Navigation – Plan du site

Chantal Aspe, Marie Jacqué, Environnement et société. Une analyse sociologique de la question environnementale

Corinne Delmas
Environnement et société
Chantal Aspe, Marie Jacqué, Environnement et société. Une analyse sociologique de la question environnementale, Maison des Sciences de l'Homme, Éditions Quae, coll. « Natures sociales », 2012, 272 p., ISBN : 9782759216925.
Haut de page

Texte intégral

1La question environnementale est abordée ici comme construction sociale, scientifique, économique et politique. Sept chapitres éclairent sa constitution en « enjeu incontournable » (p. 9) et en problèmes d’action publique.

2Le premier chapitre présente l’émergence de la question environnementale, en orientant le regard sur les mouvements sociaux. Si de nouvelles revendications liées à la « protection de la nature » pointent à la fin des années 1960, il s’agit moins de préserver la nature que de d’établir « un rempart contre la société industrielle » ; la politique de protection de lieux non investis par l’industrie et l’urbanisation devient alors un des axes prioritaires de l’action publique (p. 19). De nouveaux modes d’appropriation symbolique de l’espace se distinguent des usages paysans ; les défenseurs de la nature s’opposent aux adeptes des anciennes pratiques rurales. Au cours de la décennie suivante, une contestation environnementale protéiforme s’affirme. L’ensemble des mouvements mobilisés témoignerait « de l’émergence et du développement social d’une nouvelle pensée interactionniste et systémique, qui sera reprise par le mouvement écologique et qui se résume en partie par le slogan idéologique qui leur sert de base d’action : “Penser globalement, agir localement”. » (p 34). La crise écologique envisagée par ces groupes contestataires prend une nouvelle ampleur dans les années 2000. La contestation s’articule désormais autour des modes de vie et de consommation : chacun est invité à transformer son quotidien afin de peser sur le changement dans un contexte marqué par l’acceptation quasi-généralisée de la protection de l’environnement.

3Le deuxième chapitre montre comment le mouvement d’écologie politique s’est constitué en France à partir de deux grands mouvements de pensée, de protection de la nature et de contestation de la société capitaliste et industrielle. L’essor des couches moyennes, trouvant dans l’environnement un lieu de construction identitaire et d’émancipation individuelle, a été essentiel. L’action associative, à l’origine basée sur une contestation des formes de développement choisies, se déplace toutefois vers les domaines de la médiation et de l’expertise, le renouvellement du militantisme se transformant progressivement en exigence de participation aux lieux de décision. En effet, l’organisation d’instances délibératives amène le milieu associatif à se spécialiser et suscite l’émergence d’experts capables de maîtriser procédures et débats. L’expertise permet la reconnaissance, à l’échelle locale, d’acteurs associatifs référents et spécialistes. L’intervention des associations, devenues de nouveaux conseillers des collectivités territoriales, se déplace peu à peu vers un rôle d’animateur et de « garant démocratique » de la concertation. Ce recours à l’expertise associative s’explique par les nouvelles compétences déléguées aux collectivités territoriales dans le domaine de l’environnement, qui nécessitent des connaissances et des savoirs techniques.  Spécialisée, l’intervention associative devient « de plus en plus codifiée et normalisée s’appuyant sur des outils de communication et des référents partagés avec les pouvoirs publics » (p. 80). L’enjeu d’expression citoyenne directe laisserait ainsi place « à la constitution d’un corps intermédiaire supplémentaire, se posant comme garant de la représentativité citoyenne » (p. 82).

