Navigation – Plan du site

Julien Bertrand, La fabrique des footballeurs

Sébastien Fleuriel
La fabrique des footballeurs
Julien Bertrand, La fabrique des footballeurs, La Dispute, coll. « Corps Santé Société », 2012, 165 p., ISBN : 9782843032349.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous faisons ici référence à la grève des footballeurs de l’équipe de France pendant la coupe du Mo (...)

1Tant de choses ont déjà été dites et écrites sur le football professionnel français qu’on voit mal ce qu’on pourrait ajouter. Pourtant, à rebours des commentaires à l’emporte-pièce sur un football supposé gangréné de tous les maux (salaires excessifs, comportements déviants,…)1, Julien Bertrand s’attèle à rappeler avec la précision d’un métronome de quoi est fait un footballeur professionnel, donnant ainsi une substance sociologique à ce qu’on désigne trop aisément comme « le talent » le substrat quasi naturalisé de la performance. Selon une perspective constructiviste qui rappelle que la vocation footballistique ne tombe pas des nuages, mais répond à des conditions sociales d’émergence objectivables, l’auteur porte en effet la focale sur les manières dont les footballeurs sont formés en sein des centres de formation tels qu’ils s’institutionnalisent au milieu des années 1980. Partant alors d’une enquête ethnographique de longue durée développée au sein d’un centre de formation affilié à un club professionnel, Julien Bertrand restitue de manière concise et méthodique les déterminants sociaux de l’accès à la performance de haut niveau. La thèse défendue est au fond assez bien résumée par le titre même de l’ouvrage – i.e La fabrique des footballeurs, et justifie en cela pleinement son inscription dans la collection de l’éditeur (« Corps Santé Société » chez La Dispute).

2Contre l’idée d’une « vision naturalisée de la carrière sportive qui ferait des chances de réussite le simple produit d’un déterminisme biologique, vision qui alimente souvent une perception racialisée des trajectoires » (p. 96), on apprend donc qu’un footballeur, ça se fabrique. Pour aussi simple qu’elle puisse peut-être paraître pour des sociologues avertis, cette thèse est néanmoins salutaire dans le milieu du football français dont les analyses résistent fréquemment mal aux tentations d’expliquer les déboires nationaux des clubs et de l’équipe de France, par une ethnicisation larvée du contexte. Contre ces tentations, il est utile de comprendre, avec Julien Bertrand, que la fabrique des footballeurs relève d’une industrie particulière, « une production rationnalisée des savoir-faire » (p. 76), orientée spécifiquement à cette fin, et qui a à voir avec l’origine en partie populaire des sujets qu’elle est appelée à encadrer, et la filiation souvent paternelle de la pratique sportive conçue comme une « affaire de famille » (p. 29).

3Et de comprendre du même coup ce qui se joue dans la relation d’apprentissage du métier de footballeur comme moment privilégié où s’imprime en même temps le travail de l’institution sportive avec ses normes, ses attentes et ses croyances, et où s’actualisent les dispositions des prétendants à se conformer à celles-ci. C’est dans cette perspective que les extraits d’entretien reproduits dans l’ouvrage sont systématiquement rapportés à la position sociale (donnée par les professions) et aux antécédents sportifs des parents, notamment du père. D’une part, parce que « l’instabilité des conditions matérielles a toutes les chances de rendre difficile la constitution de dispositions à l’effort régulier exigées par ce type de formation sportive » (p. 28), excluant de fait les familles les plus démunies socialement ; d’autre part parce que « chez les jeunes dont le père était un footballeur investi, l’entrée dans le jeu est marquée par une prise en main paternelle très nette » (p. 31). Fort de cette démarche, Julien Bertrand explore alors les arcanes de la formation à travers ses manifestations les plus probantes, notamment la très forte proximité sociale et culturelle des encadrants avec les apprentis, favorisant de fait le travail d’acculturation des normes du jeu par effet d’endogamie sociale. C’est aussi l’organisation d’un espace clos propice à un entre soi auto-référé (une « bulle » selon l’auteur) autour d’ambitions communes, actualisant perpétuellement l’illusio spécifique au milieu, l’intérêt dans l’engagement compétitif perpétuel, etc. A contrario, cet espace discrédite graduellementles projets concurrents dont l’école reste de loin le plus problématique, en dépit des données officielles fournies par l’institution footballistique qui se veulent rassurantes et qui sont très largement contestées par le travail de l’auteur dont la portée ethnographique trouve ici tout son intérêt. C’est enfin le développement d’une culture somatique pour le moins ambivalente et paradoxale qui, en même temps qu’elle aspire à responsabiliser les jeunes joueurs vis-à-vis de leur corps en qualité de principal outil de travail, les conduit à taire certaines souffrances susceptibles d’être comprises comme un aveu de faiblesse. Les joueurs apprennent alors à développer de manière fine leur sensibilité aux signes et manifestations somatiques qui oriente en grande partie leurs conduites aussi bien diététiques que médicales, en même temps qu’ils intériorisent le fait de « ne pas s’écouter », d’être « dur au mal » comme une réelle qualité ; de sorte que se plaindre d’une douleur est aussi répréhensible que de laisser dégénérer une lésion symptomatique.

  • 2 Comment ne pas songer en effet au discours de la Ministre de la santé et des sports, Roselyne Bache (...)

4Alors que nombre d’analyses sur les footballeurs professionnels se focalisent sur les effets délétères d’un argent trop facilement gagné dans des proportions indécentes contribuant par conséquent à en faire des « mauvais garçons »2, l’ouvrage de Julien Bertrand vient donc piquer dans le vif en rappelant que ces footballeurs tant stigmatisés sont le produit d’une institution entièrement dédiée à cette fin. Selon cette perspective, si donc footballeurs mal élevés il y a, ce qui en soi reste plus que contestable, c’est que mauvaise éducation, il y a eu ! Un rappel bien profitable dont le milieu footballistique et tous ses contempteurs devraient se saisir, à n’en pas douter.

Haut de page

Notes

1 Nous faisons ici référence à la grève des footballeurs de l’équipe de France pendant la coupe du Monde tenue en Afrique du Sud en 2010 et à leurs suites, notamment à l’issue de leurs piètres performances lors de l’Euro 2012. Pour une appréhension globale de la question, nous renvoyons au livre de Stéphane Beaud, Traitres à la nation. Un autre regard sur la grève des bleus en Afrique du Sud, 2011, La Découverte, ainsi qu’aux multiples interventions de l’auteur dans la presse générale et spécialisée visant à proposer un regard alternatif aux analyses de sens commun.

2 Comment ne pas songer en effet au discours de la Ministre de la santé et des sports, Roselyne Bachelot, prononcé le 23 juin 2010 devant l’Assemblée Nationale à la suite des déboires de l’équipe de France au Mondial d’Afrique du Sud, selon qui « En équipe de France, des caïds immatures commandent à des gamins apeurés ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Fleuriel, « Julien Bertrand, La fabrique des footballeurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 08 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/9004

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page