Navigation – Plan du site

Michel Bideaux, Européens en voyage. 1500-1800. Une anthologie

Marie Villion
Européens en voyage. 1500-1800
Michel Bideaux, Européens en voyage. 1500-1800. Une anthologie, Paris, PUPS, coll. « Imago Mundi », 2012, 780 p., ISBN : 978-2-84050-766-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Michel Bideaux, Marie-Madeleine Fragonard (dir), Les échanges entre les universités européennes à (...)
  • 2  Louis-Antoine de Bougainville, Voyage autour du monde, Edition critique par Michel Bideaux et Soni (...)
  • 3  Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, (...)

1Entre 1500 et 1800, grâce à de multiples facteurs propices qui caractérisent les temps modernes, le voyage a connu un essor sans précédent et surtout, et c’est ce qui constitue la première particularité de la période, s’est diversifié de façon étonnante. Les voyageurs ont de multiples possibilités et raisons de partir, et leurs aventures deviennent des sujets de conversations très appréciés au sein de la haute société. Certains ont donc laissé une trace écrite de leur entreprise, et ont même voyagé dans le but de partager leurs expériences avec un public plus ou moins large mais passionné. Le récit de voyage s’est alors multiplié et a pris une place particulière dans la littérature. Michel Bideaux, professeur de littérature à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, soutient qu’il devient véritablement un genre à part entière, reconnu en tant que tel. L’auteur connaît déjà bien cette littérature de voyage qu’il a pu étudier et comprendre notamment au cours de travaux tels que Les échanges entre les universités européennes à la Renaissance1 ou l’édition critique réalisée avec Sonia Faessel du Voyage autour du monde de Louis-Antoine de Bougainville2. Il nous propose dans cette dernière publication une vaste anthologie du voyage des Européens à l’époque moderne, venant compléter les larges connaissances déjà apportées par des auteurs tels que Daniel Roche, Gilles Bertrand ou encore Jérémy Black3.

2Par une introduction courte mais efficace, l’auteur explique ses choix et ses prises de position dans la constitution de ce corpus de témoignages. Les récits de voyage doivent être un véritable outil de compréhension des hommes qui partent, mais également de ceux qui sont rencontrés au détour de leurs périples : ils doivent essayer de rester le plus juste possible dans leur regard sur la société et sur le monde environnant. L’auteur a également eu un souci réel de conserver la cohérence des chapitres ou des parties dans les extraits qu’il propose, afin de mieux pouvoir appréhender la pensée initiale des voyageurs.

3Malgré le nombre important de chapitres, 18 au total qui lui permettent de dresser un panorama global de tous les espaces du monde, de l’Europe jusqu’aux contrées les plus reculées telles que la Sibérie, l’Arctique ou même l’Antarctique, deux grandes étapes peuvent être mises en lumière. Ce sont d’une part, la préparation au voyage et le départ, et d’autre part la visite des lieux et les rencontres. Les récits de voyages appartenant au premier type sont surtout caractérisés par des conseils donnés aux futurs voyageurs. Les auteurs de cette littérature optent souvent pour un discours paternaliste, établissant une liste de conditions et d’obligations que celui qui aspire à se déplacer devra remplir. Ces conseils portent autant sur la préparation du voyage que sur le trajet en lui-même, un trajet bien souvent présenté comme très dangereux, difficile et inconfortable : il faut préparer le lecteur à une entreprise difficile. Le second type porte sur les différents lieux du voyage. L’Italie, terre de passage de nombreux circuits de l’époque moderne, tout comme la France, bénéficient chacune d’un chapitre spécifique. En réalité, les États européens ont une place plus importante, mais cela est évidemment aisé à expliquer : le nombre de voyageurs européens se déplaçant en Europe est beaucoup plus important qu’ailleurs.

4Grâce à la compilation intelligente de figures importantes du voyage de tous types, du marin au philosophe et du réformé au catholique, Michel Bideaux parvient à offrir une idée de tout ce qui constitue le voyage entre 1500 et 1800. Les différences dans la forme du témoignage sont soulignées : du journal à l’essai, tout comme le souci de ces voyageurs de laisser une trace de leur passage ou d’apporter des connaissances à leurs contemporains. Le chercheur a également mis en évidence les multiples appréhensions des trajets, des lieux visités et des populations rencontrées. Finalement, dans ces différents témoignages portant sur un espace, un continent, une État ou une société, certaines caractéristiques descriptives demeurent : les préjugés, les paysages, les produits, les populations (vêtements, coutumes, attitudes, nourriture, religion…), les manières de gouverner, les fêtes et spectacles, le commerce sont les points récurrents dans les écrits de ces explorateurs. L’apport d’images, quand cela a été possible, a une importance considérable dans la compréhension de la représentation que se faisaient les voyageurs.

5Une série de « notices bio-bibliographiques » vient compléter l’anthologie, qui permet de mieux situer les auteurs de ces témoignages et vient grandement compléter les paratextes très régulièrement présents avant les extraits proposés. La diversité des origines des voyageurs est alors évidente, bien que certaines figures telles que Fynes Moryson ou encore Michel de Montaigne qui ont été des écrivains beaucoup plus prolixes sur leurs aventures, prennent une place essentielle dans ce corpus.

6Finalement, ce travail immense mené par Michel Bideaux permet de comprendre véritablement pourquoi les hommes de l’époque moderne se sont lancés dans des expéditions difficiles, pourquoi ils ont souhaité voyager, découvrir et laisser une trace écrite de leurs déplacements. Les voyageurs entre 1500 et 1800 cherchent à connaître le monde pour mieux se connaître eux-mêmes ; ils tentent de trouver des explications à ce qu’ils voient en le comparant à ce qu’ils connaissent, à ce qu’ils sont. Michel Bideaux, dans cette anthologie, a mis en avant les intérêts des voyageurs qui peuvent différer selon les pays d’origine mais très légèrement, et leur perception du monde. Grâce à une série très hétérogène de témoignages, mais pourtant très bien agencés, il offre un outil de compréhension du monde tel que le perçoivent les Européens entre 1500 et 1800.

Haut de page

Notes

1  Michel Bideaux, Marie-Madeleine Fragonard (dir), Les échanges entre les universités européennes à la Renaissance – Colloque internation, Valence 15-18 mai 2002, Paris, Droz, 2004.

2  Louis-Antoine de Bougainville, Voyage autour du monde, Edition critique par Michel Bideaux et Sonia Faessel, Paris, PUPS, 2002.

3  Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003 ; Gilles Bertrand, La culture du voyage. Pratiques et discours de la Renaissance à l’aube du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Jérémy Black, Europe and the World, 1650-1830, New-York, Routledge, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Villion, « Michel Bideaux, Européens en voyage. 1500-1800. Une anthologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 juillet 2012, consulté le 30 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/8812

Haut de page

Rédacteur

Marie Villion

Doctorante contractuelle en histoire moderne, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC) Université de Nice Sophia Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page