Navigation – Plan du site

Gilles Delavaud (dir.), Permanence de la télévision

Jean-François Blanchard
Permanence de la télévision
Gilles Delavaud (dir.), Permanence de la télévision, Éditions Apogée, 2011, 205 p., ISBN : 9782843983924.
Haut de page

Texte intégral

1La perspective ouverte par les auteurs de La permanence de la télévision est celle de la continuité - sur pratiquement un siècle et demi - d’un désir d’ubiquité rendu possible par la technique. Ce désir de voir, d’entendre, de communiquer en s’affranchissant des contraintes de distance et de temps, conduit les usagers à rechercher - selon les moments - la liberté de l’autonomie individuelle ou le partage d’une communion événementielle collective. La télévision analogique, au sens strict, média de diffusion, ne représenterait qu’une parenthèse d’une cinquantaine d’années dans cette épopée.

2L’ouvrage coordonné1 par Gilles Delavaud montre que le numérique et ses applications : téléphone, télévision, ordinateur, plutôt que provoquer une rupture, ont permis de renouer avec les anticipations des inventeurs des téléphonoscopes, ou autres appareils de vision à distance. Dans une première partie est décrite l’évolution des médias, leur convergence - concrétisée par le triple play - qui entraine une réinvention enrichie des usages de la télévision. La seconde partie s’intéresse davantage aux contenus : l’écriture, la création de fictions et les différents domaines d’usage offerts au public.

3La capacité d’anticipation prémonitoire de nos ainés, annonçant dès la fin du XIXe siècle des usages de la télé-vision en tant que média de communication, est étonnante. Dès 1870 les fonctions telles que la diffusion, la communication de personne à personne à distance, la surveillance, le télé-achat, l’enregistrement de programmes étaient imaginés. Le volume commenté est particulièrement riche, il est formé de chapitres courts et variés. S’il fait parfois appel à une certaine culture télévisuelle, sans doute pas partagée par tous les lecteurs, son absence ne nuira pas à la compréhension. Les différents chapitres, complémentaires, répondent bien à l’ambition de donner une juste compréhension des différentes dimensions (techniques, commerciales et industrielles, artistiques, culturelles, ludiques…) de l’évolution des medias.

4Où va la télévision ? Le premier chapitre analyse plus précisément les apports du numérique sur la télédiffusion : multiplicité des programmes, liberté de choix, capacité d’écoute ex temporane… La proposition de Gilles Delavaud et des autres contributeurs met en évidence, non pas une obsolescence de la télévision, mais une synergie entre celle-ci et les médias numériques accélérée par la multiplication des écrans devenus nomades. En effet, en cherchant à répondre commercialement aux attentes des spectateurs de toutes générations, qui s’orientent vers des usages nouveaux, les opérateurs majeurs investissent les médias numériques, et font évoluer la télévision.

5L’article de Thomas Paris étudie les changements survenus dans la chaîne de production, laquelle intègre des éléments techniques, juridiques, économiques, d’usage. La baisse des coûts, la facilité de production, entrainent une variété d’offres, de services, de formats qui, après un effet d’entonnoir, peuvent venir s’inscrire dans une diffusion de masse.

6La T.M.P. (télévision mobile personnelle) crée, par le fait de la mobilité, une logique d’usage différente. Les premières études de terrain montrent un usager réalisant une adaptation constante de son comportement en fonction des ressources disponibles (visualisation sur l’écran, qualité de réception, capacité de stockage, degré d’intimité, sollicitations extérieures…).

7De même que le livre et la lecture ont pu jouer un rôle dans la constitution de l’espace public et dans les conditions de représentation de l’imaginaire, les écrans produisent des formes de changement culturel cognitif que l’article de Marie Thonon explore. L’écran numérique produit une figuration de la réalité qui n’est plus présentée comme imaginaire. Les modalités de représentation du monde et le partage des imaginaires s’en trouvent modifiés.

8Dans la seconde partie, abordant les « formes et programmes », il est rappelé par Marida di Crosta que la fiction, dont 68% est constituée par les séries, est le genre préféré des téléspectateurs. En 2009, celle-ci représente 41 % des meilleures performances d’audience. Plusieurs articles sont consacrés aux séries qui montrent comment cette forme  constitue un genre en-soi, de plus en plus autonome par rapport au cadre de télédiffusion qui l’a vu naître. Jean-Pierre Esquenazi met en évidence la critique sociale et politique dans les séries américaines en s’inspirant du travail de Bakhtine sur la place du grotesque dans l’œuvre de Rabelais. Eric Verat mesure la distance entre la place prépondérante de l’écriture et des auteurs dans les fictions américaines et celle qui lui échoit en France où la phase d‘écriture s’arrête souvent au préambule qu’est le scénario. Dans les séries d’Outre-atlantique des moyens financiers considérables sont placés dans l’écriture, servie par une équipe maîtrisant également la mise en scène. La fiction télévisée peut-elle exister en dehors d’une chaîne conventionnelle de télédiffusion ? La réponse est oui si l’on en croit l’exemple de H.B.O. (Home Box Office) chaîne câblée dont l’objectif est de fidéliser un public par la qualité de production de ses séries et qui explore différentes formes de présentation des fictions, en extérieur notamment, sous forme d’installation.

9Las archives télévisées font l’objet d’une exploitation dont le Net est l’un des vecteurs principaux. À plusieurs endroits, il est question de la politique très active de l’I.N.A. (Institut National de l’Audio-visuel) ou de ses filiales de commercialisation, tant pour la diffusion de ses archives que pour la valorisation (créations construite autour de documents d’archives).

10Enfin, Sylvie Bosser questionne la légitimité du discours sur le livre et les processus de prescription entre le discours d’autorité (hiérarchique) et l’horizontalité attendue des blogs sur le Net. Jean-Paul Fargier, auteur de formes télévisuelles courtes, sur des thèmes spécifiques « Niche tivi » décrit, de son côté, le parcours laborieux pour faire vivre cette forme d’artisanat.

11La « permanence de la télévision » présente un tour d’horizon assez complet - au regard de ses dimensions, environ 200 pages - sur un sujet vaste. Par sa forme et son contenu riche, il peut répondre à différentes attentes : en culture générale, en sociologie, en économie des médias…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Gilles Delavaud (dir.), Permanence de la télévision », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 13 juillet 2012, consulté le 30 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/8885

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page