4Le chapitre suivant rappelle les tâtonnements de la prise en charge publique de l’environnement. Issu du domaine de l’art (l’environmental art), le terme est porteur de contenus variés (déchets, regards sur la société de consommation, espace). Ainsi, le département de l’environnement s’affirme en s’appuyant sur des réseaux scientifiques et militants, et en empruntant des prérogatives à d’autres ministères. Instable, faiblement doté en moyens financiers, il n’est véritablement pourvu de structures déconcentrées qu’à partir des années 1990, où ses domaines d’intervention se démultiplient, jusqu’à couvrir « un champ si large qu’il paraît de plus en plus difficile de lui trouver un contenu spécifique » (p. 93). Les discours et pratiques gestionnaires se développent tandis que le « paysage » devient un nouveau terrain d’action publique. Les politiques environnementales tendraient ainsi à concilier pratiques productives et préservation de la nature. Cette évolution se conclut par la disparition de l’environnement au profit du « développement durable », qui « se présente comme un cadre pour la valorisation d’une posture de social scientist », c’est-à-dire d’une forme d’ingénierie sociale particulièrement adoptée par une part croissante de représentants des sciences sociales accédant au statut d’expert environnemental. Confier à ce ministère l’orientation du développement de la société peut par ailleurs être perçu comme « une façon habile de la part des dirigeants gouvernementaux, de ne donner à cette notion qu’une portée relativement faible, la reléguant dans des politiques annexes » tandis que la disparition de la notion globalisante d’environnement laisserait envisager un morcellement déniant au développement durable toute portée contestataire (p. 104).

5La question de l’expertise est au cœur de l’ouvrage. Le chapitre 4 éclaire à cet égard la sollicitation des juristes et des économistes par les pouvoirs publics, dès les années 1970. L’essor d’un droit de l’environnement révèle des changements majeurs dans la représentation de la nature, perçue moins comme une ressource que comme un patrimoine et un milieu de vie. Ces évolutions se traduisent par une progressive prise en compte de la « pollution invisible », perceptible seulement par l’intermédiaire d’une connaissance scientifique. S’opère ainsi un rapprochement entre les démarches scientifique et gestionnaire ; « le droit de l’environnement légitime les données issues des connaissances scientifiques en s’appuyant sur elle pour légiférer » (p. 121). Le rôle joué dans l’élaboration de nouvelles normes par les acteurs locaux et par les services d’Equipement mis à leur disposition, est également souligné. Le chapitre se conclut sur la contribution des économistes à la définition patrimoniale des ressources naturelles. L’environnement fait désormais l’objet d’une gestion économique ; intégré à la production et contribuant au chiffre d’affaires des entreprises, il est devenu un paramètre de croissance. « Au domaine du traitement des pollutions devenu un pan à part entière de l’économie, s’ajoutent les activités touchant aux économies ou la production alternative d’énergie qui constituent des secteurs en pleine croissance » (p. 137). Le débat politique sur les liens entre développement et environnement est toutefois loin d’être clos, des approches critiques et radicales s’exprimant pour souligner les liens entre écologie et inégalités, voire pour appréhender la crise écologique comme le signe d’une contradiction majeure du capitalisme contemporain.

6L’influence exercée par l’écologie scientifique fait l’objet du chapitre suivant. Les auteures présentent l’action des naturalistes et soulignent le rôle essentiel de la recherche dans la construction d’une « approche complexe de la réalité » (p. 143) et d’un nouveau mode de pensée, plus systémique. L’entrée des sociologues dans les programmes internationaux de recherche qui se développent, et l’interdisciplinarité promue entre sciences de la nature et de la société, sont toutefois difficiles. Plusieurs périodes peuvent, à cet égard, être distinguées. Les années 1990 sont marquées par la constitution progressive d’un milieu d’interconnaissance qui favorise le côtoiement pluridisciplinaire, tout en engendrant des effets non prévus par les programmes de recherche : « les scientifiques et leurs discours divergents sont devenus objets d’analyse pour les sociologues », ce qui soulève la question de l’enrichissement des connaissances des autres disciplines dans la compréhension du social, « tout en resituant celle-ci comme produit social sous-tendant des stratégies d’acteurs » (p. 173). De plus, l’approche analytique et réflexive du sociologue s’oppose parfois aux désirs des décideurs politiques.

