Navigation – Plan du site

Henri Pascal, La construction de l'identité professionnelle des assistantes sociales. L'Association nationale des assistantes sociales (1944-1950)

Nancy Terrisse et Stéphanie Vallée
La construction de l'identité professionnelle des assistantes sociales
Henri Pascal, La construction de l'identité professionnelle des assistantes sociales. L'Association nationale des assistantes sociales (1944-1950), Rennes, Presses de l'EHESP, coll. « Politiques et interventions sociales », 2012, 276 p., ISBN : 978-2-8109-0072-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Henri Pascal est sociologue, a été formateur et est auteur d’articles et coauteur de livres sur le (...)

1L’ouvrage d’Henri Pascal1 présente une étude historique riche, passionnante et étayée des archives de la principale association professionnelles des assistants de service social (ANAS). L’auteur choisit de s’arrêter sur la période allant de 1944 (date de l’assemblée constitutive de l’association) à 1950 (date qui marquera l’élaboration d’un premier code de déontologie de la profession). Au fil des six chapitres sont évoqués le contexte et les principes fondateurs de l’association (chapitre I et II), son expansion rapide et ses activités diversifiées (Chapitre III), les chantiers les plus investis durant cette période (la protection du titre et l’élaboration du code de déontologie - chapitre IV) ; Puis, dans ce contexte de développement, les relations de l’association avec les pouvoirs publics, les autres instances représentatives et les échanges internationaux sont abordées (chapitre V et VI). Dans la conclusion de l’ouvrage, l’auteur renforce la thèse développée et illustrée dans les différents chapitres : l’ANAS a eu un rôle capital dans la construction de l’identité professionnelle des assistants de service social en agissant sur tous les aspects définissant la professionnalité.

2En filigrane, les portraits et les activités des aînées du service social en quête d’identité s’esquissent et réveillent chez les lecteurs avertis les fondements de leurs motivations à exercer la profession d’assistant(e) de service social.

  • 2  Face aux besoins en période de guerre, des professionnelles peu formées avaient exercé sous le tit (...)
  • 3  Pour majorité les assistantes sociales œuvrent pendant la période de guerre pour le Secours Social (...)
  • 4  L’origine sociale des assistantes sociales, pour l’essentiel issues des milieux bourgeois et catho (...)

3Au sortir de la guerre, la profession doit faire face à différentes tensions internes et externes. Elle doit s’affranchir du secteur médical. Elle cherche à légitimer sa formation et sa spécificité d’exercice2. Cette recherche de légitimité concerne également son action3 et sa représentation4. La naissance des grandes institutions de protection collective va également modifier profondément la configuration de l’emploi (diversification et majorité d’emplois publics ou parapublics).

4L’ouvrage décrit de manière détaillée comment les pionnières de l’association, au lendemain de sa création, ont su recenser de manière méthodique toutes les assistantes sociales diplômées et s’implanter par délégations sur tout le territoire. Cela a permis de rassembler, dans un premier temps autour de la défense du titre professionnel, les assistantes sociales alors dispersées dans différentes instances syndicales, fédérations ou unions confessionnelles. En 1945, un an après sa création, l’association regroupe ainsi de « 58 % à 77 % » des professionnelles. Cette expansion rapide et l’intérêt de l’association pour tous les secteurs de la professionnalisation ne se feront pas sans tensions avec les autres instances représentatives de la profession.

5Les ambitions et principes de l’association sont alors les suivants : L’association est une étape vers la création d’un ordre reconnu par les pouvoirs publics. Dès sa création, elle se positionne comme une force de proposition légitime au regard du nombre de ses adhérents et souhaite s’imposer sur toutes les questions d’ordre général afin d’harmoniser les conditions d’exercice des professionnelles.

6Elle se veut indépendante de toute Institution. Elle fera d’ailleurs le choix d’être incarnée par Ruth Libermann (première présidente), jeune assistante sociale travaillant à la chambre des métiers et d’un financement reposant exclusivement sur les cotisations de ses adhérentes.

7Son organisation se veut démocratique. Implanté sur tout le territoire, le bureau permanent installé à Paris prône une communication ascendante via les délégations régionales. Enfin, l’ANAS s’inscrit dès ses débuts dans des échanges internationaux. Elle jouera d’ailleurs un rôle important dans la création de la Fédération internationale des travailleurs sociaux.

8Les préoccupations professionnelles des assistantes sociales relatées dans l’ouvrage via l’analyse des textes de l’association sont surprenantes d’actualité : usurpation du titre professionnel, enjeux de reconnaissance institutionnelle, risques d’instrumentalisation du service social, dérive vers une fonction de contrôle social, etc.

9Les premières aspirations de l’association autour de la défense du titre seront entendues. La loi du 8 avril 1946 introduira la protection du titre stipulant que nul ne peut occuper un emploi d’assistante sociale, ni faire usage du titre s’il n’est muni d’un diplôme d’Etat. Elle imposera également l’obligation de secret professionnel. Cette loi et la mise en œuvre d’un processus, avant la lettre, de « validation des acquis de l’expérience » alors appelé processus d’autorisation d’exercer contribueront au contrôle de l’accès à la profession.

10L’ANAS s’impose alors comme instance de recherche sur l’intervention pour les assistantes sociales notamment avec ses Congrès. Les prises de position de l’ANAS vont peu à peu dessiner sa vision du service social. L’association se positionne clairement contre le paternaliste, le conservatisme, l’alliance avec le patronat et vers une individualisation de l’action. Se dessinent également les tensions existantes entre les différents « pôles » du positionnement professionnel (place de l’usager, politiques sociales, cadre institutionnel, éthique professionnelle) : Les assistantes sociales œuvrent pour « ceux qui s’adressent à elles » et « non au service de ceux qui les rétribuent ». L’ANAS revendique une posture hors cadre : La profession d’assistante sociale est une « profession salariée qui présente un caractère libéral incontestable ».

