Navigation – Plan du site

Michaël Meyer, Médiatiser la police, policer les médias

Lionel Francou
Médiatiser la police, policer les médias
Michaël Meyer (dir.), Médiatiser la police, policer les médias, Lausanne, Éditions Antipodes, coll. « Médias et Histoire », 2012.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  On retrouve ainsi, pêle-mêle, des officiers de police ou de gendarmerie (3), un photographe, des c (...)
  • 2  Cet ouvrage s’inscrit dans la collection Médias et histoire qui « est ouverte à toutes les approch (...)
  • 3  Cf. la table des matières de l’ouvrage, http://www.antipodes.ch/medias-et-histoire/195-mediatiser- (...)
  • 4  Interview radio de Michaël Meyer, Médialogues, La 1re, RTS (Radio Télévision Suisse), http://www.r (...)
  • 5 Idem.

1Le titre de cet ouvrage collectif souligne l’intérêt porté tant aux médias, à travers la place qu’ils accordent à la police, qu’à la police elle-même. Celle-ci endosse un rôle nouveau de communiquant et s’interroge sur son rapport aux médias et au public, tandis que les représentations qui en sont diffusées ne sont pas sans effet « sur l’organisation, les discours et les pratiques du travail policier » (p. 17). L’interdisciplinarité1 de l’ouvrage va de pair avec le mélange d’approches dia- et synchroniques2, ainsi qu’avec la diffusion de témoignages d’acteurs de terrain3. Il s’agit d’un ouvrage qui participe à un mouvement plus large de reconnaissance de la police comme objet digne d’être étudié par les sciences sociales et qui « ouvre la voie, mais appelle déjà à des suites dans le champ des rapports dynamiques et circulaires entre groupe professionnel, communication et médias » (p. 17). Une place importante, mais pas exclusive, est donnée à la Suisse et à la ville de Lausanne ; la Suisse romande étant caractérisée par les nombreuses productions audio-visuelles réalisées par la police4. La question des réseaux sociaux n’a pas été abordée dans cet ouvrage, étant donné son ampleur, mais est une « piste de recherche qui doit être explorée »5.

  • 6  La campagne de recrutement de la police cantonale vaudoise fait écho aux réseaux sociaux et à l’im (...)
  • 7  Interview radio de Michaël Meyer, Médialogues, La 1re, RTS (Radio Télévision Suisse), http://www.r (...)

2L’étude de la police nécessite de se mettre suffisamment à distance et de tenir compte de l’influence d’ « un vaste ensemble d’images (…) d’émotions et de stéréotypes » (p. 6) découlant de sa visibilité dans les médias, dans « tous les genres et tous les supports » (p. 7), qui s’est accrue, durant les vingt dernières années. On est, aujourd’hui, dans un « contexte de profusion médiatique sur et par la police » (p. 9) ; les médias surinvestissent la police et celle-ci va, à son tour, à l’assaut des médias. Elle communique afin de contrôler et d’améliorer son image ; pour ce faire, elle reprend « certaines tendances médiatiques dans la présentation d’elle-même qu’elle propose au public » (p. 7), notamment dans ses campagnes de recrutement6. Depuis une dizaine d’années, on a pu observer le passage d’une « communication réactive » (réponse aux demandes des journalistes) à une « communication proactive » et professionnalisée où la police, à son tour, produit et diffuse des messages et des supports. La police est désormais capable de fournir « un produit qui est tout à fait média-compatible, qui est adapté au format médiatique attendu et qui, souvent, est repris en l’état ou repris de manière, disons, très directe par le monde des médias »7.

3La police occupe une place importante dans les fictions, qu’il s’agisse de romans, films, séries TV, etc., au point que le grand public est familiarisé à celle-ci par ce biais. En effet, la majorité des individus a peu affaire à la police et se l’imagine en fonction de ces représentations qui vont « remodeler » (p. 14) les perceptions et situations dans la réalité. En effet, le « double médiatique du policier » (p. 10) que les individus connaissent bien mieux que le vrai policier influence les rapports quotidiens avec la population ; les policiers sont « confrontés » à ces références, à ce double (p. 93) qui traverse le temps en étant représenté avec une certaine « continuité » (p. 99).

