Navigation – Plan du site

Michaël Oakeshott, Du conservatisme

Eric David
Du conservatisme
Michaël Oakeshott, Du conservatisme, Paris, Éditions du Félin, coll. « Le félin poche », 2012, ISBN : 9782866457709.
Haut de page

Texte intégral

1« Conservateur, voilà un mot qui commence bien mal » disait Thierry Maulnier, lui-même intellectuel plutôt enclin au… conservatisme ! Est-ce à dire, par ce clin d’œil teinté d’ironie, que la notion de « conservatisme » n’a pas bonne presse en France ?

2C’est ce que sous-entend Adrien Guillemin qui préface l’édition du texte du philosophe anglais Michaël Oakeshott (1901-1990), intitulé Du Conservatisme (On being conservative).

3Auteur méconnu en France, l’œuvre de M. Oakeshott est aussi « très largement ignorée », notamment l’opus mentionné ci-dessus. À l’origine de cet essai « simple » et « intuitif », il y a une conférence donnée à l’Université de Swansea (Pays de Galles) en 1956 : celle-ci fut publiée pour la première fois en 1962, mais ce n’est qu’aujourd’hui qu’on la découvre traduite en français sous l’autorité de Jean-François Sené. Pourtant, elle est une référence majeure de la pensée conservatrice britannique du XXe siècle : comment expliquer cette méconnaissance ?

4Selon son préfacier, cette lacune proviendrait essentiellement « du malentendu qui continue de frapper la notion de conservatisme en France », trop hâtivement réduite au champ politique, moral ou social et surtout trop facilement assimilée à une posture dogmatique tendant au refus de toute évolution ou progrès. Les clichés paraissent donc avoir la vie dure, particulièrement en France où l’on n’a pas vu que le « conservatisme » dont il était question ici ne relevait pas d’une doctrine politique ou sociale défendant certaines idées ou valeurs, mais plutôt d’une « disposition à penser ou agir ». À ce titre, il est utile de rappeler que M. Oakeshott ne fut « pas un théoricien du conservatisme, mais seulement un philosophe dont l’ambition était de donner un sens au monde » et à sa complexité.

5Le « conservatisme » de M. Oakeshott doit d’abord s’entendre, non comme une croyance ou une doctrine, mais comme une disposition. Une disposition à certaines pensées ou comportements, comme par exemple employer et apprécier ce qui est disponible plutôt que souhaiter quelque chose d’autre. Ou encore, estimer le présent en raison de son caractère familier. Être conservateur revient ici à préférer le familier à l’inconnu, le réel au possible, le proche au lointain, le convenable au parfait. Il y a donc une certaine attitude à adopter à l’égard du changement et de l’innovation pour préserver son identité, car la perte de familiarité est certainement la plus coûteuse.

6Pourtant, M. Oakeshott observe une tendance des sociétés actuelles à valoriser l’esprit progressiste souvent associé, à tort ou à raison, au changement et à l’innovation. Le changement renvoie à des circonstances auxquelles nous devons nous accommoder : il est donc une menace pour l’identité. Les changements étant subis, un homme au tempérament conservateur (donc fortement disposé à préserver son identité) ne saurait y rester indifférent car le changement est ressenti comme une privation, un signe d’extinction.

7L’innovation, elle, est une idée impliquant une amélioration. Mais pour le conservateur, toute innovation ne signifie pas nécessairement progrès. En effet, innover est une entreprise équivoque car elle implique une « perte certaine » et un « gain possible », et vise plus un défaut spécifique qu’une amélioration générale. Or, le conservateur croit qu’on ne saurait sacrifier à la légère un « bien connu » pour un « mieux inconnu ». Et plus généralement, on peut convenir que les êtres humains préfèrent la sécurité au danger, même s’il existe un préjugé positif en faveur de ce qui n’a pas encore été essayé. Au final, il est conseillé d’appréhender les situations en termes gradués et relatifs, ainsi que d’apprécier les choses plutôt qu’à les exploiter.

8En matière politique, comment dès lors envisager cette disposition au conservatisme ? Tirer de l’œuvre de M. Oakeshott des préceptes en matière politique n’irait-il d’ailleurs pas à l’encontre de toute sa démarche philosophique ?

