Navigation – Plan du site

Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l'espace urbain

Eric Verdeil
Villes sous contrôle
Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l'espace urbain, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012, 277 p., ISBN : 9782707171276.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Graham S., Marvin S., 2001, Splintering urbanism : networked infrastructures, technological mobilit (...)

1Stephen Graham est un géographe britannique spécialisé dans les études urbaines. Il s'est fait notamment connaître par un livre copublié avec Simon Marvin, SplinterringUrbanism1, qui proposait une lecture néomarxiste des effets de la privatisation de la gestion des infrastructures urbaines sur la fragmentation sociale et spatiale. Cet ouvrage a eu un important retentissement. Le présent livre s'inscrit dans la continuation de cette veine critique, mais l'analyse des transformations sociales induites par le néolibéralisme est ici déplacée vers les nouvelles formes de l'action militaire dans l'espace urbain dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 et de la guerre contre la terreur lancée alors par les responsables américains.

2La thèse essentielle du livre est que ce tournant géopolitique est concomitant d'une profonde révolution stratégique qui place la ville au centre des inquiétudes des responsables sécuritaires et militaires, à la fois comme espace de vulnérabilité des puissances occidentales et comme champ des batailles à livrer contre les ennemis de l'Occident. Bagdad et Kaboul apparaissent comme les hauts lieux et les laboratoires d'une nouvelle doctrine d'intervention militaire, où il faut tout à la fois traquer des ennemis adeptes de la guérilla urbaine et préserver autant que possibles les vies des soldats engagés. D'où une technologisation inédite de la guerre, rendue possible par de nouvelles armes et de nouveaux outils de surveillance, en grande partie actionnés à distance. Mais la guerre n'est pas conduite que sur ces terrains vus ici comme néo-coloniaux. Elle transforme également l'appréhension et la gestion de l'espace urbain des villes des pays développés, par la mise en place d'un urbanisme sécuritaire. Dans ce cadre, l’attention se porte tant vers l’anticipation des conséquences des crises climatiques qui vont frapper par exemple la Nouvelle Orléans, que vers la surveillance des menaces visant potentiellement les infrastructures et le fonctionnement de la machine urbaine, dont l'affaire de Tarnac a offert dans la France sarkozienne un exemple des pratiques et des dérives.

  • 2  Pourtant, il constitue selon plusieurs reviewersanglphones un des grands points d’intérêt de l’ouv (...)

3Le projet est extrêmement stimulant mais malheureusement, la version française ne promet d’en avoir un aperçu que tronqué, déformant le propos de l’auteur, sans que les coupes effectuées ne soient aucunement commentées ni justifiées : c’est là une pratique indigne d’un éditeur ordinairement sérieux comme La Découverte. Le titre est déjà en soi une trahison, qui met l’accent sur le contrôle plus que sur l’idée d’état de siège. L’édition française nous prive hélas de deux des trois chapitres théoriques du livre de Graham. La présentation, en sept caractéristiques, du nouvel urbanisme militaire, avec la sociologie de ses servants, ses outils technologiques, sa doctrine et ses effets en termes de reconfiguration des espaces de la violence, est coupée de ce qui lui donne son sens : une mise en perspective historique de la place des espaces urbains dans les guerres et les théories de la guerre, ainsi qu’une analyse des idéologies occidentales (surtout aux Etats-Unis et au Royaume Uni) qui conduisent à cette nouvelle perception de la ville comme enjeu de la guerre. Suivent quatre études de cas qui offrent un aperçu des nouvelles approches militaires et de leur déploiement. « Rêves de guerres robotiques » insiste sur les nouvelles technologies numériques et opérant à distance, tandis que « Un archipel de parcs d’attraction » illustre les tentatives de modélisation de l’ennemi et de son espace urbain par les stratèges militaires. Graham souligne ici les affinités tant formelles qu’idéologiques de cet empire de la guerre à distance avec le monde des jeux vidéo et la culture visuelle dominante. Le chapitre suivant, « Leçons d’urbicide », montre le rôle séminal des stratégies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés et leur réappropriation par les forces armées américaines. Le dernier chapitre « Eteindre la ville » est principalement une analyse de la place nouvelle des infrastructures à protéger ou à cibler en tant que levier d’action majeur sur la vulnérabilité urbaine. Trois autres études de cas ont été sacrifiées, notamment le dernier de l’ouvrage original, consacré aux mouvements d’opposition à ce nouvel urbanisme militaire2.

  • 3 Rabinow P., 2006, Une France si moderne : naissance du social, 1800-1950, (Les Essais (Buchet-Chast (...)

