Navigation – Plan du site

Saskia Cousin, Bertrand Réau, Sociologie du tourisme

Olivier Vanhée
Sociologie du tourisme
Saskia Cousin, Bertrand Réau, Sociologie du tourisme, La Découverte, coll. « Repères », 2009, 126 p., EAN : 9782707152558.
Haut de page

Texte intégral

1Le premier ouvrage de la collection Repères consacré au tourisme s'intitule Sociologie du tourisme et témoigne de l'émergence d'un regard sociologique sur un objet qui était, « jusqu'au début des années 2000, le monopole quasi-exclusif des géographes et des économistes » (p.4). Les auteurs ont participé de près au développement de ce domaine de recherche : Saskia Cousin, anthropologue et maîtresse de conférences à l'IUT de Tours, a consacré sa thèse aux « usages et enjeux des politiques de tourisme culturel », Bertrand Réau, sociologue et maître de conférences à l'Université Paris I, a soutenu une thèse sur « l'univers des villages de vacances » ; ils organisent en outre à l'EHESS le séminaire « Tourisme, recherche, institutions, pratiques ». En introduction, les auteurs nous invitent à comparer le voyage organisé des Bidochon, le récit par Stendhal de son séjour à Florence (dans ses Mémoires d'un touriste), et l'image d'un homme d'affaires dans une publicité pour une compagnie aérienne. Ces représentations très contrastées illustrent la diversité de situations que recouvre la définition très large du tourisme selon l'Organisation Mondiale du tourisme (OMT). Les auteurs se proposent ici d'appréhender le tourisme comme un « fait social total » afin d'en éclairer les enjeux politiques, sociaux, culturels, et de distinguer plus précisément « les pratiques et motivations des touristes », les « marchés et les métiers du tourisme ».

2Le premier chapitre revient sur « l'invention » du tourisme, en s'appuyant sur une série de travaux historiques de référence. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les aristocrates anglais mettent au point deux formes de « mobilités de loisir » : le Grand Tour, forme de tourisme itinérant qui « parachève l'éducation des jeunes aristocrates par les expériences de sociabilité faites au cours du voyage autant que par ce qu'ils ont vu et reconnu des sites et des monuments » (p. 8) ; le séjour dans des « stations » balnéaires ou thermales, qui se développe à partir de la fin du XVIIIe siècle en lien avec une transformation du regard porté sur la mer et les rivages. Les travaux bien connus d'Alain Corbin sur le « désir de rivage » permettent de comprendre l'émergence de l'espace de la « plage », en lien avec la valorisation hygiéniste de la pratique du bain. La plage se trouve progressivement associée à la notion de plaisir, dans le cadre du processus de « relâchement contrôlé » décrit par Norbert Elias. L'« enchantement » de ce nouveau paysage est également favorisé par la sensibilité romantique, qui parachève le basculement du « thérapeutique vers l'hédonique ». Ces pratiques de loisir sont analysées sociologiquement comme des « rites d'institution » très distinctifs, permettant de « réaffirmer l'existence et la valeur d'une classe », l'aristocratie.

3Les auteurs insistent ensuite sur les transformations sociales qui vont produire de nouvelles catégories de touristes au XIXe siècle, et étendre les mobilités de loisir au-delà de l'aristocratie : le développement des transports ferroviaires, la création d'agences de voyages, et le rôle des élites locales dans l'aménagement touristique du territoire. L'exemple de « l'invention de la Normandie » illustre les processus de patrimonialisation indissociables de l'affirmation d'une identité provinciale ; le cas du tourisme alpin en Suisse permet de mettre en lumière les formes d'organisation institutionnelle du tourisme (les « sociétés de développement » suisses rassemblent commerçants et hôteliers des localités touristiques, et inspirent la création du premier syndicat d'initiatives français à Grenoble en 1889). Aux côtés des élites locales et des professionnels et commerçants, certains membres des nouvelles élites d'ingénieurs et de professions libérales contribuent à « redéfinir les pratiques de loisir légitimes » : ils créent des institutions, associations et groupes d'intérêts qui agissent comme des lobbys dans l'élaboration des politiques publiques, comme en témoigne l'histoire du Touring Club de France, association de cyclistes porteuse d'un « projet de société », dont un des présidents recommandait, dans un rapport officiel daté de 1935, de « rendre productif le capital-beauté de la France ».

