Navigation – Plan du site

Pierre Richard, L'université française : une nouvelle autonomie, un nouveau management

Émilien Schultz
L'université française : une nouvelle autonomie, un nouveau management
Pierre Richard (dir.), L'université française : une nouvelle autonomie, un nouveau management, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Libres cours », 2012, 572 p., ISBN : 978-2-7061-1714-5.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est une contribution importante autant en taille qu'en contenu qui trouvera facilement sa place dans les réflexions et les débats sur l'université d'aujourd'hui. Si seul le temps permettra de qualifier l'ouvrage de référence, il permet à travers ses plus de cinq cents pages et vingt chapitres de faire le point sur la réalité juridique et administrative de l'université telle qu'elle se donne à voir à la fin d'un quinquennat qui entreprit le chantier de « la réforme des universités ». Dès lors, les innovations apportées par la loi Liberté et Responsabilité des Universités de 2007 et les autres réformes du système français de recherche (création de l'Agence Nationale de la Recherche, de l'Agence Evaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur) sont présentées avec leurs objectifs et mises en perspectives avec la situation antérieure.

2Les auteurs, acteurs de l'université et administrateurs de la recherche, réunissent sur quatre volets un panorama précis de l'administration universitaire en associant systématiquement les textes réglementaires associés. Tout au long de l'ouvrage se retrouve alors un double souci de présenter analytiquement les décrets, lois et règlements en cours et de les situer à la fois dans une perspective historique et pratique. Cet effort d'illustration ainsi que l'apport de l'expérience professionnelle des auteurs permet à l'ouvrage de dépasser le statut de manuel pour être aussi un témoignage sur les idées à la source des grandes réformes et leur mise en pratique. Des témoignages de « grands témoins » réunis pour l'occasion parsèment par ailleurs l'ouvrage : par exemple, Jacquelines Lecourtier, ancienne directrice de l'ANR, fait le point sur la situation de l'agence dans le paysage de la recherche française et les chantiers futurs qui l'attendent.

3S'il n'est pas envisageable de faire un résumé exhaustif d'un tel ouvrage, il est possible d'aborder l'orientation générale des différentes parties. Chacune d'entre elles présente un niveau d'analyse. L'ouvrage débute par une vaste première partie, « Programmer, planifier, piloter », consacrée à la fois à définir la situation de l'université en France (passée, présente et future) dans sa dimension historique (les grandes étapes de l'université dans la société), juridique (le réseau des instances dirigeantes et consultatives), administrative et managériale (la division interne des pouvoirs et le renforcement des postes d'administrateurs) et du rapport inter-universités. Le dernier chapitre de la partie, « Le management universitaire » analyse le déroulement de cette réforme, avec une lecture « progressiste » des mutations de l'université, qui se retrouve d'ailleurs dans le reste de l'ouvrage : « la gouvernance des universitaires n'a pas toujours été exemplaire […] Ainsi, le fait que 50 % des étudiants de première année abandonnent leurs études en cours d'année universitaire a longtemps été considéré comme normal ; et qu'un professeur abandonne ses étudiants en cours d'année parce qu'il a obtenu un détachement scientifique, ou un mandat électif, a souvent été considéré avec indulgence » (p. 165). Les réformes sur l'autonomie s'inscrivent alors dans une application des principes du nouveau management public (NPM) dont la nouvelle loi organique sur les finances (LOLF, 2 001) en est l'émanation au niveau des politiques publiques étatiques, afin de lutter contre la sclérose du système « Elle a généralement été soutenue par ceux qui […] étaient conscients que, sans réforme vigoureuse, l'université française risquait d'être frappée d'immobilisme et sombrer dans la médiocrité ». Bien que présentant les débats autour de ces transformations, et discutant certaines des limites pointées par les opposants aux réformes, le chapitre se conclut par une déclaration peut-être un peu trop enthousiaste qui précise le parti pris des auteurs du livre : « il apparaît clairement que les universités françaises sont en mouvement, et que peu à peu elles se dotent d'une gouvernance à la hauteur des enjeux actuels, basée à la fois sur la qualité des organisations, et la qualité des femmes et des hommes qui les animent ».