4Le propos se distingue par son originalité et son ambition. Il synthétise de nombreux autres travaux académiques et prend comme source un matériau original, tout un corpus académique d’un genre particulier, les études urbaines militaires, ici dans leur version essentiellement américaine (revues, articles de presse, etc.). De nombreux exemples très parlants illustrent la démonstration, qui établit aussi des connexions éclairantes entre des registres parfois très éloignés. Parmi les points forts, créditons Graham de la mise en avant d’un complexe d’acteurs et d’intérêt qui font de cette transformation de la guerre urbaine plus qu’un effet d’une idéologie à la fois anti-urbaine et pleine de préjugés orientalistes : les technopoles et l’économie de la connaissance tant vantées et désirées pour dynamiser notre croissance économique ne sont qu’un autre nom du lobby militaro-sécuritaire, florissant et alimenté par les crédits de la recherche américaine là, et sans doute européenne et française de ce côté-ci de l’Atlantique… Par ailleurs, l’idée foucaldienne d’effet de retour souligne en particulier l’intensité des circulations entre les paradigmes, les technologies et les pratiques sécuritaires entre les villes du Sud et celles du Nord. Elles illustrent d’une manière originale l’inanité d’études urbaines cloisonnant le Nord et le Sud, démontrant le poids des techniques de pouvoir (néo-)coloniale dans nos espaces quotidiens. Il aurait du reste été ici intéressant de souligner la continuité de ces processus avec ceux de la première coloniale, tels que Paul Rabinow les a naguère, le premier, étudié à propos de l’urbanisme français au Maroc comme banc d’essai de l’aménagement urbain métropolitain des années 1920-19303. Cette remarque suggère qu’un regard plus nuancé sur la nouveauté qu’attribue Graham aux transformations qu’il analyse serait sans doute nécessaire.

  • 4 Parizot C., 2009, Après le mur : les représentations israéliennes de la séparation avec les Palesti (...)

5La version française tronquée rend particulièrement sensible un manque de cohérence dans la construction de l’ouvrage dont on ne peut exclure qu’elle affecte aussi la version originale. Les différentes études de cas, parfois publiées antérieurement sous forme d’articles, sont juxtaposées sans que le lecteur comprenne toujours bien ce qui fait lien et la progression de l’une à l’autre. Aucune conclusion ne vient clore l’ouvrage. Au-delà de ce défaut, l’ouvrage ne convainc pas totalement. Cet examen très impressionnant et plus qu’alarmant sur des doctrines et des outils du nouvel urbanisme militaire reste en définitive peu confronté aux pratiques des acteurs, sur les terrains des opérations sécuritaires, étrangers ou locaux, et à leurs résultats. Par exemple, l’auteur indique que la stratégie d’érection de murs dans Bagdad en 2007 est sans doute inspirée de la construction du mur dans les territoires palestiniens par les Israéliens. Mais cette stratégie de mise à distance n’a sans doute pas, à elle seule, eue de véritable résultat et on sait que les Israéliens tiennent la Cisjordanie très largement par les liens humains que leurs services de renseignement ont établi avec des informateurs locaux4. Plus décisive pour la stratégie américaine que cette sécurisation – division de l’espace urbain a été la stratégie dite de contre-insurrection, reposant sur la construction de nouvelles alliances avec divers groupes armés irakiens. L’auteur critique à juste titre les fantasmagories léthales de ces stratégies militaires pour leur vision du monde déformée et toxique. Mais il leur attribue sans doute plus de poids qu’elles n’en n’ont sur le terrain. Par cette critique, on peut sans doute rattacher cet ouvrage à un vaste courant, dont fait partie un auteur comme Mike Davis, largement cité ici, auquel on peut reprocher une focalisation sur les discours et les intentions des acteurs dominants, au moyen d’une argumentation théorique séduisante mais au risque de parfois surestimer les effets concrets, empiriquement établis, des stratégies et actions mises en œuvre dans la pratique.

Haut de page

Notes

1 Graham S., Marvin S., 2001, Splintering urbanism : networked infrastructures, technological mobilities and the urban condition, London, Routledge, XXIX-479 p.

2  Pourtant, il constitue selon plusieurs reviewersanglphones un des grands points d’intérêt de l’ouvrage. VoirThree reviews of Stephen Graham’s Cities Under Siege, Society and Space - Environment and Planning D. 7 juillet 2012, < http://societyandspace.com/2012/07/07/three-reviews-of-stephen-grahams-cities-under-siege/ >

3 Rabinow P., 2006, Une France si moderne : naissance du social, 1800-1950, (Les Essais (Buchet-Chastel), ISSN 1639-3694). Paris, Buchet-Chastel, 634 p.

4 Parizot C., 2009, Après le mur : les représentations israéliennes de la séparation avec les Palestiniens, Cultures & Conflits, 30 mars 2009, n°73, p. 53-72. En ligne : http://conflits.revues.org/index17532.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Verdeil, « Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l'espace urbain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 août 2012, consulté le 24 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/9021

Haut de page

Rédacteur

Eric Verdeil

Chercheur Université de Lyon / CNRS, Environnement Ville Société (http://rumor.hypotheses.org)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page