4Le deuxième chapitre de l'ouvrage propose un retour réflexif sur les manières de définir, de compter et de classer le tourisme. Alors que les professionnels du secteur touristique militent dès le début du XXe siècle pour que le tourisme soit reconnu comme une « industrie », un dispositif de quantification du tourisme ne se met en place que lentement en France. A partir de 1949, les enquêtes de l'INSEE sur les vacances des Français fournissent un premier instrument d'objectivation statistique des pratiques touristiques. A partir de 1995, les deux enquêtes annuelles, mises en place à partir de 1972, sont cependant remplacées par un questionnaire intégré tous les cinq ans à l'Enquête Permanente sur les Conditions de Vie, mais ce dispositif prend fin en 2006. L'INSEE adopte également en 1995 la définition du tourisme qui prévaut à l'OMT : « l'ensemble des déplacements d'agrément qui comportement au moins 4 nuits consécutives hors du domicile », à l'exclusion des week-ends de deux ou trois nuitées et des déplacements professionnels. Le coup d'arrêt mis aux enquêtes de l'Insee pose la question du risque d'une « privatisation » de la production de données statistiques, et de leur appauvrissement, parallèle à la volonté politique de « supprimer le tourisme comme secteur autonome de l'administration française » (p. 30). Aux côtés des statistiques institutionnelles, les enquêtes de la SOFRES sur le Suivi des Déplacements Touristiques, fondées sur les catégories élaborées par l'anthropologue Jean-Didier Urbain (le tourisme de circulation vs le tourisme de transplantation), sont devenues la principale source de données, mais elles agrègent également des pratiques très hétérogènes.

5Le troisième chapitre montre que la « massification » du tourisme qui se produit à partir des années 1960 (et voit le taux de départ en vacances progresser de 31% en 1951 à 60-65% en 1989) s'accompagne d'un maintien et d'une recomposition des inégalités sociales. Les écarts entre PCS, notamment entre les cadres supérieurs et les ouvriers, se sont même creusés depuis une dizaine d'années en ce qui concerne le taux de départ en vacances, et entre 1967 et 1995 en ce qui concerne la part du budget consacré aux vacances. Il existe également d'autres formes d'inégalités sociales : les cadres supérieurs, cadres moyens et professions libérales se distinguent également en cumulant les différentes formules de vacances. Dans les classes supérieures, les voyages internationaux des enfants jouent un rôle de socialisation des élites, les séjours se font plus souvent à l'étranger ou dans des résidences secondaires. Il s'agit alors d'intensifier les pratiques de sociabilité et de loisir, « pour « compenser » un temps de loisir quotidien en baisse » (p. 41). Les auteurs montrent cependant que le « devoir de partir » n'est pas ressenti par tous comme une injonction, et que les classes populaires peuvent se réapproprier le temps libre pour des usages sédentaires et « vacanciers » à leur domicile. Les enquêtes ethnographiques permettent de préciser les usages sociaux de ce temps des vacances. Si la « quête d'authenticité » est souvent présentée comme une des principales motivations du tourisme et se trouve valorisée dans le tourisme solidaire, durable, humanitaire ou ethnique, des enquêtes ethnographiques témoignent des malentendus entre touristes et « population locale », mais aussi des procédures permettant d'occulter la dimension marchande des interactions. La « quête de soi » semble au principe du « tourisme des racines », notamment celui de touristes américains en voyage sur les terres d'émigration de leurs ancêtres, en Afrique, en Asie ou en Europe, mais également du tourisme de l'extrême dans l'Himalaya. Pour les touristes non-occidentaux, l'authenticité de l'expérience touristique procède au contraire de la « modernité » des installations et des « symboles du présent ». Les frontières sont parfois poreuses entre les différentes formes de tourisme : le dark tourism consiste à explorer les terrains de conflits ou de catastrophes naturelles et se distinguerait du tourisme de mémoire (sites du débarquement, camps de concentration) ou du tourisme politique (visite du Chiapas, circuit dans les territoires occupés). Une approche ethnographique du tourisme sexuel montre que « la question des stratégies sociales, matrimoniales et migratoires, ou simplement des rencontres amoureuses ne peut se réduire à la dénonciation des rapports de domination » (p. 48). Le chapitre sur les métiers du tourisme permet d'aller au-delà des rapports qui recensent les divers aspects de l'offre et de la demande touristique. Les auteurs insistent sur le rôle des particuliers et des associations dans le développement artisanal des formes d'hébergement et de séjour touristiques. La formule du club de vacances « tout inclus » est liée en France à la création de l'association Club Méditerranée en 1950, qui devient une multinationale dans les années 1970. Cette industrialisation du tourisme se traduit par des rapports de force inégaux entre les groupes internationaux et les pays d'accueil, d'où une « dépendance touristique ». Les auteurs montrent également que ce sont les catégories sociales privilégiées qui sont les plus à même de tirer profit du low-cost. Au niveau local, la production de l'offre touristique est marquée par une interpénétration du public et du privé, des missions de service public et des opérations commerciales, et si certaines villes sont citées en exemple pour avoir mis le tourisme au service d'une politique de développement urbain, d'autres tentent d'attirer un public de « touristes » locaux pour rentabiliser ou justifier des investissements publics. A rebours de certains clichés, les auteurs affirment que la création d'un site touristique dans un pays du Sud ne va pas forcément contribuer à fixer la main d'œuvre mais peut représenter une première étape dans la migration vers le Nord.