4La deuxième partie rentre dans les détails administratifs du fonctionnement d'une université pour souligner les avancées permises par la LRU. Les réglementations relatives aux ressources humaines, aux finances, au budget, au patrimoine immobilier sont tour à tour présentées. Très complète (malgré quelques oublis, comme le rôle du doctorant), cette partie permet de rentrer dans les rouages internes et de trouver facilement les textes de références. Elle permet aussi de prendre la mesure des nouveaux outils introduits par la LRU, comme la prime d'excellence ou l'unification du suivi des budgets. Quiconque souhaite rechercher une présentation des pouvoirs des différents organes internes à la direction de l'université ou les bases législatives et comptables de la gestion budgétaire trouvera des descriptions minutieuses de ces différents aspects reflétant l'expérience des auteurs dans ces secteurs.

5Passant de considérations sur l'ensemble du système aux fonctions prises en charge par l'université, la partie trois porte sur l'enseignement, « Piloter l'offre de formation et accompagner les étudiants vers la réussite et l'insertion professionnelle » et la partie quatre sur la recherche « Gérer la recherche et l'innovation dans un contexte mondialisé ». Ce premier volet propose un descriptif des missions pour les différents parcours universitaires, avec un chapitre consacré aux filières disposant d'un régime particulier (ingénieur, IUFM), ainsi que les modalités qui les organisent. Très bref, il ne rentre pas autant dans le détail qu'on aurait pu le souhaiter sur les mécanismes de création de filière par exemple. La dernière section sur la recherche étonne elle aussi par sa brièveté et ses considérations très générales. Les auteurs en font la conséquence de la difficulté de cerner le périmètre spécifique de la recherche universitaire « Il est pour le moment extrêmement difficile d'avoir une estimation consolidée autre qu'approximative des ressources recherche d'une université » (p. 496). D'autre part, les éléments avancés dans le cadre de l'autonomie restent très prospectifs : les auteurs arguent la possibilité des universités d'avoir les moyens de mener une politique scientifique, au plus à l'état embryonnaire dans les faits.

6« L'Université française ; une nouvelle autonomie, un nouveau management » remplit ainsi sans ambiguïté son objectif de description détaillée des cadres juridiques, réglementaires et managériaux de l'université autonome qui a émergé de la réforme de 2007. Toutefois, ce travail sur les textes est renforcé à la fois par l'expérience professionnelle des auteurs et leur engagement partisan sur les évolutions managériales de l'université. Cela ne signifie pas un traitement asymétrique du sujet, une place étant accordée au traitement des polémiques, mais cela contribue au caractère composite de l'ouvrage : à la fois un manuel académique, une somme de témoignages d'acteurs (par exemple sur l'évolution de la fonction de Directeur Général des Services poste occupé par deux des auteurs) et une défense engagée des réformes.

7Sur la question de l'apport à la sociologie, trois remarques sont à faire. Bien évidemment, les références aux décrets ou aux règlements ne rendent pas compte de la pratique quotidienne, ni les principes directeurs managériaux ne renseignent sur le comportement des acteurs. Cependant, les illustrations factuelles et l'effort de replacer les éléments abordés dans le panorama général seront d'une aide bienvenue au lecteur intéressé à comprendre le fonctionnement de l'université d'aujourd'hui. D'autre part, comme cela a été noté précédemment, l'existence de polémiques sur la transformation de l'université est mentionnée, elle occupe cependant une place congrue dans un ouvrage fortement partisan dont certains chapitres sont marqués par des considérations téléonomiques de l'autonomie. Cela invite à nuancer certaines critiques contre l'ancien modèle, et à peut-être modérer l'enthousiasme sur les nouveaux principes de gestion. Enfin, troisième remarque, le sociologue trouvera peu de références à des études empiriques, mis à part quelques références aux travaux de Christine Musselin. Cela provient de la nouveauté des structures considérées, bien entendu, mais aussi du fait que l'objectif poursuivi reste centré sur les textes en vigueur.

8Un livre qui est donc utile à toute personne souhaitant situer le rôle du conseil scientifique, la division des responsabilités dans l'établissement du budget d'une université, ou l'évolution du rôle de secrétaire général en directeur général des services ; utile aussi à celui qui chercherait à avoir une vision d'ensemble sur les idées et les changements à l'œuvre dans la réforme des universités. C'est un travail collectif qui apporte un éclairage bienvenu sur la complexité du système universitaire français. Il gagnera à être complété par des études plus empiriques sur l'université afin de prendre en compte la diversité des acteurs du système, et confronté à des ouvrages plus critiques envers ces transformations à l’œuvre, comme celui d'Isabelle Bruno, « À vos marques, prêts... cherchez ! ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Pierre Richard, L'université française : une nouvelle autonomie, un nouveau management », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 juillet 2012, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/8924

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page