Navigation – Plan du site

Antonin Cohen, Bernard Lacroix, Philippe Riutort, Nouveau manuel de science politique

Nicolas Cancade
Nouveau manuel de science politique
Antonin Cohen, Bernard Lacroix, Philippe Riutort (dir.), Nouveau manuel de science politique, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2009, 786 p., EAN : 9782707153661.
Haut de page

Texte intégral

1Les manuels de sciences politiques, qu'ils soient intitulés comme tels ou comme manuel de sociologie politique, ne sont pas légion (moins d'une quinzaine à ma connaissance). Quand on s'intéresse plus particulièrement à l'exhaustivité des contenus, leur nombre se réduit encore. Le Nouveau Manuel de Sciences Politiques réussit à allier une quasi exhaustivité des contenus disciplinaires (analyse des phénomènes politiques, des groupements politiques, du champ politique, du phénomène électoral, des mobilisations, de la construction européennes et des relations internationales) à des analyses qui portent sur des cas non franco-français (Chine, Inde, monde arabe, Afrique, Europe centrale et orientale...). Ce dernier point est suffisamment rare pour être souligné.

2Du point de vue du manuel en tant que genre académique, le Nouveau Manuel reprend les éléments caractéristiques de ce genre, qui se sont imposés à partir des années 1990 et qu'E. Neveu a déclinés dans « Les manuels de science politique, relève de génération et variations d'un genre académique » in P. Favre et J-B. Legavre, Enseigner la science politique (1998). Il adopte ainsi un découpage thématique et non théorique. Les objets d'étude sont élargis au profit des politiques publiques, de la socialisation et des mouvements sociaux et intègrent des acquis issus d'autres disciplines telles que l'histoire, la sociologie et l'ethnologie. Ce manuel poursuit, par ailleurs, le mouvement de glissement vers des problématiques sociologiques qui viennent enrichir une discipline fortement marquée par le droit.

3Pour ce qui est de l'ouvrage en lui-même, il s'agit d'un travail collectif qui regroupe les analyses de plus de 70 chercheurs spécialistes des questions abordées. Michel Offerlé, par exemple, propose une analyse des partis et des configurations partisanes. Quant à Erik Neveu, il apporte l'éclairage de son expertise sur les mobilisations collectives. Frédérique Matonti, pour sa part, dresse un état des lieux des recherches sur les intellectuels et la politique. Les contributions dans leur ensemble mobilisent des approches pluridisciplinaires (sciences politiques, histoire, sociologie...) et font la part belle aux dimensions historiques des phénomènes étudiés (avec par exemple un article de Christophe Charle sur l'histoire des concurrences entre élites et du champ du pouvoir). Ces analyses s'appuient sur les recherches les plus récentes aussi bien françaises qu'étrangères. Il importe d'ailleurs de noter que ce manuel est l'un des seuls (le seul ?) à proposer un chapitre sur la « mise en scène symbolique de la politique » abordant ainsi des problématiques de recherche relatives à la communication politique qui sont au coeur des débats scientifiques actuels. Ce chapitre souligne l'importance des professionnels de la mise en scène de la politique que ce soient les conseillers en communication ou les commentateurs (journalistes politiques, sondeurs et politologues), dans le travail de mise en forme symbolique et par là, de légitimation ou non de l'action politique. L'interaction entre champ médiatique et champ politique est ainsi traitée avec attention, posant notamment la question de l'effet des médias sur les comportements politiques du public et les contraintes qu'exerce le champ médiatique sur l'activité politique.

4D'un point de vue plus pédagogique, les contributions des auteurs présentent l'avantage d'être accompagnées d'encadrés proposant une mise au point notionnelle ou technique ou bien encore développant des points particuliers des domaines étudiés. Le chapitre sur l'action publique est ainsi utilement complété par un encadré de P. Lascoumes intitulé « Gouverner par les instruments ? » qui reprend des éléments issus de l'ouvrage éponyme co-écrit avec P. Le Galès (2004). Dans cet encart, l'auteur montre que les dispositifs socio-techniques sont porteurs de normes et de représentations qui participent de la régulation de l'action publique. Ces mises au point et approfondissements constituent un point fort de ce manuel et vont au-delà de ce qu'on peut attendre d'un ouvrage de ce type.

5En ce qui concerne la forme, il importe de préciser que ce manuel risque de rebuter les grands débutants par des thématiques parfois complexes et des analyses utilisant un vocabulaire propre à chaque domaine étudié. Il sera, par exemple, difficile d'aborder sereinement le chapitre sur le champ politique sans avoir une connaissance avancée de la sociologie bourdieusienne. En revanche, pour ceux qui ont des notions claires en sciences politiques, il représentera rapidement une ressource indispensable. Dans cette perspective, cet ouvrage dispose d'un index des auteurs, d'un index des notions (qu'on aurait pu souhaiter un peu plus fourni tant le volume des connaissances présentées est important), d'une bibliographie plus que fournie (plus de 50 pages !) et même d'un petit lexique qui reprend les concepts fondamentaux de la science politique.

6Même s'il ne s'agit pas de faire un classement des manuels de sciences politiques, cet ouvrage représente sans doute la meilleure ressource actuelle dans le domaine tant par son exhaustivité que par la qualité des articles. Pour ceux qui cherchent un manuel plus accessible tout en étant complet, Sociologie politique de J. Lagroye, B. François et F. Sawicki ou encore Sociologie politique de P. Braud sont des alternatives convaincantes. Comme pour tout manuel, le choix se fait en fonction de l'usage recherché et des compétences préalables nécessaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Cancade, « Antonin Cohen, Bernard Lacroix, Philippe Riutort, Nouveau manuel de science politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/914

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Cancade

Nicolas Cancade est titulaire d'un DEA de sociologie et prépare actuellement l'agrégation de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page