son chapitre Bernard Lahire défend pour sa part une sociologie dispositionnaliste et contextualiste faisant de l’action la rencontre entre des dispositions socialement incorporées par un individu en vertu de son histoire personnelle et leur actualisation dans un contexte d’interaction particulier. Cette perspective refuse donc une universalisation des schèmes cognitifs au profit d’une approche en terme de socialisation de l’esprit. C’est dans cette même perspective que s’inscrivent le chapitre de Asia Friedman centré autour d’une compréhension des logiques de socialisation et de filtrage de la perception individuelle, tout comme les chapitres de Bernard Conein sur les logiques catégorielles de la perception, de Louis Quéré autour d’une sociologie phénoménologique et de Cyril Lemieux qui introduit les notions « d’épreuve » et « d’activités de jugement » dans une perspective sociologique fortement inspirée des travaux de Luc Boltanski et Laurent Thévenot.

  • 6 Aaron V. Cicourel, « Cognitive/affective processes, social interaction, and social structure as rep (...)

5Finalement, la dernière perspective théorique présentée dans l’ouvrage s’ancre dans les « approches de la cognition sociale ». Ces approches visent en quelque sorte à intégrer les deux volets — mental/individuel et social/collectif — dans la compréhension de la cognition humaine. S’inscrivant dans une lecture environnementaliste de la cognition, le chapitre de Christophe Heintz aborde une cognition qui se veut tant interne à l’individu dans une forme d’architecture cérébrale qu’externe, car ancrée dans une architecture sociale des représentations. Sans doute plus complexe à comprendre cette « sociologie de la cognition distribuée » permet d’appréhender les bases matérielles de la cognition au travers des apports de la psychologie cognitive. Patrick Pharo prolonge de son côté ces voies théoriques dans une perspective plus collective autour d’une « sociologie morale » qui met au centre de ses questionnements l’expérience des libertés, des contraintes ainsi que celle de l’ordre normatif sous-tendant les actions de la vie courante. Enfin, c’est un texte d’Aaron V. Cicourel traduit de l’anglais6 sur les dimensions interactionnistes des processus cognito-affectifs qui vient clôturer cette troisième partie de l’ouvrage.

6En conclusion, le livre de Fabrice Clément et Laurence Kaufmann s’avère d’un grand intérêt dans la mesure où il réunit des auteurs unanimement reconnus pour leurs travaux et réflexions dans le champ de la « sociologie cognitive ». Permettant d’entrevoir les lignes de débats entre partisans d’un « cognitivisme fort » ou à l’inverse d’un « cognitivisme faible » en sociologie, cet ouvrage constitue une assise synthétique pour explorer les lignes de fracture, les perspectives et les potentialités futures de ce vaste programme de recherche. Sans doute aride pour un lecteur non familier avec la littérature scientifique sur la cognition, l’ouvrage permettra néanmoins aux plus curieux et aux plus patients de découvrir la richesse et la fécondité des questionnements actuels.

Haut de page

Notes

1  C’est au sociologue américain Aaron V. Cicourel que l’on doit la paternité du terme de « sociologie cognitive ». Voir : Aaron V. Cicourel, Cognitive sociology. Language and meaning in social interaction, New York, Free Press 1974.

2  Mark Turner, Cognitive Dimensions of Social Science, Oxford, Oxford University Press, 2001.

3  Jean-Hugues Déchaux, « Un tournant cognitiviste en sociologie? Contributions et débats », Revue française de sociologie, vol.51, n.4, 2010

4  Bernard Lahire et Claude Rosenthal, La Cognition au prisme des Sciences sociales, Paris, PUF, 2008. Voir également le numéro consacré de la RFS : « Un ‘tournant cognitiviste’ en sociologie? », Revue française de sociologie, vol.51, n.4, 2010

5  Raymond Boudon, Essais sur la théorie générale de la rationalité, Paris, PUF, 2007.

6 Aaron V. Cicourel, « Cognitive/affective processes, social interaction, and social structure as representational re-descriptions : their contrastive bandwichs and spatio-temporal foci», Mind and Society, vol.5, n.1, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Ducol, « Fabrice Clément, Laurence Kaufmann, La sociologie cognitive », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 28 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/8798

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Ducol

Auxiliaire de recherche, chaire de recherche du Canada sur les conflits identitaires et le terrorisme, Programme Paix et sécurité internationales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page