Navigation – Plan du site

Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, Sociologie de l'action publique

François Thoreau
Sociologie de l'action publique
Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, Sociologie de l'action publique. (2e édition), Armand Colin, coll. « 128 », 2012, 128 p., ISBN : 9782200259860.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cette deuxième édition de leur ouvrage devenu classique, Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès proposent bien davantage qu'une simple mise à jour. C'est bien plutôt à une refondation de leur projet de recherche qu'ils nous invitent. Cette évolution majeure est perceptible dans le changement de titre, et le passage d'une sociologie « des politiques publiques » à une sociologie « de l'action publique ».

2Les politiques publiques — policy — participent d'un effort généralisé de rationaliser la gestion des affaires publiques. Or, les auteurs partent du constat que cette approche, à strictement parler, ne suffit plus à rendre compte de la complexité de la chose étatique dans nos sociétés contemporaines, raison pour laquelle ils lui préfèrent la notion « d'action publique ».

3« L'action publique » implique un renoncement à plusieurs mythes bien ancrés dans les appréhensions traditionnelles de l'appareil d'Etat et de ses modes de fonctionnement. Il convient ainsi de renoncer à cette vision d'un volontarisme politique tout-puissant, pour s'attarder plutôt sur la question de la mise en œuvre de ce que les pouvoirs publics affirment être leur volonté. C'est un mouvement bien connu des Science Studies, qui consiste à s'attacher à ce que les acteurs font et non plus à ce qu'ils disent qu'ils font (Latour & Woolgar 1979).

4Ensuite, la question revient à s'attacher à la construction de l'action publique « par le bas », bottom up, aux multiples — et bien souvent incohérentes — modalités suivant lesquelles les acteurs s'approprient, rejettent, résistent, modifient un projet initial d'action publique. Il s'agit bien de suivre, dans leur foisonnement, les différentes modalités d'action publique, la prolifération des modes d'intervention et la manière finalement dont des agencements, toujours inédits, toujours précaires, se nouent ou se dénouent. Bref, l'action publique est étudiée, dans l'approche de Lascoumes et Le Galès, dans toute l'étendue sa complexité.

5La conséquence immédiate en est un renoncement à toute théorie unificatrice de l'art du « policy making », à toute approche qui dirait, une fois pour toutes, les critères du bon gouvernement ou, dans les termes actuels de la question, de la « bonne gouvernance ». C'est ici une troisième rupture, sans doute la plus importante par rapport aux « politiques publiques » stricto sensu, à laquelle nous convie « l'action publique » ; une rupture avec un rationalisme excessif qui continuerait à faire croire que les autorités publiques agissent toujours en parfaite connaissance de cause. Ce avec quoi il s'agit de rompre, nous annoncent Lascoumes et Le Galès, c'est avec « un fétichisme de la décision rationnelle » (p. 18).

6Ces mots sont terribles pour le politiste ou l'analyste du fonctionnement étatique, car ils impliquent effectivement le renoncement à tout point de vue solide, intangible, à partir duquel pourrait être jugée, depuis une position de surplomb, la marche de l'Etat. Ainsi dépourvu du confort de la théorie unificatrice, de cet horizon vers lequel idéalement toute action publique devrait tendre, l’analyste peut donc ressentir bien des appréhensions.

7Et pourtant, c'est précisément à la condition de ce renoncement qu'il peut enfin se mettre à penser et à suivre l'action publique, dans toute la complexité de ses appropriations et recompositions, sans trahir ceux qui la font vivre et la mettent en œuvre, au quotidien. C'est bien la proposition que formulent Lascoumes et Le Galès, lorsqu'ils s'attachent prioritairement à la question de la mise en œuvre : « Analyser la mise en œuvre, écrivent-ils, c'est finalement chercher à expliciter de façon compréhensive les logiques d'une dynamique souvent imprévisible dans ses formes, ses intervenants et ses effets » (p. 40). Admettre cette « imprévisibilité » est une condition préalable à l'examen de la trajectoire d'une politique publique dans le collectif.

8L'ouvrage, très court et didactique, peut être décomposé en deux grandes parties. La première caractérise le programme de recherche d'une sociologie politique de l'action publique (chapitre Ier), et propose une entrée, comme une mise en appétit, par les « politiques publiques », appréhendées au travers de leur mise en œuvre (chapitre II). C'est donc bien là qu'il convient de situer l'inflexion majeure de ce programme qui, par ailleurs, reste très fortement marqué par son approche fortement empirique. En s'attachant à penser l'action publique en dehors des cadres préconçus — jusqu'à renoncer partiellement à celui de "politique publique" comme catégorie explicative générale —, ils s'astreignent à une véritable pragmatique de l'action publique, c'est-à-dire une conception de l'action publique pensée à partir de ses conséquences, de son efficace.