4Différentes contributions s’intéressent de près à la façon dont l’univers policier peut être perçu et représenté, notamment à travers l’enjeu de la vulgarisation des connaissances relatives aux techniques criminelles, ou par la valorisation artistique de photographies de scènes de crime, mais aussi à travers les campagnes de communication et de recrutement de la police et les fictions télévisées, comme Plus belle la vie, qui aménagent l’image de la police pour « satisfaire différents types de public (…) [et] maintenir un niveau élevé d’audience » (p. 83). Les médias d’information peuvent diffuser une image bienveillante de la police, légitimant son travail, ou a contrario une critique de celle-ci, ce qui amène le policier à se méfier du « traitement médiatique de son travail » (p. 103). De plus, l’évolution de la société a conduit à ce que quelques policiers qui observent une population nombreuse soient, à leur tour, observés par celle-ci ; c’est une « profession projetée sur le devant de la scène médiatique et placée sous le regard et le débat publics » (p. 163). Pour gérer son image, la police tend à privilégier « une stratégie de communication plus « transparente » et « proactive » » (p. 128), s’offrant les services de professionnels de la communication (journaliste, webmaster, etc.) afin de garantir « son rôle de définisseur primaire et de source officielle » (p. 141). À cela s’ajoutent une stratégie de proximité et une redéfinition des missions de police réorientées vers les contacts avec la population, comme c’est le cas aux Etats-Unis où le concept de community policing a fait son chemin. Ainsi, la police « doit travailler en partenariat avec d’autres acteurs publics ou privés, tout en veillant à être attentive aux demandes des citoyens » (p. 111).

5Ensuite, d’autres contributions concernent le groupe professionnel des policiers, son positionnement (politique) et ses revendications, ainsi que son rapport aux médias et à l’image, qu’il s’agisse d’être filmés lors d’une intervention par un quidam ou de critiquer des médias qu’ils jugent malveillants. La police peut jouer le rôle d’un véritable « entrepreneur de problèmes publics » (p. 128), à travers les statistiques et les discours qu’elle produit sur l’insécurité, notamment pour obtenir des financements supplémentaires. Paradoxalement, les policiers ne peuvent pas s’exprimer publiquement, notamment compte tenu de leur devoir de réserve ; tandis que, dans le même temps, l’institution policière communique plus que jamais. Les policiers ne souhaitent pas que leur image soit capturée et diffusée, afin de ne pas amenuiser la distinction entre leurs vies professionnelle et privée. Néanmoins, il n’y a pas de cadre légal qui leur donnerait le droit de protéger leur image lorsqu’ils agissent en tant que représentants des forces de l’ordre, en tant qu’agents représentant une institution. Les policiers, avec l’uniforme, « endossent du même coup l’image de la police, qui n’est pas souvent positive » (p. 158) et ils partagent un « consensus réprobateur » (p. 164) sur les médias de par le rôle que ceux-ci jouent (ou sont supposés jouer) dans leur réputation. On peut constater que les témoignages de policiers chargés des contacts avec la presse reflètent la qualité de la collaboration avec les journalistes, alors que les agents de terrain voient uniquement le produit fini et publié. De plus, leur socialisation professionnelle (qui est plus importante que celle des officiers responsables de la communication) les encourage à faire corps contre les médias.

6Si l’ouvrage rassemble des contributions hétérogènes qui peuvent sembler désarticulées à première vue, on voit apparaître, au fil de la lecture, une cohérence interne qui n’était pas garantie compte tenu de la diversité des approches et objets ainsi rassemblés. L’exercice est réussi et nous offre un cadre à la fois large et précis mettant au jour les liens qu’entretiennent médias et police.

Haut de page

Notes

1  On retrouve ainsi, pêle-mêle, des officiers de police ou de gendarmerie (3), un photographe, des chercheurs et professeurs en sciences de l’information et de la communication (1), sociologie (4), criminologie (1), linguistique (1), histoire (2) et sciences politiques (1).

2  Cet ouvrage s’inscrit dans la collection Médias et histoire qui « est ouverte à toutes les approches qui considèrent l’étude des représentations comme un moyen de comprendre la société, l’imaginaire collectif comme élément important de l’exploration historique et l’analyse de la réception comme un questionnement et une confrontation nourrissant la réflexion en histoire » (p. 2).

3  Cf. la table des matières de l’ouvrage, http://www.antipodes.ch/medias-et-histoire/195-mediatiser-la-police-policer-les-medias, consulté le 7 juillet 2012.

4  Interview radio de Michaël Meyer, Médialogues, La 1re, RTS (Radio Télévision Suisse), http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/medialogues/3913003-medialogues-du-24-04-2012.html, consulté le 7 juillet 2012.

5 Idem.

6  La campagne de recrutement de la police cantonale vaudoise fait écho aux réseaux sociaux et à l’imaginaire des séries télévisées, et va jusqu’à proposer un petit jeu permettant de se mesurer à ses amis, http://www.policier.ch/, consulté le 7 juillet 2012.

7  Interview radio de Michaël Meyer, Médialogues, La 1re, RTS (Radio Télévision Suisse), http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/medialogues/3913003-medialogues-du-24-04-2012.html, consulté le 7 juillet 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Michaël Meyer, Médiatiser la police, policer les médias », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 09 juillet 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/8852

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Étudiant en sociologie, master à finalité approfondie, UCL (Université catholique de Louvain)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page