11L’élaboration du code de déontologie en 1950, s’inscrit dans la stratégie de reconnaissance de l’association comme représentante de la profession et sera pensé comme un puissant levier à la création d’un ordre. Malgré une volonté tenace de reconnaissance légale, ce projet ultime n’aboutira cependant pas. Toutefois, ce code contribuera fortement à la normalisation des pratiques en délimitant explicitement les « sphères d’activités » de l’assistante sociale et reste encore aujourd’hui l’une des seules formes de théorisation de la pratique de la profession faisant incontestablement référence. On y retrouve les trois axes de la profession : en direction des personnes (l’aider « à utiliser au mieux ses conditions d’existence et à prendre conscience de ses devoirs et de ses responsabilités ») / en direction des employeurs (une fonction de conseil) / pour « l’intérêt général » (utiliser les constatations qu’elle fait dans son exercice professionnel).

  • 5  Devenu aujourd’hui Conseil Supérieur du Travail Social

12L’argument principal qui sera opposé à la création d’une instance régulatrice et disciplinaire concerne sa légitimité au regard du statut d’emploi des assistantes sociales : « Etant salariées, les assistantes sociales peuvent-elles bénéficier d’une institution telle qu’un ordre ? ». Le ministère optera pour la création d’un Conseil Supérieur du Service Social5, instance paritaire et consultative.

13L’ouvrage montre explicitement comment l’association s’est également positionnée, sans vraiment le revendiquer explicitement, comme un véritable syndicat de métier, cherchant à acquérir une forme de monopole de représentation de la profession. Cette volonté de représentation exhaustive se heurtera à l’ambition de l’association des travailleuses sociales (ATS), qui souhaitait rassembler « les travailleurs sociaux » en fédération, et à l’union catholique des services de santé et service sociaux (UCSS), qui voulait constituer une organisation professionnelle confessionnelle. De leur côté, les syndicats, pour l’essentiel la CGT et la CFTC, contesteront la « prétention » de l’association à se comporter comme un syndicat de métier. Les revendications d’autonomie et d’indépendance de l’ANAS face au statut de « travailleur social » que celle-ci jugeait « nébuleux » auront peut-être comme conséquence tardive d’ « isoler » la profession. Ainsi, malgré ses nombreuses collaborations avec les autres instances représentatives de la profession (comité d’entente), l’ANAS s’opposera à la possibilité de création d’une instance juridique qui l’aurait surplombée.

  • 6  Environ 45 600 assistants de service social actifs et 8700 étudiants en formation initiale en 2010 (...)

14Au terme de cette lecture, on ne peut que constater, comme le font D. Dubasque (ancien président de l’ANAS) et F. Léglise (vice-présidente de l’ANAS) dans la préface de l’ouvrage, que « les questions soulevées par nos aînées sont d’une étonnante modernité ». Ils poursuivent dans une vision que l’on pourrait trouver assez optimiste : « elles [les assistantes sociales] ont trouvé leurs propres solutions et ont su « tenir bon » de façon habile face à l’adversité ». Thèse qui peut ne pas emporter totalement la conviction du lecteur, notamment lorsque l’on pense à la souffrance professionnelle exprimée par nombre d’assistant(e)s de service social. Certains pourraient trouver aussi le caractère récurent de ces plaintes plutôt inquiétant. En dépit d’une omniprésence de l’ANAS dans la régulation des pratiques professionnelles par la référence au code de déontologie, la participation et l’adhésion à l’association ne semblent plus avoir la même vigueur que pendant la période étudiée par l’auteur. Nombre de professionnels, (et futurs professionnels), paraissent envisager l’ANAS comme une instance qui veille sur et pour eux. Certes, nous pouvons émettre l’hypothèse que l’affaiblissement de la mobilisation collective des assistants de service social résulte en partie de l’institutionnalisation de leur groupe professionnel dans le sillon des politiques sociales développées par l’Etat-providence. La comparaison est également relative au regard de l’augmentation de l’effectif de la profession6. Néanmoins, cet affaiblissement pose question. Est-ce le signe d’une « banalisation » du métier d’assistant de service social ou d’une « résignation apprise » ?

Haut de page

Notes

1  Henri Pascal est sociologue, a été formateur et est auteur d’articles et coauteur de livres sur le travail social

2  Face aux besoins en période de guerre, des professionnelles peu formées avaient exercé sous le titre d’assistante sociale

3  Pour majorité les assistantes sociales œuvrent pendant la période de guerre pour le Secours Social, organisme habilité du régime de Vichy

4  L’origine sociale des assistantes sociales, pour l’essentiel issues des milieux bourgeois et catholiques, sera remise en question.

5  Devenu aujourd’hui Conseil Supérieur du Travail Social

6  Environ 45 600 assistants de service social actifs et 8700 étudiants en formation initiale en 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nancy Terrisse et Stéphanie Vallée, « Henri Pascal, La construction de l'identité professionnelle des assistantes sociales. L'Association nationale des assistantes sociales (1944-1950) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 28 juin 2012, consulté le 25 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/8807

Haut de page

Rédacteurs

Nancy Terrisse

Formatrice à Institut de formation en Travail Social « Annette Grumbach », groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière (APHP)

Stéphanie Vallée

Doctorante contractuelle en sciences de l’éducation, Equipe « Apprenance et formation des adultes » (EA 1589), Université Paris Ouest Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page