9La seconde partie de l'ouvrage avance à tâtons entre différentes modalités d'approche de l'action publique, qui toutes sont relues à la lueur de l'agenda de recherches introduit dans les deux premiers chapitres. Ainsi, le chapitre III reprend une analyse des politiques publiques « par le haut », saisies depuis les sommets de l'État. Bien que la logique semble contraire à leur proposition bottom up, Lascoumes et Le Galès cherchent à hériter de concepts qui pourraient pourtant sembler par trop essentialistes, tels que celui d' « élite au pouvoir » du sociologue CW Mills1. Ces concepts peuvent s'avérer utiles s'ils sont saisis au travers des modes d'interaction qu'ils mettent en œuvre, et non pas comme une catégorie de départ explicative. L'existence d'une élite ne se donne pas comme un phénomène préexistant à l'enquête, mais peut être déduite — si l'on admet que c'est bien là le rôle qui définit l'élite — de l'identification de ceux qui « organisent toujours les paramètres, les procédures, les règles de jeu de l'action collective » (p. 62).

  • 2  Voir Callon M. (1986), « Some elements of a sociology of translation : domestication of the scallo (...)

10Le chapitre IV s'attache à la construction des problèmes publics, et à ces périodes d'apprentissage que sont les controverses. Ainsi, il s'agit ici d'explorer les effets du pouvoir de nommer, de créer des catégories, et la manière dont les acteurs font sens de leurs activités, les édifiant progressivement en problèmes publics. Toutefois, la question de la mise en politique se révèle très exigeante dans la prise en compte de la multiplicité des êtres et des choses qui y contribuent. Par exemple, dans le domaine des sciences et des techniques, les intervenants à la construction d'un problème public prolifèrent, jusqu'à intégrer les « actants » de la sociologie de l'acteur-réseau de Callon et Barthe2.

  • 3  North D., « Institutions », in Journal of Economic Perspectives, vol. 5, n° 1, pp. 97-112.
  • 4  Lascoumes P., Le Gales P., « Understanding Public Policy through its Instruments – From the Nature (...)
  • 5  Lascoumes P., « La gouvernementalité : de la critique de l’État aux technologies de pouvoir », Le (...)

11Enfin, le dernier chapitre (5) renoue avec une approche néo-institutionnaliste déjà plus « traditionnelle », presque devenue mainstream depuis les travaux pionniers du Prix Nobel d’économie Douglas North3 et déjà maintes fois suggérée par Lascoumes et Le Galès4. Cette approche est celle d'un questionnement sur les institutions et les instruments de l'action publique, voire sur leur instrumentation5.

12Bref, dans ce petit ouvrage didactique, Lascoumes et Le Galès offrent une excellente introduction à leur programme de recherches, abondamment documentée et riche en illustrations empiriques, en dépit de sa brièveté. L'ouvrage comprend en outre une volumineuse bibliographie qui balisera utilement les lectures de ceux qui cherchent à s'initier à ce courant de recherche.

Haut de page

Notes

1  Voir la recension Charles Wright Mills, L’élite au pouvoir, http://lectures.revues.org/8703.

2  Voir Callon M. (1986), « Some elements of a sociology of translation : domestication of the scallops and the fishermen of St Brieuc Bay », in Law J., Power, action and belief : a new sociology of knowledge ?, London : Routledge, pp. 196-223 ; Callon M., Lascoumes P. et Barthe Y. (2001), Agir dans un monde incertain, Paris : Le Seuil.

3  North D., « Institutions », in Journal of Economic Perspectives, vol. 5, n° 1, pp. 97-112.

4  Lascoumes P., Le Gales P., « Understanding Public Policy through its Instruments – From the Nature of Instruments to the Sociology of Public Policy Instrumentation », in Governance : an International Journal of Policy, Administration and Institutions, vol. 20, n° 1, 2007, pp. 1-21.

5  Lascoumes P., « La gouvernementalité : de la critique de l’État aux technologies de pouvoir », Le Portique, n° 13-14, 2004, pp. 169-190.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Thoreau, « Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, Sociologie de l'action publique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 août 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/9016

Haut de page

Rédacteur

François Thoreau

Aspirant du F.R.S.-FNRS en sciences politiques et sociales, au centre de recherche Spiral, au sein du département de science politique de la Faculté de droit, à l'Université de Liège

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page