7Le recours à l’expertise serait finalement devenu un nouveau mode de gouvernement. Le chapitre 6 montre combien l’émergence de la notion de « risque », dans les années 1990, contribue à l’essor d’un domaine gestionnaire et à l’apparition de la figure de l’expert. Les problèmes environnementaux, requalifiés en risques, sont intégrés dans une démarche de prévention par des outils gestionnaires et techniques. Un renversement du rôle de l’expertise scientifique s’opère, de la dénonciation des causes à la gestion des conséquences. « Si, dans un premier temps, le discours environnemental s’est construit en référence à des éléments visibles de pollution et de détérioration de la nature, l’intégration et la normalisation de l’environnement s’exercent par une formalisation de l’« invisible » à travers des outils scientifiques et technologiques de plus en plus performants » (p. 193), la pollution moderne devenant inaccessible au « profane ». L’essor de l’expertise gouvernementale aurait donc pour conséquence, la « scientifisation du politique » et la « déqualification du regard profane » ; c’est dire les enjeux d’une démocratisation de l’expertise. Les sciences humaines et sociales occupent pour leur part un positionnement difficile ; elles sont en effet de plus en plus mobilisées pour mesurer le degré d’adhésion des individus aux politiques de prévention, et contribuer à la diffusion des « bons comportements ». L’essor d’une sociologie du risque serait révélateur de la structuration de nouveaux domaines d’action mais aussi de cette normalisation des pratiques sociales.

8Le dernier chapitre, consacré à la formation de l’éco-citoyen, conclut à « l’intégration idéologique de la question environnementale » (p. 214). À partir des années 1990, les activités pédagogiques se recentrent autour de l’explication et de la valorisation de techniques gestionnaires (tri, traitement des déchets, de l’eau et de l’air…), corrélativement à la professionnalisation et à la technicisation du domaine de l’environnement. Le mouvement associatif d’éducation à l’environnement contribue à la construction d’une morale écologique qui s’inscrit dans « un mouvement plus large de dépolitisation des questions économiques et sociales par une moralisation des modes de production et de consommation » (p. 233). Le modèle de développement n’est pas remis en cause pas les revendications contemporaines de décroissance.

9Cet ouvrage de synthèse peut s’avérer particulièrement utile aux étudiants et aux chercheurs, mais aussi aux professionnels et aux décideurs intéressés par ces questions. Il éclaire les dynamiques contemporaines affectant les politiques environnementales, et les illustre par plusieurs exemples issus pour certains des recherches des deux auteures, en soulevant de nombreuses interrogations. Si, sur un plan formel, on peut regretter son caractère un peu impressionniste, ses chapitres étant indépendants les uns des autres, plusieurs fils conducteurs (dont le mouvement de balancier entre critique et adaptation et une tendance à la normalisation sociale) contribuent à rendre l’ensemble cohérent et percutant. Certes, la largeur de la focale adoptée peut susciter des frustrations chez le lecteur. Si l’ouvrage aborde de nombreux aspects de la question environnementale et s’il s’avère souvent très convaincant sur les questions d’expertise et de gestion des risques, il traite comparativement peu du mouvement écologiste en tant que force politique instituée, mouvement assez vite évacué en ce qu’il n’aurait eu en France qu’un impact idéologique limité. L’intervention citoyenne, qui tendrait elle-même à se normaliser, et la question de la démocratisation de la science, auraient également mérité d’être davantage évoquées. Par ailleurs, ce livre, s’il mentionne le rôle des organisations internationales, traite essentiellement du cas français ; quelques éléments de comparaison auraient été bienvenus. Mais l’ouvrage ne peut évidemment prétendre à l’exhaustivité des très nombreux travaux consacrés à l’environnement. Cette lecture historique et sociologique apporte un éclairage stimulant sur le changement social dont la question environnementale constitue un indicateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Chantal Aspe, Marie Jacqué, Environnement et société. Une analyse sociologique de la question environnementale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 juillet 2012, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/8825

Haut de page

Rédacteur

Corinne Delmas

Maître de conférences à l'Université Lille 2 et membre du CERAPS (Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales, UMR 8026 CNRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page