6Le chapitre six analyse enfin les enjeux politiques du tourisme, en insistant sur l'usage du tourisme à des fins de propagande coloniale par la France de la première moitié du XXe siècle, et sur l'inscription du tourisme dans les stratégies d'encadrement du temps libre des classes populaires. Si les loisirs populaires ont constitué un objet de lutte politique entre les associations politiques et religieuses, les catholiques et les communistes, ils sont également un objet d'intervention publique, en lien avec l'aménagement du territoire. Après guerre, le tourisme est intégré dans les rapports de planification économique des Trente Glorieuses : l'aménagement du Languedoc dans les années 1960, sous le contrôle de l'Etat, est l'opération la plus spectaculaire, mais la gestion en est confiée aux régions à partir de 1982, et l'Etat se désengage de l'aide à la pierre pour se concentrer sur l'aide à la personne en faveur des plus démunis. Le rôle politique du tourisme est également très sensible en Chine, notamment depuis l'arrivée au pouvoir de Deng Xiao Ping. Il se traduit par une « folklorisation » des minorités ethniques, organisée par le pouvoir central pour servir le nationalisme, même si ces mises en scène « n'impliquent pas forcément une déculturation » (p. 86). Ces enjeux de pouvoir sont également analysés à un niveau plus local : le patrimoine est le lieu d'exposition des pouvoirs, un moyen de légitimer les politiques culturelles et patrimoniales qui s'adressent aux touristes mais aussi aux notables et résidents secondaires, comme le montre une analyse des politiques touristiques de la ville de Loches. Une analyse des spectacles des villages dogons montre qu'ils ont permis l'émergence de nouvelles élites locales, et que les populations locales ne sont pas l'objet passif du regard touristique, mais des sujets actifs qui construisent des représentations de leur culture à l'intention des touristes. Les auteurs concluent que « le tourisme, ses flux et ses produits sont un moyen de construire et de transformer des pouvoirs » et que « la capacité d'appropriation des acteurs locaux s'amoindrit à mesure que s'impose l'Etat ou que s'installent les multinationales ».

7Dans un dernier chapitre, les auteurs proposent une approche critique des théories qui font du touriste « la métaphore de l'individu postmoderne ou contemporain », « de l'individu mobile et mondialisé » (p. 92) : ces mobilités de loisir restent très hétérogènes, réservées aux élites cosmopolites, et sont analysées comme un « phénomène néocolonial ». Les auteurs montrent que si les labels du tourisme culturel, puis du tourisme durable, constituent une modalité valorisée et respectable du tourisme, par opposition au « tourisme de masse », ils servent aussi à légitimer certaines institutions internationales, et peuvent servir d'argument en faveur de la mondialisation. Cet ouvrage constitue donc une synthèse utile d'un domaine émergent de recherches et a le mérite de présenter des travaux scientifiques récents, en multipliant les échelles d'observation et les terrains d'enquête. L'accent est mis sur les enjeux de pouvoir et de domination, mais également sur les capacités d'appropriation des acteurs locaux. De nombreux cours de licence combinent « sociologie du tourisme » et « sociologie des loisirs » : ce nouveau Repères peut constituer une solide référence bibliographique, que l'on complètera par la référence aux enquêtes Emplois du Temps et Budget des familles de l'INSEE, et par le Repères de Philippe Coulangeon sur les pratiques culturelles des Français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Vanhée, « Saskia Cousin, Bertrand Réau, Sociologie du tourisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 24 janvier 2010, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/919

Haut de page

Rédacteur

Olivier Vanhée

Doctorant en sociologie au GRS, ATER à l'Université du Maine

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page