9Sur plusieurs aspects, sa réflexion permet de repenser les rapports entre l’Etat et l’individu, et de montrer que la politique est un balancement permanent entre deux tendances : l’association civile (societas) où l’Etat se limite à préserver la liberté d’entreprise et d’exercice ; et l’association de projet (universitas) où l’Etat assigne un objectif commun et mobilise l’ensemble de la société. Politiquement, le conservatisme de M. Oakeshott ne se fonde pas sur une loi naturelle et un ordre providentiel. Le rôle de l’Etat -modeste- est de préserver les conditions de libre exercice des activités de chacun, le gouvernement se limitant à perpétuer les règles générales de conduite par l’établissement de liens juridiques. D’ailleurs, le philosophe anglais réfute l’idée selon laquelle le conservatisme serait lié à certaines croyances religieuses. Pour lui, le conservatisme est lié à l’acte de gouverner, c’est-à-dire à une « activité spécifique et limitée » dont le but est de préserver les règles générales de conduite : celles-ci se comprennent comme des instruments permettant aux gens de poursuivre les activités de leur choix avec un minimum de frustration. La charge de gouverner est donc simplement de « régir », c’est-à-dire d’élaborer des règles générales de procédure à tous les sujets sans distinction. Loin de renvoyer à la vision d’un monde autre et meilleur, le gouvernement conçu par le conservateur n’ambitionne pas la recherche de la Vérité ou de la Perfection. Gouverner ne signifie pas se soucier du Bien et du Mal, mais plus prosaïquement s’occuper d’activités potentiellement conflictuelles afin de préserver la paix entre ses sujets pour qu’ils puissent s’adonner aux activités dans lesquelles ils ont choisi de s’épanouir. Le gouvernement fournit des règles de conduite : la familiarité est alors, de ce point de vue, une vertu primordiale.

10Autrement dit, pour le conservateur, la politique est avant tout une activité qui tend plus vers un ensemble valable d’outils rénové de temps à autre (et maintenu en bon état) qu’une opportunité de rééquipement permanent. Les innovations, conçues pour répondre à des situations purement hypothétiques ne l’intéressent donc pas. Le but d’un gouvernement est d’introduire un élément de modération dans les activités d’individus trop passionnés. Pacifier, réconcilier, réguler : M. Oaekshott en déduit que la politique est une activité inadaptée aux jeunes car les années de jeunesse révèlent une « démence délicieuse » où la violence des émotions est irrésistible.

11Philippe Beneton (Le Conservatisme, Puf, 1988) avait noté que d’une étude à l’autre, le qualificatif conservateur n’avait pas exactement le même sens, ni toujours la même origine ou les mêmes représentants : le philosophe britannique illustre bien ce propos. En effet, loin de toute nostalgie passéiste, le conservatisme de M. Oakeshott est assez singulier et même inattendu dans sa formulation. Les esprits français épris de progressisme trouveront probablement sa démonstration d’ensemble assez terne, voire sans envergure au regard de la « générosité » qui structure, en général, des pensées utopistes toujours soucieuses d’édifier de vastes systèmes perfectionnés.

12Au contraire, la voie proposée par le Britannique est celle d’un réformisme en continu, destiné à rendre les changements moins brutaux. Résolument ancrées dans le réel, les perspectives de M. Oakeshott apparaîtront sans doute timorées, étriquées et peu ambitieuses au vu de ses concurrentes progressistes. On ne doit alors pas s’étonner que sa pensée -où prime l’intuition- s’abstienne de toute conceptualisation. Méfiant à l’encontre des idéologies (rationalistes) en politique, c’est sur un « empirisme rigoureux » que s’appuie le Britannique. Pas de projets grandiloquents pour l’humanité et un scepticisme marqué à l’égard des initiatives de l’Etat qui visent à améliorer la société. La pensée de M. Oakeshott est assurément prudente et prévenante, voire préventive : « la conjonction du rêve et de l’autorité génère la tyrannie » dit-il. À méditer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric David, « Michaël Oakeshott, Du conservatisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 juillet 2012, consulté le 26 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/8835

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page